IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

20 % des directeurs techniques (CTO) ont accédé à ce poste en moins de 5 ans, entre 5 et 10 ans pour 35 % d'entre eux
Et 27 % ont mis entre 11 et 15 ans, selon STX Next

Le , par Sandra Coret

27PARTAGES

3  0 
Une étude menée auprès de plus de 500 directeurs techniques montre que 35 % des personnes interrogées déclarent qu'il leur a fallu entre cinq et dix ans pour atteindre ce poste, tandis que 27 % seulement ont mis entre 11 et 15 ans. Les résultats montrent la vitesse surprenante à laquelle un poste de directeur technique peut être atteint, et prouvent qu'il s'agit d'un plan de carrière viable pour les aspirants professionnels techniques.

Alors, comment obtenir le fauteuil de direction, la place de parking réservée et le bureau d'angle ? Un tiers des personnes interrogées disent avoir rejoint l'organisation en tant que CTO d'une autre entreprise. Environ 29 % des directeurs techniques sont promus au sein de leur organisation et 34 % disent avoir cofondé une entreprise et être devenus directeurs techniques immédiatement.

Les CTO sont généralement issus de fonctions techniques solides : 70 % étaient auparavant développeurs de logiciels ou ingénieurs, 60 % étaient responsables techniques ou ingénieurs et 29 % étaient chefs de projet. Seuls 7 % étaient des universitaires avant de devenir directeur technique.

Les gens semblent également apprécier le poste de directeur technique. Lorsqu'on leur demande d'évaluer leur satisfaction professionnelle sur une échelle de un à cinq, 35 % d'entre eux donnent une note de cinq et 43 % une note de quatre. La satisfaction à l'égard du salaire est toutefois un peu plus faible : 18 % seulement des personnes interrogées attribuent une note de cinq à leur salaire, tandis que 31 % lui attribuent une note de trois.


Maciej Dziergwa, PDG de STX Next, déclare :

Notre étude montre qu'il existe un plan de carrière clair et viable pour les aspirants CTO. Avec une bonne éthique de travail, le bon mélange de compétences techniques et non techniques et suffisamment d'expérience sur le terrain, il est très réaliste pour les professionnels d'atteindre ce poste en quelques années seulement. Il est également positif de constater un niveau global élevé de satisfaction professionnelle chez les CTO.

Bien que ces résultats soient prometteurs, il reste du travail à faire pour améliorer le rôle à l'avenir. Les dirigeants d'entreprise devraient chercher des moyens de soutenir davantage leurs CTO, que ce soit en leur offrant de meilleurs salaires, en leur faisant davantage confiance pour prendre des décisions importantes en matière de développement logiciel ou en leur fournissant le personnel adéquat pour atteindre leurs objectifs.


Source : STX Next

Et vous ?

Trouvez-vous ces résultats pertinents ?
Quelle a été votre expérience personnelle ?

Voir aussi :

Les temps semblent être favorables pour les programmeurs maintenant, mais comment cela va-t-il se terminer ? Les entreprises pourraient se tourner vers le low-code/no-code ou les IA codeuses

Les entreprises technologiques font face à une nouvelle crise de recrutement et proposent désormais de l'argent aux candidats pour passer un entretien, ainsi que des avantages s'ils acceptent le job

Selon 53 % des développeurs et des professionnels de l'informatique, le plus grand défi de l'industrie du logiciel cette année sera de recruter des développeurs, possédant les bonnes compétences

La mauvaise qualité du matériel informatique est la 3e cause de burnout ou de départ des travailleurs de la filière IT, d'après une étude de Nextthink, qui souligne que 40 % des salariés en souffrent

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !