IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google accélère la réouverture de ses bureaux et impose des limites au travail à distance,
Les bureaux rouvriront en avril en fonction de la disponibilité des vaccins

Le , par Bruno

23PARTAGES

6  0 
Alors que des millions d’employés se font vacciner chaque jour, Google accélère ses plans de réouverture dans certaines régions, sur la base du volontariat, avant la date limite de retour qui est fixée pour le 1er septembre. Les bureaux rouvriront de manière limitée en avril en fonction de la disponibilité des vaccins et d'une tendance à la baisse des cas de Covid-19.

C’est en mars 2020 que Google a commencé à demander à ses employés de travailler à domicile afin de limiter la propagation du coronavirus. Étant donné que la pandémie ne montrait aucun signe de ralentissement, en particulier aux États-Unis, Google a repoussé à plusieurs reprises la date limite de réouverture complète de ses bureaux : 1er juin 2020 puis janvier de l'année prochaine. Désormais, c’est finalement la date de septembre 2021 qui a été retenue.

Selon une note de service intitulée « Need to know », les employés de Google qui souhaitent travailler à distance après le 1er septembre, pour plus de 14 jours par an, doivent faire une demande officielle. Dans les circonstances exceptionnelles, les employés peuvent faire une demande pour une durée maximale de 12 mois. Google se réserve le droit de rappeler les employés à leur bureau d'affectation à tout moment, précise la note.


Au sujet du retour au bureau, un rapport de ManpowerGroup publié le mois dernier, révèle que plus de la moitié des travailleurs soit 51 % devraient retourner au bureau d'ici 12 mois ; 36 % devraient travailler en mode hybride, avec davantage de travail à la maison, et seulement 4 % des employeurs disent que leurs employés resteront en télétravail. Pour Fiona Cicconi, la nouvelle directrice des ressources humaines chez Google, cela fait maintenant un an que beaucoup d’employés travaillent à domicile, et l'idée de retourner au bureau peut susciter des sentiments différents. Dans un courriel envoyé mercredi à toute l'entreprise. Cicconi a conseillé aux employés de se faire vacciner contre le virus Covid-19, mais a précisé que ce n'est pas obligatoire.

Dans une de ses multiples déclarations, Google a confirmé la note de service et a ajouté que « les notifications sur les déménagements permanents pour des raisons personnelles sont toujours en attente ». En effet, Google avait abandonné l'idée du travail à distance et s'attendait à ce que les travailleurs « vivent à une distance raisonnable » des bureaux. Cependant, la réalité ne s’est pas déroulée comme prévoyait Google. En fin d’année dernière, un sondage effectué par la plateforme de freelance Upwork a révélé qu’entre 6,9 % et 11,5 % des ménages prévoient un déménagement en raison de la disponibilité croissante du travail à distance suite au COVID-19.

Pour confirmer davantage ces résultats, Upwork a mené deux enquêtes alternatives avec différentes gammes de réponses possibles. Au total, dans le cadre de l'enquête principale et de deux alternatives, il y a un pourcentage constamment significatif de déménagements en raison d'une plus grande capacité de travailler à domicile, allant de 6,9 % à 11,5 %. Ces estimations impliquent que 14 à 23 millions d'Américains prévoient de déménager à la suite de la possibilité du travail à distance.

Pour contextualiser ce nombre, les données du recensement de 2018 à 2019 suggèrent que 3,6 % des personnes ont déménagé dans un comté ou un État différent de 2018 à 2019, ce qui signifie qu'entre deux à trois fois plus de personnes prévoient de déménager cette année en raison du travail à distance. En d'autres termes, combinés aux personnes qui déménagent indépendamment du travail à distance, les taux de migration à court terme peuvent être de trois à quatre fois ce qu'ils sont normalement.

Dans le même ordre d’idée, une autre étude menée par United Van Lines, une grande entreprise de déménagement domestique, a révélé que les gens voulaient déménager hors de l'État de New York à un rythme plus élevé que la moyenne nationale. Et, au début du mois de septembre, les demandes de départ de San Francisco représentaient plus du double de la moyenne américaine. L'enquête a été menée entre mars et août 2020.

À l'échelle nationale, il y a une augmentation de 32 % de l'intérêt mobile par rapport à cette période de l'année dernière, selon l'enquête United Van Lines. Les raisons les plus courantes associées aux déménagements influencés par une pandémie étaient : les préoccupations pour la santé et le bien-être personnels et familiaux, le désir d'être plus proche de la famille, les changements de statut d'emploi ou de conditions de travail (y compris la capacité de travailler à distance) et les désirs de changement de style de vie ou d'amélioration de la qualité de vie.

Les clients ont déclaré à l'entreprise de déménagement que la pandémie les avait amenés à réévaluer ce qui était important pour leur famille, ce qui signifiait être plus proche de la famille élargie et des amis. D'autres clients ont déclaré qu'ils devaient élargir leur recherche d'emploi à l'étranger.

Dans la note de mercredi, Cicconi a indiqué que les employés retourneront dans des bureaux réaménagés qui permettront aux propriétaires d'amener leurs chiens. « Les bureaux ne ressembleront pas exactement à ce dont vous vous souvenez, mais nos formidables équipes font de leur mieux pour les rendre confortables, notamment en fournissant des repas, des collations et des commodités dans la mesure du possible », a déclaré Cicconi. « Nous accueillerons même nos Dooglers à nouveau », a-t-elle ajouté.


Les employés qui ont déménagé pendant la pandémie pour moins de stress ou pour économiser de l'argent peuvent être incités à revenir. Dans l'une des notes publiées mercredi, Google a indiqué qu'elle pourrait ajuster les salaires des employés en fonction de leur lieu de travail. La pandémie du covid-19 a déclenché l’année dernière la plus grande expérience de télétravail jamais observée. Travailler depuis chez soi a bénéficié aux employeurs et aux employés dans la mesure où il a permis aux entreprises de continuer leur activité pendant la crise sanitaire et aux travailleurs de respecter les mesures barrière pour éviter la maladie à coronavirus.

Les entreprises technologiques, qui ont été parmi les premières à fermer leurs bureaux il y a un an, sont en train de passer à des environnements de travail hybrides, permettant à certains employés de continuer à travailler à distance de façon partielle ou totale. La décision de Google fait suite à des annonces similaires faites par Facebook, Microsoft et d'autres entreprises.

Et vous ?

Êtes-vous passé en télétravail pendant la pandémie ?

Quelle formule de retour au travail préférez-vous, télétravail total ou semaines de travail flexibles ?

Quelle formule a cours dans votre entreprise dans le cadre de la lutte contre le coronavirus ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Le télétravail intégral en baisse au mois de février : le nombre des télétravailleurs est tombé à 31 %, selon Dares, les employeurs étant "libres de l'organisation dans leur entreprise"

Environ 51 % des employés devraient retourner au bureau dans les 6 à 12 prochains mois et les intentions d'embauche pour le 2T21 sont à la hausse, selon un rapport de ManpowerGroup

Télétravail : seulement une entreprise sur dix s'attend à ce que tous ses employés retournent au bureau, alors que les entreprises envisagent un avenir post-covid avec beaucoup plus de flexibilité

Covid-19 : des millions de professionnels de l'IT prévoient de déménager puisqu'ils peuvent être en télétravail, selon des sondages d'Upwork et de United Van Lines

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 02/04/2021 à 16:43
Citation Envoyé par Jeff_67 Voir le message
Ça m'énerve de ne plus pouvoir télétravailler à terme parce qu'il ne faut pas frustrer les Parisiens.
Ce n'est pas les parisions qu'il ne faut pas frustrer dans ton histoire, mais bien les patrons. Ce que tu racontes n'est qu'une excuses pour eux pour toujours surveiller de plus près, sinon en effet, la clause de mobilisation eût été une solution. Peut-être pas en une heure par contre, en Ile de France avoir moins d'une heure de trajet pour aller au boulot, c'est être privilégié...
8  0 
Avatar de Jeff_67
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 02/04/2021 à 16:21
À la faveur du télétravail, des cadres travaillant aux siège de ma société à Paris ont pris la clé des champs et sont partis s'installer en Province. Cela n'a pas plu à la direction qui a décrété que le télétravail ne serait pas reconduit à l'issue de la pandémie. Paraît-il que des visites de sites clients n'ont pas pu être assurées parce que les dites personnes refusaient de se déplacer en Région Parisienne.

J'aurais préféré que les accords de télétravail incluent une clause de mobilisation (genre s'engager à être au bureau en moins d'1h en cas de nécessité), plutôt que le télétravail soit abandonné. Aucun avis de ce genre n'est à déplorer en région. Ça m'énerve de ne plus pouvoir télétravailler à terme parce qu'il ne faut pas frustrer les Parisiens.
6  0 
Avatar de Jeff_67
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 02/04/2021 à 16:56
Citation Envoyé par AoCannaille Voir le message
Peut-être pas en une heure par contre, en Ile de France avoir moins d'une heure de trajet pour aller au boulot, c'est être privilégié...
C'est dans ces moments là que je me rends compte à quel point la région parisienne est déconnectée du reste du pays.
6  0 
Avatar de Mickael_Istria
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 06/04/2021 à 16:58
Il y a quand meme de plus en plus de boites de developpement qui sont 100% teletravail, et pas que des petites ou des mauvaises ou des qui payent mal.
Pour le developpement, le teletravail est extremement compatible depuis longtemps (le message precedent a propos de l'open-source distribue mondialement depuis a 30 ans est tres pertinent). Le souci ce n'est pas les methodes et les outils qui sont deja connus et prets a etre utilises, c'est souvent la chaine de management qui ne sait pas comment gerer ca et surtout qui ne souhaite pas se reinventer. En effet, avec le teletravail, on "surveille" son entreprise et ses employes differemment: on ne compte plus les heures de travail mais la valeur ajoutee des employes ou la satisfaction utilisateur/client; on n'organise pas des reunions mais on s'assure de la bonne fluidite de l'information; les managers parlent humain (fatigue, famille et comment le travail actuel s'integre ou non dans tout ca) a leur personnel au lieu de les voir comme des machines a produire... Bref, on inverse un peu les roles, ou plutot on remet les roles en place: les developpeurs produisent, le management s'occupe de les rendre plus efficaces.
Beaucoup de gens qui font du management ont ete formes ou incites a devenir managers avec l'idee d'etre "chef", "responsable" et compagnie. Le teletravail force a distribuer les pouvoirs et reponsabilites un peu plus, donc ce type de manager qui se veut chef y voit une menace et cherche des raisons pour justifier que le teletravail ne marche pas. Ces raisons sont souvent pas coherentes. Concretement, il faut partir de l'idee qu'un manager de dev qui s'oppose au teletravail a tort et l'equipe doit demander des explications. S'il le manager n'a pas d'explication qui convainc, alors il est incompetent, et donc ne permettra pas aux employes de progresser au mieux dans leur carriere, c'est une bonne raison pour commencer a voir ailleurs. En attendant, les boites qui autorisent plus de teletravail recrutent plus facilement et des meilleurs developpeurs (car ils ont acces a un plus gros pool de candidats).
3  0 
Avatar de coder_changer_vie
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 05/04/2021 à 10:04
Le monde de l'Open Source utilise un mode de travail décentralisé (pas que de Paris) depuis plus de 30 ans... qui a conduit à l'essor de nos métiers et parfois des standardisations (Fondation Eclipse, Apache...).
Cela à même générer des fortunes (Amazon, Netflix pouvant s'appuyer sur des briques éprouvées et standardisées ont pu se concentrer sur leur modèle économique, et parfois même contribuer à améliorer les fondations).

Tout cela non sans débats sur les orientations et profits, mais techniquement et humainement il existe des moteurs décentralisés qui fonctionnent.

Des cadres talentueux qui s'expatrient en province quand c'est possible pour une meilleur qualité de vie, et qui se voient imposés un "regards de travers" en sortie de pandémie... cela pose la question suivante : est-ce là le moteur de motivation et de réussite qui va les insciter à relever les nouveaux défis du monde qui se transforme ? Cela va-t-il les insciter à s'investire pour aider leur entreprise à passer les douleurs financières que laisse le covid ?

Les autoroutes ont été pensées au départ, il me semble, pour ouvrir des opportunités à l'ensemble du territoire, limiter la désertification des campagnes et bien sûr fournir du travail lors de leur construction via un injection de fonds. Si l'on prend un peu de reculs, les autoroutes de l'information, notre connexion internet n'est elle pas justement ce qui permettrait cela pour les métiers "compatibles" ?

Le risque (ou l'avantage) est oui de dépeupler des centres urbains, ou bien d'un autre point de vue de repeupler des campagnes, d'où certains ont du partir pour "monter à Paris". Les loyers y sont moins chers, les commerces locaux pourraient fleurir, une meilleure qualité de vie se profiler, etc... une simple redistribution des économies.
2  0 
Avatar de tanaka59
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 06/04/2021 à 22:04
Bonsoir,

Êtes-vous passé en télétravail pendant la pandémie ?
Oui

Quelle formule de retour au travail préférez-vous, télétravail total ou semaines de travail flexibles ?
Le travail flexibles

Quelle formule a cours dans votre entreprise dans le cadre de la lutte contre le coronavirus ?
Le travail flexibles

Quel est votre avis sur le sujet ?
Travaillant dans le secteur industriel, la direction n'imaginait pas autoriser la chose. Pourtant, je trouve que nous avons gagné en efficacité ... Redoutable ! . On est un peu dans un extrême car 4 jours sur 5 en ce moment. Avantages, la partie administrative de l'usine est plus "concentrée" pour travailler.

Pour la direction il y a clairement quelques choses à faire gagner en efficacité, de la bouche du patron lui même !

Citation Envoyé par Jeff_67 Voir le message
C'est dans ces moments là que je me rends compte à quel point la région parisienne est déconnectée du reste du pays.
Oui , je confirme !

Habitant l'agglo Lilloise (et ayant la trentaine), je vois nombre de recruteur entre 40 et 50, qui ont taffé en IDF, avoir un discours complétement déconnecté. Lille est a 1 h de Paris en TGV et 2h en voiture. J'entend(s)(ais) " Pourquoi être difficile et pas vouloir travailler à Paris, c'est dynamique..." et tout un baratin ...

Le réponse est que entre leur visions d'il y a 10/20 ans et maintenant ... il y un décalage . Pour un jeune actif débutant de type employé non cadre c'est = métro boulot dodo avec 4h de transports par jour. En somme ce qu'on a vu comme durant le confinement de janvier ... Aucune vie et les week-ends sacrifiés. Personne du moins de moins en moins de monde aspire à ce type de chose ...

Surtout quand (comme moi même) , on est issus d'une grande ville comme Lille . La situation est aussi valable pour Toulouse, Marseille, Bordeaux, Lyon, Nice, Nantes, Grenoble, Strasbourg . La situation dans les grandes villes, tend aussi à se dégrader avec de moins en moins de possibilité dans l'hyper centre. D'ou une forme de fuite vers la banlieue ou le reste des départements. Parler de Paris , c'est un peu comme dire "Voulez vous vous pire ?" ... A moins d'être carriériste, d'avoir un certain potentiel ou un certain réseau, il ne sert plus à grande chose de réver de l'IDF ... On peut être maso aussi

Citation Envoyé par coder_changer_vie Voir le message
Les autoroutes ont été pensées au départ, il me semble, pour ouvrir des opportunités à l'ensemble du territoire, limiter la désertification des campagnes et bien sûr fournir du travail lors de leur construction via un injection de fonds. Si l'on prend un peu de reculs, les autoroutes de l'information, notre connexion internet n'est elle pas justement ce qui permettrait cela pour les métiers "compatibles" ?

Le risque (ou l'avantage) est oui de dépeupler des centres urbains, ou bien d'un autre point de vue de repeupler des campagnes, d'où certains ont du partir pour "monter à Paris". Les loyers y sont moins chers, les commerces locaux pourraient fleurir, une meilleure qualité de vie se profiler, etc... une simple redistribution des économies.
Depuis maintenant 4/5 dans l'agglo Lilloise, des entreprises décident de s'installer en périphérie ou alors dans les autres villes , faute d'accès corrects à Lille. Donc oui cela résume bien un phénomène parallèle à l'IDF.
1  0