IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Meta durcit sa politique de retour au bureau : l'entreprise impose aux employés de travailler en présentiel au moins trois jours par semaine
Et menace de licencier les récalcitrants

Le , par Stéphane le calme

1PARTAGES

20  1 
Meta, la société anciennement connue sous le nom de Facebook, a annoncé jeudi une mise à jour de sa politique de retour au bureau, qui impose aux employés de travailler en présentiel au moins trois jours par semaine, sous peine de sanctions pouvant aller jusqu’au licenciement. Cette décision intervient après que le PDG Mark Zuckerberg a vanté les avantages du travail en équipe dans les locaux de l’entreprise.

Selon un message publié dans Workplace, le forum interne de l'entreprise, Lori Goler, la responsable des ressources humaines de Meta, a indiqué que tous les employés « affectés à un bureau » devront travailler depuis ce bureau ou participer à des activités en personne au moins trois jours par semaine. Les employés déjà approuvés pour un travail entièrement à distance ne sont pas concernés par cette exigence.

« La responsabilisation sera au cœur de la mise en œuvre de cette politique de manière juste et efficace », a indiqué Goler. Les managers de Meta seront chargés de suivre les employés sur une base mensuelle, en s’assurant qu’ils respectent la politique. Les employés qui ne se conformeront pas à la règle pourront être sanctionnés ou même perdre leur emploi. « Les managers examineront les informations relatives aux badges et à l’outil de statut sur une base mensuelle et feront un suivi avec ceux qui n’ont pas respecté l’exigence, sous réserve des lois locales et des exigences des comités d’entreprise », a écrit Goler. « Comme pour les autres politiques de l’entreprise, les violations répétées peuvent entraîner des mesures disciplinaires, allant jusqu’à une baisse de la notation de performance et, en fin de compte, un licenciement si elles ne sont pas corrigées ».

Un porte-parole de Meta a déclaré : « Nous pensons que le travail distribué continuera à être important à l’avenir, en particulier à mesure que notre technologie s’améliorera. À court terme, notre accent sur le présentiel vise à soutenir une expérience forte et précieuse pour nos collaborateurs qui ont choisi de travailler depuis le bureau, et nous sommes réfléchis et intentionnels sur les domaines où nous investissons dans le travail à distance ».

Dans les pas de Google, Amazon et Apple

Amazon

La politique de retour au bureau de Meta est désormais aussi stricte que celle d’Amazon, qui a également imposé aux employés de revenir au bureau au moins trois jours par semaine. Plus récemment, l'entreprise a créé la polémique en demandant à ses employés de déménager près des hubs ou de quitter l'entreprise.

La nouvelle politique d’Amazon s’inscrit dans le cadre de son plan de retour au bureau, annoncé en février dernier par le PDG Andy Jassy. Ce dernier a assuré avoir pris sa décision de ramener les travailleurs après avoir observé ce qui fonctionnait pendant la pandémie. Entre autres choses, il a déclaré que l’équipe de direction avait observé comment le personnel se comportait et avait parlé aux dirigeants d’autres entreprises. Il a déclaré qu’ils avaient conclu que les employés avaient tendance à être plus engagés en personne et à collaborer plus facilement.

Il a également précisé que chaque équipe aurait un “hub” assigné, c’est-à-dire un bureau central où la majorité des membres devraient se rendre.

Or, certains employés ont découvert récemment que leur “hub” se situait dans une ville ou un pays différent de leur lieu de résidence actuel. C’est le cas, par exemple, d’un manager qui a déclaré des hubs à Seattle, New York, Houston et Austin pour son équipe, selon un message Slack obtenu par Insider. Ceux qui ne souhaitent pas se rapprocher de l’un de ces hubs devront soit trouver une nouvelle équipe qui leur permette de rester dans leur ville, soit quitter l’entreprise par une « démission volontaire ».

Cette mesure a provoqué la colère et l’incompréhension de nombreux salariés, qui se sentent trahis par leur employeur. Certains ont vu leurs offres d’emploi annulées ou retirées, alors qu’ils avaient été embauchés en virtuel ou qu’ils avaient obtenu l’autorisation de déménager dans un autre pays pendant la pandémie. D’autres craignent pour leur avenir professionnel et personnel, s’ils doivent choisir entre abandonner leur famille, leurs amis ou leur logement, ou renoncer à leur poste chez Amazon.

Google

La directrice des ressources humaines de Google, Fiona Cicconi, a indiqué aux employés que l'entreprise prévoyait de doubler le temps en présentiel estimant « qu'il n'y a tout simplement pas de substitut qui remplace efficacement la réunion en personne ».

« Bien sûr, tout le monde ne croit pas aux "conversations magiques dans les couloirs", mais il ne fait aucun doute que travailler ensemble dans la même pièce fait une différence positive », lit-on dans l'e-mail de Cicconi. « Beaucoup des produits que nous avons dévoilés à I/O et Google Marketing Live le mois dernier ont été conçus, développés et construits par des équipes travaillant côte à côte ».

Dans sa note, elle rappelle également aux employés qu'ils doivent venir au bureau trois jours par semaine s'ils ne sont pas déjà désignés comme distants et « qui sont constamment absents du bureau », précisant que les responsables peuvent tenir compte de leurs absences dans les évaluations de performances, une mesure qui a frustré de nombreux employés.

Cicconi est allé jusqu'à demander aux travailleurs à distance déjà approuvés de reconsidérer leur situation : « Nous savons qu'un certain nombre de personnes sont passées au travail entièrement à distance pour de nombreuses bonnes raisons, car nous nous sommes tous adaptés à la pandémie. Pour ceux qui vivent à distance et à proximité d'un bureau Google, nous espérons que vous envisagerez de passer à un horaire de travail hybride. Nos bureaux sont l'endroit où vous serez le plus connecté à la communauté Google. À l'avenir, nous n'examinerons les nouvelles demandes de travail à distance que par exception. »


Apple

Cette politique a été appliquée par Apple depuis 2021. Cette année-là, les employés d'Apple ont été invités à retourner au bureau trois jours par semaine. Tim Cook leur a fait parvenir un courriel les informant du changement :

« Pour tout ce que nous avons pu accomplir alors que beaucoup d'entre nous ont été séparés, la vérité est qu'il a manqué quelque chose d'essentiel au cours de cette dernière année : l'un l'autre », a-t-il déclaré. « La vidéoconférence a réduit la distance entre nous, bien sûr, mais il y a des choses qu'elle ne peut tout simplement pas reproduire. »

Cook a annoncé que la plupart des employés seront invités à se rendre au bureau les lundis, mardis et jeudis, avec la possibilité de travailler à distance les mercredis et vendredis. Les équipes qui doivent travailler en personne reviendront quatre à cinq jours par semaine.

Les employés ont également la possibilité de travailler à distance jusqu'à deux semaines par an, « pour être plus proches de leur famille et de leur entourage, changer d’air, gérer des voyages inattendus ou une raison différente qui vous est propre », selon la lettre. Les managers doivent approuver les demandes de travail à distance.

Conclusion

Zuckerberg lui-même est apparu cette année comme un PDG plus dur et plus soucieux de Wall Street. Sa discussion publique sur le métavers s’est éloignée d’un désir initial que son ambitieux monde virtuel entraîne une nouvelle ère du travail à distance. Au contraire, il semble vouloir renforcer le contrôle et la surveillance sur ses employés, quitte à les mettre en porte-à-faux avec leurs besoins et leurs aspirations.

Les réactions des employés de Meta à la politique de retour au bureau ne sont pas encore connues, mais il est probable qu’une partie d’entre eux soit mécontente ou inquiète. Certains pourraient apprécier les avantages du télétravail, comme la flexibilité horaire, l’économie de temps et d’argent liée aux déplacements, ou la conciliation travail-famille. D’autres encore pourraient se sentir démotivés ou dévalorisés par la méfiance affichée par leur employeur à leur égard.

Face à ce dilemme, Meta devra faire preuve d’écoute et d’empathie envers ses employés, et leur offrir des solutions adaptées à leur situation. Par exemple, il pourrait leur proposer des horaires flexibles, des mesures de soutien psychologique, des formations sur le travail hybride, ou des incitatifs financiers pour les encourager à revenir au bureau. Il pourrait également leur expliquer les raisons et les bénéfices de sa politique, et les impliquer dans la co-construction du futur mode de travail.

Meta n’est pas la seule entreprise à faire face à ce défi. De nombreuses organisations devront repenser leur façon de travailler à l’ère post-pandémique, en tenant compte des attentes et des besoins de leurs employés, mais aussi de leurs objectifs stratégiques et de leur culture organisationnelle. Le travail hybride semble être une option privilégiée par beaucoup, mais il nécessite une adaptation et une coordination importantes. Il faudra donc trouver le bon équilibre entre le présentiel et le distanciel, et surtout, entre le contrôle et la confiance.

Source : Meta

Et vous ?

Que pensez-vous de la politique de retour au bureau de Meta ? Est-elle juste et efficace, ou trop rigide et contraignante ?
Comment votre employeur gère-t-il le mode de travail hybride ? Est-il à l’écoute et empathique envers vos besoins et vos attentes ?
Comment vous adaptez-vous au changement de mode de travail ? Quelles sont les difficultés ou les opportunités que vous rencontrez ?
Quelle est votre vision du métavers ? Pensez-vous qu’il va révolutionner le monde du travail et des loisirs, ou qu’il va créer plus d’isolement et de déconnexion ?

Voir aussi :

Le retour au bureau, une erreur stratégique pour les entreprises ? 80% des patrons regrettent leurs décisions initiales et admettent qu'ils auraient dû mieux écouter leurs employés, selon Envoy

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 16/01/2024 à 22:37
Citation Envoyé par AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ Voir le message
5 000 km de distance, quasiment du Pacifique à l'Atlantique, 2 heures de décalage horaire...
Austin, le Texas, ses fusils, ses rednecks...
Où est le problème ?
San Diego = une ville de l'état de Californie qui est un des états américains ayant les impôts et taxes les plus élevés des USA

Austin = une ville de l'état du Texas qui se caractérise pas l'absence complète de tout impôt ou taxe concernant les entreprises installées sur son sol

Où est le problème? Ben, il y en a plus... Apple a résolu le problème: Préserver son bénéfice

Quand à ses employés, ce n'est pas un problème, juste une gène passagère...
8  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 24/01/2024 à 7:41
C'est évident qu'une politique de télétravail adaptée avec des personnes consentantes c'est au moins aussi efficace qu'une politique sur site adaptée.
On y gagne alors en confort de vie et souvent en productivité.

Là où ça ne marche pas c'est quand on veux appliquer au télétravail les méthodes qu'on croyais efficace avant , du genre micro management , glorification du presenteisme, etc ...
On ajoute a ça des profils qui ont besoin de ce management (vous savez ce collègue qui branle plus rien dès que le chef est plus là) et c'est la recette de l'échec.

Je crois au 100% télétravail puisque je le pratique mais j'ai plus de mal a croire qu'une entreprise traditionnelle arrive à se transformer complètement sans douleurs
7  0 
Avatar de Nym4x
Membre averti https://www.developpez.com
Le 19/08/2023 à 19:31
Ah zut je croyais qu'ils avaient investi des milliards dans les metavers afin de travailler depuis chez soi dans un environnement virtuel. Le faites ce que je dis mais pas ce que je fais version GAFAM?
6  1 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 16/01/2024 à 17:08
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Apple aurait demandé à des dizaines d'employés de San Diego de déménager à Austin sous peine d'être licenciés, selon un rapport
2 000 km de distance, quasiment du Pacifique à l'Atlantique, 2 heures de décalage horaire...
Austin, le Texas, ses fusils, ses rednecks...
Où est le problème ?
5  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/01/2024 à 16:36
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
sérieux, vivez votre vie a fond, je voyage, je bouffe, j’investis, je profite de la vie quoi !
Je n'investis pas, d'après moi c'est comme jouer au Casino, c'est haram.
Enfin le seul investissement qui m'intéresserait ce serait d'acheter une maison, parce que ça fait chier de payer un loyer.
C'est mieux de rembourser le prêt de sa maison que de payer un loyer.

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Aux USA le marché de l'emploi est très dynamique, suffit de regarder le taux de chômage qui recule malgré ces grands licenciements.
Je viens de tomber sur un article qui dit que la situation n'est pas si rose que ça
Seulement 700 nouveaux emplois auraient été créés dans le secteur technologique en 2023 aux États-Unis contre 267 000 en 2022

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Dans le BTP malgré la crise, le carnet de commande de nombreux artisans et pleins pour plusieurs mois.
Bof.
Crise de l'immobilier : le bâtiment pense perdre 150.000 emplois en deux ans
Il y a de moins en moins de chantiers.

====
Et je n'invente pas le fait que des milliardaires construisent des bases autonomes durables au cas où il y aurait une crise économique.
Ils ont accès à des informations que nous n'avons pas.

2021 :
Le milliardaire Peter Thiel construit un palace en guise de bunker en Nouvelle Zélande
La mouvance survivaliste se prépare depuis des années à faire face à un effondrement de la société (guerre nucléaire, pandémie, krach financier). Les preppers sont souvent présentés dans les médias comme des blancs américains, d’extrême droite et armés jusqu’aux dents. Mais ceux de la Silicon Valley ne répondent pas toujours aux clichés puisque libéraux, urbains et accrocs à la technologie, très loin des stéréotypes du survivaliste.

Si devant les caméras de télévision les startupers de la Silicon Valley vendent les nouvelles technologies comme un progrès pour l’Humanité, dans la réalité, au moins certains d’entre eux voient ça d’un autre œil.

« ;Notre société s’apprête à vivre des changements économiques et technologiques spectaculaires et je ne pense pas que les gens le réalisent. Mais nous, oui, la Silicon Valley vit dans le futur. Avec l’automatisation et l’intelligence artificielle, presque la moitié des emplois américains n’existeront plus dans vingt, trente ans ;», déclarait à la BBC un haut cadre de Facebook.
Les banques se portent très mal.
L'économie se porte très mal, c'est la récession un peu partout.

Faillites : « Le chômage des entrepreneurs pourrait rejoindre son niveau de la dernière grave crise », selon la garantie sociale des chefs d’entreprise
Le nombre de créateurs d’entreprise ayant perdu leur emploi a bondi de plus de 36% au premier semestre. Les secteurs du bâtiment, ou du commerce de détail, paraissent particulièrement exposés. Raison de plus pour se protéger contre ce risque, comme l’indique Anthony Streicher, le président de l’association GSC, la Garantie sociale du chef d’entreprise, présent sur notre stand de LaREF 2023.
Tout le monde ressent bien que le pouvoir d'achat diminue.
2  0 
Avatar de NilsDW
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 30/08/2023 à 9:50
Quelqu'un a mis le PDG d'Amazon en garde sur le fait qu'il risque de perdre des employés?

Blague à part, c'est certainement voulu de sa part, pour continuer de diminuer le nombre d'employés.
2  1 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 15/11/2023 à 20:17
c'est leur droit. ca me choque pas
1  0 
Avatar de MattS32
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 17/01/2024 à 16:16
comme le dit calvaire, le marché de l'emploie reste tendu danbs beaucoup de profession, ces salariés devrait retrouver un boulot et mieux payé.
1  0 
Avatar de AndMax
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 21/08/2023 à 8:24
« La responsabilisation sera au cœur de la mise en œuvre de cette politique de manière juste et efficace »
Je pense qu'il est irresponsable d'encourager (ou imposer) des pratiques qui consistent à augmenter les gaspillages de carburants et les émissions de gaz à effet de serre. Ce n'est donc en aucun cas une politique de "responsabilisation".

Est-elle juste et efficace, ou trop rigide et contraignante ?
Cette politique est injuste pour tous les professionnels qui sont obligés de se déplacer pour pratiquer leur métier, car ils seront ralentis par ceux qui se déplacent inutilement. Transports en communs surchargés, embouteillages, tout ça à cause de patrons inconscients.

Trop rigide oui: je peux comprendre qu'une entreprise impose 1 ou 2 jours sur site par semaine, mais 3 jours avec en plus des jours de semaine imposés, c'est aujourd'hui de l'abus de gaspillages. J'invite les employés à calculer le nombres d'heures que les transports vont représenter avec cette nouvelle politique, multiplier ces heures par leur salaire horaire, et déduire ce montant ainsi tous les frais de transport (bus, trains, véhicule et énergie) de leur salaire pour avoir une idée de la différence entre leur salaire et celui d'un employé qui télétravaille à 100%. Je parie que Meta deviendra beaucoup moins intéressant comme lieu de travail.
2  2 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/08/2023 à 16:34
Citation Envoyé par denisys Voir le message
Alors, pourquoi cette volonté absolue de présentiel , pour les métiers qui peuvent se faire en distanciel ?

Le choix, des employé(e)s, devrait être privilégié.
Les entreprises font ce qu'elles veulent. Si c'est super important pour une entreprise de rester old school, d'être dans une philosophie "100% du travail doit être réalisé au bureau", très bien pour elle, elle a le droit, elle fait ce qu'elle veut, c'est elle qui commande.

Les travailleurs qui veulent du télétravail doivent démissionner, les candidats qui veulent du télétravail ne doivent pas postuler.
Tant que l'entreprise réussie à embaucher des employeurs prêt à faire du 100% présentiel, il n'y a pas de problème.

C'est au travailleur de dire "il n'y a pas de télétravail, alors allez vous faire foutre !".
Aucune entreprise change pour faire plaisir à ses travailleurs, une entreprise change quand elle n'a pas le choix.

Citation Envoyé par Jade Emy Voir le message
Quel est votre avis sur cette situation ?
Je pense que ces grandes entreprises sont très contentes que des travailleurs démissionnent.
Ça coute moins cher que de faire un plan de licenciement massif et en plus ça ne donne pas une mauvaise image de l'entreprise.

Des grandes entreprises ont beaucoup trop d'employés, elles cherchent à en éliminer le plus possible.
2  2