IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les emplois technologiques entièrement à distance seraient mieux rémunérés que les emplois de bureau,
Selon le rapport Global Tech Talent Trends 2022

Le , par Bill Fassinou

0PARTAGES

11  0 
Landing.jobs a publié l'édition 2022 de son rapport annuel Global Tech Talent Trends selon lequel 88,6 % des professionnels travaillent à distance de manière complète ou hybride. Selon le rapport, l'Europe est le continent préféré pour le télétravail transfrontalier (34,1 %), suivi de l'Amérique du Nord (24,9 %) et la principale raison de travailler à distance au-delà des frontières est "un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée" (25,1 %). Plus important encore, le rapport a révélé que les emplois à distance sont mieux rémunérés que les emplois de bureau. Les salaires en télétravail seraient 1,9 fois supérieurs aux salaires des emplois de bureau.

Landing.jobs est une place de marché pour les carrières dans le secteur de la technologie. Le rapport Global Tech Talent Trends a une couverture mondiale et est alimenté par les données de 6 568 répondants dans le monde entier. Ses sections - Démographie, Rôles professionnels, Piles technologiques, Travail à distance et international, Gestion de carrière et Salaires et avantages - fournissent des informations qui, selon les auteurs, permettent aux professionnels de la technologie de prendre des décisions de carrière plus éclairées dans une perspective mondiale. Le rapport aide également les organisations à prendre des décisions.

Selon les auteurs, les conclusions du rapport aident les organisations à mieux comprendre la nouvelle nature du marché mondial de la technologie et la manière dont elles doivent se positionner pour recruter et retenir les talents dont elles ont tant besoin. En effet, le monde a radicalement changé au cours des deux dernières années, notamment en raison de la crise sanitaire de la Covid-19. Le travail à distance est passé d'une situation agréable il y a environ 3 ans à une situation presque obligatoire désormais. Embaucher et travailler au-delà des frontières ou s'installer dans un autre pays ne sont plus des exceptions, mais des tendances avérées.

En outre, la pénurie de talents technologique à l'échelle mondiale est plus importante que jamais et a un impact considérable sur les marchés technologiques locaux et mondiaux. Ces changements soulèvent de nombreuses questions sérieuses, auxquelles le rapport Global Tech Talent Trends 2022 essaie de répondre. Voici ci-dessous les points forts du rapport de cette année :

Données démographiques

Le rapport Global Tech Talent Trends 2022 indique que les professionnels de la technologie qui ont répondu à l'enquête se distinguent par le fait que seuls 14,4 % d'entre eux travaillent comme contractants ou indépendants et qu'ils sont moins nombreux en Europe et en Amérique du Sud, tout comme les travailleurs à temps partiel. Cela peut être un signe de stabilité ou de stagnation du marché de l'emploi dans le secteur des technologies. Le marché africain est le seul à compter moins de 50 % d'employés à temps plein, ce qui pourrait être un signe de faible stabilité de l'emploi.



La tranche d'âge 25-54 ans représente plus de 90 % des répondants. Les professionnels de la technologie d'Europe et d'Amérique du Sud sont les plus âgés, tandis que les répondants d'Asie et d'Afrique ont une moyenne d'âge plus basse, reflétant le profil démographique plus général de ces régions. En ce qui concerne l'éducation, le rapport indique qu'il n'est pas surprenant que l'Amérique du Nord et l'Europe soient en tête du peloton, que ce soit en raison de la présence de personnes de langue maternelle anglaise ou de meilleurs systèmes d'éducation.

Le modèle différent en Europe serait probablement dû au processus de Bologne, qui a provoqué des changements importants dans la dénomination des diplômes de licence et de master. Enfin, le rapport ajoute que la catégorie "startups" en Afrique pourrait indiquer un marché énergisé pour combler les lacunes de la faible stabilité de l'emploi de la population locale.

Autre constatation, les diplômés de bootcamp et les autodidactes ne représentent que 4,2 % des professionnels de la technologie. Selon les auteurs du rapport, cela montre que la plupart des professionnels de la technologie préfèrent encore les diplômes universitaires pour entrer sur le marché. Les bootcamps sont-ils principalement utilisés pour la requalification et l'amélioration des compétences ?

Rôle professionnel et technologie

Selon le rapport, 51,7 % des professionnels de la technologie qui occupent un poste de développeur sont dans le domaine du full-stack, du back-end ou du front-end. Environ 30 % des postes seraient liés à la gestion de la technologie, ce qui pourrait témoigner d'un intérêt croissant pour la qualité et l'impact de la technologie mise en place. Les rôles liés aux données représentent un pourcentage respectueux de ce groupe plus large, ce qui montre l'importance que les données prennent progressivement. Quid de l'expérience professionnelle des répondants à l'étude ?

Le rapport note que les répondants d'Afrique et d'Asie ont l'expérience professionnelle moyenne la plus faible, ce qui est probablement directement lié à la démographie de ces continents et à la maturité du marché des technologies. Le secteur des données semble être un rôle "jeune", tandis que les professionnels des applications commerciales ont tendance à avoir plus d'expérience. Les développeurs front-end interrogés sont moins expérimentés. S'agit-il d'un domaine où les gens commencent leur carrière, puis passent à d'autres fonctions ? En ce qui concerne les langages de programmation, JavaScript reste roi.



Selon le rapport, non seulement c'est le langage de programmation le plus utilisé (15,8 %), mais les frameworks basés sur JavaScript représenteraient plus de 60 % de l'utilisation totale. Outre les langages structurels tels que SQL et HTML/CSS, Python arrive en tête des langages génériques, probablement grâce à la contribution importante des travaux liés aux données. Java, malgré toute son histoire, reste l'un des langages les plus répandus. TypeScript est également en hausse, montrant un élan croissant. C# occupe une bonne position, probablement en raison des systèmes d'entreprise, et PHP, malgré ses fragilités, est toujours largement utilisé.

En plus de cela, le rapport révèle que VBA et Visual Basic 6 sont toujours utilisés. .NET et Asp.NET sont toujours bien vivants, avec Spring (Java) et Django (Python) en bas de l'échelle, mais honorables positions. Le rapport note cependant que, RoR (Ruby on Rails), malgré tout le potentiel et la force montrés il y a des années, n'a pas évolué en dehors de sa position de niche sur le marché.

Travail à distance et international

En ce qui concerne le type de travail des professionnels de la technologie, 88,6 % d'entre eux travaillent entièrement à distance ou de manière hybride - ce qui montre que le travail à distance est très répandu et qu'il est appelé à perdurer - et 18,6 % travaillent à distance pour une entreprise basée dans un autre pays. La motivation de ces professionnels de la technologie pour travailler pour une entreprise basée dans un autre pays est élevée (8,9/10), principalement à la recherche d'un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, les plus motivés étant ceux d'Afrique, d'Amérique du Sud et d'Asie.



Quant au continent sur lequel ils aimeraient le plus travailler au-delà des frontières, c'est l'Europe qui l'emporte. Mais certains professionnels souhaitent également s'installer sur un autre continent pour leur travail, principalement parce qu'ils recherchent une meilleure qualité de vie. Les professionnels de la technologie d'Asie, d'Amérique du Sud et d'Afrique sont les plus ouverts à la délocalisation (et l'Europe est la destination la plus convoitée), tandis que les Européens sont plus enclins à s'installer dans un pays du même continent. C'est un signe important que l'Europe est la destination idéale pour les professionnels de la technologie.

Le rapport note que la recherche d'une meilleure qualité de vie l'emporte clairement sur le salaire et les avantages - il semble que les professionnels de la technologie constituent une classe qui ne se situe pas au niveau inférieur de la pyramide de Maslow. La liberté de travailler où ils veulent arrive en troisième position, ce qui montre la pertinence d'améliorer l'appropriation de leur carrière et de contribuer à des niveaux plus élevés de qualité de vie.

Gestion de carrière et motivation

En ce qui concerne les moteurs de carrière, le salaire et les avantages sociaux arrivent en tête (19,2 %), suivis par l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée (16,6 %). La motivation à changer d'emploi dans les trois prochains mois est relativement élevée (7,6/10), mais il semble que les professionnels européens soient les moins enthousiastes à cette idée. Les points forts de cette partie de l'analyse se présentent comme suit :



  • l'argent reste le principal moteur de carrière, tandis que les répondants ne se soucient guère de la reconnaissance et du statut. Mais l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée est un facteur de carrière de plus en plus important ;
  • la progression de la carrière, l'apprentissage/la formation et les défis technologiques sont des sujets auxquels les entreprises devraient prêter attention ;
  • les différences selon le sexe sont significatives : les hommes s'orientent vers des facteurs plus "durs" comme le défi technologique et le salaire, tandis que les femmes sont motivées par des éléments plus "doux" comme l'adéquation culturelle et la flexibilité des horaires ;
  • les professionnels qui entretiennent des relations de travail différentes avec leur employeur accordent des valeurs différentes ;
  • les employés à temps plein se soucient davantage des salaires, de l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée et de la progression de leur carrière. Les entrepreneurs se soucient davantage de l'apprentissage et de la formation, l'impact de leur travail et les défis technologiques. Il s'agit clairement de deux segments différents.


Avantages recherchés

Selon le rapport, l'avantage santé, la prime annuelle et le parrainage de la formation sont les avantages professionnels les plus importants, et ce qui est intéressant, c'est que ce classement est le même dans toutes les régions analysées, ce qui montre clairement ce que les entreprises doivent privilégier pour plaire aux talents de la technologie. L'allocation pour l'achat d'ordinateurs et d'équipements arrive en quatrième position dans toutes les régions, ce qui montre que les techniciens aiment la technologie.



Les options d'achat d'actions arrivent en cinquième position, ce qui montre une évolution intéressante des professionnels de la technologie concernant les avantages possibles à long terme. Dans le bas du classement, on trouve les vacances payées/supplémentaires (est-ce déjà un acquis dans tous les pays ?), les horaires de travail flexibles (la plupart des gens étant à distance, cela a-t-il cessé d'être un problème ?) et l'esprit d'équipe (aucun indice ici).

Salaires technologiques

Le rapport indique que les salaires des professionnels de la technologie en Amérique du Nord sont les plus élevés, l'Europe arrive en deuxième position, et l'Afrique, l'Amérique du Sud et l'Asie sont nettement derrière, ce qui donne une fourchette de salaires annuels moyens qui varie de 20 071 € (Afrique) à 84 224 € (Amérique du Nord). Le rapport ajoute que les postes de gestion technique gagnent, en moyenne, 1,4 fois plus que les développeurs. L'externalisation locale est le type d'entreprise qui paie le moins bien, tandis que les "scale-ups" arrivent en tête (le salaire moyen est 2 fois plus élevé que pour les premières).

En outre, le rapport révèle que travailler pour une entreprise de grande envergure est apparemment très rémunérateur, probablement parce qu'elle considère que les meilleurs talents techniques sont un facteur concurrentiel essentiel et qu'elle a les moyens d'investir. Les contractants ont tendance à gagner plus que les employés à temps plein, ce qui démontre l'un des principaux principes de cette option de travail. Les contractants africains et européens gagnent environ 45 % de plus que les employés à temps plein, les Africains 30 % et les Sud-Américains seulement 6 %.



En effet, selon le rapport, les emplois de bureau sont les plus mal payés (1,9 fois moins que les emplois entièrement à distance). Les différences peuvent être très significatives, et une hypothèse pour soutenir cela pourrait être que les entreprises moins compétitives sont moins enclines au travail à distance, perdant ainsi de l'attrait pour les meilleurs professionnels de la technologie, et nuisant encore plus à leur compétitivité. Une spéculation, mais qui mérite d'être débattue. Le fait que l'Amérique du Nord soit la seule région à payer moins pour le travail à distance complet que pour le travail à distance hybride est également curieux.

En ce qui concerne les augmentations de salaire, le rapport indique que 60,9 % des professionnels de la technologie ont vu leur salaire augmenter au cours des 12 derniers mois, tandis que 7,5 % ont subi une baisse. En ce qui concerne le sexe, les salaires des hommes ont varié positivement plus que ceux des femmes (d'environ 11 %), et les femmes ont vu leur salaire baisser plus que les hommes. Ce n'est certainement pas un bon signe pour les efforts de diversité. Il semble que les entreprises qui pratiquent le travail à plein temps ne soient pas aussi compétitives que celles qui ont une sorte de politique de travail à distance.

Source : Rapport de l'étude

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des conclusions du rapport Global Tech Talent Trends 2022 ? Reflètent-elles la réalité ?
Selon vous, pourquoi les emplois à distance semblent être mieux rémunérés que les emplois à temps plein ?
Pensiez-vous que les professionnels de la technologie qui préfèrent les emplois de bureau sont moins exigeants ?
Selon vous, qu'est-ce qui pourrait expliquer la baisse des salaires des femmes malgré les efforts de diversité et d'égalité des entreprises technologiques ?

Voir aussi

Quels sont les langages de programmation les mieux rémunérés en ce début 2022 ? Voici un aperçu du site d'offres d'emploi DevJobsScanner

JavaScript arrive en tête des langages de programmation les plus demandés en 2022, suivi par Python, Java, C# et PHP, selon une étude de DevJobsScanner

Emploi informatique 2021 : les tendances et les effets de mode

Seulement 23 % des entreprises ont une politique claire en matière de travail hybride, selon Microsoft

L'automatisation pourrait supprimer 12 millions d'emplois en Europe d'ici les 20 prochaines années, selon une étude de Forrester Research

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Pikachu-67
Membre actif https://www.developpez.com
Le 09/07/2022 à 1:38
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Petite réflexion:

Quand le télétravail du développeur devient une pratique courante, pourquoi est-ce qu'une entreprise va continuer à payer un développeur français avec le salaire et les charges sociales de la France, quand elle peut faire travailler en télétravail des développeurs de pays à faibles coûts n'importe où sur la planète???

Quelle différence entre Kevin assis dans son salon de la Creuse et Boris qui développe dans sa cuisine en Moldavie ou en Macédoine du Nord, pays où l'équivalent du smic s'élève à quelques centaines d'euro, voir moins puisque le salaire minimum de la Moldavie est de... 1000 lei pour la rémunération mensuelle minimale, soit à peine 50 euros (chiffres 2021)???

1 L'entreprise n'est pas une garderie
2 Faire un logiciel, n'est pas un travail à l'usine
3 Si les coûts était véritablement le problème, ils ouvriraient une boîte local en Moldavie. Pourquoi ta société a des bureaux aux US alors que le salaire des ingés y est le plus élevé au monde ?
4 Le nerf de la guerre ce sont les développeur les plus compétents donc tu t'adapte à leur exigences sur un marché tendu
5  0 
Avatar de GreatDeveloperOnizuka
Membre expert https://www.developpez.com
Le 07/07/2022 à 11:57
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Avoir changé 3 fois d'employeur en l'espace de 2 ans? Tu es au moins l'exemple que le télétravail ne permet pas à un employeur de fidéliser ses collaborateurs! Dans ma boite, on ne fait pas de télétravail, et pourtant, il n'y a pas eu un seul développeur à avoir quitté son poste dans les 5 ans!

Et pourquoi? Le télétravail est idéal pour répondre à l'esprit de la génération actuelle du "chacun pour soi, j'exige tous les droits mais refuse le moindre devoir", mais cela ne permet pas de développer une approche humaine, vous savez la camaraderie, l'esprit d'équipe, le désir de réaliser qqchose en commun...

Il est vrai que l'Amérique du Nord n'est pas la vieille Europe! Une différence qui se résume en une phrase: "Pour un européen, 100 km c'est trop loin, pour un américain, 100 ans c'est trop vieux!"
Bof, quand j'étais pas en télétravail, OK je faisais plus de café blabla, mais j'avais pas forcément une meilleure affinité avec les collègues. En télétravail dans ma boite actuelle, j'ai largement fait plus de liens avec mon équipe. Je suis même monté à Lille à mes frais pour boire un coup . Cela est simplement du au fait qu'on partage la même vision et les mêmes galères sur les projets. Que ça soit en télétravail ou pas ne change pas grand chose pour moi finalement.
4  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 07/07/2022 à 16:35
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Petite réflexion:

Quand le télétravail du développeur devient une pratique courante, pourquoi est-ce qu'une entreprise va continuer à payer un développeur français avec le salaire et les charges sociales de la France, quand elle peut faire travailler en télétravail des développeurs de pays à faibles coûts n'importe où sur la planète???

Quelle différence entre Kevin assis dans son salon de la Creuse et Boris qui développe dans sa cuisine en Moldavie ou en Macédoine du Nord, pays où l'équivalent du smic s'élève à quelques centaines d'euro, voir moins puisque le salaire minimum de la Moldavie est de... 1000 lei pour la rémunération mensuelle minimale, soit à peine 50 euros (chiffres 2021)???

* Les problèmes de communications : (besoin de faire 4 A/R de mail pour expliquer un truc qui parait simple).
* La peur de "l'exterieur" qui reste très présente pour bon nombre de société.
* Les différences culturelles : Des choses qui semble évidente pour un FR ne le sera peut être pas pour un non FR
* La qualité globale du projet qui est inévitablement moins bonne en presta qu'en interne : quand tu sais que c'est toi qui va assurer la maintenance tu es plus regardant ...
* Le coût contrairement à ce que l'on pense n'ai pas si incroyable que ca . Expérience vécu sur de l'externalisation d'annotation d'IA en inde , on gagne 30 à 40% par rapport à un smic français mais le temps passé à cadrer les choses par le responsable est 2 à 3x plus important , donc c'est rentable que sur des gros volume et donc temps de travail.
* L'explosion des couts car le presta se limite à ce qu'on lui demande de faire. En général les sociétés n'arrivent pas à écrire un CDC clair et qui ne bougera plus. Là ou un dév interne ne refacturera pas à la moindre modif
5  1 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 06/07/2022 à 15:15
2. Une statistique officielle sur le télétravail en Suisse parue récemment indiquait qu'avant la pandémie, environ 10% des travailleurs faisaient du télétravail de temps à autre, que le pourcentage s'est élevé à 38% au pire moment de la pandémie de covid (alors que c'était une obligation des autorités sanitaires sauf si le job ne le permettait pas)! et que maintenant la situation est revenue à la période avant covid.
Pour avoir passer pas mal d'entretiens ces 6 derniers mois , il y'a clairement un changement qui s'opère. Beaucoup de sociétés qui ne proposaientt pas du tout de télétravail avant permettent maintenant 1 à 2 jours. Même ma société actuelle (que je quitte) qui nous interdisait le télétravail même quand c'était "obligatoire" commence à lâcher car il réalise qu'il n'arrive plus a recruter.

Et pour être raccord avec l'article je quitte un poste à responsabilité en 0 télétravail pour du full télétravail avec moins de responsabilités pour 10k€/an de plus.
3  0 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre averti https://www.developpez.com
Le 06/07/2022 à 15:40
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Je ne dois pas vivre sur la même planète que le reste du monde:
1. Actif dans la technologie, ni ma boite ni aucun de nos clients n'a 88,6% de son personnel qui fait du télétravail même partiellement.
À Montréal, on doit pas mal être à ce niveau.
Ça fait depuis mars 2020 que je suis en télétravail à 100%. Et j'ai fait 3 employeurs différents dans cette période.
Je suis passé au bureau deux fois ce mois-ci et il y a très peu de monde présent sur les étages. Et les consignes de mon employeur sont très clairs : avec la montée récente du nombre de personnes infectées, le télétravail est à privilégier.
4  1 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/07/2022 à 14:58
Je ne dois pas vivre sur la même planète que le reste du monde:

1. Actif dans la technologie, ni ma boite ni aucun de nos clients n'a 88,6% de son personnel qui fait du télétravail même partiellement.

2. Une statistique officielle sur le télétravail en Suisse parue récemment indiquait qu'avant la pandémie, environ 10% des travailleurs faisaient du télétravail de temps à autre, que le pourcentage s'est élevé à 38% au pire moment de la pandémie de covid (alors que c'était une obligation des autorités sanitaires sauf si le job ne le permettait pas)! et que maintenant la situation est revenue à la période avant covid.

3. Dire que l'on a un gros salaire parce que l'on travaille entièrement à distance relève de la farce! C'est parce que le mec a des capacités au-dessus de la moyenne et qu'il est indispensable que sa société a accepté qu'il soit entièrement à distance et qu'il a un gros salaire!!! Un "nul" voulant travailler entièrement à distance ne sera pas mieux rémunéré... Il sera même pas engagé
2  0 
Avatar de GreatDeveloperOnizuka
Membre expert https://www.developpez.com
Le 07/07/2022 à 19:20
Citation Envoyé par AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ Voir le message
« CGI à Longueil » Déjà c'est LongueUil et le siège social mondial de CGI est à Montréal... Avec tous les clients qui vont avec et le télétravail décloisonne les emplacements...
Je ne sais si tu as déjà regardé une carte mais il y a une grande puissance économique à 75 km au sud de Montréal et plein d'opportunités qui viennent de la proximité et d'un fuseau horaire identique ou proche, sans parler de tout l'ouest canadien...

lol ! Je suis en Amérique, on est là pour faire de la business pas du sentiment On est des putes, tu paies pour une job, on la fait...
Et Il manque tellement de monde qu'un singe qui tape sur un clavier pourrait être embauché !
De toute façon, c'est pareil dans les TI en France, c'est une job de mercenaires sauf que ça ne se dit pas fort.
C'est un taff de mercenaire car le business te traite souvent limite comme un ouvrier spécialisé donc à partir de là...
Les ESN qui ne voit le dev comme une marchandise, le client comme un ouvrier et les startups c'est un peu mieux mais tu dois bosser bien plus dur que dans les autres boites.
2  0 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre averti https://www.developpez.com
Le 07/07/2022 à 22:11
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Mouais, tu me sembles surtout avoir un discours de troll ou d'un mégalo qui se la pête...
Ou celle d'un gars avec 8 ans d'expérience en France et 15 ans d'expérience en Amérique du Nord. Je te laisse ton opinion
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Ma société a des bureaux aux USA (côte est, côte ouest et middle west) et bien je peux te dire que ta théorie "en Amérique du Nord, aucune fidélité avec un employeur" n'est pas à la mode... Des mecs avec ton genre de discours font pas de vieux os et très vite, ils ne trouvent plus un job dans la région...
Quand tu es viré en une heure selon le gré des marchés, ton allégeance à un employeur devient très relative.
C'est aussi la culture américaine du poker face : «tout va bien, j'aime ma boîte» et deux semaines après, la personne donne sa démission.
Et visiblement, je fais de vieux os, mon salaire grimpe régulièrement et les recruteurs me courent toujours après. Par exemple, j'ai été obligé de cacher mon numéro de téléphone d'internet pour ne pas être trop importuner. Sinon ils m'appellent à 20h ou le dimanche. Et je ne suis pas un dba avec des compétences exceptionnelles, je suis juste dans le besoin du marché.
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Quant à ton discours "on engage des singes tellement il y a du manque de personne", cela relève de la farce... Tu dois vivre dans une autre dimension
C'était aussi le cas en France en 2000. En sortant d'université, on me proposait des salaires plus élevés que des personnes avec 5 ans d'expérience... À l'époque, les SSII embauchaient plein de Bac + 5 en biologie qui connaissaient vraiment pas grand choses en informatique...
2  0 
Avatar de DannyK
Inactif https://www.developpez.com
Le 06/07/2022 à 17:48
Citation Envoyé par grunk Voir le message
Pour avoir passer pas mal d'entretiens ces 6 derniers mois , il y'a clairement un changement qui s'opère. Beaucoup de sociétés qui ne proposaientt pas du tout de télétravail avant permettent maintenant 1 à 2 jours. Même ma société actuelle (que je quitte) qui nous interdisait le télétravail même quand c'était "obligatoire" commence à lâcher car il réalise qu'il n'arrive plus a recruter.

Et pour être raccord avec l'article je quitte un poste à responsabilité en 0 télétravail pour du full télétravail avec moins de responsabilités pour 10k€/an de plus.
Il y aussi une autre réalité qui s'installe
- Les développeurs coutent de plus en plus cher, ou plutôt, le vrai prix de ce que coute un développeur est entrain d'apparaitre et ce sont les ESN, qui se sont gâvé sur leurs dos durant des années, qui en premier en paie le prix.

- D'un coté, tu as les entreprises qui n'en démordent pas et tentent de toujours payer le moins cher possible les développeurs, recrutent en masse des juniors sous payés, qui font du code qui force l'entreprise à mettre la clé sous la porte ou emploient des boites étrangères et se retrouve avec un produit livré qui en général ne corresponds pas à ce qui est demandé dans le meilleur des cas et dans le pire, du code immonde qui là aussi, provoque énormément de problème.

- Et de l'autre, les Freelances qui coutent de plus en plus cher et les Freelances juniors qui ont de moins en moins la possibilité d'être Freelance, puisqu'ils ont face à eux des gens qui ont déjà de la bouteille et que les entreprises veulent
1  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/07/2022 à 19:08
Citation Envoyé par AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ Voir le message
Je suis en Amérique du Nord, aucune fidélité avec un employeur ! Et avec la pénurie actuelle d'employés, mon linkedin ne dérougie pas...
...
L'esprit d'équipe... Le léchage de cul, les coups bas et tout ça aussi
« le désir de réaliser qqchose en commun » sérieux tu as conservé cette utopie juvénile ? Je remplis mon contrat au mieux pour mon employeur, that's it !
Mouais, tu me sembles surtout avoir un discours de troll ou d'un mégalo qui se la pête...

Ma société a des bureaux aux USA (côte est, côte ouest et middle west) et bien je peux te dire que ta théorie "en Amérique du Nord, aucune fidélité avec un employeur" n'est pas à la mode... Des mecs avec ton genre de discours font pas de vieux os et très vite, ils ne trouvent plus un job dans la région...

Quant à ton discours "on engage des singes tellement il y a du manque de personne", cela relève de la farce... Tu dois vivre dans une autre dimension
1  0