IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le passage au télétravail des professionnels de l'informatique aurait vidé les bureaux et désertifié les centres villes aux USA
D'après un rapport

Le , par Stéphane le calme

0PARTAGES

10  0 
La pandémie de COVID-19 a forcé de nombreux employés à travailler à domicile. Si certains soient retournés au bureau, d'autres on prit l'option du travail à distance. Bien que deux ans se soient écoulées après le confinement aux États-Unis, la dernière étude de LendingTree révèle que le pourcentage de personnes qui ont travaillé à domicile est resté relativement stable au cours de 2021. À l'aide des données de l'enquête U.S. Census Bureau Household Pulse Survey, LendingTree a examiné l'évolution du travail à distance à travers le pays.

Les retombées de cette nouvelle façon de travailler ont un impact sur les villes américaines. Le phénomène est-il susceptible de se propager dans le monde occidental ? Si oui, quels enseignements tirer de cette situation pour que le travail à distance soit une réussite pour tous ?


La révolution du « travail à domicile », qui a été très bénéfique pour de nombreux travailleurs, n'a pas eu un impact si positif pour les villes américaines. Les immeubles de bureaux du pays ne sont pas aussi vides qu'ils l'étaient avant que les vaccins COVID ne soient largement disponibles au printemps 2021. Mais ils sont toujours beaucoup moins peuplés qu'ils ne l'étaient en 2019. Une analyse récente des données du Census Bureau du site financier Lending Tree a révélé que 29% des Américains travaillaient à domicile en octobre 2022. À New York, les sociétés financières ont signalé que seulement 56% de leurs employés étaient au bureau un jour typique en septembre.

Le travail à distance à temps plein est devenu moins répandu depuis les pires jours de la pandémie. Mais les modalités de travail flexibles (dans lesquelles les employés se présentent au bureau quelques fois par semaine) sont toujours bien ancrées. Fin 2022, un article du National Bureau of Economic Research a estimé que 30% de toutes les journées de travail à temps plein seraient effectuées à distance début 2023.

Ces enquêtes et projections sont étayées par des données de téléphonie mobile montrant que, dans pratiquement toutes les grandes villes américaines, le trafic piétonnier dans les quartiers d'affaires centraux a considérablement diminué par rapport à 2019.

Et l'effondrement des taux de fréquentation des bureaux entraîne avec lui les recettes fiscales des villes.

Lorsque seulement 50% des employés d'une entreprise quittent leur domicile le matin, le désir d'espace au sol de cette entreprise s'effondre. Si des nuages ​​de tempête apparaissent à l'horizon économique (comme, par exemple, une banque centrale déterminée à ralentir l'économie pour tuer l'inflation), la réduction des effectifs venant au bureau devient le moyen le plus simple de réduire les dépenses. Ainsi, alors que la hausse des taux a mis les entreprises de technologie au plus bas, les tours de bureaux emblématiques de San Francisco se sont vidées. Par exemple, à New York, Meta a abandonné environ 41 800 mètres carrés de bureaux. Dans l'ensemble du pays, seuls 47 % des bureaux sont occupés.

Tout cela se traduit par une chute de la demande de biens immobiliers commerciaux, qui se traduit par une chute de la valeur des propriétés, qui se traduit par une chute des recettes fiscales. Une étude récente de la Stern School of Business de l'Université de New York a révélé que la valeur des bureaux a chuté de 45 % en 2020 et devrait rester 39 % en dessous des niveaux d'avant la pandémie dans un avenir prévisible. Si cette projection est avérée, elle effacerait 453 milliards de dollars de la valeur des propriétés des villes américaines, réduisant ainsi une source essentielle de revenus municipaux.

À New York, les impôts fonciers sont la principale source de fonds publics, fournissant un tiers des recettes fiscales de la ville. Les immeubles de bureaux représentent un cinquième de cette somme. La baisse de la valeur marchande des principaux quartiers de bureaux de Manhattan a coûté à la ville 5,24 milliards de dollars de revenus.


Il n'y a pas que des implications sur l'impôt foncier

Le bilan du travail à distance sur les villes ne s'arrête pas à ses implications sur les revenus de l'impôt foncier. Permettez aux banlieusards de travailler depuis leur repaire plusieurs jours par semaine, et vous transférez toutes sortes de petits commerces (commandes de déjeuners, boissons après le travail, etc. ) du noyau urbain à sa périphérie. Et les transactions perdues signifient des taxes de vente perdues. Les villes américaines s'attendent à ce que leurs revenus de taxe de vente diminuent en moyenne de 2,5% en 2022, selon une enquête de la National League of Cities. L'année dernière, le contrôleur de la ville de New York, Scott Stringer, a estimé que le travail à distance coûterait à la ville 111 millions de dollars en recettes de taxe de vente par an.

Pendant ce temps, des tours de bureaux plus vides signifient également des métros et des bus plus vides. Bien que l’achalandage des transports en commun se soit remis de ses creux de l’ère COVID, il a atteint un plateau à environ 70 % des niveaux prépandémiques. Cela constitue une menace existentielle pour les systèmes de transport en commun municipaux, dont beaucoup avaient du mal à respecter leur budget avant même la crise du COVID. À New York, la Metropolitan Transit Authority est sur le point de voir un écart grandissant entre ses revenus et ses dépenses d'exploitation au cours de cette décennie.

Le grand danger pour les villes est que ces tendances puissent se renforcer. La baisse des revenus pourrait se traduire par des services publics de moindre qualité (par exemple, des métros moins fiables, des infrastructures moins bien entretenues, des écoles publiques moins performantes, des filets de sécurité plus stricts), ce qui rend les villes moins attrayantes pour les hauts revenus, qui décrochent ensuite en plus grand nombre pour la banlieue, diminuant ainsi davantage les revenus fiscaux.

Pour l'instant, les aides généreuses du plan de sauvetage américain aux États et aux municipalités maintiennent les villes en dehors de ce cercle vicieux. Mais ces fonds vont diminuer dans les années à venir. Dans l'enquête récente de la National League of Cities, près d'un tiers des villes ont déclaré qu'elles seraient confrontées à des défis financiers cette année, à mesure que les fonds de secours s'amenuisent.

Il est possible que le travail à domicile tombe simplement en désuétude à mesure que la pandémie recule dans l'histoire. Mais étant donné les innombrables avantages que présentent les horaires de travail flexibles pour les employés et les entreprises, les villes ne devraient pas compter là-dessus. Au lieu de cela, les grandes villes américaines devraient mettre à profit le seul avantage de l'effondrement de l'immobilier commercial : le nouveau potentiel de créer une tonne de nouveaux logements dans des bâtiments déjà construits et situés au centre.

Les villes américaines les plus prospères ont depuis longtemps échoué à développer leurs stocks de logements en fonction de la demande. Le résultat a été une crise permanente d'abordabilité qui limite la croissance urbaine, transfère d'énormes sommes d'argent des travailleurs aux propriétaires et déplace les résidents de longue date. Les codes de zonage restrictifs (et l'opposition de la communauté aux nouvelles constructions qui menacent d'apporter plus de bruit, de trafic et de concurrence pour les places de stationnement) ont contribué à enraciner ce triste état de fait.

Mais les tours de bureaux libérées résident généralement dans des quartiers déjà préparés aux activités résidentielles et commerciales. Et puisque les bâtiments sont déjà construits, ils ont tendance à attirer moins d'opposition communautaire. Leur centralité, quant à elle, en fait des résidences potentiellement attrayantes pour les citadins qui souhaitent se rendre au travail à pied ou disposer de pratiquement tous les biens ou services que l'on pourrait souhaiter à proximité.

Hélas, convertir des immeubles de bureaux en logements est plus facile à dire qu'à faire. Les bâtiments commerciaux ont généralement beaucoup moins de salles de bains et de cuisines que les bâtiments résidentiels. Ce qui signifie que toute conversion nécessite la reconstruction des systèmes de plomberie et d'électricité d'une tour. Les dépenses s'accumulent rapidement, surtout à une époque où les coûts de construction sont élevés.

Sources : Lending Tree, National Bureau of Economic Research, comment se profile le travail hybride

Et vous ?

Que pensez-vous des implications telles que décrites du passage au télétravail ? Vous semblent-elles crédibles ? Les aviez-vous anticipées ?
Qu'est-ce qui peut, selon vous, l'expliquer ?
Cette observation est-elle propre aux USA ou l'observez vous également dans votre pays ?
Si ce n'est pas le cas, a-t-elle des chances d'être reproduite ? Pourquoi ?
Quelles solutions proposeriez-vous pour que le passage au télétravail soit gagnant-gagnant à la fois pour la ville et le professionnel ?

Voir aussi :

Les employés en télétravail passent moins de temps à travailler, dorment et jouent plus, selon une analyse d'employés de la Federal Reserve Bank de New York
Les dirigeants d'entreprises pensent que les employés en télétravail sont moins productifs, d'après une étude de Microsoft : le travail à distance impacte-t-il négativement sur la productivité ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de smarties
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 03/01/2023 à 22:29
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Hélas, convertir des immeubles de bureaux en logements est plus facile à dire qu'à faire. Les bâtiments commerciaux ont généralement beaucoup moins de salles de bains et de cuisines que les bâtiments résidentiels. Ce qui signifie que toute conversion nécessite la reconstruction des systèmes de plomberie et d'électricité d'une tour. Les dépenses s'accumulent rapidement, surtout à une époque où les coûts de construction sont élevés.
Ca crée donc de l'emploi sur ce point

Que pensez-vous des implications telles que décrites du passage au télétravail ? Vous semblent-elles crédibles ? Les aviez-vous anticipées ?
Suite à l'épidémie, le télétravail a globalement fonctionné donc il fallait s'attendre à ce que ça reste.

Qu'est-ce qui peut, selon vous, l'expliquer ?
Ne pas avoir des heures de trajet chaque jour et ne pas avoir de bouchons, ne pas utiliser des transports en commun bondés, travailler au clame, faire des économies sur les déplacement, plus de temps pour sa vie perso, ...
Les éléments sont nombreux et varient en fonction des personnes. Les gens ont aussi pris conscience de l'essentiel dans la vie.

Cette observation est-elle propre aux USA ou l'observez vous également dans votre pays ?
Nos métropoles et capitales sont surpeuplées/saturées. C'est l’occasion de freiner les bureaux dans les villes pour faire des sociétés plus excentrées avec le transport adapté (pistes cyclables assez large pour accueillir des vélos cargo, transport en commun). Je crois que Copenhague est un bon exemple car les pistes cyclables s’étendent bien dans la périphérie.

Quelles solutions proposeriez-vous pour que le passage au télétravail soit gagnant-gagnant à la fois pour la ville et le professionnel ?
Il faut développer les campagnes pour améliorer le nombre d'entreprises et de services pour réduire l'engorgement et la saturation des villes. Il y a une ville en pleine forêt noire en Allemagne (je n'ai plus le nom) qui a gardé un service ferroviaire et qui est un pole IT. En France, dès que l'on sort des villes importante, on a presque plus de services médicaux ni de tertiaire.
Les grandes villes accueillent généralement l'éducation supérieur donc une partie de l'immobilier pourrait servir à accueillir des étudiants dans des logements adaptés (~20m²/étudiant suffit généralement). Ca permet de louer au moins 9 mois sur 12 et ils consomment aussi (moins que des actifs certes).
La ou je suis, je trouve que la criminalité de la métropole augmente depuis plusieurs années (anciens collègues se sont fait agresser, vandalisme) qui est peut être en partie causé par conditions de vie difficiles de classes modestes.
Pour les services public de grande ville qui ne sont pas rentables, il y a quelques solutions qui me viennent à l'esprit :
- réduire la fréquence de ramassage des ordures par habitant (c'est à mon avis trop de le faire tous les jour, 1x par semaine pour le tout venant et 1x par semaine pour le tri doivent suffire)
- développer les accès au transport en commun via des accès dédiés vélo/trottinette car certaines lignes font des méandres et c'est très long de se rendre à un point
- développer l'agriculture verticale (hydroponie, aquaponie), qui sont très économe en eau, plus de 80% d'eau réutilisée grâce à des circuits fermés
- recyclage des excréments (séparation urine et selles) afin de les valoriser via des bâtiments adaptés (grosse fréquentation journalière)
- limiter le développement des infrastructures routières au profil de transports écologique (n'oublions pas qu'il faut agir pour le climat). Des axes cyclables doivent être moins cher à construire et entretenir que des routes pour les voitures
- ne pas mettre les nouveaux hopitaux (ou autre grosse structure médicale) en plein centre ville à cause de la difficulté d'accès (circulation non fluide, manque de parking). Il faudrait plutôt les mettre à l'entrée ou dans les 1e couronnes (ça aiderait peut être aussi le personnel médical ayant des revenus modestes à gagner en qualité de vie via une maison en campagne et un temps de trajet pour le travail raisonnable)
- déchetteries qui produisent aussi de l'électricité et/ou qui alimentent un réseau de chaleur (pour chauffer les piscines municipales, des bâtiments publics, des bâtiments récent, ...)

Il y aura forcément des perdants ou des ratés dans l'histoire mais la planification du territoire ne dois plus tourner que autour des grandes villes
6  0 
Avatar de phil995511
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 04/01/2023 à 11:35
Le télétravail doit être un droit inaliénable des employés, il réduit les coûts globaux, le stress des employés et la pollution du fait qu'on n'aie plus à se déplacer.

Il est donc vertueux et qui de plus est d'utilité publique !!
5  2 
Avatar de smarties
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 04/01/2023 à 17:02
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Pour les histoires de transports en commun, ça me parait louche que le système soit si peu rentable, il doit surement y avoir des dépenses à réduire.
J'ai travaillé chez un éditeur de solution de gestion de transports en commun et si c'est vrai, très peu ont des finances solides. Les subventions aident beaucoup au service fourni.

Si on prend la ville de Poitiers (car je connais), à peine la moitié des usagers payent le service (abonnement, ticket). Sont exempts : les demandeurs d'emplois, les gens à faible revenu, les familles nombreuses, invalides/blessés de guerre, ...

En dehors des abonnements, je trouve que le déplacement ponctuel est mal pensé :
- il pourrait y avoir un tarif pour un trajet simple et des formules avec +/- de personnes sur le ticket
- pour des trajets avec 2 compostages (typiquement les allers-retours ou une correspondance), intervalle de temps est trop faible pour être intéressant la plupart du temps (1h ou 1h30). 2x30 min de bus + attente 5 min pour bus retour, ça laisse 25 minutes seulement pour faire une course (sans compter le temps de marche). Un minimum de 2h devrait être la norme
2  0 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 04/01/2023 à 17:55
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Les gens qui télétravaillent ne sont pas si nombreux que ça. Le télétravail c'est pour les employés de bureaux et il n'y a pas que des métiers de bureaux à New York. En plus il y a beaucoup d'employés de bureau qui détestent travailler depuis chez eux.
en Amérique du Nord, mon employeur actuel a détruit les bureaux et emplacements attitrés pour faire des aires de travail temporaire et demande à ce que l'on vienne seulement si on ne peut pas se faire en télétravail. On va donc faire des réunions de groupes genre une demi-journée aux deux semaines...

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Pour les histoires de transports en commun, ça me parait louche que le système soit si peu rentable, il doit surement y avoir des dépenses à réduire.
On parle de l'Amérique du Nord où le transport en commun est quasiment une vulgarité pour une majorité qui roule en gros pickup bien polluant.
Par exemple, le métro de Montréal peine à boucler son budget cette année et va donc diminuer la fréquence des rames.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/01/2023 à 16:38
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Tout cela se traduit par une chute de la demande de biens immobiliers commerciaux, qui se traduit par une chute de la valeur des propriétés, qui se traduit par une chute des recettes fiscales. Une étude récente de la Stern School of Business de l'Université de New York a révélé que la valeur des bureaux a chuté de 45 % en 2020 et devrait rester 39 % en dessous des niveaux d'avant la pandémie dans un avenir prévisible. Si cette projection est avérée, elle effacerait 453 milliards de dollars de la valeur des propriétés des villes américaines, réduisant ainsi une source essentielle de revenus municipaux.
(...)
Pendant ce temps, des tours de bureaux plus vides signifient également des métros et des bus plus vides. Bien que l’achalandage des transports en commun se soit remis de ses creux de l’ère COVID, il a atteint un plateau à environ 70 % des niveaux prépandémiques. Cela constitue une menace existentielle pour les systèmes de transport en commun municipaux, dont beaucoup avaient du mal à respecter leur budget avant même la crise du COVID. À New York, la Metropolitan Transit Authority est sur le point de voir un écart grandissant entre ses revenus et ses dépenses d'exploitation au cours de cette décennie.
Les gens qui télétravaillent ne sont pas si nombreux que ça. Le télétravail c'est pour les employés de bureaux et il n'y a pas que des métiers de bureaux à New York. En plus il y a beaucoup d'employés de bureau qui détestent travailler depuis chez eux.

Pour les histoires de transports en commun, ça me parait louche que le système soit si peu rentable, il doit surement y avoir des dépenses à réduire.

===
C'est exagéré je trouve :
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Le grand danger pour les villes est que ces tendances puissent se renforcer. La baisse des revenus pourrait se traduire par des services publics de moindre qualité (par exemple, des métros moins fiables, des infrastructures moins bien entretenues, des écoles publiques moins performantes, des filets de sécurité plus stricts), ce qui rend les villes moins attrayantes pour les hauts revenus, qui décrochent ensuite en plus grand nombre pour la banlieue, diminuant ainsi davantage les revenus fiscaux.
Au pire tant pis pour les grandes villes et tant mieux pour les villes plus petites

0  0 
Avatar de Escapetiger
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 06/01/2023 à 17:25
Citation Envoyé par smarties Voir le message
Quelles solutions proposeriez-vous pour que le passage au télétravail soit gagnant-gagnant à la fois pour la ville et le professionnel ?
Il faut développer les campagnes pour améliorer le nombre d'entreprises et de services pour réduire l'engorgement et la saturation des villes. Il y a une ville en pleine forêt noire en Allemagne (je n'ai plus le nom) qui a gardé un service ferroviaire et qui est un pole IT. En France, dès que l'on sort des villes importante, on a presque plus de services médicaux ni de tertiaire.
(.../...)
Il y aura forcément des perdants ou des ratés dans l'histoire mais la planification du territoire ne dois plus tourner que autour des grandes villes
Entièrement d'accord,

La France centralisée (Paris et sa région) vs l'Allemagne et ses Länder qui sont des états fédéraux à la population équilibrée (notamment après la seconde guerre mondiale).

La ville allemande dont tu parles est, je suppose, Kaiserslautern (~ 100 000 habitants), au nord de la Forêt palatine ** contigüe aux Vosges du Nord.

Elle est surnommée Silicon Woods * avec son université (TUK, enseignement transfrontalier) et, entre autres, son Centre de recherche allemand pour l'intelligence artificielle dont les actionnaires sont Google, Microsoft, SAP (éditeur numéro 1 mondial ERP) & Daimler (Mercedes-Benz Group).

*
Mit der Technischen Universität als Kraftzentrum entwickelt sich Kaiserslautern aber zunehmend zu einem Wissenschaftsstandort mit dem Schwerpunkt Informationstechnik (IT), wie zahlreiche Firmengründungen und -ansiedlungen der letzten Jahre zeigen. Mit der Bezeichnung Silicon Woods versucht sich Kaiserslautern an das bekannte Silicon Valley in Kalifornien anzulehnen, welches als die Geburtsstätte wichtiger IT-Unternehmen gilt. Kaiserslautern befindet sich am nördlichen Rand des Pfälzerwaldes, daher Silicon „Woods“ (Silicon: engl. Silizium, wood: Wald)
.
Source : Kaiserslautern#Wirtschaft_und_Infrastruktur

** [Edit]
Je croyais que c'était en Forêt-Noire également, abus de langage couramment utilisé, notamment entendu sur RMC par Paulo Breitner (pseudonyme, consultant Bundesliga - football allemand) à propos du 1. FCK, club historique de la ville
0  0