IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Trouver un bon job 2022 ? Amazon, Alphabet, IBM et Apple seraient les meilleures sociétés pour travailler dans la tech,
D'après une étude de LinkedIn

Le , par Stéphane le calme

10PARTAGES

10  0 
La pandémie de Covid-19 a déclenché une vague historique de démissions qui a obligé les entreprises à repenser non seulement où travailler, mais comment améliorer l'expérience des employés. Selon une nouvelle étude de LinkedIn, certaines entreprises ont surmonté ces changements sismiques pour mieux fonctionner que d'autres. Mercredi, la plateforme de réseautage a publié sa liste annuelle des meilleures entreprises identifiant les 50 meilleurs endroits aux États-Unis pour que les professionnels puissent développer leur carrière. Amazon s'est classé n°1 sur la liste, suivi d'Alphabet (la société mère de Google) et de Wells Fargo. IBM se contente de la sixième place et Apple de la neuvième.

Citation Envoyé par LinkedIn
Le monde du travail continue de se transformer sous nos yeux. Alors que les professionnels ont changé d'emploi à un rythme sans précédent en 2021, les entreprises ont dû intensifier leurs efforts pour attirer et retenir les talents, qu'il s'agisse d'offrir plus d'opportunités d'être promus et d'acquérir de nouvelles compétences ou d'augmenter la flexibilité. Ces changements ont mis les employés et les demandeurs d'emploi aux commandes, les incitant à repenser ce qu'ils attendent d'un employeur aujourd'hui.

Notre liste LinkedIn Top Companies 2022 est le 6e classement annuel des 50 meilleurs lieux de travail pour développer votre carrière, le tout basé sur des données LinkedIn uniques. Ce sont les entreprises qui offrent la stabilité dans notre monde du travail en constante évolution - celles qui non seulement attirent les travailleurs, mais les retiennent.

Pour établir le classement de cette année, nous avons examiné les données de LinkedIn sur sept piliers, chacun révélant un élément important de la progression de carrière*: capacité à progresser, développement des compétences, stabilité de l'entreprise, opportunité externe, affinité avec l'entreprise, diversité des genres et diversité des formations. Vous pouvez en savoir plus sur notre méthodologie au bas de cet article.

Cette liste est censée être une ressource pour vous, guidant les professionnels à chaque étape - qu'il s'agisse d'un changement de carrière, d'un retour sur le marché du travail après une interruption ou d'un investissement dans de nouvelles compétences. Dans chaque entreprise, vous trouverez des informations sur les rôles et les compétences recherchés, les meilleurs emplacements et bien plus encore. Vous pouvez également explorer les emplois ouverts (dont beaucoup sont des postes à distance) et les personnes que vous connaissez peut-être dans l'entreprise. Si une entreprise attire votre attention, suivez sa page d'entreprise et/ou activez les alertes d'emploi pour rester au courant des opportunités futures.
Amazon est numéro 1

Amazon a revendiqué la première place cette année après avoir fait des « investissements importants » pour améliorer le bien-être des employés et soutenir leur perfectionnement, a déclaré Dan Roth, rédacteur en chef et vice-président de LinkedIn.

« La chose que nous mesurons sur cette liste est "Est-ce que cette [entreprise] vous aide à progresser dans votre carrière ? Et Amazon, selon toutes nos données, est absolument le numéro un pour cela », ajoute-t-il.

Au cours des 12 derniers mois, la société de commerce électronique a plus que doublé le salaire de base maximal des employés de l'entreprise, introduit de nouvelles prestations de santé mentale et annoncé qu'elle couvrirait 100 % des frais de scolarité des employés horaires, pour ne citer que quelques exemples.

Il est important de noter, cependant, qu'Amazon a fait face à un déluge de critiques pour son traitement des employés d'entrepôt pendant la pandémie de Covid-19 et pour avoir favorisé une culture de travail brutale. Pas plus tard qu'il y a quelques jours, les travailleurs d'Amazon dans un entrepôt de Staten Island ont voté pour se syndiquer, devenant ainsi le premier groupe d'une installation américaine exploitée par la grande enseigne de la technologie à le faire.

Le PDG d'Amazon, Andy Jassy, a reconnu que l'entreprise pourrait améliorer son traitement des employés lors du sommet GeekWire à Seattle en octobre. « Je pense que si vous avez un grand groupe de personnes comme nous - nous avons 1,2 million d'employés - c'est presque comme un petit pays », a-t-il déclaré. « Il y a beaucoup de choses que vous pourriez faire mieux ».

Il y a trois éléments qui distinguent les meilleures entreprises de leurs concurrents*: offrir des modalités de travail flexibles, de nombreuses opportunités de développement professionnel (rotations des emplois avec frais de scolarité, mentorat) et des services de santé mentale solides (conseils gratuits, congés payés supplémentaires), ajoute Roth.

Alphabet de Google prend la deuxième place

Ce fut une grande année pour Alphabet*: l'entreprise a recruté près de 6*500*employés au dernier trimestre et a connu une croissance significative sur le service Cloud de Google et sur YouTube (dont les revenus augmentent désormais à un rythme plus rapide que Netflix). Pour ceux qui s'intéressent à la flexibilité, le géant de la technologie propose une offre robuste. En plus d'adopter un modèle de travail hybride, Alphabet propose quatre semaines de « travail de n'importe où » par an, des congés sabbatiques pour les employés à long terme et des journées « sans réunion », a déclaré l'entreprise à LinkedIn. Mais Alphabet s'est également efforcé de maintenir une culture collaborative et de soutenir la croissance de carrière tout en travaillant à distance. Les employés peuvent profiter de groupes de ressources comme Women@Google, ainsi que de sa formation Googler-to-Googler, qui permet à ses employés d'acquérir des connaissances de première main dans différents domaines auprès d'autres employés.

Plus tôt ce mois-ci, le PDG d'Alphabet, Sundar Pichai, a déclaré dans un courriel aux employés que l'entreprise ralentira le rythme des embauches et des investissements jusqu'en 2023. « Comme toutes les entreprises, nous ne sommes pas à l'abri des vents contraires économiques », a écrit Pichai dans la note de service. « Nous devons être plus entreprenants en travaillant avec une plus grande urgence, une concentration plus précise et plus de faim que nous n'en avons montré les jours plus ensoleillés ».

Il a commencé par reconnaître que « les perspectives économiques mondiales incertaines ont été une priorité ».


IBM en sixième position

La grande enseigne de technologie a renouvelé ses offres d'avantages au milieu du grand remaniement, a déclaré IBM à LinkedIn. Parmi les nouvelles initiatives figurent une augmentation des congés payés, davantage de révisions des promotions et des salaires, la garde de personnes à charge de secours, le tutorat virtuel et le « congé de compassion » pour les parents qui subissent une mortinaissance ou une fausse couche. Alors que l'entreprise évolue vers un modèle de travail hybride qui permet aux employés de décider à quelle fréquence ils veulent être sur place, IBM a également transformé son processus d'intégration en « mettant l'accent sur l'empathie et l'engagement » pour aider les nouvelles recrues distantes à se sentir plus connectées.

Plus tôt cette année, des documents ont révélé des échanges montrant une animosité à l'encontre des employés plus âgés de la part de hauts responsables de l'entreprise. Des courriels internes présentés dans le rapport montrent que des cadres d'IBM qualifient les travailleurs âgés de bébés dinosaures et discutent de plans visant à les pousser hors des bureaux de l’entreprise « et à les transformer en une espèce éteinte ». Les mêmes responsables de la société se sont en sus plaints de ce que la « main-d'œuvre d’IBM date » et qu’elle doit changer.

Ces documents découlent d'une affaire qui remontent à septembre 2018, période à laquelle une vaste enquête a mis en lumière les abus présumés de la discrimination fondée sur l'âge au sein de l'industrie technologique. Le rapport avait fait état de ce que IBM a licencié environ 20 000 employés américains âgés de plus de 40 ans, ce qui représente environ 60 % du total de ses suppressions d'emplois aux États-Unis pendant la période en question. L'enquête a porté sur des témoignages recueillis auprès de plus de 1100 anciens employés d'IBM. Shannon Liss-Riordan a intenté une action collective devant le tribunal fédéral de Manhattan au nom de trois anciens employés d'IBM qui affirment que l'entreprise technologique les a discriminés en raison de leur âge lorsqu'elle les a licenciés.


Apple est en neuvième position

Apple augmente les avantages et les salaires des travailleurs du commerce de détail pour attirer et retenir les employés de ses 270 magasins de détail aux États-Unis, notamment en doublant les jours de maladie pour les employés à temps plein et à temps partiel et en accordant plus de jours de vacances. Ses employés du commerce de détail ont également droit à un congé parental payé et peuvent accéder à une garderie d'urgence à prix réduit. Après avoir été l'une des premières entreprises à dire à ses employés de travailler à distance en mars 2020, Apple leur demande désormais de retourner au bureau trois jours par semaine.

Dans un mémo interne consulté par Bloomberg en mai, Apple a déclaré qu'elle retarderait son exigence de trois jours de travail au bureau, qui devait entrer en vigueur ce mois-là. Le mémo indiquait que la récente recrudescence des cas de covid-19 est à l'origine de ce report et ne fournissait pas de date précise pour une nouvelle tentative. Les employés d'Apple étaient alors toujours tenus de travailler au bureau deux jours par semaine et devaient désormais porter des masques dans les zones communes.

En parallèle, Ian Goodfellow, l'ancien directeur de l'apprentissage automatique d'Apple, qui a quitté l'entreprise de façon spectaculaire, du moins en partie à cause de ses restrictions en matière de travail à distance, devait rejoindre DeepMind d'Alphabet. Des sources ont déclaré que Goodfellow allait rejoindre DeepMind en tant que « contributeur individuel », lui qui avait déjà travaillé en tant que chercheur principal chez Google en 2019.

Ce changement de poste a marqué un coup dur pour Apple, une entreprise qui a du mal à apaiser les travailleurs en désaccord avec sa stratégie de retour au travail. Goodfellow, qui est le membre le plus ancien connu pour avoir quitté le navire à cause du travail à distance jusqu'à présent, a abordé la question directement dans une note au personnel consultée par la journaliste Zoë Schiffer. « Je crois fermement qu'une plus grande flexibilité aurait été la meilleure politique pour mon équipe », a écrit Goodfellow.

Le départ de Goodfellow est intervenu à peu près au même moment où un groupe d'employés d'Apple a écrit une lettre ouverte aux dirigeants de l'entreprise pour critiquer les politiques qui, selon eux, étaient « motivées par la peur ». « Nous ne demandons pas que tout le monde soit obligé de travailler à domicile. Nous demandons de décider nous-mêmes, avec nos équipes et notre responsable direct, quel type d'arrangement convient le mieux à chacun d'entre nous, que ce soit dans un bureau, à domicile ou selon une approche hybride. Arrêtez de nous traiter comme des écoliers à qui il faut dire quand être où et quels devoirs faire », peut-on lire dans la lettre.

Plus que jamais, les travailleurs sont prêts à abandonner leur entreprise pour la flexibilité du lieu de travail. Selon un rapport ADP d'avril, près des deux tiers (64 %) des travailleurs américains ont déclaré qu'ils envisageraient de chercher un nouvel emploi s'ils étaient contraints de retourner dans un bureau à temps plein.

Source : LinkedIn

Et vous ?

Que pensez-vous de ce type d'enquête ?
Les critères d'évaluation vous semblent-ils pertinents ? Pourquoi ?
Êtes-vous d'accord avec le classement des entreprises de la tech ?
Quels sont les éléments proposés par les entreprises qui sont susceptibles de vous intéressez le plus si vous deviez envisager de changer d'emploi ?

Voir aussi :

Alphabet, maison-mère de Google, ralentira l'embauche et les investissements dès le second semestre 2022, évoquant les « perspectives économiques mondiales incertaines »
Apple revient sur sa politique de travail à distance après le départ de son responsable de l'apprentissage automatique vers Alphabet et retarde sa semaine de travail de trois jours en personne
Voici comment Apple refuse de dire quel était le titre du poste d'un employé pour l'empêcher de trouver un autre job, en insérant la mention générique « associate » à son curriculum vitae
IBM sommé de remettre les e-mails de l'ancien PDG qui a fomenté le licenciement des travailleurs âgés dans le cadre d'un procès pour discrimination fondée sur l'âge

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/07/2022 à 20:28
une etude de linkedin est donc une etude de microsoft ou comment un menbre d'un gafam pousse a bosser chez d'autres membres des GAFAM...
sacrés ricains...
3  0 
Avatar de Jeff_67
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 25/07/2022 à 19:36
Pour les autres entreprises, je ne sais pas. Mais il est assez difficile de se maintenir chez IBM sur le long terme.
2  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 25/07/2022 à 18:43
On peut ressentir les effets de la Grande Démission à travers ces résultats pour garder les employés au chaud. Bientôt en Europe. Déjà en France.
1  0