IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Mark Zuckerberg confirme que les licenciements chez Meta auront lieu mercredi matin.
La société mère de Facebook, WhatsApp et Instagram emboîte le pas à d'autres grandes entreprises technologiques

Le , par Stéphane le calme

3PARTAGES

5  0 
Meta Platforms Inc commencera à licencier des employés mercredi matin, à l'heure américaine, a déclaré mardi le directeur général Mark Zuckerberg à des centaines de dirigeants. Zuckerberg est apparu abattu lors de la réunion de mardi et a déclaré qu'il était responsable des faux pas de l'entreprise et que son excès d'optimisme quant à la croissance avait conduit à un sureffectif, a ajouté le rapport, citant des personnes proches du dossier.

Les employés spécifiques perdant leur emploi seront informés au cours de la matinée, selon le rapport. La responsable des ressources humaines de Meta, Lori Goler, a déclaré que les employés qui perdent leur emploi recevront au moins quatre mois de salaire à titre d'indemnité de départ.

Meta a fait état de plus de 87 000 employés fin septembre.


Le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, a confirmé aux dirigeants que l'entreprise commencerait à licencier des employés mercredi matin, a rapporté mardi le Wall Street Journal. Zuckerberg s'est adressé à des centaines de cadres de l'entreprise mardi matin, annonçant des réductions importantes des effectifs. Il a mentionné les équipes de recrutement et commerciales comme des groupes qui verraient des licenciements, selon le WSJ, ajoutant qu'une annonce interne des plans de licenciement de l'entreprise est attendue vers 6 heures du matin, heure de l'Est, mercredi.

Zuckerberg a déclaré qu'il était responsable du ralentissement de l'entreprise, ont déclaré au journal des personnes proches de la réunion, avec un excès d'optimisme quant à la croissance conduisant à un sureffectif.

La responsable des ressources humaines de Meta, Lori Goler, a déclaré que les employés qui perdraient leur emploi recevraient au moins quatre mois de salaire à titre d'indemnité de départ, a rapporté le WSJ, citant des personnes proches du dossier.

Meta, la maison mère de Facebook, Instagram et WhatsApp, faisait état de plus de 87 000 employés fin septembre.

L'industrie technologique a souffert d'un grave ralentissement ces derniers mois, après un pic de succès alors que le monde s'est replié sur lui pendant la pandémie. Un ralentissement économique mondial, la hausse des taux d'intérêt et les luttes réglementaires ont poussé des entreprises technologiques telles qu'Alphabet et Amazon à ralentir ou à arrêter l'embauche. Fin août, Snap a licencié 1 300 employés et réduit les investissements. Microsoft a licencié environ 1 000 employés dans plusieurs divisions en octobre, selon un rapport d'Axios. La semaine dernière, Twitter a licencié la moitié de ses effectifs à la suite du rachat de l'entreprise par Elon Musk pour 44 milliards de dollars.

Meta a vu la confusion sur l'avenir de l'entreprise ces derniers mois, car sa plateforme phare Facebook perd de jeunes utilisateurs et elle fait face à des problèmes de revenus en raison des changements dans les politiques de confidentialité d'Apple. Pendant ce temps, les investisseurs ne semblent toujours pas convaincus par le pivot de l'entreprise vers le métavers.

La dégringolade de Meta

En février, la société mère de Facebook, Meta, a été éjectée du top 10 des entreprises les plus valorisées au monde (capitalisation boursière) après une série de revers brutaux les semaines précédentes.

La grande enseigne des médias sociaux de Mark Zuckerberg valait environ 565 milliards de dollars à la clôture du marché jeudi 19 février, une baisse étonnante par rapport à sa situation quelques mois plus tôt, lorsque Facebook se classait au sixième rang des entreprises les plus valorisées au monde.

Meta se classait alors au 11e rang, derrière d'autres entreprises technologiques telles qu'Amazon, Apple, Alphabet et Microsoft, selon Bloomberg. Tesla, Berkshire Hathaway, Nvidia, Taiwan Semiconductor Manufacturing Company et Tencent avaient tous progressé dans le classement. Tesla Inc., qui disposait d'une valeur marchande de 906 milliards de dollars, avait pris la place de Meta en tant que sixième plus grande entreprise derrière le géant du commerce électronique Amazon.com Inc. Berkshire Hathaway Inc. de Warren Buffett suit le constructeur de véhicules électriques à 700 milliards de dollars, suivi par le fabricant de puces Nvidia Corp. à 613 milliards de dollars.


Les actions avaient chuté de plus de 45 % depuis qu'elles ont atteint un sommet historique de 384,33 $ en septembre 2021, effaçant plus de 500 milliards de dollars de valeur marchande au cours de cette période. Le ralentissement a coïncidé avec la publication d'un rapport trimestriel lamentable qui montrait que Facebook avait enregistré une baisse de sa base d'utilisateurs quotidienne moyenne pour la première fois dans l'histoire de l'entreprise. Zuckerberg a imputé la stagnation de l'activité des utilisateurs à la concurrence accrue de plateformes rivales telles que TikTok.

Meta a perdu plus de 200 milliards de dollars de valeur en une seule journée de négociation à la suite du rapport – ce qui était la plus forte baisse de valeur marchande d'une journée de toutes les actions de l'histoire des États-Unis, selon Dow Jones.

Facebook était autrefois une entreprise qui valait plus de 1 000 milliards de dollars, grâce à son système de suivi impeccable. Cependant, la nouvelle fonctionnalité d'Apple qui permet à ses utilisateurs de choisir de bloquer les traceurs publicitaires a neutralisé cette force de Facebook. Même la base d'utilisateurs de Facebook a commencé à diminuer après une vague de révélations de lanceurs d'alerte, montrant les effets néfastes des médias sociaux pour les jeunes utilisateurs.

Et comme si cela ne suffisait pas, Meta a encore fait pire : l'entreprise ne figure désormais plus dans le top 20 des plus grosses capitalisations boursières du monde. La société a perdu 70 % de sa valeur cette année et 74 % depuis le sommet atteint par l'action en septembre 2021, ce qui représente une perte totale de plus de 730 milliards de dollars en capitalisation boursière.

La valeur de Meta divisée par trois en un an, l'heure n'est pas encore à la récolte des fruits du métavers

La maison mère de Facebook a annoncé qu'elle s'attendait à dégager un chiffre d'affaires situé entre 30 et 32,5 milliards de dollars au dernier trimestre, un chiffre là encore en dessous de ce que prévoyaient les analystes de Wall Street. Depuis septembre 2021, la valorisation de Meta, qui s'élevait alors à plus de 1 000 milliards de dollars, a désormais été divisée par trois et pourrait encore se réduire si les mauvais résultats continuent de s'accumuler.

L'effondrement stupéfiant du cours de l'action Meta rappelle l'époque de l'effondrement des dot-com, mais il est bien plus important en ce qui concerne la valeur effacée d'une seule entreprise. La chute a commencé à la fin de l'année dernière, alors que les signes d'une économie en berne commençaient à apparaître, et s'est accélérée au début de l'année 2022 après que l'entreprise a déclaré que la modification d'iOS par Apple concernant la protection de la vie privée entraînerait une perte de revenus de 10 milliards de dollars cette année.

Meta est impacté par la baisse des revenus publicitaires. Mais le plus gros problème de Meta reste ses gigantesques investissements sur le Métavers. Ses dépenses ont augmenté de 19 %. Le groupe continue de parier son avenir sur le métavers. Les difficultés de Meta proviennent par exemple de sa tentative de réinventer son modèle d'affaires pour être moins dépendant de la publicité, qui lui rapporte de moins en moins de recettes. Pour cela, l'entreprise a misé sur le métavers, dans lequel elle engloutit des sommes faramineuses (pas moins de 21 milliards de dollars en deux ans). Pourtant, des voix sceptiques se font de plus en plus entendre alors que la réalité virtuelle a bien du mal à se démocratiser, et suscitant la méfiance des investisseurs qui doutent quant aux capacités d'un tel investissement à générer de l'argent à court terme.

« Je sais que de nombreuses personnes désapprouvent cet investissement. Cependant, je pense que ce serait une erreur pour nous de ne pas nous focaliser sur ce domaine, qui sera à mon avis d'une importance fondamentale dans l'avenir » , a concédé Mark Zuckerberg lors de l’échange avec des analystes financiers mercredi de la semaine dernière.

Le fondateur et PDG Mark Zuckerberg n'a pas été en mesure d'arrêter l'hémorragie et semble seulement aggraver la situation. Un Zuckerberg quelque peu perplexe a reconnu lors de la téléconférence avec les investisseurs « qu'il y a beaucoup de choses qui se passent en ce moment dans l'entreprise et dans le monde ».

En plus des difficultés macroéconomiques, Meta est confronté à une confluence de défis, y compris la concurrence croissante pour sa plateforme Instagram de la part de rivaux tels que l'application de vidéo de courte durée TikTok et les difficultés à cibler et à mesurer la publicité en raison des changements de la politique de confidentialité d'Apple. « Il y a des problèmes macroéconomiques, il y a beaucoup de concurrence, il y a des défis publicitaires en particulier venant d'Apple, et puis il y a certaines des choses à plus long terme que nous prenons en charge parce que nous pensons qu'elles vont fournir de meilleurs retours sur le temps », a déclaré Zuckerberg.

Mark Zuckerberg a prévenu que l'entreprise était confrontée à des « défis à court terme en matière de revenus », mais a déclaré que « les fondamentaux sont là pour un retour à une croissance plus forte des revenus ». Il a réitéré ses principaux paris, notamment le développement d'un format vidéo court pour rivaliser avec TikTok, la messagerie professionnelle et le métavers. Il a tenté de rassurer les investisseurs sur le fait que les investissements dans ces domaines seraient payants à long terme. « J'apprécie la patience et je pense que ceux qui sont patients et investissent avec nous finiront par être récompensés », a-t-il déclaré, arguant que l'entreprise faisait un « travail de premier plan » sur le métavers qui serait « d'une importance historique ».

C’est la fin de l’abondance pour les GAFAM aussi. Si la crise causée par le Covid a plutôt gonflé leur dynamique, les tensions géopolitiques actuelles, des taux d’échange défavorables et la crise économique désormais bien installée ont en revanche fini par les atteindre. Tous avaient déjà annoncé cet été une mise en pause des embauches et tous ont plus ou moins commencé des vagues réduites de licenciements pour mieux se focaliser sur les projets les plus prometteurs et porteurs. Mais ce sont surtout les perspectives du prochain trimestre qui affolent quelque peu les marchés financiers.

Source : Mark Zuckerberg

Et vous ?

Quelle lecture faites-vous de cette situation ?

Voir aussi :

Mark Zuckerberg a laissé entendre que Meta pourrait développer un système d'exploitation pour son métavers et s'attend à ce que le métavers génère des centaines de milliards de revenus d'ici 2030

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 22/11/2022 à 8:11
Citation Envoyé par totozor Voir le message
J'ai une piste la dessus : dans l'industrie ces métiers sont largement sous évalués et la perte de ces mauvais choix ne peut être constaté que plus tard.
Nous avons essayé d'embaucher un profil assez spécifique, l'entretien s'est terminé au moment de parler de prétention salariale. Les candidats demandaient des montants relativement proches mais 4 fois ce qu'on était prêt à leur donner.
Conclusion : On a surement pas mal évalué ce poste, ces gens sont ridicules et prétentieux.
Conclusion : On a promu un gars en interne moins cher que le budget, il travaille dur mais ne fournit aucun résultat. Il monte en compétence mais est très loin de ce qu'on attends.

Quand je dis à mes responsables que je crains qu'on construise un colosse aux pieds d'argile on me rétorque que ce gars est extrêmement compétent qu'il a déjà fait ses preuves et qu'on a aucune raison de douter de lui.
A 1 détail près : avant il travaillait dans son domaine de compétence qui est bien loin de celui qu'il traite aujourd'hui.

Par curiosité c'était quoi leurs prétentions salarial ?
Si tous les candidats demandes des salaires "trop élevée" c'est que:
1) vous etes a coté de la plaque niveau salaire
2) vous recherchez un profil junior, avec un salaire de junior mais aussi donc des compétences de junior.
3) Si ce type que vous avez promu devient rapidement bon et aime l'informatique, il ira voir ailleurs dans pas longtemps pour un bien meilleur salaire

si vous pouvez pas payez un développeur à la valeur normal du marché, tentez de donner plus d'avantages (plus de RTT, télétravail 4 jours sur 5, voir 100%, contrat de seulement 35h...).
Il n'y a pas que le salaire, les avantages à coté compte aussi, certains cherche des boulots plus relaxe par exemple avec les avantages que j'ai cité.
5  0 
Avatar de Nym4x
Membre actif https://www.developpez.com
Le 20/11/2022 à 12:09
C'est cyclique parce qu'ils ont trop embauché pendant le COVID mais bon sur la tendance à moyen terme et vu l'intégration de l'informatique au moindre gadget connecté, il n'y a pas trop de soucis à se faire sur les perspectives de la filière...
2  0 
Avatar de marc.collin
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 20/11/2022 à 15:14
il y a pénurie en informatique au Canada, je m'en fait pas trop pour lui...

Surtout que ce secteur est très très mal géré et que quand tu vois certain rapport de standish group chaos report ... autour de 30% de succès des projets informatique, depuis plus de 20 ans.... il y aura jamais trop de monde
2  0 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 21/11/2022 à 14:09
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
Question que je me pose en lisant ces articles sur des licenciements Meta, Twitter... :
En France, la pénurie de développeurs fait que je ne me serais pas trop inquiété pour leur avenir. Surtout pour des gens qui sont passés par de telles grandes entreprises, je me dis qu'ils retrouveront du boulot en levant le petit doigt.
Mais est-ce la même chose ailleurs dans le monde, en particulier sur continent nord américain ?
C'est pire en Amérique du Nord.
À Montréal, j'ai vu bien des entreprises qui embauchent en Afrique du Nord et les personnes restent en télétravail en attendant leur visa - ce qui peut des mois voir des années avec l'inefficacité d'Immigration Canada (plus la couche provinciale pour le Québec)
Pour ce qui est de ces Indiens, ils vont trouver une autre job rapidement sans problème, c'est sûrement la partie visa de travail qui risque d'être plus compliquée.
2  0 
Avatar de Rolllmops
Membre actif https://www.developpez.com
Le 09/11/2022 à 16:17
J'en ai entendu dire qu'il était courageux de la part de Marc Zuckerberg de s'obstiner dans sa vision du metaverse malgré le fait que tous les voyants sont au rouge quant au futur succès de la technologie. Mais est-ce vraiment du courage lorsque que ce sont les autres qui en paient les conséquences ?
1  0 
Avatar de kain_tn
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 09/11/2022 à 16:22
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
C’est la fin de l’abondance pour les GAFAM aussi. Si la crise causée par le Covid a plutôt gonflé leur dynamique, les tensions géopolitiques actuelles, des taux d’échange défavorables et la crise économique désormais bien installée ont en revanche fini par les atteindre.
Les GAFAM se sont gavées et ont gagné des milliards pendant la crise Covid, et maintenant elles veulent nous faire croire qu'elles ont déjà tout perdu
1  0 
Avatar de totozor
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 21/11/2022 à 10:21
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
il y'a pas mal de débat la dessus sur le forum emploi, personnellement, je ne suis pas convaincue qu'il y'a une pénurie en France d'ingénieur en informatique. Si on est rare alors on devrait avoir de gros salaire et/ou des conditions de travail très généreuse (contrat de 35h avec +de 20rtt, 100% de télétravail en option...).
Hors l'informatique en France est mal payé sans avantage par rapports à d'autres métiers.
J'ai une piste la dessus : dans l'industrie ces métiers sont largement sous évalués et la perte de ces mauvais choix ne peut être constaté que plus tard.
Nous avons essayé d'embaucher un profil assez spécifique, l'entretien s'est terminé au moment de parler de prétention salariale. Les candidats demandaient des montants relativement proches mais 4 fois ce qu'on était prêt à leur donner.
Conclusion : On a surement pas mal évalué ce poste, ces gens sont ridicules et prétentieux.
Conclusion : On a promu un gars en interne moins cher que le budget, il travaille dur mais ne fournit aucun résultat. Il monte en compétence mais est très loin de ce qu'on attends.

Quand je dis à mes responsables que je crains qu'on construise un colosse aux pieds d'argile on me rétorque que ce gars est extrêmement compétent qu'il a déjà fait ses preuves et qu'on a aucune raison de douter de lui.
A 1 détail près : avant il travaillait dans son domaine de compétence qui est bien loin de celui qu'il traite aujourd'hui.
1  0 
Avatar de sanderbe
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 15/11/2022 à 22:44
Bonsoir

Meta annonce la suppression de 11 000 emplois et emboîte le pas à d'autres grandes entreprises technologiques, dans le cadre de la gestion du ralentissement macroéconomique

Quelle lecture faites-vous de cette situation ?
Il fallait s'en douter ... Après le covid et les changement de fonctionnement dans la société . Le modèle économique des Gafam a aussi été chamboulé.

Twitter, Amazon, Meta ... Pas mal d'écrémage en vue je vois.

C'est aussi les investissements pharaonique dans le metaverse qui plombent le CA de Meta ... Investissement dans un gadget .
0  0 
Avatar de Guilp
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 20/11/2022 à 9:11
Question que je me pose en lisant ces articles sur des licenciements Meta, Twitter... :
En France, la pénurie de développeurs fait que je ne me serais pas trop inquiété pour leur avenir. Surtout pour des gens qui sont passés par de telles grandes entreprises, je me dis qu'ils retrouveront du boulot en levant le petit doigt.

Mais est-ce la même chose ailleurs dans le monde, en particulier sur continent nord américain ?
0  0 
Avatar de Pandi_Panda02
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 20/11/2022 à 17:59
Ils ont, de leurs propres aveux, trop embauché, et surtout, à des salaires qu'ils vont peut-être un peu rationaliser.
Des fonds activistes commencent à se faire entendre
0  0