IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Meta licencie un ingénieur logiciel deux jours après qu'il ait quitté l'Inde pour s'installer au Canada
Dans le cadre de sa gestion du ralentissement macroéconomique

Le , par Stéphane le calme

10PARTAGES

19  2 
Un employé de Meta explique qu'il a été licencié de l'entreprise deux jours après avoir déménagé de l'Inde au Canada pour le travail. Himanshu a écrit sur LinkedIn qu'il cherche maintenant un emploi au Canada ou en Inde mais qu'il n'a « aucune idée » de ce qui l'attend. Il avait auparavant travaillé dans des entreprises technologiques telles que GitHub et Adobe, selon son profil.

Meta, la maison mère de Facebook, Instagram et WhatsApp, faisait état de plus de 87 000 employés fin septembre.

L'industrie technologique a souffert d'un grave ralentissement ces derniers mois, après un pic de succès alors que le monde s'est replié sur lui pendant la pandémie. Un ralentissement économique mondial, la hausse des taux d'intérêt et les luttes réglementaires ont poussé des entreprises technologiques telles qu'Alphabet et Amazon à ralentir ou à arrêter l'embauche. Fin août, Snap a licencié 1 300 employés et réduit les investissements. Microsoft a licencié environ 1 000 employés dans plusieurs divisions en octobre. Twitter a licencié la moitié de ses effectifs à la suite du rachat de l'entreprise par Elon Musk pour 44 milliards de dollars.

Meta a vu la confusion sur l'avenir de l'entreprise ces derniers mois, car sa plateforme phare Facebook perd de jeunes utilisateurs et elle fait face à des problèmes de revenus en raison des changements dans les politiques de confidentialité d'Apple. Pendant ce temps, les investisseurs ne semblent toujours pas convaincus par le pivot de l'entreprise vers le métavers.

Aussi, l'entreprise a annoncé 11 000 suppressions d'emplois, soit 13 % du nombre total de ses salariés. La raison : l’entreprise opère un réajustement par rapport à des investissements en période de pandémie de coronavirus. Marc Zuckerberg avait pris la décision de les augmenter de façon significative compte tenu de la croissance des revenus de Meta due à l’essor du commerce en ligne. Le fondateur de Facebook reconnaît s’être trompé sur sa prévision qui était de voir la tendance se poursuivre après la fin de la pandémie. Il a également pris un certain nombre d'étapes supplémentaires pour que Meta devienne une entreprise plus légère et plus efficace en réduisant les dépenses discrétionnaires et en prolongeant le gel des embauches jusqu'au premier trimestre.

Citation Envoyé par Mark Zuckerberg
Comment en sommes-nous arrivés là ?

Au début de Covid, le monde s'est rapidement déplacé en ligne et l'essor du commerce électronique a entraîné une croissance démesurée des revenus. De nombreuses personnes ont prédit qu'il s'agirait d'une accélération permanente qui se poursuivrait même après la fin de la pandémie. Moi aussi, j'ai donc pris la décision d'augmenter considérablement nos investissements. Malheureusement, cela ne s'est pas déroulé comme je m'y attendais. Non seulement le commerce en ligne est revenu aux tendances antérieures, mais le ralentissement macroéconomique, la concurrence accrue et la perte de signal publicitaire ont entraîné une baisse de nos revenus par rapport à ce à quoi je m'attendais. Je me suis trompé et j'en assume la responsabilité.

Dans ce nouvel environnement, nous devons devenir plus efficaces en ce qui concerne le capital. Nous avons déplacé davantage de nos ressources vers un plus petit nombre de domaines de croissance hautement prioritaires, comme notre moteur de découverte de l'IA, nos publicités et nos plateformes commerciales, et notre vision à long terme du métavers. Nous avons réduit les coûts dans l'ensemble de notre entreprise, notamment en réduisant les budgets, en réduisant les avantages et en réduisant notre empreinte immobilière. Nous restructurons les équipes pour gagner en efficacité. Mais ces mesures à elles seules ne permettront pas d'aligner nos dépenses sur la croissance de nos revenus, j'ai donc également pris la décision difficile de laisser partir les gens.

Comment cela va-t-il se passer ?

Il n'y a pas de bonne façon de procéder à un licenciement, mais nous espérons vous fournir toutes les informations pertinentes le plus rapidement possible, puis faire tout notre possible pour vous aider à traverser cette épreuve.

Tout le monde recevra bientôt un e-mail vous informant de ce que ce licenciement signifie pour vous. Après cela, chaque employé concerné aura la possibilité de parler à quelqu'un pour obtenir des réponses à ses questions et participer à des séances d'information.

Certains des détails aux États-Unis incluent :
  • Rupture : nous paierons 16 semaines de salaire de base plus deux semaines supplémentaires pour chaque année de service, sans plafond ;
  • Congés payés : nous paierons pour tout le temps de congés payés restant ;
  • Acquisition des UAR (Unités d'Action Restreintes) [ndlr. Les unités d'action restreintes sont un moyen pour un employeur d'attribuer des actions de la société à ses employés. L'attribution est « restreinte » car elle est soumise à un calendrier d'acquisition, qui peut être basé sur la durée de l'emploi ou sur des objectifs de performance, et parce qu'elle est régie par d'autres limites de transfert ou de vente que votre entreprise peut imposer. Les UAR valent presque toujours quelque chose, même si le cours de l'action chute de façon spectaculaire.] : toutes les personnes concernées recevront leur acquisition du 15 novembre 2022 ;
  • Assurance santé : nous couvrirons le coût des soins de santé pour les personnes et leurs familles pendant six mois ;
  • Service carrière : nous fournirons trois mois d'assistance professionnelle avec un fournisseur externe, y compris un accès anticipé à des pistes d'emploi non publiées ;
  • Aide à l'immigration : je sais que c'est particulièrement difficile si vous êtes ici avec un visa. Il y a une période de préavis avant la résiliation et certaines périodes de grâce pour les visas, ce qui signifie que tout le monde aura le temps de faire des projets et de travailler sur son statut d'immigration. Nous avons des spécialistes en immigration dédiés pour vous guider en fonction de vos besoins et de ceux de votre famille.

En dehors des États-Unis, le support sera similaire, et nous suivrons bientôt avec des processus distincts qui tiennent compte des lois locales sur l'emploi.

Nous avons pris la décision de supprimer l'accès à la plupart des systèmes Meta pour les personnes qui partent aujourd'hui compte tenu de la quantité d'accès aux informations sensibles. Mais nous gardons les adresses e-mail actives tout au long de la journée afin que tout le monde puisse dire au revoir.

Bien que nous procédions à des réductions dans chaque organisation de Family of Apps jusqu'à Reality Labs, certaines équipes seront plus touchées que d'autres. Le recrutement sera affecté de manière disproportionnée puisque nous prévoyons d'embaucher moins de personnes l'année prochaine. Nous restructurons également plus substantiellement nos équipes commerciales. Cela ne reflète pas l'excellent travail accompli par ces groupes, mais ce dont nous avons besoin pour aller de l'avant. Les managers de chaque groupe prévoiront du temps pour discuter de ce que cela signifie pour votre équipe au cours des prochains jours.

Les coéquipiers qui nous quitteront sont talentueux et passionnés et ont eu un impact important sur notre entreprise et notre communauté. Chacun de vous a contribué au succès de Meta, et je lui en suis reconnaissant. Je suis sûr que vous continuerez à faire du bon travail à d'autres endroits.

Viré après avoir quitté l'Inde pour s'installer au Canada

Un employé de Meta explique qu'il a été licencié de l'entreprise deux jours après avoir déménagé de l'Inde au Canada pour le travail.

Himanshu V., un ingénieur logiciel indien, a écrit dans un article sur LinkedIn le 10 novembre qu'il faisait partie des milliers d'employés touchés par les licenciements massifs de Meta.

« J'ai déménagé au Canada pour rejoindre #Meta et 2 jours après mon arrivée, mon voyage a pris fin car je suis touché par le licenciement massif », a écrit Himanshu. « Mon cœur va à tous ceux qui sont confrontés à une situation difficile en ce moment. Quelle est la prochaine étape pour moi ? Honnêtement, je n'en ai aucune idée ! J'attends avec impatience ce qui va suivre. Faites-moi savoir si vous connaissez un poste ou une embauche pour un ingénieur logiciel (Canada ou Inde) »

En quelques jours, la publication d'Himanshu a suscité plus de 23 000 réactions et 1 100 commentaires sur LinkedIn.

Meta employait environ 1 800 personnes au Canada, a rapporté le site technologique local BetaKit le 9 novembre, citant la page LinkedIn de Meta.

Himanshu n'est pas le seul employé soudainement licencié par Meta quelques jours après avoir quitté l'Inde. Vishwajeet Jha, un ancien ingénieur logiciel chez Amazon, a écrit dans un article sur LinkedIn le 11 novembre qu'il était chez Meta depuis trois jours avant d'être licencié : « Hier matin j'ai appris que je fais partie des 11000 salariés impactés par le licenciement de Meta. J'ai rejoint Meta il y a trois jours, après avoir attendu un long processus de visa. Merci à tous ceux qui ont facilité cette transition. Vraiment triste que cela se soit produit, mon cœur va à tous ceux qui sont touchés par les licenciements ».

Neelima Agarwal, une ingénieure en logiciel qui a déménagé de l'Inde au Canada en novembre, a déclaré qu'elle avait été licenciée deux jours après avoir rejoint l'entreprise. Dans un billet publié sur Linkedin, Agarwal a écrit qu'elle avait le cœur brisé d'avoir été licenciée après avoir déménagé au Canada.

Les licenciements massifs au bureau de Meta au Canada surviennent huit mois après que la société a annoncé son intention d'ouvrir un centre d'ingénierie basé à Toronto qui créerait 2 500 emplois, selon un communiqué de presse de Meta.

Citation Envoyé par Meta
Aujourd'hui, Meta annonce la création d'un nouveau centre d'ingénierie canadien, qui sera basé à Toronto, et prévoit d'embaucher jusqu'à 2 500 employés pour des postes à distance et en entreprise à travers le Canada au cours des cinq prochaines années afin d'aider à construire le métavers, la prochaine génération de technologies sociales. La présence élargie comprendra l'établissement des premières équipes canadiennes d'ingénierie WhatsApp, Messenger et Remote Presence et la croissance des équipes canadiennes Reality Labs et AI Research.

« Le métavers a le potentiel de libérer l'accès à des opportunités créatives, sociales et économiques et nous voulons travailler en étroite collaboration avec les Canadiens, qui construisent déjà cet avenir, pour le façonner dès le départ », a déclaré Garrick Tiplady, vice-président et directeur national chez Meta au Canada. « Le Canada a toujours été important pour Meta. Nous avons aidé des millions de Canadiens et d'entreprises à se connecter, à créer et à croître et nous sommes impatients de continuer à soutenir l'économie canadienne et l'écosystème d'innovation grâce à ces investissements. »

Meta a entrepris de construire la prochaine évolution des technologies sociales au cours de la prochaine décennie, ce qui créera des expériences sociales en ligne plus immersives et engageantes. La majorité des rôles au Canada seront axés sur l'ingénierie et devraient s'étendre à la création d'expériences de réalité étendue et aux métatechnologies.

« Cet investissement majeur s'appuie sur l'engagement à long terme de Meta envers notre province et constitue un solide vote de confiance envers notre main-d'œuvre qualifiée et diversifiée », a déclaré le Premier ministre de l'Ontario, Doug Ford. « Cela envoie un signal clair au reste du monde que l'Ontario est, encore une fois, le meilleur endroit où faire des affaires. »
Sources : LinkedIn (1, 2, 3), Meta

Et vous ?

Que pensez-vous de cette décision ? Les personnes qui traversent ce processus de longue attente de visa devraient-elles être épargnées, au moins temporairement, du spectre du licenciement ? Pourquoi ?

Voir aussi :

Alphabet, maison mère de Google, ralentira l'embauche et les investissements dès le second semestre 2022, évoquant les « perspectives économiques mondiales incertaines »
Microsoft aurait licencié des employés dans le cadre d'un ajustement structurel, de nouvelles embauches seraient prévues
Brad Smith de Microsoft : les entreprises américaines traversent une « nouvelle période » au cours de laquelle moins de personnes entrent sur le marché du travail
Trouver un bon job 2022 ? Amazon, Alphabet, IBM et Apple seraient les meilleures sociétés pour travailler dans la tech, d'après une étude de LinkedIn

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 22/11/2022 à 8:11
Citation Envoyé par totozor Voir le message
J'ai une piste la dessus : dans l'industrie ces métiers sont largement sous évalués et la perte de ces mauvais choix ne peut être constaté que plus tard.
Nous avons essayé d'embaucher un profil assez spécifique, l'entretien s'est terminé au moment de parler de prétention salariale. Les candidats demandaient des montants relativement proches mais 4 fois ce qu'on était prêt à leur donner.
Conclusion : On a surement pas mal évalué ce poste, ces gens sont ridicules et prétentieux.
Conclusion : On a promu un gars en interne moins cher que le budget, il travaille dur mais ne fournit aucun résultat. Il monte en compétence mais est très loin de ce qu'on attends.

Quand je dis à mes responsables que je crains qu'on construise un colosse aux pieds d'argile on me rétorque que ce gars est extrêmement compétent qu'il a déjà fait ses preuves et qu'on a aucune raison de douter de lui.
A 1 détail près : avant il travaillait dans son domaine de compétence qui est bien loin de celui qu'il traite aujourd'hui.

Par curiosité c'était quoi leurs prétentions salarial ?
Si tous les candidats demandes des salaires "trop élevée" c'est que:
1) vous etes a coté de la plaque niveau salaire
2) vous recherchez un profil junior, avec un salaire de junior mais aussi donc des compétences de junior.
3) Si ce type que vous avez promu devient rapidement bon et aime l'informatique, il ira voir ailleurs dans pas longtemps pour un bien meilleur salaire

si vous pouvez pas payez un développeur à la valeur normal du marché, tentez de donner plus d'avantages (plus de RTT, télétravail 4 jours sur 5, voir 100%, contrat de seulement 35h...).
Il n'y a pas que le salaire, les avantages à coté compte aussi, certains cherche des boulots plus relaxe par exemple avec les avantages que j'ai cité.
5  0 
Avatar de Nym4x
Membre actif https://www.developpez.com
Le 20/11/2022 à 12:09
C'est cyclique parce qu'ils ont trop embauché pendant le COVID mais bon sur la tendance à moyen terme et vu l'intégration de l'informatique au moindre gadget connecté, il n'y a pas trop de soucis à se faire sur les perspectives de la filière...
2  0 
Avatar de marc.collin
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 20/11/2022 à 15:14
il y a pénurie en informatique au Canada, je m'en fait pas trop pour lui...

Surtout que ce secteur est très très mal géré et que quand tu vois certain rapport de standish group chaos report ... autour de 30% de succès des projets informatique, depuis plus de 20 ans.... il y aura jamais trop de monde
2  0 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 21/11/2022 à 14:09
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
Question que je me pose en lisant ces articles sur des licenciements Meta, Twitter... :
En France, la pénurie de développeurs fait que je ne me serais pas trop inquiété pour leur avenir. Surtout pour des gens qui sont passés par de telles grandes entreprises, je me dis qu'ils retrouveront du boulot en levant le petit doigt.
Mais est-ce la même chose ailleurs dans le monde, en particulier sur continent nord américain ?
C'est pire en Amérique du Nord.
À Montréal, j'ai vu bien des entreprises qui embauchent en Afrique du Nord et les personnes restent en télétravail en attendant leur visa - ce qui peut des mois voir des années avec l'inefficacité d'Immigration Canada (plus la couche provinciale pour le Québec)
Pour ce qui est de ces Indiens, ils vont trouver une autre job rapidement sans problème, c'est sûrement la partie visa de travail qui risque d'être plus compliquée.
2  0 
Avatar de totozor
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 21/11/2022 à 10:21
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
il y'a pas mal de débat la dessus sur le forum emploi, personnellement, je ne suis pas convaincue qu'il y'a une pénurie en France d'ingénieur en informatique. Si on est rare alors on devrait avoir de gros salaire et/ou des conditions de travail très généreuse (contrat de 35h avec +de 20rtt, 100% de télétravail en option...).
Hors l'informatique en France est mal payé sans avantage par rapports à d'autres métiers.
J'ai une piste la dessus : dans l'industrie ces métiers sont largement sous évalués et la perte de ces mauvais choix ne peut être constaté que plus tard.
Nous avons essayé d'embaucher un profil assez spécifique, l'entretien s'est terminé au moment de parler de prétention salariale. Les candidats demandaient des montants relativement proches mais 4 fois ce qu'on était prêt à leur donner.
Conclusion : On a surement pas mal évalué ce poste, ces gens sont ridicules et prétentieux.
Conclusion : On a promu un gars en interne moins cher que le budget, il travaille dur mais ne fournit aucun résultat. Il monte en compétence mais est très loin de ce qu'on attends.

Quand je dis à mes responsables que je crains qu'on construise un colosse aux pieds d'argile on me rétorque que ce gars est extrêmement compétent qu'il a déjà fait ses preuves et qu'on a aucune raison de douter de lui.
A 1 détail près : avant il travaillait dans son domaine de compétence qui est bien loin de celui qu'il traite aujourd'hui.
1  0 
Avatar de Guilp
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 20/11/2022 à 9:11
Question que je me pose en lisant ces articles sur des licenciements Meta, Twitter... :
En France, la pénurie de développeurs fait que je ne me serais pas trop inquiété pour leur avenir. Surtout pour des gens qui sont passés par de telles grandes entreprises, je me dis qu'ils retrouveront du boulot en levant le petit doigt.

Mais est-ce la même chose ailleurs dans le monde, en particulier sur continent nord américain ?
0  0 
Avatar de Pandi_Panda02
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 20/11/2022 à 17:59
Ils ont, de leurs propres aveux, trop embauché, et surtout, à des salaires qu'ils vont peut-être un peu rationaliser.
Des fonds activistes commencent à se faire entendre
0  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 21/11/2022 à 9:00
il y'a pas mal de débat la dessus sur le forum emploi, personnellement, je ne suis pas convaincue qu'il y'a une pénurie en France d'ingénieur en informatique. Si on est rare alors on devrait avoir de gros salaire et/ou des conditions de travail très généreuse (contrat de 35h avec +de 20rtt, 100% de télétravail en option...).
Hors l'informatique en France est mal payé sans avantage par rapports à d'autres métiers.

Au Canada il y'a cette même légende urbaine de pénurie, n'y vivant pas je ne sais pas si c'est vrai ou pas.

Aux USA je dirais que ces licenciements massifs, sont le fruit de 2 résultats:
1) les gafams ont trop embauché pendant le covid, ils réduise leurs effectifs, mais ces effectifs reste toujours plus élevé qu'avant le covid. Entre 2019 et 2022, amazin est passé de 800000 salarié à 1.6 millions, donc 10000 de moins c'est pas grand chose dans l'absolue.
2) Je ne pense pas qu'on aura cette situation en france, l'économie française est pas ouf mais à l'avantage d’être bien estimé, la valeur boursière des GAFAM était trop sur évalué, la bulle vient juste d'éclaté et finalement il y'a pas eu trop de dégat jusqu'a présent.
0  0 
Avatar de sanderbe
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 21/11/2022 à 13:45
Bonjour,

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Entre 2019 et 2022, amazon est passé de 800000 salarié à 1.6 millions, donc 10000 de moins c'est pas grand chose dans l'absolue
... 400 à 450 k interimaires dans le monde durant le covid ! C'est pas rien ! Cela reste quand même des profils précaires qu'il faut payer . Et aussi payer les commissions aux agences

Je doute que le fait de faire massivement appel à de la main d'oeuvre soit bon pour les finances
0  0 
Avatar de totozor
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/11/2022 à 8:35
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Par curiosité c'était quoi leurs prétentions salarial ?
Je n'ai pas le chiffre mais c'était "plus que leur directeur" et quand je vois les fiches de profil sur le net les salaires standards sont très élevés.
Ce n'est pas un profil de dev mais dans les métiers de la data

Si tous les candidats demandes des salaires "trop élevée" c'est que:
1) vous etes a coté de la plaque niveau salaire
J'en suis convaincu c'est un profil rare et primordial
2) vous recherchez un profil junior, avec un salaire de junior mais aussi donc des compétences de junior.
J'ai vu l'offre et la description de poste ne correspondait pas au titre du poste, ou plutôt ne correspondait qu'à un faible partie de celui-ci.
3) Si ce type que vous avez promu devient rapidement bon et aime l'informatique, il ira voir ailleurs dans pas longtemps pour un bien meilleur salaire
Il n'a pas l'habitude d'être bon, mais de s'entourer des bons faire-valoir.

si vous pouvez pas payez un développeur à la valeur normal du marché, tentez de donner plus d'avantages (plus de RTT, télétravail 4 jours sur 5, voir 100%, contrat de seulement 35h...).
Il n'y a pas que le salaire, les avantages à coté compte aussi, certains cherche des boulots plus relaxe par exemple avec les avantages que j'ai cité.
[sarcasme ON]Nous sommes un domaine industriel de pointe, nous ne voulons que la crème et certainement pas un branleur qui veut plus de jours de repos, plus de télétravail ou un 80%.[sarcasme OFF]

Mon point de vue honnête est que nous découvrons un domaine, plutôt que d'y aller à tâtons ou d'embaucher une personne qui s'y connait vraiment, on fait avec ce qu'on a en s'y mettant à 200% et en parlant fort pour ne pas laisser le moindre doute sur notre compétence. Mais une fois entre nous les opérationnels avancent et passent leur temps à expliquer qu'avancer à l'aveugle ne permet pas d'avancer au rythme attendu, les managers leur tape dessus en leur reprochant leur incompétence, expliquent qu'il était évident qu'ils ont pris la mauvaise piste mais ont des yeux de merlan frit quand il faut définir la bonne.

Ne vous inquiétez pas tout de suite, je n'ai pas prévu de faire un burn out, on avance bien au jour le jour, nous sommes toujours incompétents mais nous le sommes un peu moins chaque jour
0  0