IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Burn out numérique : comment y faire face à l'heure du télétravail
Par Bastien Dubuc, Country Manager France chez Avast

Le , par Bastien Dubuc

15PARTAGES

9  2 
Depuis la crise sanitaire du Covid-19 et des différents confinements, le télétravail et le travail hybride sont devenus la nouvelle norme pour nombre d’employés de bureau, qui sont désormais plus que jamais soumis à une sur-sollicitation numérique au travers d’une multiplicité de canaux.

En effet, les employés sont de plus en plus saturés de mails, de notifications des plateformes de collaboration professionnelles, d’appels téléphoniques et de messages instantanés, avec parfois une multiplication des réunions et une frontière de plus en plus poreuse entre le monde privée et le monde professionnelle. Cette connexion excessive envahit tous les domaines de la vie quotidienne.

Le télétravail n’est pas mauvais en soi et beaucoup de personnes ont trouvé leur bonheur dans une liberté accrue et un temps de trajet domicile-travail qui peut être utilisé pour faire autre chose qui a plus de valeur à leurs yeux. Cependant, il convient d’en comprendre les nouvelles règles pour protéger sa santé mentale et prévenir d’un éventuel burn out numérique, résultant d'un stress chronique dans le cadre du travail.


Bastien Dubuc

Qu’est-ce que le burn out numérique ?

Le burn out est un état d'épuisement physique, émotionnel et mental lié à une dégradation du rapport d'une personne à son travail. Cet épuisement émotionnel, physique et psychique se traduit pour l’employé par la sensation d'être « vidée de ses ressources », tout en alliant des sentiments négatifs liés au travail et une efficacité au travail réduite en conséquence. En plus de la multiplication exponentielle des messages et des sollicitations durant les périodes de congés, le climat d’anxiété actuel n’aide pas non plus à protéger la santé mentale des salariés.

Un climat anxiogène qui perturbe le bien-être

Ce climat anxiogène ambiant rend même difficile pour les actifs de récupérer totalement pendant leurs vacances. La crise sanitaire et économique, la guerre, la crise énergétique qui en résulte ou encore le changement climatique sont autant de facteurs qui entrent en jeu et qui ont un impact sur le bien-être des Français. Même en vacances, il est facile via les applications d’actualité et les réseaux sociaux de se retrouver entouré de messages négatifs tout au long de la journée.

Mieux gérer son temps d’utilisation des réseaux sociaux

De plus, une utilisation intensive des réseaux sociaux peut avoir des effets dévastateurs sur les utilisateurs et leur santé psychologique. Et bien que les géants des réseaux sociaux aient pris un certain nombre d'initiatives notables pour protéger le bien-être de leurs utilisateurs, la façon dont nous interagissons avec les plateformes continue d'avoir des effets profonds (tant positifs que négatifs) sur la façon dont nous nous frayons un chemin dans le monde réel. Il est donc important pour les employés en vacances et hors vacances de régler les paramètres de notifications de leur smartphone et de leur ordinateur pour ne pas recevoir de notifications qui viennent polluer leur esprit à longueur de journée. L’utilisation abusive des applications d’actualité, de réseaux sociaux ou autres, peut entraîner une boucle de rétroaction négative et créer une sorte de « bruit de fond » dans l’esprit des utilisateurs. Il est important d’en avoir conscience.

Une détox numérique recommandée

En vacances, il est même possible de se lancer un défi, comme faire une désintoxication numérique. Cela consiste à faire une pause de tout support numérique pendant une période donnée. Cette période peut durer d’une journée à plusieurs semaines, voire plus, selon l’intention et les possibilités réelles. Il s’agit d'un exercice qui se fait consciemment et sans l'aide d'aucun appareil. Les bienfaits sont nombreux : une meilleure concentration, du temps supplémentaire pour faire autre chose, une nouvelle manière de se détendre, moins de problème de dos ou encore une amélioration de votre bien-être général.

Une séparation vie privée et vie de bureau plus nette

Les directions d’entreprise ont également leur rôle à jouer. En effet, c’est leur devoir de protéger leurs salariés face à une connexion permanente. D’ailleurs, l’employeur peut être poursuivi pour harcèlement numérique s’il ne respecte pas les horaires de travail et le temps de repos légaux des employés. C’est donc un sujet à prendre au sérieux. Il est important pour les entreprises de mettre en place un climat propice au dialogue pour pouvoir parler librement de la charge numérique mentale des employés. Il est également important de former les managers à ces sujets afin de pouvoir déceler les signes de malaise dans le comportement des salariés.

Il faut savoir qu’il est également possible de programmer à plus tard ses e-mails sur Gmail et ses messages sur Slack. De cette façon, un e-mail envoyé le soir ne sera reçu que le lendemain ou un message envoyé le vendredi soir ne sera reçu que le lundi matin. Cette règle simple d’entreprise peut avoir des résultats merveilleux mais elle doit être impulsée par la direction et respectée par l’ensemble des collaborateurs. Il faut savoir que les performances et la productivité des entreprises seront meilleures si les équipes et les employés ne travaillent pas dans un climat de stress et d'anxiété. Les salariés qui travaillent dans un environnement sain avec une frontière réelle entre vie privée et vie professionnelle, et qui prennent réellement du repos, reviennent boostés, sont plus productifs, sont moins malades et moins souvent absents.

Par conséquent, force est de constater que le surmenage n’entraîne rien de bon. Aucun emploi ni activité ne mérite que les salariés exploitent aussi intensément leurs capacités, et les écrans, qui font partie intégrante du quotidien de tous et toutes, peuvent facilement ruiner leur vie et leur santé. L’importance de se déconnecter est donc à ne pas négliger pour améliorer son bien-être et sa santé mentale.

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Les managers excédés déclarent que le travail à domicile doit cesser : plus de 70 % parlent de licenciement ou de réduction de salaire des employés en télétravail, qui refusent de retourner au bureau

Les économistes pensent que des batailles sont à venir sur les avantages du travail à domicile, à l'avenir, les patrons pourraient exiger plus d'heures en échange du télétravail

83 % des développeurs de logiciels souffrent d'épuisement professionnel, selon une étude de Haystack Analytics

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de JPLAROCHE
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 06/09/2022 à 13:58
Bahhhh quand on prend l'être humain pour une machine et qu'il suffit d'appuyer sur un bouton pour avoir la réponse, pas étonnant que le burn-out montre son nez.

Mais j'aimerais que l'on mette en pratique ce qui est dit dans l'article, c'est loin d'être le cas lorsque la machine s'emballe et que le contexte économique viens s'installer...
2  0 
Avatar de smarties
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 07/09/2022 à 9:51
Ma solution pour lutter contre ça :
- réveil toujours le matin à la même heure, débauche le soir à plus ou moins 30 minutes par rapport à mon horaire défini. En dehors des heures de travail, je déconnecte tout de mon ordinateur et je ne suis joignable que par téléphone/SMS.
- ne pas mettre sa boite mail sur son téléphone perso (quand on est sédentaire)
- réseaux sociaux : 1x par jour. J'oublie même d'y aller certains jours pour consulter les éventuels messages.
- avoir un enfant en bas age pour ne pas mettre les infos à la TV afin de lui éviter l'écran... par conséquent je suis aussi moins bien informé

Pour le climat anxiogène, c'est plus compliqué mais :
- je regarde peux les informations donc je ne suis pas "saturé" des éléments négatifs
- habitant en maison de puis 2 ans, j'ai commencé à cultiver quelques petites choses (je voudrais cultiver énormément de choses mais si je fais tout d'un coup, je crains de me décourager)
- je pense à investir dans des panneaux solaire pour être semi-autonome
- pour l'eau, je fais attention à mon usage et consommation (je recycle certaines eaux en arrosage de plantes, j'alterne douche et toilette au gant, quand je suis seul à la maison je tire une chasse d'eau sur 2-3)
- j'achète de la seconde main
- quand je parle avec des gens, si le sujet est abordé, on essaye de s'échanger des "astuces"
Grâce à ça, je pense agir dans le bon sens pour l'environnement et j'essaie de me persuader que la moitié des gens changent doucement leurs habitudes.
2  0 
Avatar de Glutinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 07/09/2022 à 16:55
Citation Envoyé par smarties Voir le message
Ma solution pour lutter contre ça :
- réveil toujours le matin à la même heure, débauche le soir à plus ou moins 30 minutes par rapport à mon horaire défini. En dehors des heures de travail, je déconnecte tout de mon ordinateur et je ne suis joignable que par téléphone/SMS.
- ne pas mettre sa boite mail sur son téléphone perso (quand on est sédentaire)
- réseaux sociaux : 1x par jour. J'oublie même d'y aller certains jours pour consulter les éventuels messages.
- avoir un enfant en bas age pour ne pas mettre les infos à la TV afin de lui éviter l'écran... par conséquent je suis aussi moins bien informé

Pour le climat anxiogène, c'est plus compliqué mais :
- je regarde peux les informations donc je ne suis pas "saturé" des éléments négatifs
- habitant en maison de puis 2 ans, j'ai commencé à cultiver quelques petites choses (je voudrais cultiver énormément de choses mais si je fais tout d'un coup, je crains de me décourager)
- je pense à investir dans des panneaux solaire pour être semi-autonome
- pour l'eau, je fais attention à mon usage et consommation (je recycle certaines eaux en arrosage de plantes, j'alterne douche et toilette au gant, quand je suis seul à la maison je tire une chasse d'eau sur 2-3)
- j'achète de la seconde main
- quand je parle avec des gens, si le sujet est abordé, on essaye de s'échanger des "astuces"
Grâce à ça, je pense agir dans le bon sens pour l'environnement et j'essaie de me persuader que la moitié des gens changent doucement leurs habitudes.
Pour ma part, cela fait belle lurette que je ne regarde pas les informations. Je ne me suis jamais intéressé à l'actualité, que j'avais 18, 25, 30 ou 35 ans. Certes je me prends dans la tronche des informations chiantes, un peu comme les montées des impôts, des taxes etc. mais mon quotidien est fait d'essayer de n'admirer que les bonnes choses.

Pour la détox numérique, de toute manière à peu près tout mon entourage, avec des catégories socio-culturelles et dans toute la France, commencent à bouder les RS que ce soit Facebook, Twitter ou Instagram (ils sont un peu actifs sur LinkedIn, mais c'est surtout pour continuer à garder un œil sur des opportunités de carrière). Quand les RS sont arrivés il y a une quinzaine d'années, c'était la joie, on ne savait pas trop quoi en faire, c'était des groupes Facebook pour parler de tout et de rien, les gens indiquaient sur Twitter qu'ils étaient en train d'aller aux toilettes ou boire le café. Puis chaque réseau a trouvé son usage, mais les gens se sont lassés. Soit parce qu'à trente-quarante ans ils n'ont plus le temps de ça (s'occuper des gamins + quelques heures précieuses pour se reposer) soit parce que de toute façon ils ont bien compris que râler contre les prix ou la nullité du dernier Marvel / DC (choisissez votre camp) est stérile.

Les seuls qui sont restés dans ce domaine autour de moi sont les complotistes. Je les ai tus. Il n'y a quasiment plus rien sur FB, je ne regarde même pas les Réels.
3  1 
Avatar de smarties
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 08/09/2022 à 21:31
Pour aider à séparer le pro du perso, je pense qu'il est bien :
- d'avoir un PC portable pro dédié que l'on ferme et range quand on a finit de travailler comme ça, ça évite de l'ouvrir pour consulter des mails ou de se remettre à travailler
- sur un PC perso : créer un utilisateur dédié au travail pour ne pas avoir accès au perso ou alors séparer le plus possible certaines applications (Firefox pour le perso et Chrome pour le pro, VSCode/VSCodium, ...)
- avoir une pièce dédiée au travail et la fermer à clé quand on a fini

J'ai l'impression que quand c'est contraignant d'accéder à des éléments de travail, la séparation vie pro et perso est plus simple
1  0 
Avatar de smarties
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 07/09/2022 à 15:59
On a un certains nombre de choses inhérentes à nos métiers (temps passé devant un écran, notifications/mail, ...) et le fait d'être hyper connecté (smartphone, réseaux sociaux) n'aident pas au bon équilibre psychologique.

La santé devrait plutôt être traitée/pilotée par des médecins/chercheurs indépendants (de recherche commandée par des grands groupes), on ajouterait notre pierre à l'édifice en proposant des causes ou des troubles supplémentaires.
0  0 
Avatar de sanderbe
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 08/09/2022 à 17:20
Bonjour

Burn out numérique : comment y faire face à l’heure du télétravail, par Bastien Dubuc, Country Manager France chez Avast

Depuis la crise sanitaire du Covid-19 et des différents confinements, le télétravail et le travail hybride sont devenus la nouvelle norme pour nombre d’employés de bureau, qui sont désormais plus que jamais soumis à une sur-sollicitation numérique au travers d’une multiplicité de canaux.

Qu'en pensez-vous ?
Effectivement le télétravail n'a pas que des avantages ! Par moment il arrive qu'on soit tenté de regarder les mails qui arrivent. Par exemple avant / après le repas du soir . Dans le "creux de 5 minutes" ... puis on envoie une notif ^^

Attention à ne pas devenir esclave de son travail . On voit beaucoup cela chez des carriéristes.
1  1