IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

25 % des salariés français souffrent d'épuisement professionnel dû à un stress chronique lié au travail
73 % des salariés au niveau mondial ont des sentiments négatifs à l'égard du travail hybride

Le , par Sandra Coret

3PARTAGES

10  1 
Un quart des Français est en état d’épuisement professionnel, une situation plus difficile à identifier en raison du travail à distance, selon une étude de Barco : le travail hybride et la souffrance cachée

  • Un quart (25 %) des salariés français déclarent souffrir d'épuisement professionnel dû à un stress chronique lié au travail et mal géré.
  • Plus d'un tiers (34 %) des travailleurs français estiment qu'il est plus facile de savoir si leurs collègues sont surmenés ou stressés lorsqu’ils sont au bureau plutôt qu’à distance.
  • Plus d'un Français sur quatre (26 %) déclare s'être désengagé de son travail en raison d'un mauvais management du travail à distance et 12 % en raison d'une surcharge numérique.
  • Au niveau mondial, 73 % des salariés déclarent avoir des sentiments négatifs à l'égard du travail hybride, et 18 % d’entre eux dénonce la surcharge numérique comme principale cause d'inquiétude.


Barco, spécialiste mondial dans le domaine de la technologie des salles de réunion, présente les résultats d’une étude mondiale «*Souffrir en silence*», portant sur la perception des travailleurs au sujet du travail hybride et sa conséquence sur l’identification des travailleurs en situation de stress et de surmenage.

Le travail hybride est devenu un élément constitutif de l'organisation au travail. Mais si les employés continuent de profiter des politiques de travail flexible, il se pourrait que l'on assiste aux prémices, discrètes mais bien réelles, d’une véritable crise de la santé mentale en entreprise. Elle serait en partie causée par l'utilisation excessive ou la mauvaise gestion des appareils numériques, entraînant de graves problèmes d’engagement ou d’intérêt des collaborateurs pour leur travail.

Les Français déplorent la nouvelle complexité du monde professionnel

Comme le révèle la nouvelle étude Barco ClickShare «*Souffrir en silence*», plus de 7 employés sur 10 dans le monde (72 %) déclarent avoir un sentiment négatif à l'égard du travail hybride, et plus de 86 % d’entre eux souffrent également d’un sentiment surcharge numérique. En France, ils sont un quart (25 %) à avoir alerté leur direction sur leur difficulté à se déconnecter de leurs appareils dans leur vie personnelle, et ce en raison des impératifs professionnels. Presque autant (24 %) admettent se sentir stressés par toute la technologie nécessaire à l’organisation d’une simple visioconférence.

Un tiers des salariés français (34 %) travaillant au bureau estime qu’il est plus facile d’identifier le surmenage ou le stress d’un collègue lorsque ce dernier est également présent, tandis que les problèmes des travailleurs à distance risquent de passer inaperçus s’ils ne sont pas déclarés. Ce constat préoccupant intervient alors qu’un quart des salariés français exprime être victime d'épuisement professionnel en raison d'un stress chronique lié au travail qui n'a pas été géré correctement. D’ailleurs pour 19 % des salariés français, le mode de travail hybride a eu des répercussions négatives sur leur collaboration avec leurs collègues et plus du quart (27 %) déclarent d’ailleurs se languir des interactions en présentiel.

L’étude met néanmoins en avant une amélioration de 13 % de la satisfaction des salariés à l’égard de leur environnement de réunion hybride, qui passe de -25 % lors de l’édition du baromètre «*Barco Meeting*» de novembre 2021, à -12 % à l’occasion de l’enquête «*Souffrir en silence*» de novembre 2022.

L’engagement des collaborateurs à distance doit faire l’objet d’une attention toute particulière

De récentes recherches suggèrent que le mouvement de «*démission silencieuse*» prend de plus en plus d’importance avec l’hybridation du travail, un phénomène que les employeurs devront maîtriser pour conserver le bien-être du personnel, ainsi que les niveaux de productivité. Une étude réalisée en juin 2022 par la société d’analyse Gallup[1], révèle que 50 % des actifs aux Etats-Unis seraient des «*démissionnaires silencieux », et que seuls 14 % des employés européens[2] seraient réellement impliqués dans leur travail.

Les conclusions de l’étude de Barco ClickShare «*Souffrir en silence*» suggèrent elles aussi qu'il pourrait y avoir une cohorte de personnes dont le niveau de stress et le mal-être professionnels passent inaperçus aux yeux de leurs collègues et de leurs supérieurs. Ainsi, si 69 % des salariés sont de retour au bureau à temps plein ou passent plus de temps au bureau qu’à distance, et que près d’un tiers d’entre eux (39 %) souhaiteraient pourtant pouvoir travailler plus souvent à domicile, près de 26 % des salariés de France reconnaissent explicitement s’être désengagés de leur travail en raison d’une mauvaise gestion du travail à distance par leurs supérieurs et 12 % à cause de la surexploitation des appareils technologiques.


«*S’il est évident que le mode de travail hybride va perdurer et qu’il jouit toujours d’une grande popularité en raison de la flexibilité qu’il peut offrir, les entreprises doivent veiller à ce qu’il ne devienne pas une sorte de cadeau empoisonné*», analyse Yannic Laleeuwe, Directeur du marketing chez Barco. «*Les travailleurs à distance peuvent rencontrer des difficultés pour faire part de la pression qu’ils ressentent, masquant ainsi le stress et l’accablement liés au travail qui peuvent se transformer en désengagement s’ils ne sont pas identifiés à temps.*Alors que de nombreux employés signalant leur «*démission silencieuse*» due à une mauvaise gestion du distanciel et à la surcharge causée par leur environnement technologique, il est clair que les enseignements tirés de ces trois dernières années pointent la nécessité d’une réflexion concertée dans la mise en œuvre du travail hybride, au bénéfice de tous. Si les entreprises entendent tirer le meilleur parti de leurs équipes, elles doivent leur fournir les outils dont elles ont besoin pour se sentir soutenues et entendues, où qu’elles soient, à distance ou au bureau.

«*Le travail est bon pour la santé mentale, car il offre à beaucoup d’entre nous la possibilité d’échapper à certaines pressions de la vie quotidienne, et d’être reconnus pour nos compétences. Mais même pour les organisations qui se sont attachées à améliorer le bien-être, le modèle hybride peut se révéler un obstacle. En effet, sans contact quotidien, il est difficile de remarquer des changements dans le comportement d’une personne, et il peut être compliqué d’aborder le sujet du le bien-être via des plateformes collaboratives en ligne.*» explique le Dr Audrey Tang, psychologue agréée et auteure de The Leader’s Guide to Resilience. «*Si de nouveaux outils et de nouvelles pratiques peuvent être mises en place pour que le bien-être fasse partie intégrante du quotidien des collaborateurs, alors le travail hybride gagnera en efficacité. Les dirigeants d’entreprise doivent garder à l’esprit qu’une transition vers la «*nouvelle normalité*» ne signifie pas un retour à «*l’ancienne*» façon de travailler. Il faut impérativement qu’ils soient attentifs à leurs collaborateurs et prennent le temps d’analyser les indicateurs sociaux, pratiques et verbaux d’un éventuel stress lié au travail afin de créer un environnement sain*».

À propos de Barco

Barco conçoit des technologies et des solutions d’imagerie et de partage pour faciliter la collaboration, échanger des idées et éblouir les spectateurs. L'entreprise vise trois grands marchés : Enterprise (salles de réunion, salles de cours, salles de contrôle, espaces professionnels), Healthcare (radiologie, salles d'opération), et Entertainment (salles de cinéma, spectacles et événements en direct).

Source : Barco

Et vous ?

Trouvez-vous cette étude pertinente ?
Quel est votre sentiment concernant le travail hybride ?
Le mode de travail hybride est-il bien géré au sein de votre organisation ?

Voir aussi :

Pour quels motifs les employés de la Tech. seraient-ils prêts à changer d'emploi ? Pour demeurer en télétravail de façon permanente ou au moins selon l'approche hybride, d'après une série d'études

L'augmentation de la charge de travail et les pressions de la transformation numérique créent du stress chez les développeurs, selon une nouvelle étude de MuleSoft

Burn out numérique*: comment y faire face à l'heure du télétravail, par Bastien Dubuc, Country Manager France chez Avast

La moitié des patrons est déconnectée de la réalité, d'après le deuxième rapport annuel de Microsoft sur l'indice des tendances du travail

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 19/12/2022 à 8:59
vu les activités de la boite qui fait cette études le résultat ne m'étonne guère...
donc prudence avec ces résultats.

de mon coté je suis à l'opposé total de ce que d'écris cette étude, en remote j'ai moins de stress et une charge de travail équivalente mais le remote m'évite le surmenage. En remote c'est plus facile d'éteindre le pc le soir après 17h que de quitter physiquement le bureau avec le chef qui te regarde dans les yeux d'un regard tueur.

Quand j'ai besoin d'aide, j'ai un canal teams pour mon équipe, on s'échange au moindre soucis, "svp j'arrive pas a faire ceci quelqu'un peut m'aider ?" et on recoit une réponse dans les 5min "oui tkt on s'appelle dans 30 minutes ?"

les réunions physique dans des salle dédiés c'est franchement has been: on perd du temps a y aller, on y perd le confort du double écran, du clavier/souris physique, et enfin faut se connecter au réseau de la salle et prier que le proxy ne plante pas.

maintenant je ne fais pas de mon cas une généralité, mais ces gens qui se plaignent de stress/surcharge de taff, qu'en était t'il avant le remote ? parceque une boite toxique, remote ou pas elle restera toxique.
8  0 
Avatar de GreatDeveloperOnizuka
Membre expert https://www.developpez.com
Le 21/12/2022 à 13:28
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
c'est la meme chose dans les grande ville française, tu peux traverser la rue et trouver une autre boite.
je recois au moins 3 propositions sérieuses par mois sur linkedin.

Non en france on attends pas la retraite, sinon on reste avec un salaire de 1800€ toute sa vie, on change de taff tous les 2ans pour monter de 15-30%.
On attends en revanche le préavis de 3mois... merci la convention syntec... mais bon on peut toujours négocier pour se barrer plus tot.
Ouais ça marche pas sur 40 ans de carrière sinon tu finis à 200k .

En dev, il y a un plafond assez chaud à franchir à 80k je pense (Paris), 100k archi (Paris). Pour dépasser ça, faut aller dans des fonctions commerciales ou directions.
3  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 20/12/2022 à 9:54
Citation Envoyé par AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ Voir le message
Vive la France... Comme ça ne me manque pas !
Je doute que ce soit mieux ailleurs sur ce point la.
Aux us et en suisse on peut te virer facilement on moindre regard de travers.

Les boites toxique tu en as partout sur la planete. en France, aux US, au Canada...
Suffit de voir twitter en ce moment, c'est devenu une boite très toxique. Je leur souhaite bonne chance pour arriver a recruter avec la pub que Musk leurs a fait...
2  0 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 20/12/2022 à 0:38
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
En remote c'est plus facile d'éteindre le pc le soir après 17h que de quitter physiquement le bureau avec le chef qui te regarde dans les yeux d'un regard tueur.
Vive la France... Comme ça ne me manque pas !
0  0 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 20/12/2022 à 14:42
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Je doute que ce soit mieux ailleurs sur ce point la.
Aux us et en suisse on peut te virer facilement on moindre regard de travers.

Les boites toxique tu en as partout sur la planete. en France, aux US, au Canada...
Suffit de voir twitter en ce moment, c'est devenu une boite très toxique. Je leur souhaite bonne chance pour arriver a recruter avec la pub que Musk leurs a fait...
Oui c'est sûr mais un boss qui te traite comme un chien à Montréal, tu traverses la rue et tu changes de boîte... Et même si la contrepartie est de se faire virer rapidement et simplement, c'est toujours mieux qu'en France où tu attends ta retraite en pleurant. Comment ça j'exagère ?
0  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 20/12/2022 à 14:56
Citation Envoyé par AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ Voir le message
Oui c'est sûr mais un boss qui te traite comme un chien à Montréal, tu traverses la rue et tu changes de boîte... Et même si la contrepartie est de se faire virer rapidement et simplement, c'est toujours mieux qu'en France où tu attends ta retraite en pleurant. Comment ça j'exagère ?
c'est la meme chose dans les grande ville française, tu peux traverser la rue et trouver une autre boite.
je recois au moins 3 propositions sérieuses par mois sur linkedin.

Non en france on attends pas la retraite, sinon on reste avec un salaire de 1800€ toute sa vie, on change de taff tous les 2ans pour monter de 15-30%.
On attends en revanche le préavis de 3mois... merci la convention syntec... mais bon on peut toujours négocier pour se barrer plus tot.
0  0