IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

LinkedIn accepte de payer une amende de 1,8 million de dollars pour avoir payé moins les femmes que les hommes,
Mais n'admet aucun acte répréhensible

Le , par Stéphane le calme

36PARTAGES

15  0 
LinkedIn a finalement réglé une plainte auprès du ministère américain du Travail concernant des allégations selon lesquelles il aurait sous-payé 686 travailleuses dans ses bureaux californiens de 2015 à 2017. L'amende de 1,8 million de dollars équivaut à des arriérés de salaire pour les employées plus des intérêts au fil du temps, a déclaré le ministère américain du Travail dans un communiqué.

Bien sûr, conformément à l'accord de conciliation, le règlement maintient que LinkedIn n'admet aucun acte répréhensible. LinkedIn a accepté d'analyser la rémunération des travailleurs dans ses bureaux de Californie et de corriger tout écart de rémunération, ainsi que d'instituer un nouveau programme de formation pour tous les gestionnaires impliqués dans la rémunération des employés. Environ 1,75 million de dollars iront aux employées concernées en tant qu'arriérés de salaire, tandis que 50 000 $ seront payés en intérêts.

Le ministère américain du Travail a déclaré qu'entre ces deux années, l'examen des registres de rémunération de LinkedIn a montré que l'entreprise payait régulièrement les travailleuses moins que les hommes dans les secteurs de l'ingénierie et du marketing dans son bureau de San Francisco et son siège social à Sunnyvale, en Californie. Plus précisément, le gouvernement fédéral a déclaré que LinkedIn n'avait pas respecté les normes du gouvernement américain, notamment le décret 11246 selon lequel les entrepreneurs fédéraux ne sont pas autorisés à faire de discrimination sur la base du sexe. Le mandat de l'ère Lyndon B. Johnson, maintenu par l'Office of Federal Contract Compliance Programs, était conçu pour s'assurer que les employés sont sur un pied d'égalité malgré la race, la croyance ou l'origine nationale.


Le ministère américain du Travail et LinkedIn Corp. ont conclu un accord de conciliation pour résoudre les allégations de discrimination salariale systémique fondée sur le sexe par la plateforme axée sur l'emploi dans ses bureaux de San Francisco et de Sunnyvale, en Californie.

Une évaluation de conformité de routine de l'Office of Federal Contract Compliance Programs (OFCCP) a révélé que, du 1er mars 2015 au 1er mars 2017, LinkedIn n'avait pas respecté le décret 11246. Plus précisément, l'OFCCP a allégué que l'employeur n'avait pas fourni un salaire égal aux personnes concernées. Des travailleuses occupant des postes dans ses familles d'emplois Ingénierie et Marketing à San Francisco et dans ses familles d'emplois Ingénierie et Produits à Sunnyvale.

Selon les termes de l'accord, LinkedIn fera ce qui suit :
  • [*payer 1,8 million de dollars en arriérés de salaires et intérêts aux travailleuses touchées ;
  • mener un programme de formation du personnel pour assurer le respect des obligations de non-discrimination de LinkedIn ;
  • évaluer, pour les 3 prochaines années, si la rémunération de l'entreprise est non sexiste et procéder à des ajustements salariaux si ce n'est pas le cas. LinkedIn révisera également ses politiques et pratiques de rémunération et a accepté de surveiller et de faire rapport pour assurer le respect des obligations contractuelles fédérales.

« Notre accord avec LinkedIn Corp. résout la discrimination salariale alléguée qui a privé 686 travailleuses des sites de San Francisco et Sunnyvale de l'entreprise de leur plein salaire », a expliqué Jane Suhr, directrice régionale du Bureau des programmes fédéraux de conformité aux contrats à San Francisco. « En plus de récupérer 1,8 million de dollars d'arriérés de salaires et d'intérêts pour ces travailleurs, notre accord garantira que LinkedIn comprendra mieux ses obligations en tant qu'entrepreneur fédéral et s'y conformera à l'avenir ».


De son côté, LinkedIn a estimé que même s'il a accepté de payer, il n'est pas d'accord avec les allégations du gouvernement selon lesquelles il y a une discrimination salariale. Voici la déclaration complète de LinkedIn :

« Aujourd'hui, LinkedIn a conclu un accord avec le Bureau des programmes de conformité des entrepreneurs fédéraux du Département américain du travail, à la suite d'un examen de routine de la conformité des pratiques de rémunération. L'agence a affirmé qu'entre 2015 et 2017, nous avons payé certaines employées en Californie de manière incohérente avec leurs pairs. Bien que nous ayons convenu de régler cette affaire, nous ne sommes pas d'accord avec les revendications du gouvernement ; LinkedIn paie et a payé ses employés de manière juste et équitable lorsqu'on compare avec un travail similaire.

« En 2021, nous avons mené une "analyse de l'égalité de rémunération" et avons constaté qu'à l'échelle mondiale, pour chaque dollar gagné par les hommes, nos employées gagnaient 0,999 $. Aux États-Unis, nos employés de couleur gagnent 1,00 $ pour chaque 1,00 $ gagné par nos employés blancs.

« Nous reconnaissons que l'équité salariale exige une attention et un investissement continus.
  • Nous utilisons des données de marché concurrentiel locales et basées sur la fonction pour développer des échelles de rémunération et des conseils afin d'assurer une rémunération équitable et cohérente entre différents groupes au sein des mêmes emplois, niveaux et régions.
  • Dans le cadre de nos cycles d'examen annuels, nous examinons la rémunération de nos employés par rapport aux fourchettes et à leurs pairs, et nous effectuons les ajustements nécessaires.
  • Nous examinons et évaluons régulièrement nos pratiques de rémunération pour nous assurer que nos employés sont rémunérés équitablement.

Malgré le déni total de l'entreprise de tout acte répréhensible, LinkedIn a tenté de faire avancer l'idée de l'égalité de rémunération sur le lieu de travail. Dans un communiqué datant de mars 2021, la société a déclaré par le biais de Teuila Hanson, Senior Vice President and Chief People Officer :

« Chez LinkedIn, nous procédons à des examens continus de la rémunération des employés pour des raisons d'équité et de compétitivité générales. Depuis 2015, nous avons également revu la rémunération des employés dans une optique axée sur l'équité interne. Nos révisions salariales tiennent compte d'un certain nombre de facteurs qui ont le plus souvent un impact sur les niveaux de rémunération, et lorsque nous détectons des problèmes, nous prenons des mesures et procédons à des ajustements. En 2016, nous nous sommes joints à deux douzaines d'autres entreprises pour signer l'engagement de la Maison-Blanche sur l'égalité de rémunération, un engagement public à faire le travail nécessaire au sein de notre entreprise et dans le secteur privé pour combler l'écart salarial national.

« Après notre dernier cycle d'examen annuel en octobre 2020, nous avons effectué une "analyse des écarts de rémunération" sur la rémunération de nos employés pour mesurer où nous en sommes lorsque nous examinons des employés comparables effectuant un travail similaire. Nos résultats ont montré qu'à l'échelle mondiale, pour chaque dollar gagné par les hommes, nos employées gagnent 0,998 dollar et aux États-Unis, nos employés de couleur gagnent 1,00 dollar pour chaque dollar gagné par nos employés blancs ».

LinkedIn a tenu le même raisonnement dans son rapport sur la diversité 2021, affirmant que pour chaque dollar gagné par les hommes dans l'entreprise, les femmes gagnaient 0,999 $. L'entreprise compte 19 000 employés dans le monde. L'effectif global de l'entreprise est composé de 54 % d'hommes pour 45 % de femmes et 1 % de non divulgués. La grande majorité de son personnel technique (près de 74 %) est constitué d'hommes. De plus, 58 % des personnes occupant des postes de direction dans l'entreprise sont également des hommes. Malgré la récente stratégie d'équité de l'entreprise, certains pourraient estimer que le nombre total d'employés masculins par rapport aux femmes de 2019 aux derniers ensembles de données montre que les progrès ont été lents.

Quoi qu'il en soit, la situation n'est pas propre à l'industrie technologique américaine ; elle s'observe à l'échelle mondiale. L'écart entre les sexes et les races est observé dans l'ensemble du domaine technologique dans le monde, où les hommes sont plus nombreux que les femmes dans les domaines professionnels de la science et de l'ingénierie, selon les données de plusieurs baromètres parmi lesquels la National Science Foundation.

Sources : ministère américain du Travail, LinkedIn (1, 2, 3)

Et vous ?

Que pensez-vous du fait que LinkedIn accepte de payer cette amende sous forme d'arriérés de salaire, mais n'admet aucun acte répréhensible ?
Qu'est-ce qui pourrait, selon vous, expliquer pourquoi ces femmes ont été moins payées que leurs homologues masculins ?
À votre avis, la disparité homme/femme en termes de pourcentage d'employés dans les métiers des TIC est-elle encore aussi prononcée que les années d'avant ? Quelle est la situation dans votre entreprise ?
Êtes-vous de ceux qui estiment que la parité est nécessaire ? Pourquoi ?

Voir aussi :

52 % des femmes professionnelles de la technologie estiment que leur genre les empêche de progresser autant qu'elles le souhaitent dans leur carrière, selon une enquête menée par Ipsos
Les femmes adoptent de plus en plus la cybersécurité comme parcours professionnel, mais elles sont 21 % moins payées que les hommes dans le secteur, selon (ISC)2
Le télétravail est producteur d'inégalités professionnelles entre les hommes et les femmes, d'après la nouvelle étude du Centre Hubertine Auclert
Les femmes sont égales aux hommes en matière de compétences informatiques, mais il existe toujours un écart entre les sexes pour ce qui est de la confiance en soi, d'après une nouvelle recherche

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 05/05/2022 à 14:22
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Cela démontre quelle point la justice au États-Unis est polluée par la rectitude politique et la présence des féministes dans leur système de justice. Ce qui créer des situations ou le risque de tomber sur une féministe fait en sorte qu'il est préférable de payer l'amende, même lorsque l'on commis aucun crime, parce que le jugement risquerait de ruiner la compagnie.
ouais, par sécurité il faudrait ne plus embauché de femme, comme ca plus de probleme
3  3 
Avatar de walfrat
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 05/05/2022 à 14:27
Citation Envoyé par Madmac Voir le message
Cela démontre quelle point la justice au États-Unis est polluée par la rectitude politique et la présence des féministes dans leur système de justice. Ce qui créer des situations ou le risque de tomber sur une féministe fait en sorte qu'il est préférable de payer l'amende, même lorsque l'on commis aucun crime, parce que le jugement risquerait de ruiner la compagnie.

C'est très mal tournée, mais il est vrai que la mentalité, supporté par le système, qui veut que même des innocents payent des amendes plutôt que perdre plus pour innocenter est ridicule, indépendamment du sujet traité par la dite "justice".
1  2 
Avatar de Madmac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 05/05/2022 à 12:21
Cela démontre quelle point la justice au États-Unis est polluée par la rectitude politique et la présence des féministes dans leur système de justice. Ce qui créer des situations ou le risque de tomber sur une féministe fait en sorte qu'il est préférable de payer l'amende, même lorsque l'on commis aucun crime, parce que le jugement risquerait de ruiner la compagnie.
1  6