IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Pour quels motifs les employés de la Tech. seraient-ils prêts à changer d'emploi ? Pour demeurer en télétravail de façon permanente ou au moins selon l'approche hybride,
D'après une série d'études

Le , par Patrick Ruiz

1PARTAGES

7  1 
Le travail à distance s’est imposé à l’échelle globale avec la survenue de la crise sanitaire de coronavirus. Un sondage de Gartner publié à mi-parcours du mois de mars 2020 révèle que 88 % (d’un échantillon de 800) des organisations disséminées à travers le monde ont fait passer leurs employés en mode télétravail. En plus de deux ans, une tendance se dégage : les employés ne veulent plus du bureau et sont plutôt pour le télétravail de façon permanente ou au moins pour l’approche hybride. C’est ce que confirment une série de sondages dont les résultats viennent relancer le débat de l’avenir de l’approche travail à distance après la pandémie.

« En 2022, la majorité des travailleurs de la filière technologie continueront à travailler dans un modèle de travail à distance (61,7 %), suivi par le travail hybride (30,0 %). Seuls 7,9 % des travailleurs de ce domaine déclarent qu'ils sont entièrement de retour au bureau. Les travailleurs du secteur technologique demeurent satisfaits du modèle de travail modèle de travail actuel de leur employeur (55,8%) et ne sont pas en quête de changements. 27,7 % des candidats interrogés sont quelque peu satisfaits, et préféreraient plus de changements (c.-à-d. une plus grande flexibilité du travail à distance). Un modèle de travail entièrement à distance reste le le plus convoité par les travailleurs de la technologie en 2022 (59,2%), suivi d'un environnement de travail hybride hybride (38,8 %). Seuls deux pour cent des répondants pensent que la configuration de travail la plus idéale idéal est d'aller dans un bureau tout le temps. Malgré le climat économique actuel, le travail à distance/flexible reste une priorité pour les employés », indique la plateforme de recrutement Hired dans un récent état des lieux qui concerne un échantillon de travailleurs aux USA, au Royaume-Uni et au Canada.

« Lorsqu'on a demandé aux candidats s'ils seraient prêts à revenir travailler dans un bureau si cela signifiait une plus grande sécurité pour leur emploi, plus de la moitié (54,2%) des candidats ont répondu par l'affirmative, mais ont indiqué qu'ils commenceraient immédiatement à chercher d'autres emplois offrant des options de travail à distance plus souples. 29,0 % ont répondu qu’ils démissionneraient si un retour au bureau leur était imposé et seulement 16,8 % ont répondu qu’ils resteraient dans leur entreprise actuelle », ajoute Hired.


C’est une espèce de redite. En effet, un sondage d’ADP research paru au mois de mars dernier a fait état de ce que 64 % des travailleurs (sur un échantillon mondial de 32 000 travailleurs disséminés dans divers pays) envisagent de démissionner si on leur demande de retourner au bureau à temps plein. La même étude avait rapporté que 52 % des employés au sein de ce même lot de travailleurs envisagaient d’accepter une baisse de salaire pour éviter de retourner au bureau à temps plein.


Ces enquêtes font suite à un sondage sur developpez.com qui a révélé que la majorité, soit 56,57 %, des votants sont pour rester en télétravail de façon permanente après la crise. Une autre enquête publiée par OnePoll en collaboration avec GoTo mettait en avant des tendances similaires. Le sondage réalisé auprès de 1000 employés de bureau aux USA, 250 employés de bureau en Inde, au Royaume-Uni, au Brésil et en Allemagne, 125 employés de bureau en Australie et 125 employés de bureau en Nouvelle-Zélande avait révélé que :

  • 48 % étaient prêts à accepter une baisse de salaire pour rester en télétravail ;
  • 77 % des répondants estimaient que la formule télétravail est le meilleur moyen d’aider l’environnement en raison d’une baisse importante des trajets domicile-travail.

D’une étude à l’autre, les avantages mis en avant en faveur du volet télétravail reviennent : horaire de travail flexible, moins de stress lié au trajet, des économies et un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. D'un autre côté, les principales préoccupations sont la diminution des mouvements physiques au cours de la journée, le manque d'interaction avec les collègues, la fatigue de l'écran et l'impossibilité de collaborer ou de communiquer efficacement.

Source : Hired

Et vous ?

Que pensez-vous des tendances que ces sondages mettent en avant ? Sont-elles pertinentes ?
Que pensez-vous des arguments mis en avant en faveur du télétravail ?
Voyez-vous le télétravail s'imposer comme la norme après la crise de coronavirus ?
Pour quelles raisons aimeriez-vous (n'aimeriez-vous pas) rester en télétravail ?
Iriez-vous jusqu’à abandonner votre poste si le retour sur site vous était imposé ?

Voir aussi :

Microsoft autorise ses employés à travailler à domicile, alors que la nouvelle épidémie de coronavirus continue de se propager dans les pays du monde entier
En Chine, le coronavirus force la plus grande expérience de travail à domicile au monde, le télétravail semble être la seule solution dont disposent les entreprises
Coronavirus : après avoir recommandé le travail à domicile, Twitter demande à ses employés de travailler chez eux. Une mesure adoptée par les grandes enseignes de la tech comme Google
La crise du coronavirus : un afflux massif vers le travail à domicile crée une opportunité pour les pirates informatiques, selon des experts en cybersécurité

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Bousk
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 20/09/2022 à 21:37
Je trouve la formulation au mieux étrange : "travailler au bureau pour la sécurité de l'emploi".
S'il y a bien une chose que la pandémie a prouvé, c'est que le travail à distance fonctionne plutôt bien pour la majorité d'entre nous pro de l'informatique.
Et je vois pas bien en quoi être dans un building spécifique ou non est lié à la sécurité de l'emploi.
Ces emplois sont destinés à disparaitre s'ils sont maintenus en remote ? Parce que... ?
1  0