IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Seules 42 % des femmes déclarent avoir des possibilités de développement professionnel dans la technologie
Un décalage subsiste entre les avantages recherchés et ceux qui leur sont offerts

Le , par Sandra Coret

72PARTAGES

20  3 
Alors que les femmes ont conquis de haute lutte leur place sur le lieu de travail, un fossé important subsiste dans le secteur de la technologie en ce qui concerne les possibilités de développement professionnel et d'avancement de carrière, selon un nouveau rapport.

L'étude de la société de formation numérique Skillsoft identifie un décalage entre les avantages que les femmes recherchent sur le lieu de travail et ceux qui leur sont actuellement offerts.

Les possibilités de développement professionnel et de formation sont considérées comme extrêmement ou très importantes par 86 % des personnes interrogées. Cependant, 42 % seulement déclarent que leur employeur offre actuellement cet avantage. En outre, lorsqu'on leur demande quels sont les principaux défis auxquels elles ont été confrontées dans le cadre de leur carrière dans le secteur des technologies, près d'un tiers des femmes interrogées (32 %) citent le manque de formation.

"Les organisations du monde entier cherchent des moyens de combler leurs lacunes en matière de compétences et, dans de nombreux cas, la réponse se trouve dans leur personnel existant", explique Potoula Chresomales, vice-présidente directrice de la gestion des produits chez Skillsoft. "Les femmes représentent moins de 40 % de la main-d'œuvre mondiale, et pour que ce chiffre augmente, les employées doivent bénéficier d'une formation continue, d'un développement professionnel et d'une progression de carrière, ainsi que de l'égalité des salaires. Le moment est venu pour les organisations de s'attaquer de front aux disparités entre les sexes. En agissant de la sorte, nous pouvons construire des entreprises plus inclusives, équitables et compétitives."


Parmi les autres résultats, 70 % des femmes interrogées déclarent que les hommes sont plus nombreux qu'elles sur le lieu de travail dans un rapport de deux pour un ou plus. Skillsoft a également constaté que, par rapport aux hommes, les femmes dans le secteur des technologies doivent travailler plus longtemps pour gravir les échelons de l'entreprise. Le pourcentage le plus élevé d'hommes occupant des postes de direction a entre 15 et 20 ans d'expérience, contre 26 ans ou plus pour les femmes.

Pour encourager davantage de femmes à s'engager dans des carrières liées à la technologie, les répondants affirment que les organisations devraient offrir des possibilités de développement professionnel et de formation (55 %), de garde d'enfants (47 %), d'accompagnement de carrière, de mentorat et de conseil (43 %), ainsi qu'une culture de travail équitable (41 %).

Source : Skillsoft

Et vous ?

Trouvez-vous cette étude pertinente ?
En tant que femme travaillant dans le secteur de la technologie, quels sont les obstacles que vous rencontrez ?
Quelles solutions préconisez-vous pour permettre aux femmes de mieux se développer dans ce secteur ?

Voir aussi :

Si le secteur de la technologie est de plus en plus inclusif, 74 % des femmes affirment toujours avoir eu une expérience négative au travail en raison de leur sexe, selon un rapport de NTT Data UK

« La révolution numérique ne pourra être intelligente sans inclusion : sans plus de femmes à des postes techniques et de direction dans la Tech. », d'après le rapport de l'UNESCO, sur la science

Les femmes de l'IT déclarent être en burnout en raison de difficultés à gérer des responsabilités plus grandes à cause de la pandémie : quel impact sur l'égalité des genres dans la filière ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de xarkam
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 13/12/2021 à 8:19
Ha, encore une étude sur les femmes dans l'IT.

La phrase de l'étude qui décrédibilise tout :
Parmi les autres résultats, 70 % des femmes interrogées déclarent que les hommes sont plus nombreux qu'elles sur le lieu de travail dans un rapport de deux pour un ou plus.
Vous voulez vraiment qu'on vous ressorte les métiers où les femmes sont plus représentées que les hommes et qu'on vous pondes la même phrase axée sur les hommes ?

Le féminisme dans les métiers commence à tourner à la psychopathie sévère. On va bientôt nous sortir qu'il va falloir un quota minimum obligatoire de femme dans des métiers où les hommes sont plus représentés quitte à obliger les filles à apprendre un métier dont elles ne veulent pas.

Ça devient saoulant d'avoir une étude par mois sur le sujet et dont aucun ne cherche à réellement savoir si l'IT intéressent autant de filles que peuvent les intéresser les métiers d'infermière, institutrice, puéricultrice, etc...
(J'oublie certainement que pour les personnes qui réalisent ce genre d'étude, ils ont une vision genrée des métiers)

J'aimerais bien voir d'autres articles sur le sujet de la présence des femmes et leur évolution dans d'autre corps de métiers. Mais bon, je doute fort que des études sur la sous représentation des femmes dans d'autres métiers que l'IT intéresse beaucoup.
22  3 
Avatar de Jesus63
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 13/12/2021 à 11:56
Citation Envoyé par Carhiboux Voir le message
Il faut donc bien attaquer le problème à la racine, qui est l'orientation au lycée. Faire en sorte que les femmes soient aussi incitées à faire des études scientifiques. Ce qui est d'ailleurs le cas car il y a une forme de discrimination positive dans les filières scientifiques pour les femmes (et c'est tant mieux).
Du temps où j'étais encore en cycle scolaire (Il n'y a pas si longtemps que ça), je peux confirmer par mon expérience que:

- Les femmes sont sous-représentées en informatique.
- Le cadre scolaire offre ENORMEMENT plus de confort au peu de femmes qui s'y retrouvent. Beaucoup plus d'encouragement, d'accompagnement et autre que ce soit de la part des enseignants comme des élèves. (Rien de nouveau sous le soleil pour moi, les minorités sont encouragées par principe)
- La plupart des hommes qui y étaient s'y dirigeaient par défaut, car déjà ancrés dans un domaine technologique. (Montage PC, gaming, server management...) C'est probablement ce qui donne cet aspect "naturel" à l'orientation masculine. Encore une fois, j'espère que ceci n'est une surprise pour personne.
- Il n'y aucune différence entre un bon homme et un bonne femme sur un cycle scolaire défini. 50% du travail est dans la volonté de réussir, peu importe les cas. Dans les "déserteurs", il n'y a pas de différence genrées, ce n'est qu'un problème de motivation. J'ai pu avoir l'exemple entre un ami et une amie tout deux non motivés.

Ce n'est que mon expérience personnelle, mais je peux la croiser avec d'autres collègues et retrouver les mêmes traits.
18  0 
Avatar de Chezkele
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 13/12/2021 à 13:45
Citation Envoyé par Carhiboux
Par exemple, l'article ne précise pas que l'étude à été faite dans plusieurs pays dont la France (mais aussi les USA, Canada et UK). Malheureusement, on ne connait pas les proportions par pays (et j'ai pas envie de filer mon mail pour avoir le rapport complet, j'ai assez de spam comme ça.
On a déjà cité x fois ici le fameux "paradoxe norvégien": plus un pays est avancé en terme "d'égalité femmes-hommes", plus il y a un écart de représentation dans ce genre de métier.
De mémoire, plus de la moitié des salariés de l'informatique sont des femmes en Malaisie, à peu près la moitié en Roumanie, environ 50% des étudiants en informatique en Arabie Saoudite sont des étudiantes, alors qu'en Norvège les hommes sont ultra majoritaires.
Dans les pays où les femmes ont le choix de faire ce qu'elle veulent car le confort matériel leur est plus ou moins acquis, elles choisissent moins les sciences dures que les hommes. Certains y voient une discrimination intrinsèque de la société, mais le dit paradoxe cité plus haut fait de plus en plus douter de cette explication.
13  0 
Avatar de calvaire
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 13/12/2021 à 16:25
Citation Envoyé par marsupial Voir le message
Quand je lis calvaire et Glutinus, je déprime...

C'est tellement vrai; mais pas systématique, heureusement

ce que je veux dire c'est qu'il faut arreter de fantasmer sur les métiers de l'it.
faut faire ce métier que si on aime sinon c'est la dépression assuré !

une femme qui n'est pas spécialement attiré par l'informatique, gâche pas ta vie ! va voir ailleurs dans l'éducation, la chimie, l'aéronautique, la finance mais viens pas en info tu vas être déçu. a commencé par le salaire

si la majorité des femmes aiment le care, ou est le probleme ? en quoi une pédiatre c'est moins bien qu'une informaticienne ?
je serais content moi si ma fille devenait médecin ou avocate.

et autre remarque: les cadres de bureau c'est pas ceux qui gagent le plus de fric. Un plombier indépendant peut se faire 4000€/mois net.
une agent immobilière peut toucher facile 3000€/mois net.
12  1 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 15/12/2021 à 5:22
Ce serait bien de rester dans le sujet, les femmes dans l'IT, et de limiter les digressions au strict nécessaire.
10  0 
Avatar de koyosama
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/12/2021 à 22:16
J'ai rien contre ces 43% de femmes, mais déjà meme chez des hommes les perspectives de carrières sont faibles, surtout en France, je te parle meme pas de la campagne.

Moi d'abord, après je penserais aux autres. On verra après le elle, iel, ce truc, cette chose, ... lui.
Je suis désolé le dire, mais tous les coups sont permis, donc franchement les gens pensent qu'on regarde une critère precis, mais dans la réalité, on est juste dans la meme merde.
10  0 
Avatar de Planetary
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 17/12/2021 à 23:02
Question simple : Pourquoi il faudrait de la "parité" ?

Pourquoi on ne parle que de parité pour des métiers dit valorisant qui concerne les hommes ?
11  1 
Avatar de Glutinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 13/12/2021 à 15:22
Citation Envoyé par calvaire
Alors oui c'est la vision la plus pessimiste du métier mais faut arrêter de croire les films qui vendent des hackers nerd qui bosse dans une piscine et développent des softs qui changent le monde mais c'est du pipeau.
"Ne t'inquiète pas, je suis un ingénieur", dit le gars sous tension qui répare une navette spatiale en échangeant un fil rouge et un fil vert avec une clé à molette pour recalibrer la trajectoire de vol du véhicule.

Citation Envoyé par calvaire
et surtout pour du dev de qualité c'est 1/3 de code pour 2/3 de test. Le tous avec des commentaires pour chaque objets et chaque fonctions !
Et le plus fun pour la fin: écrire de la doc.
J'estime qu'au mieux on devrait tendre sur du 40/20/40 en conception, réalisation, tests.
Mais bon on sait comment ça tourne : 3 ans à se branler la nouille avec le client, le temps de se faire un portefeuille Linkedin, et repasser le bouzin à l'équipe suivante ; démarrer les devs 6 mois en retard "on n'a pas le temps de penser la conception, pissons du code", on refile à une équipe de tests qui n'ont jamais fait ça de leur vie, qui rentre une donnée et se dit "OK, on verra ça en prod" quand c'est pas corrigé juste un pauvre label qui a une faute d'orthographe.
9  0 
Avatar de calvaire
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 13/12/2021 à 16:35
Citation Envoyé par Chezkele Voir le message
Tu soulèves un point intéressant. C'est vrai que si la faible proportion de femmes dans ce secteur dans certains pays occidentaux est pointée du doigt, c'est en partie parce qu'il est vu comme un secteur relativement prestigieux/rentable sur le plan financier et de l'effort. On s'offusquera moins d'avoir peu de femmes éboueurs par exemple (métier au combien utile et respectable au demeurant). Mais c'est relatif pour ce qui est de l'informatique effectivement.
c'est le probleme de la culture occidentale, les métiers manuel sont mal vu (éboueur, plombier, garagiste...)
on préfère une vision de la femme cadre en costar cravate sur d'elle dans le quartier de la défense.
Mais jamais une femme éboueur, qui débouche les chiottes ou qui a la gueule dans le pot d'échappement, ca c'est réservé aux hommes.

Il faut imposer au lycée aux femmes de devenir éboueur pour respecter la parité. Faire des conférences sur ce beau métier, créer une association #metoopoubelle pour promouvoir cela, distribué des affiches, des slogans.
10  1 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 18/12/2021 à 16:47
Je me suis déjà exprimé sur le sujet dans une enquête sur les grandes écoles et la discrimination entre jeune homme blanc et riche parisien et pauvre jeune femme de couleur et de province. L'argent nécessaire à l'inscription dans une école discrimine bien plus que le genre ou la couleur de peau. Je pense trouver inutile de relancer le débat sur le genre dans l'IT toutes les 2 semaines. Comme je pense que les jeunes lycéennes choisissant de ne pas s'orienter vers le numérique ne vient pas du sexisme ou de la mysoginie de quelques connards comme il y en a partout, mais de ne pas avoir d'atomes crochus avec la filière.

Maintenant, si vous voulez continuer votre débat stérile, libre à vous. Mais là, je demande aux community managers d'éviter le sujet à l'avenir dans le fil actualité. Pour l'étude d'où vient la news, je suis curieux de connaître le pourcentage d'hommes dont les attentes professionnelles sont insatisfaites. Par ailleurs, face à la pénurie et le boum de la transformation numérique, il s'agit du moment pour faire entendre des revendications, pour les hommes comme pour les femmes.
10  1