IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Ce que les leaders de la technologie pensent vraiment du travail à distance, de la récession, et de la grande démission
Une enquête menée par A.Team et MassChallenge

Le , par Sandra Coret

7PARTAGES

4  0 
Dans le cadre de l'édition inaugurale de son rapport sur le travail dans le secteur de la technologie, A.Team, associé à MassChallenge, a interrogé 581 dirigeants du secteur de la technologie sur les principaux défis à relever pour l'avenir du travail.

De nombreux dirigeants souhaitent que les employés reviennent au bureau, malgré le succès du travail à distance et le défi de remplacer les meilleurs éléments qui sont partis pendant la pandémie.

Face aux frustrations suscitées par le modèle d'embauche traditionnel, les fondateurs et les dirigeants du secteur des technologies accélèrent les plans d'embauche, font appel à des indépendants et adoptent un nouveau modèle d'"équipes mixtes".

Malgré les mises en garde des principaux VC de ne pas lever de fonds dans les 24 prochains mois, la plupart des fondateurs et cadres prévoient toujours de le faire dans l'année à venir.

Principales conclusions

Défis en matière d'embauche :

  • La Grande Démission a eu un impact réel : 44 % des fondateurs et dirigeants d'entreprises technologiques déclarent qu'un nombre important de leurs meilleurs éléments ont quitté l'entreprise en raison de la Grande Démission.

  • Ils sont frustrés par le modèle de recrutement traditionnel : 67% s'accordent à dire que le processus de recrutement traditionnel est défaillant et doit être revu.

  • Recruter les meilleurs talents en matière de produits et d'ingénierie reste un défi : 62 % affirment qu'il faut en moyenne 4 mois ou plus pour recruter les meilleurs talents en matière de produits et d'ingénierie.

  • Les conditions d'embauche traditionnelles changent : 80 % des entreprises se disent prêtes à embaucher une personne sans diplôme universitaire pour n'importe quel poste.



La main-d'œuvre mixte et le retour au bureau

  • Les équipes intégrées "mixtes" composées d'employés à temps plein et de travailleurs indépendants sont devenues la norme : 73 % des entreprises technologiques ont désormais des équipes intégrées composées d'indépendants et d'employés à temps plein.

  • Les fondateurs et dirigeants d'entreprises technologiques considèrent les talents indépendants comme un outil essentiel dans un contexte d'incertitude économique et de travail à distance : 71 % d'entre eux reconnaissent que le recours à des freelances ou à des travailleurs indépendants donne à leur entreprise une plus grande souplesse en période d'incertitude économique, et 70 % affirment que le travail à distance les a incités à faire appel à des freelances.

  • Un modèle de travail flexible donne des résultats, mais beaucoup envisagent de retourner au bureau : 62% pensent que le passage à un modèle de travail plus flexible pendant la pandémie a augmenté la productivité des employés, mais 37% disent avoir l'intention de travailler davantage depuis le bureau au cours de l'année prochaine. Parmi les entreprises plus matures des séries B, C, D, E et les sociétés publiques, ce chiffre passe à 55 %.



Stratégie et défis de la récession

  • Malgré les mises en garde des principaux VC contre les levées de fonds dans les 24 prochains mois, la plupart d'entre eux prévoient d'essayer : 60 % prévoient de lever des fonds dans les 12 prochains mois et 78 % dans les 18 prochains mois.

  • Ils le font en se préoccupant davantage de la santé à long terme de leur entreprise : 57 % sont plus préoccupés par la santé et la viabilité à long terme de leur organisation qu'il y a six mois. Seuls 10 % étaient moins inquiets.

  • Deux ans après le début de la pandémie, les dirigeants sont inquiets pour eux-mêmes et pour leurs employés : 72 % des fondateurs et dirigeants d'entreprises technologiques s'inquiètent de la santé mentale de leurs employés, et 62 % de leur propre santé mentale.



Source : A.Team

Et vous ?

Que pensez-vous de cette étude ? la trouvez-vous pertinente ?
Quelle est la situation au sein de votre entreprise ?

Voir aussi :

Pour quels motifs les employés de la Tech. seraient-ils prêts à changer d'emploi ? Pour demeurer en télétravail de façon permanente ou au moins selon l'approche hybride, d'après une série d'études

Pourquoi les entreprises peinent-elles à recruter des ingénieurs français ? Le rapport 2022 de l'IESF est disponible, et accuse les prétentions salariales des experts en IA et en cybersécurité

Burn out numérique : comment y faire face à l'heure du télétravail, par Bastien Dubuc, Country Manager France chez Avast

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de HaryRoseAndMac
Membre averti https://www.developpez.com
Le 24/09/2022 à 0:05
Citation Envoyé par locus Voir le message
Oui, mais lorsque l'on a un ou deux enfants ou un crédit immobilier pour un appartement, c'est la hausse de salaire qui prime surtout face à l'inflation. J'ai croisé des gens qui se fichaient d'être en télétravail car ils étaient bien content de sortir de leur 2P (sinon ils ne bougeaient pas de la journée). Par contre, certains ont exigé lors du recrutement d'avoir une participation pour le télétravail (participation aux frais comme l'électricité, l'eau, internet, le gaz, tickets restaurants... et même pour s'acheter des capsules de café pour l'un) sous prétexte que les économies que feront les patrons par le télétravail, ils, eux, les financeront sur leurs propres paies.
La participation de la part de l'entreprise lors du télétravail c'est du bon sens.

Car le salarié ne consomme plus d'eau, d'électricité, de chauffage sur son lieu de travail et en contre partie, utilise son propre argent pour travailler, avec son électricité, son chauffage, ...

Les entreprises qui refusent de participer aux factures de leurs salariés en télétravail ou pire, qui acceptent de le faire uniquement si c'est le salarié qui vient quémander, sont des boites qui vont finir à un moment donné par se faire lyncher et ils l'auront mérités.

Le coup du "oui mais tu ne prends plus ta voiture pour aller travailler donc tu économises", ça ne tiendrais pas, car qui dit que le salarié y va en voiture déjà, et ensuite l'entreprise participe dans la majorité des cas, aux frais de route ...

Demander aux salariés de payer pour qu'ils travaillent moi je trouve ça scandaleux, alors qu'il faut être honnête, sur le cumul des priorités, la priorité numéro 1 est l'entreprise.
C'est à dire que c'est l'entreprise, avant tout, qui a besoin du salarié, pas l'inverse.

Même si de nos jours, pour vivre, il faut travailler, rien ne dit que demain, les gens ne seront pas comme moi, à produire eux même leur électricité, leur eaux, leur nourriture, ... et donc ne pas avoir à travailler plus de 3 mois dans l'année pour payer les factures.

Dans ma boite, le télétravail est imposé par défaut et s'ajoute dans le salaire les frais de participations aux différentes factures du salarié pour qu'il puisse travailler et j'espère que dans l'avenir la majorité des boites tech feront comme nous, il faut arrêter de considérer les salariés comme des esclaves.

Un salarié avant tout, ça vient car ça a besoin d'argent et après, ça vient pour sa passion.
7  0 
Avatar de Escapetiger
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 17/09/2022 à 9:36
Citation Envoyé par Sandra Coret Voir le message
Malgré les mises en garde des principaux VC de ne pas lever de fonds dans les 24 prochains mois, la plupart des fondateurs et cadres prévoient toujours de le faire dans l'année à venir(.../...)
Pour la compréhension de tout le monde :

VC : Venture Capital (wikipedia anglais)

Capital risque
Le capital-risque (anglais : venture capital) est une activité d'investissement capitalistique spécialisée dans le financement de jeunes entreprises innovantes à haut potentiel de croissance. Ce capital-risque est une activité d'investissement risquée du fait des importants risques du secteur des jeunes entreprises (demande insuffisante, technologie inadaptée, manque de trésorerie, etc.). Le capital-risque est constitutif de la finance (.../...)
5  0 
Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 26/09/2022 à 12:21
Il y aurait beaucoup de choses à dire, mais si je dois en retenir une, c'est celle-ci :
Citation Envoyé par Sandra Coret Voir le message
  • La Grande Démission a eu un impact réel : 44 % des fondateurs et dirigeants d'entreprises technologiques déclarent qu'un nombre important de leurs meilleurs éléments ont quitté l'entreprise en raison de la Grande Démission.
Sérieusement, est-ce qu'il y a une personne, une seule, qui a démissionné "en raison de la Grande Démission" ? Non. Les gens démissionnent en même temps que d'autres certes, mais pour des raisons avant tout personnelles. C'est la différence entre regarder le tout ou l'unité.

Maintenant, si des entrerprises voient des gens démissionner, c'est que ces personnes n'étaient pas bien, et qu'elles pensent trouver mieux ailleurs. Et là encore, mieux doit être compris du point de vue de chacun -- temps de trajet, possibilité de télétravail, salaire, idéaux environnementaux/politiques/autre, équilibre vie pro/perso, ...
5  0 
Avatar de locus
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 23/09/2022 à 18:56
Oui, mais lorsque l'on a un ou deux enfants ou un crédit immobilier pour un appartement, c'est la hausse de salaire qui prime surtout face à l'inflation. J'ai croisé des gens qui se fichaient d'être en télétravail car ils étaient bien content de sortir de leur 2P (sinon ils ne bougeaient pas de la journée). Par contre, certains ont exigé lors du recrutement d'avoir une participation pour le télétravail (participation aux frais comme l'électricité, l'eau, internet, le gaz, tickets restaurants... et même pour s'acheter des capsules de café pour l'un) sous prétexte que les économies que feront les patrons par le télétravail, ils, eux, les financeront sur leurs propres paies.
4  0 
Avatar de locus
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 24/09/2022 à 6:09
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message

Un salarié avant tout, ça vient car ça a besoin d'argent et après, ça vient pour sa passion.
Chut!!!! Il faut jamais dire cela à un recruteur aussi ouvertement. Ils veulent que l'on leur fasse croire (même si ils savent que c'est faux) que ce qu'ils nous proposent nous intéresse et que cela nous passionne. Comme si le descriptif du poste ou du projet sur les petites annonces ou au téléphone pouvaient nous faire chavirer.
Beaucoup cherchent un emploi non pas pour la passion mais dans le cadre de leur projets professionnels en plus du salaire.
4  1 
Avatar de gangsoleil
Modérateur https://www.developpez.com
Le 26/09/2022 à 15:44
Citation Envoyé par locus Voir le message
Je rajouterai que si beaucoup partent, c'est qu'il y a un problème plus profond au sein des entreprises
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
le dumping social[...]

Principe qui a massivement été mis en place des années 1970 à 1990
On est bien d'accord : si plusieurs personnes partent d'une entreprise à la même période, chacune pour une raison différente, c'est bien qu'il y a un problème global dans cette entreprise -- et le dumping social qu'ont appliquées certaines entreprises depuis des années en fait partie.

Maintenant, ce qui est "drôle", c'est que ces mêmes entreprises se plaignent. On a pleins d'exemple, de grosses entreprises comme d'autres, dont le point commun est quand même que beaucoup de gens pensent qu'elles ont tendance à exploiter certains travailleurs.
Allez, pour le plaisir, un article qui commente une entreprise qui se plaint https://lehollandaisvolant.net/?d=20...mes-de-patrons
3  0 
Avatar de locus
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 23/09/2022 à 17:58
Intéressant.

Je constate aussi que des entreprises ont vu des salariés partir car ils n'ont jamais voulu remédier à des problèmes internes aux postes ni revoir à la hausse les salaires.
Pour des postes que des salariés se plaignaient des difficultés, du poids et des contraintes (sans compter la paie), des salariés sont partis faire un job similaire (avec une hausse de salaire) mais dans un cadre mieux défini. Et leurs anciens employeurs (qui soit feignaient l'ignorance, soit ont compris les problèmes du poste qu'après le départ) ont décidé de revoir les postes (avec une hausse de salaire) en rectifiant le poste et les conditions de travail.

Il y a aussi des salariés qui ne veulent plus bosser 50-60 heures (certains bossaient chez eux le week-end aussi ou jusqu'à 21h) sans avoir de reconnaissance ( salaire, promotion...). Certains ont fait des burn-out. J'en ai connu qui ont décidé à la fin du burn-out de faire que ce qui était décrit dans leur intitulé de poste et pas plus.
Ils ne veulent plus porter tout ce poids sans que leurs responsables les aident.

Quand certains journalistes comme Jean-Loup Adenor les traitent d'égoïstes, cela montre juste que ces donneurs de leçons n'y connaissent rien.
https://www.marianne.net/economie/en...goistes-en-cdi

Mais je pense que les entreprises devraient mieux accompagner les salariés dans leurs projets professionnels. à cause de ce manque d'accompagnement, beaucoup partent de job en job car c'est plus facile pour eux de progresser.
Et le télétravail est bien mais on surestime son importance pour beaucoup de salariés dans les revendications face à d'autres exigences.
2  0 
Avatar de blbird
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/09/2022 à 18:45
Citation Envoyé par locus Voir le message
Et le télétravail est bien mais on surestime son importance pour beaucoup de salariés dans les revendications face à d'autres exigences.
Dans mon expérience de recrutement, le TT est au contraire clairement sous-estimé.
1  0 
Avatar de locus
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 26/09/2022 à 14:20
Citation Envoyé par gangsoleil Voir le message
Il y aurait beaucoup de choses à dire, mais si je dois en retenir une, c'est celle-ci :

Sérieusement, est-ce qu'il y a une personne, une seule, qui a démissionné "en raison de la Grande Démission" ? Non. Les gens démissionnent en même temps que d'autres certes, mais pour des raisons avant tout personnelles. C'est la différence entre regarder le tout ou l'unité.

Maintenant, si des entrerprises voient des gens démissionner, c'est que ces personnes n'étaient pas bien, et qu'elles pensent trouver mieux ailleurs. Et là encore, mieux doit être compris du point de vue de chacun -- temps de trajet, possibilité de télétravail, salaire, idéaux environnementaux/politiques/autre, équilibre vie pro/perso, ...
Je rajouterai que si beaucoup partent, c'est qu'il y a un problème plus profond au sein des entreprises incapables de gérer correctement les salariés et les conditions pour faire un travail correct.

Beaucoup de grands groupes (faisant des bénéfices avant et pendant le COVID-19) ont toujours refusé d'augmenter des salaires des salariés productifs et impliqués, des refus de prises en comptes des alertes des salariés sur leurs difficultés de faire leur travail correctement, de la surcharge de travail... J'ai connu des types dans des boites me racontaient comment ils perdaient du temps pour faire de la paperasserie qui ne sera lu ni par les responsables ni par les équipes externes. Il y a aussi un problème de confiance des responsables et des entreprises envers les salariés. Un salarié peut prévenir qu'un projet n'est pas viable ou est parti sur de mauvaises bases, personne ne l'écoute et le projet échoue.

Beaucoup d'entreprises refusent de se réformer.

A là fin, les salariés regardaient les offres d'emploi après les confinements et découvrent de bien meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail pour faire le même job mais ailleurs. La fin des grandes vagues de covid et des confinements ainsi que le besoin de recruter à tout prix des gens compétents fut une bonne occasion pour les salariés de se dire qu'il était temps de passer à autre chose et de démissionner pour aller voir ailleurs. C'est arrivé à plusieurs collègues ne se voyaient plus faire le même boulot moins payé que la moyenne régionale. Beaucoup sont partis presque en même temps sur quelques semaines-mois.
2  1 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre averti https://www.developpez.com
Le 26/09/2022 à 15:24
@locus

On a tous connu ces boites qui nous font des tapes dans le dos en te faisant sentir quelqu'un d'important, quelqu'un de bien, quelqu'un de mieux que les autres, qui compte pour l'entreprise et avec laquelle tu es prêt à tout donné et en contre partie, ces boites là on ce comportement là car elles te paient au lance pierre.

Et le problème d'un junior, développeur ou autre, c'est que lui, il donne de l'importance à ça.
J'ai l'impression que malgré tout, internet a quand même un effet positif : les gens acceptent de moins en mois d'être payés au lance pierre.

Sauf qu'il y a quand même une contre partie à ça qui se paie très cher et je vais prendre le cas d'une usine en Bretagne (j'en ai pris une au hasard, il y en a un paquet qui font ça), qui ont fait construire des logements spécialement pour des immigrés, qu'ils font venir en masse et qu'il paient 3 FOIS moins cher qu'un salarié Français.

Source : https://www.breizh-info.com/2018/04/...part-abattoir/

Conséquence, dans cette ville, la majorité des habitants se sont retrouvés sans emploi car c'était la seul entreprise du coin et elle faisait vivre tous le monde.

Ce principe s'appel le dumping social, en d'autres termes, le but est de, massivement, dans un métier, faire venir des gens qui acceptent d'être payé 1000 euros à la place de 2000 euros, de manière à ce qu'une personne qui désormais refuse d'être payé 1000 euros à la place de ses 2000 euros, n'ait pas d'autre choix que d'aller voir ailleurs.

Principe qui a massivement été mis en place des années 1970 à 1990, sous couvert d'un manque de main d'œuvres, qui, statistiquement n'étaient pas la réalité.

Ce que je veux dire à travers ce petit bout d'histoire, c'est que les entreprises auront toujours moyens de faire face aux différentes démissions et aux gens qui se plaignent des salaires, surtout dans un pays qui prône ouvertement le fait que l'immigration soit "open bar".

A titre personnel, je n'ai rien contre l'immigration, je suis déjà contre le fait que l'on approprie des bouts de Terre que l'on appel pays.
Maintenant il faut se resituer dans le contexte mondial et tous le monde n'a pas les "droits de l'homme/humain" pour objectif de vie, c'est même d'ailleurs le contraire dans la majorités de pays dans le monde.

Il est donc, stupide et suicidaire en 2022, dans un pays comme la France, d'être contre le fait de réguler les frontières, mais pour en revenir au sujet, la "grande démission" est surtout un prétexte pour les entreprises, de justifier justement, des baisses de salaires en ayant à portée de main des prétextes comme ceux que j'ai évoqué au début.
0  0