IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les économistes pensent que des batailles sont à venir sur les avantages du travail à domicile,
à l'avenir, les patrons pourraient exiger plus d'heures en échange du télétravail

Le , par Bill Fassinou

66PARTAGES

19  0 
Le télétravail s'est rapidement répandu en 2020 et a permis aux entreprises du monde entier de rester quelque peu productives ou fonctionnelles durant la pandémie. Et alors qu'on ne s'y attendait pas, il a même permis à certaines entreprises d'être plus productives que jamais. Mais le retour à la normale est de plus en plus effectif et les travailleurs à domicile pourraient être amenés à faire d'importants compromis s'ils veulent toujours continuer à "bosser" depuis la maison. À l'avenir, les patrons pourraient exiger davantage d'heures en échange du travail à distance et certains salaires pourraient baisser également.

Des batailles sont à venir pour un télétravail non contraignant

Bien que certains des dirigeants d'entreprises les plus influentes du monde, à l'instar d’Elon Musk de Tesla, se sont montrés réticents face au télétravail, il s'est rapidement répandu comme le virus dont il a aidé à limiter les dégâts. En France, dans la Silicon Valley et ailleurs dans le monde, alors que la mesure du confinement était à son plus haut niveau en 2020, le télétravail couvrait relativement toute la semaine. Plusieurs travailleurs de l'industrie y ont pris goût et s'y sentent à l'aise. Cela laisse désormais les dirigeants face à la question du télétravail permanent après la crise.



Aux États-Unis, près des deux tiers des travailleurs interrogés par McKinsey au début de l'année ont déclaré vouloir travailler à domicile au moins 3 jours par semaine lorsque la pandémie serait terminée. En France, les chiffres se situent dans les mêmes proportions, selon des statistiques établies par certains cabinets de recherche. En outre, deux sondages réalisés en avril sur Developpez.com ont permis de constater que 67 % et 56 % des répondants, respectivement dans le cadre du premier et du deuxième sondage, veulent rester de façon permanente en télétravail après la crise du coronavirus.

Pendant la pandémie, certains travailleurs en télétravail en ont même profité pour déménager. Les avantages du télétravail pour les employés sont plusieurs : pas de coût de transport, une sacrée économie ; pas besoin de dépenser une fortune pour le déjeuner ; possibilité de faire plusieurs boulots à la fois ; on est maître de la gestion de son temps, l'essentiel est de satisfaire le client ; jamais en retard au boulot, peu importe l'heure à laquelle on commence à bosser ; suppression des frais de transports travail-domicile ; super relaxe puisqu’il est possible de regarder son émission préférée pendant qu’on travaille, etc.

Cependant, le télétravail qui s'apparentait à un mode de travail libérateur pour beaucoup pourrait s'avérer finalement être "un moyen de pression" au service des dirigeants. Selon des économistes américains, des batailles sont à venir. En effet, les gens ont tendance à penser que les batailles porteront sur la question de savoir si les employeurs autoriseront le travail à distance à l'avenir. Mais un combat plus contrariant pourrait consister à savoir si les employeurs s'approprient la plupart ou la totalité de ces nouveaux avantages. Selon les économistes, cela ne se traduira pas par une interdiction du travail à distance, mais des ruses.

Par exemple, les dirigeants pourraient exiger davantage d'heures de la part des employés lorsque le marché du travail ne sera pas aussi favorable aux travailleurs qu'il l'est actuellement. En gros, ils pourraient vouloir échanger les avantages du télétravail contre des heures supplémentaires ou plus de travail. D'autre part, plutôt que d'en venir à user de stratagèmes, certains employeurs vont probablement lutter contre la tendance au travail à distance. David Solomon, le directeur général de Goldman Sachs, a qualifié le travail à distance d'"aberration", et les banquiers de la société sont déjà retournés au bureau pendant le mois de juin.

James Gorman, le directeur général de la banque Morgan Stanley, a annoncé que les employés de sa société reviendraient au bureau en septembre et a déclaré : « Si vous voulez être payé au tarif de New York, vous travaillez à New York ». Par ailleurs, d'autres entreprises, comme Salesforce et Microsoft, prévoient la mise en place du travail hybride pour leurs travailleurs après la pandémie. Les statistiques montrent que cette approche a plus de chances de s'imposer que le télétravail permanent. Une étude publiée en avril a révélé que 86 % des professionnels en Europe ne veulent pas rentrer au bureau à plein temps. Ils souhaitent travailler quelques jours au bureau et quelques jours à la maison.

Les économistes pensent que le télétravail devrait perdurer

De nombreux économistes pensent que l'augmentation du travail à domicile perdurera parce qu'elle peut accroître la productivité des employés, grâce notamment à la diminution des réunions inutiles, à la réduction des distractions et, surtout, à l'absence de déplacements. Ils estiment que la suppression des trajets travail-domicile est la plus grande récompense de toutes. Selon le Census Bureau, les Américains ont passé, en moyenne, un temps record de 55,2 minutes par jour à faire la navette en 2019, avant la pandémie. Un Américain sur 10 passait plus de deux heures par jour à se rendre au travail et à en revenir.

En termes de dollars, ne pas avoir à faire la navette cinq à dix heures par semaine revient à obtenir une augmentation de 10 à 20 %. Selon les économistes, pour une personne dont le salaire horaire moyen en 2021 est supérieur à 30 dollars, ce temps vaut de 7 000 à 15 000 dollars par an. D'un autre côté, la valeur monétaire du temps de trajet économisé constituerait l'une des plus importantes réductions d'impôts jamais accordées à la classe moyenne aux États-Unis. « Si votre salaire est supérieur à la moyenne ou si votre trajet domicile-travail est plus long, votre avantage vaut encore plus », ont-ils déclaré.

Ils ont également identifié un autre facteur qui pourrait faire en sorte que les dirigeants continuent à cautionner le télétravail : le manque d'employés. Aux États-Unis, par exemple, le ministère du Travail a indiqué que le nombre de postes à pourvoir a atteint le chiffre record de 9,2 millions en mai. Avec des primes à la signature, de salaires plus élevés et d'avantages sociaux plus étendus, les travailleurs seraient actuellement en position de force. Ainsi, les employeurs pourraient accéder aux désirs des travailleurs. De nombreux commentateurs ont déclaré que les États-Unis entraient dans un "âge d'or" du travail à distance.

En outre, avec tout le temps de trajet libéré, qu'est-ce qui les empêche de demander simplement à leurs employés de travailler plus longtemps à domicile ? Selon les économistes, cela pourrait leur permettre de préparer un rapport avant le début de la réunion le matin, répondre aux courriels, contacter les clients ou pour remplir des formulaires à toute heure du jour ou de la nuit, etc. Cependant, le fait de mêler les lignes entre le travail et le reste de la vie ne doit pas forcément profiter aux travailleurs en fin de compte. En effet, c'est ce qui inquiétait les gens à propos du travail à domicile avant le début de la pandémie.

Les économistes appellent cela une question d'"incidence". Cela ressemblerait exactement à une question d'incidence fiscale : les économistes analysent régulièrement si ce sont les consommateurs ou les vendeurs qui paient réellement lorsque, par exemple, un État augmente sa taxe de vente. Selon un rapport sue le sujet, la première règle de l'incidence est qu'elle dépend des conditions du marché. L'incidence de la prime au travail à domicile dépendra donc de la rareté de la main-d'œuvre à long terme et de la puissance des employeurs. Cela se traduit par la question suivante : qui a le plus besoin de l'autre partie ?

Si les travailleurs ont de nombreuses options et peuvent quitter les emplois qui empiètent sur leur temps, ils auront tendance à conserver la prime. Si les employeurs peuvent choisir parmi de nombreux travailleurs, le travail à domicile peut s'avérer beaucoup moins favorable qu'il n'y paraît à première vue. Selon les économistes, le marché du travail semble serré en ce moment, et si les employeurs imposent des charges supplémentaires aux travailleurs, ce serait probablement une grave erreur.

Ils auraient du mal à attirer du personnel et seraient probablement confrontés à une vague de démissions. Mais cela sera-t-il encore vrai dans quelques années, lorsque les choses seront revenues à la "normale" ?

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Seriez-vous prêt à faire des compromis afin de rester en télétravail ?
Si oui, accepteriez-vous de faire des heures supplémentaires ? Par exemple, travailler pendant les week-ends ?
Pensez-vous que les gens devraient tout simplement retourner au bureau à la fin de la pandémie du coronavirus ?
Que pensez-vous du travail hybride ? Pensez-vous que les entreprises doivent le mettre en place ? Quels seraient les avantages ?

Voir aussi

Le télétravail est-il nécessairement une bonne chose pour le travailleur de la filière informatique ? Quels sont vos retours d'expérience à ce propos ?

La ministre du Travail Élisabeth Borne annonce la fin du télétravail systématique dès le 9 juin : « il ne s'agit pas d'abandonner le télétravail ! Cette pratique reste recommandée »

Fin du télétravail à 100 % : un tiers des DRH confrontés au déménagement de leurs salariés, un défi pour les entreprises dont de nombreux salariés ont changé de lieu de résidence durant la pandémie

Le travail hybride sera-t-il la nouvelle norme pour les professionnels de la Tech ? Une récente étude montre que 86 % de ces professionnels en Europe ne veulent pas rentrer au bureau à plein temps

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de seedbarrett
Membre averti https://www.developpez.com
Le 23/07/2021 à 14:28
Citation Envoyé par SimonKenoby Voir le message
Le patron est déjà gagnant avec le fait que je suis plus productif chez moi, ils peuvent bien nous laisser quelques petites choses. A la limite je veux bien partager les bénef, si je gagne deux heures de trajets, je veux bien travailler en peux plus, par exemple 30 minutes ou une heure en plus ( a supposer que le salaire suive ), du coup tout le monde y gagne.
Non non, le patron y gagne déjà avec ta productivité sans débourser le moindre kopeck, tu ne vas pas lui offrir plus de ton temps tout de même. Déjà que les 35h ne sont pas respectés on va se calmer très vite. Parce que mis à part baisser les salaires et créer du chômage, on y gagne rien à bosser gratuit.
14  0 
Avatar de seedbarrett
Membre averti https://www.developpez.com
Le 23/07/2021 à 13:39
Quel est votre avis sur le sujet ?
Je pense que nous ne devrions pas écouter les entreprises, mais plutôt les économistes. Nombre de professionnels trouvent des bienfaits pour leur productivité et leur équilibre personnel, pourquoi leur enlever ? Si lors de l'entretien annuel on voit qu'il y a pas de soucis, autant continuer je pense.
Pour autant, le full remote je suis pas convaincu. Avoir 2 ou 3 jours sur site c'est pas mal, tu peux voir les gens, faire tes réunions, et comme ça une fois en télétravail tu peux bosser avec moins de dérangement qu'avec le collègue très sympa mais très bavard

Seriez-vous prêt à faire des compromis afin de rester en télétravail ?
Pas tellement. Allez, je comprend qu'on me paie pas les frais kilométrique, guère plus.

Si oui, accepteriez-vous de faire des heures supplémentaires ? Par exemple, travailler dans les week-ends ?
Bosser le week end bénévolement ? Et puis quoi en encore ? Les heures supp on en fait déjà tous, et jamais payées, je vais pas leur offrir mon temps. Par contre je vais pouvoir finir ce que j'ai a faire, et ne pas courir pour avoir le bus.
Et n'oublions pas que l'employeur économise en surface, matériel et facture électrique à nous faire bosser de chez nous.

Pensez-vous que les gens devraient tout simplement retourner au bureau à la fin de la pandémie du coronavirus ?
Je pense qu'on doit faire ce qui est le plus rentable à tous. De toute façon on a une vague tous les mois, c'est pas prêt de finir
11  0 
Avatar de 10_GOTO_10
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/07/2021 à 15:33
Le temps de transport n'était pas le problème de l'entreprise lorsqu'on passait de longues heures dans le RER à cause de l'éloignement de ces entreprises des lieux où on pouvait trouver un logement. Grèves, travaux sur les voies, ou pas, l'important était d'arriver à l'heure.
Oui mais maintenant qu'un petit virus a supprimé ce transport, ça devient leur problème et surtout leur argent. Peu importe qu'on soit plus productifs, ils voudraient aussi rattraper le temps qu'on ne perd plus. Le beurre, l'argent du beurre et le cul de la secrétaire.
Il faut pendre les patrons avec les tripes des banquiers, disait Arlette (dans les Guignols, je vous rassure).
10  0 
Avatar de smarties
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 23/07/2021 à 14:39
Seriez-vous prêt à faire des compromis afin de rester en télétravail ?
Non, je suis à 20 minutes de mon travail. Quand je suis en présentiel, je fais plus de pause avec les collègues et elles sont plus longues.
De plus, on est 4 dans le bureau et on est dérangé toutes les 30 minutes en moyennes.

Si oui, accepteriez-vous de faire des heures supplémentaires ? Par exemple, travailler dans les week-ends ?
Non, on en fait toujours quelques unes à droites à gauche (arrivé plus tôt le matin, reprendre plus tôt le midi, débaucher plus tard le soir). Ils veulent nous user ou quoi ?!? Le télétravail nous permet d'avoir un meilleur équilibre entre la vie privée et pro et ça aide aussi à rester en bonne santé. Donc s'ils veulent des burn out car les gens ont moins de temps pour eux, c'est une bonne piste à mon avis.

Pensez-vous que les gens devraient tout simplement retourner au bureau à la fin de la pandémie du coronavirus ?
En hybride ou en full présentiel en fonction des préférences de chacun et des contraintes métier.

Que pensez-vous du travail hybride ? Pensez-vous que les entreprises doivent le mettre en place ? Quels seraient les avantages ?
Je suis pour le mode hybride et cela devrait être proposé au salariés sans compromis.
Voici quelques avantages pour le salarié :
- dormir plus le matin
- pas le stress du transport, réduction du risque d'accident, moins de frais kilométriques
- plus de temps pour sa vie personnelle
- réduction du coup des repas le midi
- moins dérangé/interrompu
- aérer l’été le matin pour faire baisser la température de la maison
- du temps pour soi, se poser

Pour l'entreprise :
- employé plus productif (peut varier en fonction des personnes)
- employé en meilleur santé
- réduction de la surface de locaux nécessaire
- pas de prime transport à payer
- moins de frais lié aux locaux (électricité, nettoyage, ...)
- moins de gestion de l'intendance (ménage, PQ, essui-mains)
8  0 
Avatar de Kulvar
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 26/07/2021 à 14:38
C'est marrant comme le temps de transport est exclus du décompte du temps de travail, mais soudainement ça devrait devenir du temps de travail quand il n'y a plus de trajet à faire.

C'est quoi la prochaine étape ? Ceux qui font moins d'une heure de trajet le matin doivent bosser 1h de plus ?
8  0 
Avatar de zoonel
Membre actif https://www.developpez.com
Le 23/07/2021 à 15:12
Ça fait peur... (sur la question de la contrepartie à donner en échange du télétravail)
Personnellement j'ai beaucoup plus d'avantages en allant au travail qu'en télétravail:
  • Pas besoin de payer l’électricité
  • Internet avec bon débit
  • Bonne chaise + écrans + grand bureau
  • Boissons + eau gratuit (je bois pas de café)
  • Transports en communs payés
  • Toilettes gratuites (l'eau faut bien la payer)
  • Clim en été, chauffage en hiver
  • Moins d'usure du mobilier, tapis, bouilloire, ...
  • Coupure nette entre boulot / vie privée
  • Forcé de bosser / moins de distraction (je parle pas ici de collègues bruyants )


Les avantages que j'ai en télétravail c'est:
  • Plus de concentration
  • Dormir un peu plus longtemps (je suis à 20 min du burreau)


Faut vraiment déjà être privilégié pour être total confort chez soi: avoir une pièce adaptée, pas avoir à s'occuper d'enfants, pas avoir de colloc/conjoint qui partagent la pièce de burreau, avoir une bonne connexion internet, avoir le matériel adequat, pouvoir payer le chauffage en hiver, avoir un lieu pas trop chaud en été, pas avoir de voisins bruyants, etc...
Bref toutes des conditions "facile" à remplir si on est déjà bien payé et qu'on a une maison / grand appart à soi.

Donc pour moi c'est le contraire faudrait me payer plus pour faire du télétravail.
Et faut surtout pas faire de concessions, évidemment que les gens sont plus concentrés et bossent bien pour la plupart en télétravail mais après faut peut-être remettre en question les open-spaces et autres réunions inutiles.
De mon point de vue le télétravail c'est tout bénéf pour l'employeur, et si les employés y voient leur compte alors c'est gagnant-gagnant. Mais diminuer de salaire ou enlever des avantages pour avoir le droit de faire du télétravail c'est juste une excuse de la société pour rogner les coûts et ça ne donne envie de travailler pour elle.
7  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 23/07/2021 à 16:38
De ma petite expérience du télétravail, travailler plus est un coup à finir en burn out. J'ai commencé en 2015 à travailler à domicile. Les ressources humaines n'arrivant pas, je me suis retrouvé à faire 10h/j., puis 12, puis 15 jusqu'à travailler jour et nuit. Ils m'ont même réveillé pour Wanna Cry en mai 2017 à 3h le samedi matin ! Maintenant, je suis toujours en télétravail mais depuis mars 2018, je bosse pour une entreprise américaine. Mieux payé. Mieux considéré. Mieux traité.
3  0 
Avatar de jbrosset
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 16/08/2021 à 10:40
LE télétravail est trop souvent considéré comme monolithique alors qu'il recouvre des réalités très différentes :

> D'abord la nature du travail :
Un collègue m'a dit un jour : "je ne pourrai pas accueillir le client demain [ça fait partie de son boulot] car je serai en télétravail" et donc je devais le faire à sa place.
Evidemment, ce n'est pas normal... et pourtant le manager l'acceptait.
Si le télétravail est uniquement considéré comme une convenance personnelle, ça dérape.

> Ensuite le cadre de télétravail :
Entre un senior bien logé et une personne plus jeune petitement logé avec des enfants autour, le télétravail est TRES différent !!
Et parfois, les salariés ne sont pas très lucides sur ce point.
Ainsi, je pratique le télétravail depuis longtemps et j'ai personnellement investi pour un lieu calme et parfaitement équipé "comme au bureau". Chez certains de mes collègues, ce n'est pas toujours le cas loin s'en faut : "Ah non, je ne peux pas faire ça aujourd'hui Parce Que je suis en télétravail..." : on ne devrait pas entendre ce genre de choses.

A l'inverse, le télétravail dans un cadre adapté est très efficace pour certaines tâches demandant du calme. Surtout quand on est dans un open space !! Gain de productivité énorme.

> La personnalité
Un télétravailleurs doit avoir une auto-discipline. Pas facile non plus de reconnaître qu'on est pas toujours assez "fort" pour télétravailler.

> L'organisation, le management
Au-delà de l'organisation technique indispensable, il y a les enjeux humais collectifs : tous les managers ne sont pas prêts, pas formés.
Il faut inventer des rituels, susciter des contacts... faute de quoi le collectif de travail (souvent essentiel) est en péril.

Donc même si je suis personnellement fan du télétravail, et qu'il augmente ma productivité, je comprends les craintes des entreprises.
Le mouvement est lancé, on ne l'arrêtera plus.
Mais il faut l'accompagner, ce n'est pas évident.
3  0 
Avatar de SimonKenoby
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 23/07/2021 à 14:22
En fait, ce que les patrons vont essayer de faire, c'est de compenser le gain de confort de vie du télétravail par une perte autre part.

Si je veux faire du télétravail, c'est parce que ça me permet de vivre dans une région ou le cout de la vie est moins cher et donc de pouvoir acheter une maison plutôt que de louer un appart, si j'y perd en salaire, je me trouve dans le même posistion qu'avant, toujours dans l'incapacité d'acheter la maison.

Deuxième exemple, en faisant du télétravail ça me permet de gagner en comfort de vie en m'épargnant deux heures de transport tout les jours, si je dois travailler deux heures en plus par jours de nouveau pas de gain de comfort de vie...

Le patron est déjà gagnant avec le fait que je suis plus productif chez moi, ils peuvent bien nous laisser quelques petites choses. A la limite je veux bien partager les bénef, si je gagne deux heures de trajets, je veux bien travailler en peux plus, par exemple 30 minutes ou une heure en plus ( a supposer que le salaire suive ), du coup tout le monde y gagne.
3  2 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 23/07/2021 à 15:34
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Si oui, accepteriez-vous de faire des heures supplémentaires ? Par exemple, travailler pendant les week-ends ?
Si l'heure supplémentaire est payé à 500%, je commencerai à y réfléchir

Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Pensez-vous que les gens devraient tout simplement retourner au bureau à la fin de la pandémie du coronavirus ?
Non, c'est l'ancien monde ça, la plupart du temps la présence n'apporte rien.
Il y a des gens qui sont contraint de travailler dans des grandes villes, donc c'est soit un gros loyer, soit une longue distance pour se rendre au travail.

Si les offres en 100% télétravail se développaient, des couples qui bossent dans des bureaux pourraient déménager n'importe où, vous imaginez comme ce serait génial ? Pour le prix d'un appartement de 40m² à Paris t'as de quoi avoir une maison énorme dans certains endroits.

Personnellement je suis beaucoup plus productif en télétravail, je vais au bureau 2 jours par semaine et je sens bien la différence.
1  0