IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Suite aux mandats de retour au bureau, les meilleurs talents de la technologie sont partis
Un nombre croissant d'employés seniors ont quitté Apple, Microsoft et SpaceX pour travailler chez des concurrents

Le , par Jade Emy

33PARTAGES

6  0 
Selon une étude par des chercheurs de l'université de Chicago et de l'université du Michigan, les mandats de retour au bureau dans certaines des entreprises technologiques les plus puissantes - Apple, Microsoft et SpaceX - ont été suivis d'un pic de départs parmi les talents les plus chevronnés et les plus difficiles à remplacer.

Les chercheurs se sont appuyés sur les données de CV de People Data Labs pour comprendre l'impact des retours forcés au bureau sur l'ancienneté des employés et le mouvement des travailleurs entre les entreprises. Ils ont constaté une forte corrélation entre les départs d'employés de haut rang directement après la mise en œuvre d'un mandat, ce qui suggère que ces politiques "ont eu un effet négatif sur la durée d'emploi et l'ancienneté de leur personnel respectif". Selon l'étude, les employés de haut rang sont restés plusieurs mois de moins qu'ils ne l'auraient fait en l'absence de mandat et, dans de nombreux cas, ils sont allés travailler pour des concurrents directs.

Chez Microsoft, la part des employés de haut rang dans l'effectif global de l'entreprise a diminué de plus de 5 points de pourcentage après l'entrée en vigueur de l'obligation de retour au bureau, ont constaté les chercheurs. Chez Apple, la baisse a été de 4 points de pourcentage, tandis que chez SpaceX - la seule des trois entreprises à exiger que les travailleurs soient entièrement présents - la part des employés seniors a chuté de 15 points de pourcentage.

Les chercheurs résument l'étude en déclarant :

Avec la fin officielle de la pandémie de COVID-19, les débats sur le retour au bureau ont occupé le devant de la scène parmi les entreprises et les employés. Malgré leur omniprésence, les implications économiques des politiques de retour au bureau ne sont pas entièrement comprises. En utilisant 260 millions de CV appariés aux données de l'entreprise, nous analysons les effets causaux de ces politiques sur la durée d'emploi et les niveaux d'ancienneté des employés dans trois des plus grandes entreprises technologiques américaines : Microsoft, SpaceX et Apple. Notre procédure d'estimation est non paramétrique et tient compte de toute l'hétérogénéité de la durée d'emploi et de l'ancienneté des employés dans un cadre de contrôles synthétiques distributionnels.

Nous estimons une réduction de la durée d'emploi contrefactuelle qui augmente pour les employés ayant une durée d'emploi plus longue. De même, nous constatons un déplacement vers la gauche de la distribution de l'ancienneté vers les postes inférieurs au niveau supérieur. Ces changements semblent être dus au départ des employés vers des entreprises plus grandes qui sont des concurrents directs. Nos résultats suggèrent que les politiques de retour au bureau peuvent conduire à un exode des employés seniors, ce qui constitue une menace potentielle pour la productivité, l'innovation et la compétitivité de l'entreprise dans son ensemble.

"Nous constatons que les employés expérimentés impactés par ces politiques dans les grandes entreprises technologiques cherchent du travail ailleurs, emportant avec eux certains des investissements en capital humain et des outils de productivité les plus valorisés", a déclaré Austin Wright, professeur adjoint de politique publique à l'Université de Chicago et l'un des auteurs de l'étude. "Les chefs d'entreprise devraient peser soigneusement les préférences des employés et les opportunités du marché lorsqu'ils décident quand, ou s'ils décident de rendre obligatoire le retour au bureau."

"La technologie est un secteur "où le discours sur le retour au bureau a été le plus animé", a déclaré David Van Dijcke, chercheur à l'université du Michigan qui a participé à l'étude. Microsoft, Apple et SpaceX jouent un rôle prépondérant dans le secteur - collectivement, ils représentent plus de 2 % de la main-d'œuvre technologique et 30 % des revenus de l'industrie, selon les chercheurs - et leur politique en matière de bureau "crée un précédent pour le débat plus large sur le retour au bureau", écrivent les auteurs de l'étude.

"Ces trois entreprises ont également été parmi les premières entreprises de la Big Tech à mettre en place des mandats de retour au bureau en 2022, ce qui a permis aux chercheurs de séparer les effets des mandats des licenciements technologiques généralisés qui ont secoué l'industrie plus tard dans l'année", a déclaré M. Van Dijcke.

Retour au bureau et distribution de la durée d'emploi

L'étude estime qu'un mandat de retour au bureau chez Microsoft a conduit à un départ important de cadres supérieurs vers de grands concurrents. Qu'est-ce que cela suggère sur les ramifications plus larges de tels mandats pour les entreprises qui les mettent en œuvre ? Pour commencer, examinons les raisons qui motivent la mise en œuvre d'un mandat de retour au bureau.

Les dirigeants ont tendance à croire que le travail à domicile diminue la productivité et la diffusion des connaissances au sein de l'entreprise, et qu'ils éprouvent des difficultés à surveiller les employés dans le cadre du travail à distance. La littérature académique soutient certaines de ces préoccupations, mais pas toutes. D'autre part, il a été constaté que la satisfaction et la fidélisation des employés diminuaient avec le retour au bureau. Les résultats suggèrent que ces problèmes de fidélisation pourraient être plus graves, car les employés seniors et, en fait, les cadres (supérieurs) eux-mêmes quittent l'entreprise.

Ainsi, une entreprise qui retourne au bureau dans le but d'augmenter la productivité ou l'innovation peut finir par le faire dans un sens étroit, en améliorant les paramètres de production de ceux qui restent, mais en leur nuisant pour l'entreprise dans son ensemble.


À l'appui de cette thèse, la littérature académique fournit de nombreuses preuves de la valeur des employés seniors et de longue date pour les entreprises dans lesquelles ils travaillent. D'une manière générale, le capital humain a été théorisé comme un facteur clé déterminant l'avantage concurrentiel des entreprises et estimé comme étant fortement lié aux performances de l'entreprise. Plus précisément, il a été constaté que la production des travailleurs augmentait de manière monotone en fonction de leur ancienneté, les patrons étant estimés être presque deux fois plus productifs que le travailleur moyen.

Ces effets sont dus à la formation (coûteuse) des employés et à l'accumulation plus générale de capital humain spécifique à l'entreprise avec la durée du mandat. En outre, les salariés seniors ne sont pas seulement productifs, ils influencent aussi fortement la productivité générale de l'entreprise. Les dirigeants et les pratiques de gestion expliquent une grande partie de la variation de la productivité des entreprises, en particulier lorsqu'ils sont associés à un capital humain de meilleure qualité. Les employés travaillant dans la recherche et le développement (R&D) augmentent non seulement les taux d'innovation d'une entreprise, mais emportent également leurs connaissances accumulées avec eux lorsqu'ils partent chez des concurrents.

Dans le même ordre d'idées, il a été constaté qu'un taux de rotation du personnel plus faible augmentait l'investissement de l'entreprise et diminuait l'entrée de nouvelles entreprises. Le remplacement de salariés qualifiés entraîne également des coûts d'embauche substantiels, équivalant à environ 2 à 4 mois de salaire, qui augmentent avec le niveau de compétence.

Dans l'ensemble, ce vaste corpus de littérature implique qu'une attrition accrue des employés seniors peut considérablement entraver la production, la productivité, l'innovation et la compétitivité de l'entreprise. Cela offre une perspective importante sur les implications du retour au bureau pour le fonctionnement général d'une entreprise. En outre, les résultats en aval de l'"attrition inégale" peuvent constituer une piste de recherche fructueuse pour l'avenir.


Conclusion

La révolution du lieu de travail provoquée par la pandémie de COVID-19 continue de se répercuter dans les bureaux du monde entier, même si la pandémie elle-même appartient à l'histoire. Si certaines entreprises sont retournées au bureau, beaucoup d'autres sont devenues totalement distantes. L'étude apporte des éléments nouveaux sur les implications de cette bifurcation pour la répartition des employés entre les entreprises et au sein de celles-ci.

En particulier, elle apporte des preuves causales que trois des plus grandes entreprises technologiques américaines - Microsoft, SpaceX et Apple - ont été confrontées à un flux important de départs d'employés après la mise en œuvre d'un mandat de RTO, les employés les plus anciens quittant l'entreprise à des taux plus élevés. En outre, elle fournit des preuves à la fois descriptives et causales que ces employés seniors ont quitté l'entreprise pour des sociétés plus grandes à des taux plus élevés que d'habitude.

Dans l'ensemble, les résultats indiquent que les mandats de retour au bureau peuvent impliquer des coûts de capital humain importants en termes de production, de productivité, d'innovation et de compétitivité pour les entreprises qui les mettent en œuvre. En outre, le tri de la main-d'œuvre qualifiée entre les entreprises que ces résultats impliquent peut avoir des conséquences importantes sur le paysage de l'emploi.

Source : "Return to Office and the Tenure Distribution"

Et vous ?

Pensez-vous que cette étude est crédible ou pertinente ?
Quel est votre avis sur le sujet ?

Plus de 20 000 offres d'emploi de Développeur ou en Informatique

Voir aussi :

Même les cadres qui imposent le retour au bureau admettent que cela n'améliore pas la productivité : Atlassian fait le point sur les 1 000 premiers jours de sa politique de travail en mode distribué

Un tiers des cadres ayant un mandat de retour au bureau prévoient de quitter leur employeur. La rétention des talents clés est rendue difficile à cause de la méfiance entre salariés et employeurs, selon Gartner

La défaite des PDG qui admettent maintenant que le travail hybride est là pour durer, un an après avoir déclaré imposer un retour au bureau à temps plein d'ici à 2026, d'après KPMG

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 14/05/2024 à 11:03
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
1. C'est les RH qui ont été contents... Ils allaient de toute manière les licencier pour raison d'age!

2. On peut connaître le nom des concurrents de Apple, Microsoft et SpaceX? Mme Michu Informatique sarl et Monsieur Duschmol Space Inc? Les mecs qui ont quitté Apple sont partis chez Microsoft et vice-versa?
les experts en IA sont allé voir ailleurs (open ai par exemple),
chez apple, les experts en soc sont allé voir ailleurs (Nuvia), que qualcom a su bien exploité pour faire les futurs cœurs Oryon (snapdragon X elite).

Ces gafams ont perdu de grand talents que les jeunes poussent on su attirer et sorte des produits très concurrentiels !
Pour spaceX il y'a pleins d'autres boites qui le concurence: a commencer par boeing, mais aussi les jeunes startup qui développe des lanceurs léger un marché ultra concurentiel: rocketlaunch, vega, Skyroot,...

En matière d'ia Apple est complétement largué et a clairement raté le coche par exemple.
Et Qualcomm a rattrapé son retard sur les puce M de apple, sans parler de Intel qui en a débauché aussi et propose une architecture hybride très concurrentiel.

une entreprise ne vit que grâce a ces talents, une boite incapable de les retenir et condamné a mourir sur le long terme car elle sera incapable d'innover et de proposer des produits concurrentiel.
les esn française qui paient mal ont un turn over important et des ingénieurs qui ne sont pas impliqué (job alimentaire en attendant de trouver mieux), ces boites (par exemple atos, capgemini, alten...) ne produise rien de qualité, n'ont aucune expertise et ne produise aucune innovation.

et ne pas oublier qu'on vit dans la mondialisation ! et c'est a double tranchant, la concurrence étrangère. je me suis déjà fait plusieurs fois démarché par des boites des émirats arabe unis et il y'a 1 mois pour la 1ere fois de ma vie...une boite chinoise.
Si la boite chinoise me propose un très bon package, je n'aurais aucun scrupule a travailler pour eux et donner le meilleur de moi même, pour donner un meilleur produit et couler les boites occidentales.

je dis cela car la france est un des pays qui subit le plus la fuite des talents/cerveau.
4  1 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 14/05/2024 à 10:42
un nombre croissant d'employés seniors ont quitté Apple, Microsoft et SpaceX pour travailler chez des concurrents.
1. C'est les RH qui ont été contents... Ils allaient de toute manière les licencier pour raison d'age!

2. On peut connaître le nom des concurrents de Apple, Microsoft et SpaceX? Mme Michu Informatique sarl et Monsieur Duschmol Space Inc? Les mecs qui ont quitté Apple sont partis chez Microsoft et vice-versa?
3  1 
Avatar de weed
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 14/05/2024 à 23:33
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
et ne pas oublier qu'on vit dans la mondialisation ! et c'est a double tranchant, la concurrence étrangère. je me suis déjà fait plusieurs fois démarché par des boites des émirats arabe unis et il y'a 1 mois pour la 1ere fois de ma vie...une boite chinoise.
Si la boite chinoise me propose un très bon package, je n'aurais aucun scrupule a travailler pour eux et donner le meilleur de moi même, pour donner un meilleur produit et couler les boites occidentales.

je dis cela car la france est un des pays qui subit le plus la fuite des talents/cerveau.

Absolument il y a la loi de l'offre et de la demande. Après le choix du poste ne se fait pas uniquement sur le salaire mais également sur le cadre de vie, du climat, de tes activites, de ton entourage.

Par exemple, le cadre de vie n'est pas le même entre celui de la Suisse et celui de Dubai. Perso, aimant beaucoup la montagne, je ne suis pas certain que je sois capable de déménager à Dubai, très loin de ces types de paysages..
0  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 15/05/2024 à 8:06
Citation Envoyé par weed Voir le message
Absolument il y a la loi de l'offre et de la demande. Après le choix du poste ne se fait pas uniquement sur le salaire mais également sur le cadre de vie, du climat, de tes activites, de ton entourage.

Par exemple, le cadre de vie n'est pas le même entre celui de la Suisse et celui de Dubai. Perso, aimant beaucoup la montagne, je ne suis pas certain que je sois capable de déménager à Dubai, très loin de ces types de paysages..
oui tout a fait, je me vois pas vivre à Dubai pour le climat.
et aussi le temps de travail qui compte, j'irais jamais bossé en Corée du sud par exemple avec ces horaires a l’extrême (pays qui connais de grosse fuite des cerveaux aussi au cause de ça).

Mais après on peut aussi se dire que c'est pas pour la vie, une boite étrangère qui propose un bon package, ont peut le faire sur quelques années histoire de se constituer un patrimoine financier et revenir ensuite en France ou a coté si ça nous plait pas.
0  0