IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Emploi informatique : pourquoi votre travail pourrait être externalisé ?
La Pologne et l'Ukraine paient les développeurs en moyenne entre 22 000 et 23 000 dollars par an

Le , par Bruno

39PARTAGES

16  1 
L'externalisation du développement de logiciels peut être un excellent moyen d'économiser de l'argent tout en obtenant un travail de qualité. L'Inde, l'une des destinations les plus populaires pour l'externalisation d'emplois techniquement qualifiés, ne paie en moyenne que 470 dollars de plus que le Nigeria. Les Philippines, également populaires pour l'externalisation, ne paient en moyenne que 7 936 dollars, tandis que la Pologne et l'Ukraine, destinations populaires d'Europe de l'Est pour l'externalisation, paient entre 22 000 et 23 000 dollars par an. La Chine, autre destination de choix pour l'externalisation, paie les développeurs en moyenne 23 790 dollars.

Selon un rapport sur les salaires des ingénieurs en logiciel publié ce mois-ci par CodeSubmit, les États-Unis sont en tête de liste des salaires les plus élevés, suivis d'Israël et de plusieurs pays européens. Les trois premiers pays de ce classement sont : les États-Unis, la Suisse et Israël. Le Danemark, le Canada et la Norvège suivent, tandis que l'Australie, le Royaume-Uni, l'Allemagne et la Suède complètent le top 10. La France se pointe à la 14e position tout juste devant la Nouvelle-Zélande, le Singapour, l’Argentine et le Japon.

Landing.jobs a publié l'édition 2022 de son rapport annuel Global Tech Talent Trends selon lequel 88,6 % des professionnels travaillent à distance de manière complète ou hybride. Selon le rapport, l'Europe est le continent préféré pour le télétravail transfrontalier (34,1 %), suivi de l'Amérique du Nord (24,9 %) et la principale raison de travailler à distance au-delà des frontières est "un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée" (25,1 %). Plus important encore, le rapport a révélé que les emplois à distance sont mieux rémunérés que les emplois de bureau. Les salaires en télétravail seraient 1,9 fois supérieurs aux salaires des emplois de bureau.

Selon les auteurs, les conclusions du rapport aident les organisations à mieux comprendre la nouvelle nature du marché mondial de la technologie et la manière dont elles doivent se positionner pour recruter et retenir les talents dont elles ont tant besoin. En effet, le monde a radicalement changé au cours des deux dernières années, notamment en raison de la crise sanitaire de la Covid-19. Le travail à distance est passé d'une situation agréable il y a environ 3 ans à une situation presque obligatoire désormais. Embaucher et travailler au-delà des frontières ou s'installer dans un autre pays ne sont plus des exceptions, mais des tendances avérées.

En ce qui concerne l'origine de l'externalisation, les chiffres de l'étude de CodeSubmit coïncident ici aussi : l'Amérique, qui est de loin le pays où les développeurs de logiciels sont le mieux payés, est également le plus grand pourvoyeur d'externalisation au monde, puisqu'elle serait responsable d'environ 84 % des contrats d'externalisation dans le monde.

La demande de logiciels ne cessant de croître, il faut regarder au-delà de son pays d'origine pour répondre à ses besoins professionnels. La technologie a rendu pratique la collaboration et le maintien du contact avec des personnes du monde entier. Selon Statista, le marché de l'externalisation du développement de logiciels a atteint une valeur de 92,5 milliards de dollars en 2019.

Il existe diverses raisons d'externaliser l'informatique, et les plus courantes sont les économies d'argent, l'accès à une main-d'œuvre qualifiée, l'amélioration de la concentration sur les idées centrales de l'entreprise, etc. Voici ce que dit la recherche sur les raisons pour lesquelles les gens externalisent leurs services informatiques :

  • économiser de l'argent ;
  • Améliorer notre capacité à innover ;
  • améliore la souplesse d'utilisation des ressources ;
  • ajoute de la flexibilité à l’organisation informatique ;
  • libère des ressources pour se concentrer sur les activités de base ;
  • permet d'accéder à des compétences qui ne sont pas disponibles en interne.

Les principaux éléments à prendre en compte pour déterminer les meilleurs pays dans lesquels externaliser le développement de logiciels seraient des coûts moins élevés, un marché informatique très développé, une infrastructure éducative de haute qualité et la possibilité de communiquer dans la langue de votre choix. Ces facteurs créent un vaste vivier de travailleurs techniques qualifiés parmi lesquels il est possible de choisir.

Une population de développeurs de 100 000 ou plus est un point positif. Une population de développeurs plus importante signifie plus d'options à sa disposition. L'embauche coûtera plus cher parce que moins d'options sont disponibles avec une population de développeurs faible. Cependant, la qualité du codage compte également.

Par exemple, sur 300 000 candidats développeurs, seuls 10 000 peuvent développer au niveau de compétence requise. Du point de vue de l'externalisateur, il n'y a pas de différence entre 20 000 développeurs et 40 000 candidats développeurs.

Les meilleurs pays pour externaliser le développement de logiciels


Dans une interview, Chris Bakke, PDG de la plateforme de recrutement technologique Laskie, a déclaré que le travail à distance et les salaires élevés rendent l'embauche d'ingénieurs logiciels moins essentielle. Les entreprises technologiques se disent : « Nous pouvons embaucher un ingénieur aux États-Unis pour 300 000 dollars ou nous pouvons embaucher quelqu'un d'excellent à l'étranger avec une expérience très similaire pour 75 000 dollars », a déclaré Bakke.

Le refrain des entreprises technologiques est toujours le même : elles ne trouvent pas assez de personnes pour occuper les postes, et l'augmentation des exigences salariales, notamment à la suite de la grande démission, a rendu les postes à pourvoir plus coûteux. Enfin, jusqu'à ce qu'elles commencent à suspendre ou à ralentir les embauches, Apple étant la dernière en date à freiner.

L’exemple de la startup californienne Deel, spécialisée dans la paie, qui depuis son lancement en 2019 a embauché 1 100 personnes dans 75 pays en est une illustration. Seuls 18 % des employés de l'entreprise de San Francisco travaillent aux États-Unis ; un pour cent seulement des employés américains de l'entreprise travaillent dans l'ingénierie, les données et les produits.

Outre la Chine, la Pologne, l'Ukraine, les Philippines, l'Inde et le Nigeria, la Russie, l'Afrique du Sud et le Brésil sont également des destinations de choix pour l'externalisation. Le gouvernement ukrainien met l'accent sur l'éducation, ce qui a permis de développer une industrie technologique florissante. Selon l'analyse statistique de HackerRank, les développeurs ukrainiens ont obtenu un score moyen de 88,7 % dans tous les défis HackerRank. L'Ukraine abrite également le plus grand nombre de programmeurs C++ au monde.

L'anglais n'est pas très répandu au sein de la population générale, mais 80 % de la communauté informatique parle anglais, de sorte que les obstacles à la communication sont minimes. Parmi les autres avantages de l'externalisation vers l'Ukraine, citons un fuseau horaire qui chevauche partiellement celui des États-Unis et du Royaume-Uni et une culture de travail similaire qui privilégie le défi et la compétition. Selon PayScale, les salaires annuels des développeurs ukrainiens varient entre 11 936 et 46 787 dollars.

Source : CodeSubmit

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Dans quel pays exercé vous actuellement ? Comment trouvez-vous les salaires appliqués dans votre pays ?

Ces résultats sont-ils pertinents ?

Voir aussi :

Salaires moyens en ingénierie logicielle : les États-Unis sont en tête de liste, le développement de logiciels est la profession la plus demandée, Go et Python les langages qui paient le plus

Les emplois technologiques entièrement à distance seraient mieux rémunérés que les emplois de bureau, selon le rapport Global Tech Talent Trends 2022

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Cpt Anderson
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 26/07/2022 à 10:21
L'expérience montre que le dev informatique reste quelque chose de touchy et le fait de vouloir délocaliser pour gagner 3 francs six sous, au final personne n'est gagnant. Les problèmes de communications, d'explication, de sources, de doc, etc font que les pertes finales seront supérieurs aux gains sur salaires. Mais essaie de faire comprendre ca à un PDG...

Sinon, pour parler de l'ouverture des frontières et du n'importe quoi en Europe, il faut pas s'étonner de la paupérisation de la population française qui est mis en concurrence avec des gens payés 3 ou 4 fois, voir 10 fois moins que nous. C'est stupide !
18  2 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/07/2022 à 12:12
Citation Envoyé par Prox_13 Voir le message
Dans mon entreprise, le recrutement en France est très difficile, très peu de profils qui correspondent et encore moins de demandes directes.
En ce sens, les recruteurs ont commencé a se tourner vers le Maroc... Pour le coup, avec le salaire français, il y a eu beaucoup de candidats, mais au final très peu de personnes qui restent car leur niveau pèche sur des points qui ne sont pas des mathématiques. (Qualité du code, documentations, inclusion au sein des équipes, relation client...)
Effectivement quand on ne veut pas former le personnel et que l'on croit pouvoir trouver des moutons à 5 pattes (100 ans d'expériences cumulées sur 30 technologies différentes dont la moitié sont apparues il y a moins de 5 ans avec un age max du candidat limité à 25 ans), qui plus est pour des salaires minables, on ne trouve pas de candidats et donc on va dans des pays à faibles coûts, le mouton a moins d'une demi-patte mais vu son coût "très attractif", cela suffit au bonheur du manager avec sa page excel.
12  0 
Avatar de smarties
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 25/07/2022 à 13:13
De toute façon, si on délocalise trop, au bout d'un moment :
- on aura plus les compétences en France
- le chômage va monter et quand on est au chômage j'ai tendance a dire que l'on se concentre plus sur l'essentiel
- si le chômage monte les gens vont moins consommer et ça sera un effet domino
14  2 
Avatar de Glutinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 28/07/2022 à 17:31
Pas le temps de répondre, je suis en train de calmer mon moi de 2006 apeuré après avoir un reportage sur TF1 comme quoi à cause de l'externalisation en Inde tous les développeurs français vont se retrouver au chomdu d'ici 2010.
12  0 
Avatar de Carhiboux
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 01/08/2022 à 11:43
Le marronnier de la presse technico-économique...

Cela fait au moins 15 ans quand j'entends cela.

Et cela fait au moins 15 ans que je ne vois rien changer.

Pourtant, en 15 ans, vous imaginez bien qu'il y en a eu des expérimentations, des tentatives, des "poc"...

Si ce n'est pas généralisé, c'est qu'il y a des raisons.

La première, c'est qu'un développeur ne fait pas que "pisser du code". Avant de le pisser, il faut avoir digéré le besoin, et l'avoir (bien ou mal) compris.

La plupart des entreprises que je connais sont très loin d'être assez matures pour pondre des specs suffisament claires, ou suffisament détaillées pour qu'il n'y ait pas besoin de communiquer entre les fonctionnels et les techniques.

Or, sur ce genre d'échanges, c'est déjà compliqué quand les équipes sont regroupées, alors si en plus les équipes sont éclatées sur plusieurs pays/fuseaux horaires/cultures, c'est le fiasco assuré.

Et comme les fonctionnels ont besoin d'être au plus près du demandeur, par la force des choses, les techniques resteront au plus près des demandeurs.

Le développement n'est pas le seul métier qui à vu des tentatives ratées d'offshoring; les centres d'appel téléphoniques sont un bon exemple. Les entreprises ont voulu gagner de l'argent en délocalisant au maghreb (même fuseau horaire, des francophones, salaires de misère) mais cela n'a pas fonctionné et beaucoup d'entreprises en sont revenues! C'est même devenu des arguments marketting pour ces entreprises de dire que leurs centres d'appel sont en France.

L'offshoring repose sur l'idée, fausse à priori, que l'engagement des salariés sera le même partout dans le monde. Sauf que non. Le marocain, l'indien, l'ukrainien, il sait bien qu'on est pas venu chez lui pour son talent, mais juste pour son bas salaire.

Et si le salaire est moins cher, les lois du travail sont plus souples, et le salariés peuvent partir du jour au lendemain. Un concurrent qui arrive dans votre ville et qui paye 2$ de plus par jour? du jour au lendemain votre "centre de compétences" n'a plus de salariés!

Bref, mon emploi peut être vu comme délocalisable par des gens qui ne voient que des tableaux excel de leur journée. Mais dans les faits, il ne l'est pas, et les tentatives passées ont démontré les limites de l'offshoring.
12  0 
Avatar de cdubet
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 09/08/2022 à 11:16
il y a 15-20 ans on en parlait deja. Des entreprises comme Cap Gemini proclamaient fierement (aux actionnaires) que leur modele c etait de faire travailler des indiens : juste le minimum etait fait en france).
Au final, ca a donné des projets comme scribe ou louvois qui sont des echecs massif (dans ma societe on a eut le meme echec en moins spectaculaire).
Pour creer un logiciel il faut pas simplement avoir une armee de codeur (si possible pas cher). il faut des gens qui comprennent le besoin, capable de reagir s il y a un probleme (et pas camoufler le probleme en disant "tout va bien")

Bref, si une societe delocalise son developpement juste pour faire des economies de salaires, elle a de forte chance de se planter. et ca lui coutera plus cher que les economies realisees sur les salaires (surtout en france ou les gens sont mal payés). Si google ou facebook emploient des californiens, c est pas par bonte d ame !
9  0 
Avatar de Prox_13
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 25/07/2022 à 11:11
Citation Envoyé par Jeff_67 Voir le message
Je travaille dans l'industrie. Mon poste est difficilement délocalisable, même si je n'ai pas un salaire californien.

Mais oui, ceux qui travaillent dans la tech en Région Parisienne ont du souci à se faire. Indépendamment du salaire, les spécificités du système éducatif français font qu'il va être de plus en plus difficile de recruter des développeurs dans les années à venir.

C'est d'autant plus vrai que les pays de l'est et du Maghreb ont su garder un bon niveau de maths au lycée contrairement à la France.
Dans mon entreprise, le recrutement en France est très difficile, très peu de profils qui correspondent et encore moins de demandes directes.
En ce sens, les recruteurs ont commencé a se tourner vers le Maroc... Pour le coup, avec le salaire français, il y a eu beaucoup de candidats, mais au final très peu de personnes qui restent car leur niveau pèche sur des points qui ne sont pas des mathématiques. (Qualité du code, documentations, inclusion au sein des équipes, relation client...)

Le principal souci étant que les règles de gestions prennent du temps a être acquises, et il n'est pas possible d'être efficace au bout d'un contrat d'un trimestre. Et ce peu importe le niveau en mathématiques, le plus important reste ironiquement le niveau de français impératif pour bien comprendre les formations ou pour se faire comprendre pendant le travail.
Le problème d'un recrutement comme celui-ci est que cela se répercute sur le moral des équipes restantes se voient alors attribuer autant de travail qu'il y a de départs, car rien ne peut être fait par une personne en CDD de 3 mois.

Sur 3 ans de recrutement, nous avons pu trouver une doctorante qui s'avère être une candidate incroyablement efficace, volontaire et pro-active. Mais contrairement à ce que tu dis, il s'agirait malheureusement plutôt de l'exception que de la règle. Au final, les Francais ne sont pas excessivement de meilleurs candidats; ce sera surtout la capacité à parler français/anglais avec un bon niveau et leur sociabilité avec les collègues qui les feront se démarquer, cela dit. Les mathématiques, qui sont généralement assumées comme étant acquises, ne sont que très peu prépondérantes dans ce cœur de métier.

Et surtout ce qui intéresse les recruteurs dans leur recherche au Maghreb, c'est la réduction des coûts, et non la qualité du candidat. C'est peut-être autrement ailleurs, mais je travaille dans une multinationale qui a cette optique et qui est encore en croissance.
8  0 
Avatar de Derek Corgan
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 28/07/2022 à 20:17
Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
malheureusement la vente à la découpe a commencé avec l'industrie et ça continue avec les services informatiques.
c'est Umanis qui s'est fait racheter par CGI ESN canadienne,c'est Akka Technologies qui s'est fait racheter par Adecco entreprise basée en Suisse,c'est Inetum ex GFI qui s'est fait racheter par un fonds d'investissement.
Sans compter Atos qui est en mauvaise posture.
Après si les salaires n'augmentent pas en ESN faut pas s'étonner pourquoi...
Petite précision concernant INETUM, cette société appartenait déjà à un fonds (Qatari) et a été revendue à un autre fonds (US).

Les salaires en ESN n'augmentent pas pour ceux qui restent, mais les propositions lorsque tu souhaites changer de crémerie sont à la hausse.
8  0 
Avatar de Derek Corgan
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 28/07/2022 à 20:19
Citation Envoyé par Glutinus Voir le message
Pas le temps de répondre, je suis en train de calmer mon moi de 2006 apeuré après avoir un reportage sur TF1 comme quoi à cause de l'externalisation en Inde tous les développeurs français vont se retrouver au chomdu d'ici 2010.
Mon moi de 2006 ne s'imaginait pas être courtisé (voir harcelé) en 2022 pour continuer à exercer en informatique.
7  1 
Avatar de Glutinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 01/08/2022 à 10:16
Citation Envoyé par Matthieu Vergne
La première, c'est qu'il y a effectivement le problème de la compétence. Les ingénieurs français sont quand même très compétents comparé à d'autres, ce qui permet de faire des logiciels bien plus maintenables et qui donc coûtent moins cher sur le moyen/long-terme. En plus de permettre de garder la compétence proche de soi. Les pays à bas prix fournissent généralement des compétences à raz les pâquerettes : oui ça marche, mais dès que on souhaite faire évoluer le bouzin y'a plus personne qui sait comment ça fonctionne et faut jeter pour recommencer.
Je suis peut-être biaisé par le type de clients que je fais (gros comptes bancaires / assurances) mais le désir des managers IT c'est d'évoluer sur des postes, et tant qu'à faire quitter la DSI pour aller mieux taper dessus. Du coup, avoir un projet, pour eux, c'est un moyen et non une finalité. Qui plus est, s'ils peuvent mettre qu'ils sont à la tête d'une trentaine de développeurs (indiens) plutôt que cinq (français), c'est encore mieux pour leur CV. Ils n'attendent que des opportunités pour jouer aux vases communiquant, et s'en fichent de la qualité du produit qui passe derrière.

C'est évidemment plus simple quand c'est des produits blablas, une application censée faire un pansement sur un autre, pas un produit "coeur-de-cible". Je ne parle même pas des projets sans ROI, typiquement les projets qui font chier, les RGPD, les KYC, les projets règlementaires où tu dois fournir à un régulateur une liste de tes clients & opérations...
6  0