IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un haut responsable d'AWS affirme qu'Amazon tente discrètement d'encourager les employés à démissionner
Dans le but de réduire secrètement les effectifs

Le , par Bruno

8PARTAGES

4  0 
Dans un récent billet de blog, Justin Garrison, développeur senior chez Amazon Web Services (AWS), accuse la société de mener une campagne de « licenciements silencieux » pour réduire secrètement ses effectifs tout en évitant une couverture médiatique négative. Garrison affirme que des conditions de travail dégradées et des réorganisations constantes poussent passivement les employés à démissionner. Les entreprises peuvent également éviter de payer de coûteuses indemnités de départ si leurs employés seniors choisissent d'abord de partir de leur propre chef. Ces allégations soulèvent des préoccupations sur la gestion des effectifs par les grandes entreprises technologiques, en particulier dans un contexte de gel des embauches et de licenciements dans le secteur.

Les experts avertissent que cette pratique pourrait être utilisée pour réduire secrètement les coûts de main-d'œuvre après le boom de l'embauche pendant la pandémie. D'autres entreprises technologiques, telles que Meta, ont par ailleurs été accusées de licenciements discrets. Des consultants soulignent que cette approche, bien que moralement douteuse, peut être contre-productive, entraînant la perte de talents clés et des risques juridiques. Certains estiment que la pression économique pousse les entreprises à réduire leurs effectifs, mais plaident en faveur de procédures appropriées pour éviter des conséquences coûteuses.


Justin Garrison, qui a travaillé chez AWS pendant quatre ans, a exposé ses affirmations dans un récent post, illustrant comment, selon lui, la détérioration des conditions de travail et la reconversion continuelle des équipes de développement au sein de l'entreprise sont des méthodes passives par lesquelles les entreprises peuvent pousser les employés à démissionner.

En 2023, Amazon a procédé au licenciement de plus de 27 000 employés, représentant toutefois un pourcentage de 1,7 % par rapport à sa vaste main-d'œuvre de 1,6 million de personnes. La majorité de ces suppressions d'emploi ont été observées dans le secteur de la vente au détail, où se concentre la majeure partie des effectifs d'Amazon. Les licenciements au sein d'AWS ont principalement touché des secteurs non rentables ou à marges plus faibles.

Cependant, licencier publiquement un tel nombre de personnes, bien que relativement faible en pourcentage, n'est pas favorable sur le plan commercial, du moins à court terme. L'année a débuté avec une faiblesse d'action préexistante, antérieure aux licenciements massifs, pendant une période où les dépenses opérationnelles étaient élevées. Bien que des initiatives de retour au bureau (RTO) aient été annoncées, aucune modification significative n'a été constatée.

C'est ainsi que la stratégie de la RTO a été mise en œuvre, entraînant un départ massif des employés. Ceux qui ne partaient pas immédiatement cherchaient activement un nouvel emploi ou, au minimum, attendaient leur prochain versement de RSU.

« On m'avait assuré que cela n'aurait aucun impact sur moi ni sur les équipes avec lesquelles je collaborais. Cependant, au cours de l'été, la situation a évolué. La couverture médiatique négative liée aux licenciements s'est révélée préjudiciable. Pour réduire efficacement les dépenses opérationnelles, la décision a été prise de se débarrasser des employés coûteux. La méthode choisie pour inciter ces employés à partir sans indemnités de départ ni licenciement massif a été de les rendre malheureux et de les licencier en silence.

« Dans mon petit cercle de personnes, il n'y avait pas un seul manager de niveau L7 qui ne voulait pas partir. D'après ce que j'ai pu comprendre, il s'agissait principalement d'une question de rémunération. Les contributeurs indépendants (CI) et les managers de niveau L7 ou supérieur gagnent généralement entre 400 et 800 000 dollars et, pour cette somme, ils sont prêts à supporter certains inconvénients. Étant donné que la rémunération d'Amazon est composée d'environ 40 % d'actions, ils ne gagnent autant d'argent que tant que les actions restent à la hausse », Justin Garrison.

En poursuivant sa stratégie de réduction des coûts d'exploitation, Amazon observe une augmentation de ses bénéfices et une hausse de la valeur de ses actions. Cependant, cela se fait au détriment de l'épuisement des travailleurs. Étant donné la conjoncture économique, les clients cherchent à minimiser leurs propres dépenses en accordant une valeur moindre à chaque dollar dépensé pour AWS par rapport à l'année précédente. Bien que toutes les tendances soient encore à la hausse et vers la droite, la croissance montre des signes de ralentissement.

Impact du licenciement silencieux sur l'innovation et la réputation d'Amazon

Les clients ne se tournent plus vers le cloud uniquement pour les machines virtuelles et les réseaux excessivement coûteux. Ils recherchent des niveaux d'abstraction plus élevés, un domaine dans lequel AWS a toujours eu du mal à exceller. Ajoutons à cela le retard d'Amazon dans le domaine de l'intelligence artificielle (IA), et la croissance efficace pour l'entreprise passe par une réduction des coûts, le plus important étant celui du personnel.

De nombreuses équipes chez Amazon ont gelé les embauches pendant plus d'un an et, actuellement, elles se séparent des employés existants. Ce changement a transformé Amazon d'un leader en suiveur, une évolution qui, selon des analystes, ne se déroule pas de manière favorable. Amazon n'a pas investi dans la recherche sur l'IA à la manière de Google sur une décennie. Son partenariat avec des entreprises externes n'égale pas celui de Microsoft. Les services à forte marge qui ont formé la base d'AWS, tels que la sortie du réseau, sont désormais proposés gratuitement par ses concurrents.

Bien qu'Amazon ait une expertise reconnue dans la résolution des problèmes réels liés à la gestion d'un immense magasin en ligne et d'une logistique complexe, l'intelligence artificielle générative n'a été perçue comme un défi nécessitant des corrections approfondies que récemment, lorsque cela a commencé à affecter ses contrats commerciaux.

D'autres entreprises du secteur technologique semblent adopter des licenciements discrets pour ajuster leurs effectifs. Un exemple notable est Meta, qui a été accusée de réduire secrètement son personnel en invoquant des réorganisations départementales, tout en imposant une période limitée aux employés pour postuler à d'autres postes au sein de l'entreprise. Dans certains secteurs, un faible ratio d'effectifs est même devenu un indicateur clé de performance.

Éthique et impacts sur les employés hautement qualifiés

Le recours au licenciement silencieux, en particulier lorsqu'il touche des employés hautement qualifiés et bien rémunérés, comme les ingénieurs en informatique, soulève des préoccupations éthiques et professionnelles significatives. Cette pratique semble être motivée par le désir de réduire les coûts sans générer de répercussions négatives immédiates sur l'image de l'entreprise, mais elle comporte plusieurs aspects critiquables.

Tout d'abord, le licenciement silencieux manque de transparence et de communication ouverte, ce qui peut générer un climat de méfiance et d'insécurité au sein de l'entreprise. Les employés qui se sentent bloqués dans un environnement professionnel où l'incertitude règne peuvent perdre leur engagement et leur motivation, affectant ainsi la productivité globale de l'équipe.

De plus, cette méthode de licenciement peut entraîner la perte de compétences essentielles pour l'entreprise. Les employés hautement qualifiés possèdent souvent des connaissances spécialisées et une expérience approfondie, et leur départ silencieux peut conduire à une déperdition de savoir-faire précieux. Cela peut avoir des conséquences néfastes sur la qualité des projets en cours et sur la capacité de l'entreprise à innover.


Le licenciement silencieux met également en lumière des problèmes de gestion interne. Lorsqu'une entreprise choisit cette approche plutôt que d'aborder ouvertement les défis et les changements nécessaires, elle peut créer un climat de peur et de mécontentement parmi ses employés. Cela peut à terme nuire à la réputation de l'entreprise en tant qu'employeur attractif, compromettant sa capacité à attirer et à retenir les meilleurs talents.

En fin de compte, le licenciement silencieux, en ciblant spécifiquement les employés hautement qualifiés, semble être une stratégie à court terme qui peut avoir des conséquences néfastes à long terme. Plutôt que d'adopter une approche secrète et potentiellement préjudiciable, les entreprises devraient privilégier une communication ouverte, la transparence et des stratégies de gestion des effectifs qui respectent la dignité des employés et contribuent à la pérennité de l'entreprise sur le long terme.

Source : Justin Garrison's blog post

Plus de 20 000 offres d'emploi de Développeur ou en Informatique

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Comment le recours aux licenciements silencieux affecte-t-il l'image d'Amazon en tant qu'employeur attrayant pour les talents hautement qualifiés ? Quels sont les risques pour sa réputation à long terme ?

Quelle est votre opinion sur le fait que certains dirigeants d'entreprises adoptent des stratégies visant à placer les employés dans des situations difficiles dans le but de parvenir à un licenciement discret ? Avez-vous déjà vécu une expérience similaire ?

Voir aussi :

Mark Zuckerberg confirme que les licenciements chez Meta auront lieu mercredi matin. La société mère de Facebook, WhatsApp et Instagram emboîte le pas à d'autres grandes entreprises technologiques

Amazon prévoit de licencier jusqu'à 10 000 collaborateurs cette semaine, soit l'une des plus importantes réduction du personnel de son histoire

Google et Amazon peinent à licencier en Europe en raison de la législation du travail, la législation du travail rend difficile le licenciement du personnel en France et en Allemagne

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 16/01/2024 à 22:37
Citation Envoyé par AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ Voir le message
5 000 km de distance, quasiment du Pacifique à l'Atlantique, 2 heures de décalage horaire...
Austin, le Texas, ses fusils, ses rednecks...
Où est le problème ?
San Diego = une ville de l'état de Californie qui est un des états américains ayant les impôts et taxes les plus élevés des USA

Austin = une ville de l'état du Texas qui se caractérise pas l'absence complète de tout impôt ou taxe concernant les entreprises installées sur son sol

Où est le problème? Ben, il y en a plus... Apple a résolu le problème: Préserver son bénéfice

Quand à ses employés, ce n'est pas un problème, juste une gène passagère...
8  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 24/01/2024 à 7:41
C'est évident qu'une politique de télétravail adaptée avec des personnes consentantes c'est au moins aussi efficace qu'une politique sur site adaptée.
On y gagne alors en confort de vie et souvent en productivité.

Là où ça ne marche pas c'est quand on veux appliquer au télétravail les méthodes qu'on croyais efficace avant , du genre micro management , glorification du presenteisme, etc ...
On ajoute a ça des profils qui ont besoin de ce management (vous savez ce collègue qui branle plus rien dès que le chef est plus là) et c'est la recette de l'échec.

Je crois au 100% télétravail puisque je le pratique mais j'ai plus de mal a croire qu'une entreprise traditionnelle arrive à se transformer complètement sans douleurs
7  0 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 16/01/2024 à 17:08
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Apple aurait demandé à des dizaines d'employés de San Diego de déménager à Austin sous peine d'être licenciés, selon un rapport
2 000 km de distance, quasiment du Pacifique à l'Atlantique, 2 heures de décalage horaire...
Austin, le Texas, ses fusils, ses rednecks...
Où est le problème ?
5  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/01/2024 à 16:36
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
sérieux, vivez votre vie a fond, je voyage, je bouffe, j’investis, je profite de la vie quoi !
Je n'investis pas, d'après moi c'est comme jouer au Casino, c'est haram.
Enfin le seul investissement qui m'intéresserait ce serait d'acheter une maison, parce que ça fait chier de payer un loyer.
C'est mieux de rembourser le prêt de sa maison que de payer un loyer.

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Aux USA le marché de l'emploi est très dynamique, suffit de regarder le taux de chômage qui recule malgré ces grands licenciements.
Je viens de tomber sur un article qui dit que la situation n'est pas si rose que ça
Seulement 700 nouveaux emplois auraient été créés dans le secteur technologique en 2023 aux États-Unis contre 267 000 en 2022

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Dans le BTP malgré la crise, le carnet de commande de nombreux artisans et pleins pour plusieurs mois.
Bof.
Crise de l'immobilier : le bâtiment pense perdre 150.000 emplois en deux ans
Il y a de moins en moins de chantiers.

====
Et je n'invente pas le fait que des milliardaires construisent des bases autonomes durables au cas où il y aurait une crise économique.
Ils ont accès à des informations que nous n'avons pas.

2021 :
Le milliardaire Peter Thiel construit un palace en guise de bunker en Nouvelle Zélande
La mouvance survivaliste se prépare depuis des années à faire face à un effondrement de la société (guerre nucléaire, pandémie, krach financier). Les preppers sont souvent présentés dans les médias comme des blancs américains, d’extrême droite et armés jusqu’aux dents. Mais ceux de la Silicon Valley ne répondent pas toujours aux clichés puisque libéraux, urbains et accrocs à la technologie, très loin des stéréotypes du survivaliste.

Si devant les caméras de télévision les startupers de la Silicon Valley vendent les nouvelles technologies comme un progrès pour l’Humanité, dans la réalité, au moins certains d’entre eux voient ça d’un autre œil.

« ;Notre société s’apprête à vivre des changements économiques et technologiques spectaculaires et je ne pense pas que les gens le réalisent. Mais nous, oui, la Silicon Valley vit dans le futur. Avec l’automatisation et l’intelligence artificielle, presque la moitié des emplois américains n’existeront plus dans vingt, trente ans ;», déclarait à la BBC un haut cadre de Facebook.
Les banques se portent très mal.
L'économie se porte très mal, c'est la récession un peu partout.

Faillites : « Le chômage des entrepreneurs pourrait rejoindre son niveau de la dernière grave crise », selon la garantie sociale des chefs d’entreprise
Le nombre de créateurs d’entreprise ayant perdu leur emploi a bondi de plus de 36% au premier semestre. Les secteurs du bâtiment, ou du commerce de détail, paraissent particulièrement exposés. Raison de plus pour se protéger contre ce risque, comme l’indique Anthony Streicher, le président de l’association GSC, la Garantie sociale du chef d’entreprise, présent sur notre stand de LaREF 2023.
Tout le monde ressent bien que le pouvoir d'achat diminue.
2  0 
Avatar de MattS32
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 17/01/2024 à 16:16
comme le dit calvaire, le marché de l'emploie reste tendu danbs beaucoup de profession, ces salariés devrait retrouver un boulot et mieux payé.
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/01/2024 à 8:42
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Quel est votre avis sur le sujet ?
Des grandes entreprises élaborent des stratégies afin de pousser leur employés à démissionner, parce que c'est moins cher que de les virer.
Il faut trouver des choses légales qui donnent envie aux employés de se barrer.

Peut-être que les grandes entreprises ont anticipé le fait qu'il y allait bientôt avoir une crise économique majeure (bien pire que 2008).
Si ça se trouve c'est pour ça que les milliardaires construisent des bunkers.
Il va peut-être il y avoir un krach financier en 2024 ou dans les années suivantes.
0  1 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 17/01/2024 à 9:14
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Des grandes entreprises élaborent des stratégies afin de pousser leur employés à démissionner, parce que c'est moins cher que de les virer.
Il faut trouver des choses légales qui donnent envie aux employés de se barrer.

Peut-être que les grandes entreprises ont anticipé le fait qu'il y allait bientôt avoir une crise économique majeure (bien pire que 2008).
Si ça se trouve c'est pour ça que les milliardaires construisent des bunkers.
Il va peut-être il y avoir un krach financier en 2024 ou dans les années suivantes.
Ça fait depuis que tu es inscrit (+ de 15ans) que tu parles de la fin du monde quasi 1 com sur 2.
Ça doit être facile tous les jours ta vie si t'es dépressif a ce point.

Ça me fait penser à ces jeunes qui sont eco anxieux et se pourrissent la vie au quotidien, ou qui partent en vacances a l'autre bout du monde en avion et qui après se sente coupable (mais continue de voyager)...
sérieux, vivez votre vie a fond, je voyage, je bouffe, j’investis, je profite de la vie quoi !

Voyageant beaucoup, je vois surtout cette mentalité de dépressif névrosé en Europe, ailleurs, en Asie par exemple, les gens profitent a fond ! En chine ou en thailande par exemple les habitants achètent des logements, achètent des voitures. Quand je vois qu'en France le rêve d'un français en 2024 c'est d’espérer une coloc et d'aller au boulot en vélo (même sous Mao c'était pas ca), de prendre des douches froide et pas trop longtemps, de ce chauffer à 17 degré max....

A Singapour par exemple quand je rentre dans un bureau ou un magasin, la température maximal c'est 18 degré max, la clim tourne a fond, ils s'en foute d'économiser l'énergie.
A Dubaï la mode en ce moment c'est de servir des cocktails avec des glaçons provenant du Groenland.

Aux USA le marché de l'emploi est très dynamique, suffit de regarder le taux de chômage qui recule malgré ces grands licenciements.
Comparer à 2020, le nombre d'employé dans la tech a explosé, un peu de dégraissage ne veux pas dire que c'est la crise, ces salariés trouveront un autre poste sans trop de grande difficultés.

Depuis 1 semaine je me fais harceler par les recruteurs sur linkedin pour des postes dans ma ville, en france ou à l'étranger. ca c'était calmé pendant noël mais ça repart. si demain je me fais virer, j'ai juste à traverser la rue pour trouver un autre boulot.
Dans le BTP malgré la crise, le carnet de commande de nombreux artisans et pleins pour plusieurs mois.

faut relativiser et pas toujours être dépressif.
4  5