IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Télétravail : les employés de Google vont poursuivre depuis leur domicile jusqu'en septembre 2021,
Le CEO Sundar Pichai ajoute que les semaines de travail flexibles prendront le relais

Le , par Patrick Ruiz

99PARTAGES

12  0 
Google va permettre à la majorité de ses employés de travailler à domicile jusqu'en septembre 2021. Le géant de la recherche va ensuite expérimenter les semaines de travail flexibles : un modèle hybride qui combine le travail au bureau et à distance. Cette approche implique que les employés passeront au moins trois jours au bureau. Le reste se fera depuis leurs domiciles respectifs.

Google a commencé à demander à ses employés de travailler à domicile en mars afin de limiter la propagation du coronavirus. Comme la pandémie ne montre aucun signe de ralentissement, en particulier aux États-Unis, Google a repoussé à plusieurs reprises la date limite de réouverture complète de ses bureaux : 1er juin 2020 puis janvier de l'année prochaine. Désormais, c’est septembre 2021 qui est retenu.

En mai, Jack Dorsey a déclaré que tous les employés de Twitter dont les postes le permettent pourront travailler à distance en permanence. En juillet, Fujitsu a annoncé son intention de fermer la moitié de ses bureaux au Japon d'ici la fin de l'année 2022, ce qui touchera 80 000 employés. Dell s'attend à ce qu'au moins 60 % de ses 165 000 employés travaillent à distance - au moins de façon partielle - après la fin de la pandémie.


En fait, le télétravail est considéré comme l’un des plus grands changements que le coronavirus induira dans la société. De façon brossée, on s’achemine vers une économie différente de celle de la période qui précède la survenue de la pandémie de coronavirus. « Cette crise sanitaire est venue accélérer un certain nombre de changements technologiques déjà en cours. En général, les changements technologiques provoquent une augmentation de la productivité. Sur le long terme, les retombées font l’objet de partage à grande échelle. Toutefois, cela pourrait ne pas être le cas sur le court terme. […]. Nous nous acheminons vers une économie différente ; une qui s’appuiera plus sur les évolutions technologiques », déclare le Président du conseil des gouverneurs du système de Réserve fédérale américaine.

C’est un avis qui rejoint celui d’experts qui anticipent sur ceci que le mode de vie, le social et le relationnel, l’environnement professionnel, l’économie, voire la politique et la gouvernance seront impactés, ce, avec un accent sur des termes comme le télétravail, la télémédecine, la gouvernance électronique, le vote électronique, la réalité augmentée ou encore l’adoption des monnaies cryptographiques par les gouvernements.

En France, le président appelle donc les administrations publiques et le secteur privé à s’appuyer sur le télétravail de façon massive ; un appel qu’a réitéré le Premier ministre Jean Castex lors d’une récente sortie devant les députés : « Le recours au télétravail doit être le plus massif possible. Dans le secteur privé, toutes les fonctions qui peuvent être télétravaillées doivent l'être 5 jours sur 5. » Néanmoins la question qui se pose en France est celle de savoir si cet objectif peut-être atteint si la mesure n’est pas contraignante pour les décideurs desdites structures.

Le ministre allemand du Travail pour sa part l’a déjà fait savoir lors d’une sortie au cours du mois d’avril de l’année en cours : les employés devraient avoir le droit de travailler depuis leur domicile, ce, surtout que la pandémie de coronavirus l’impose désormais. Un projet de loi est en gestation pour aller dans ce sens. Hubertus Heil annonce sa publication dans les semaines à venir. Dans les chiffres, 88 % des organisations ont encouragé ou obligé leurs employés à travailler à domicile, d’après un sondage de Gartner.

Source : NYT

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Quelle formule a cours dans votre entreprise dans le cadre de la lutte contre le coronavirus ? Télétravail total ? Semaines de travail flexibles ? Partagez votre expérience.

Voir aussi :

France : l'Etat appelle les administrations publiques et le secteur privé à s'appuyer sur le télétravail 5 jours sur 5, un député estime que l'introduction d'une contrainte par voie de décret s'impose
Le télétravail est passé de 27 % pendant le confinement à 15 % après le déconfinement malgré la persistance du covid-19, selon un sondage de YouGov
France : des députés font une proposition de loi visant à inciter au télétravail partiel, notamment en supprimant les charges patronales dues au titre des salariés en bénéficiant
France : le télétravail sera bientôt une « alternative » à certains arrêts maladie, est-ce constructif ou un asservissement pour les informaticiens ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 02/04/2021 à 16:43
Citation Envoyé par Jeff_67 Voir le message
Ça m'énerve de ne plus pouvoir télétravailler à terme parce qu'il ne faut pas frustrer les Parisiens.
Ce n'est pas les parisions qu'il ne faut pas frustrer dans ton histoire, mais bien les patrons. Ce que tu racontes n'est qu'une excuses pour eux pour toujours surveiller de plus près, sinon en effet, la clause de mobilisation eût été une solution. Peut-être pas en une heure par contre, en Ile de France avoir moins d'une heure de trajet pour aller au boulot, c'est être privilégié...
8  0 
Avatar de Jeff_67
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 02/04/2021 à 16:21
À la faveur du télétravail, des cadres travaillant aux siège de ma société à Paris ont pris la clé des champs et sont partis s'installer en Province. Cela n'a pas plu à la direction qui a décrété que le télétravail ne serait pas reconduit à l'issue de la pandémie. Paraît-il que des visites de sites clients n'ont pas pu être assurées parce que les dites personnes refusaient de se déplacer en Région Parisienne.

J'aurais préféré que les accords de télétravail incluent une clause de mobilisation (genre s'engager à être au bureau en moins d'1h en cas de nécessité), plutôt que le télétravail soit abandonné. Aucun avis de ce genre n'est à déplorer en région. Ça m'énerve de ne plus pouvoir télétravailler à terme parce qu'il ne faut pas frustrer les Parisiens.
6  0 
Avatar de Jeff_67
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 02/04/2021 à 16:56
Citation Envoyé par AoCannaille Voir le message
Peut-être pas en une heure par contre, en Ile de France avoir moins d'une heure de trajet pour aller au boulot, c'est être privilégié...
C'est dans ces moments là que je me rends compte à quel point la région parisienne est déconnectée du reste du pays.
6  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/03/2022 à 9:55
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Pour quelles raisons aimeriez-vous (n'aimeriez-vous pas) rester en télétravail ?
Je suis beaucoup plus productif en télétravail. Je suis au calme chez moi, c'est plus confortable que le bureau.
Chez certaines personnes c'est le contraire, leur domicile est plus bruyant et stressant que leur lieu de travail. Il existe également des gens qui sont moins efficace en autonomie.

Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Êtes-vous en télétravail ? Accepteriez-vous une diminution de votre salaire pour y rester après la pandémie ? Que pensez-vous de l’approche travail à distance de façon générale ?
Je suis en télétravail 3 jours par semaine, et il parait qu'on va pouvoir continuer comme ça.

Je n'accepterais pas une diminution de salaire pour garder le télétravail, étant donné que je suis déjà largement sous-payé.
Ce serait con comme concept "Produire plus pour gagner moins".
Si le télétravail disparaissait il faudrait que je démissionne, heureusement il devrait rester (j'ai tellement la flemme).

Si on pose la question comme ça :
Préfèreriez-vous garder 3, 4 jours de télétravail par semaine et votre salaire actuel (avec l'augmentation annuelle traditionnelle) ou perde le télétravail mais recevoir une augmentation annuelle plus conséquente ?

Là on pourrait répondre "je garde mon salaire et le télétravail".
7  1 
Avatar de Eric80
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 04/03/2022 à 10:45
AMHA, il y a dans le télétravail un énorme gap entre ceux qui ont un appart spacieux et calme et ceux qui n'en n'ont pas.

C est en particulier entre ceux qui ont des enfants à la maison et ceux qui n en n'ont pas.

Finalement, les espaces de travail proches des lieux d habitations pourraient bien reprendre de l ampleur. Cela pourrait etre des espaces de coworking, mais pas forcément sur les modèles we-work and co qui reprennent les codes des bureaux d entreprise. Une bonne vieille bibliothèque est une autre possibilité. Ou simplement en extérieur, pourquoi pas travailler dans un parc?
4  0 
Avatar de Nancy Rey
Chroniqueuse Actualités https://www.developpez.com
Le 24/05/2022 à 9:24
Les employés de Google Map s'opposent au plan de reprise du travail en présentiel,
évoquant des problèmes de santé et les coûts de transport

Google, tout comme Apple, s'est efforcé d'inciter ses employés à revenir au bureau. L'entreprise a eu recours à des scooters électriques pour faciliter les déplacements de ses employés. Malheureusement, ce n'est pas vraiment une solution pour les employés de la division Maps sur son site de l'État de Washington. Selon le New York Times, 200 employés qui travaillent pour Google par l'intermédiaire de la société d'externalisation Cognizant Technology Solutions affirment qu'ils ne peuvent pas se permettre de faire la navette avec le bureau de la société à Bothell cinq jours par semaine. Il est intéressant de noter que les employés directs de Google ne sont tenus de revenir au bureau que trois jours par semaine. En revanche, les employés de Cognizant sont tenus de revenir cinq jours par semaine et demandent donc la même considération que les employés directs.


Les employés contractuels de Google Maps qui sont tenus de retourner à leur bureau dans l'État de Washington ont récemment fait circuler une pétition pour continuer à travailler à domicile, car certains d'entre eux ne peuvent pas se permettre de faire la navette. Le problème concerne plus de 200 travailleurs employés par la société de sous-traitance Cognizant Technology Solutions. Ces travailleurs jouent un rôle essentiel dans la mise à jour des itinéraires et des destinations sur Google Maps, un service utilisé par plus d'un milliard de personnes par mois.

Environ 60 % des 200 travailleurs ont signé la pétition. Ils ont exigé que les dirigeants suspendent le calendrier de retour au bureau et répondent d'abord aux préoccupations des employés en matière de finances, de santé et de garde d'enfants. « L'essence coûte actuellement environ 5 dollars le gallon et beaucoup d'entre nous n'ont pas les moyens de vivre près du bureau en raison de nos bas salaires et du coût élevé du logement à Bothell », ont écrit les employés de Cognizant. La pétition a été soutenue par l'Alphabet Workers Union, qui compte plus de 900 membres employés par Alphabet, la société mère de Google, et ses fournisseurs.

Les employés à plein temps de Google ayant un emploi de bureau ont été priés de venir trois jours par semaine. Lors d'interviews, les employés de Cognizant ont demandé la même flexibilité. À partir du 6 juin, ils n'auront plus accès aux systèmes de travail depuis leur domicile. Ces règles mettent en évidence les disparités entre les employés directs de Google et les contractants. On estime que Google compte bien plus de 100 000 travailleurs temporaires, fournisseurs et contractuels qui consacrent leur temps à des projets Google, mais travaillent officiellement pour d'autres entreprises. Google ne divulgue pas ce chiffre.

Cognizant a déclaré dans un communiqué que sa politique de retour au bureau dépendait du type de travail des employés et des besoins de ses clients. « La santé et la sécurité de nos employés restent notre priorité absolue, et nous exigeons que nos employés soient vaccinés pour retourner dans nos bureaux aux États-Unis », a écrit Jeff DeMarrais, responsable de la communication de Cognizant, dans un courriel. Courtenay Mencini, une porte-parole de Google, a déclaré dans un communiqué que la santé de sa communauté, y compris des travailleurs contractuels, était une priorité de l'entreprise. Google a donné à ses fournisseurs de l'État de Washington un préavis de 90 jours pour que les travailleurs retournent au bureau, et ces fournisseurs ont décidé de la manière d'appliquer cette politique, a-t-elle dit.

Les contractants à Washington ont déclaré que la plupart d'entre eux gagnaient entre 16 et 28 dollars de l'heure, soit bien moins que les employés à temps plein habituels de Google. Les responsables de Cognizant ont rejeté leurs demandes de cartes d'essence ou d'autres compensations financières. Ils ont dit qu'on ne leur avait pas proposé les services de bus privés de Google, un avantage populaire dans la Silicon Valley, pour faciliter leurs déplacements.

Tyler Brown, un opérateur de cartes qui a été embauché pendant la pandémie, a estimé qu'il devrait dépenser 280 dollars de son salaire bihebdomadaire de 1 000 dollars en essence pour conduire sa voiture au bureau, situé à 73 miles de son domicile à Olympia, Wash. « Je suis payé 19 dollars de l'heure. Cela n'a aucun sens pour moi de continuer à faire ce travail », a déclaré Brown. Il prévoit de démissionner si le plan de retour au bureau se concrétise. William Houser, un spécialiste des données géospatiales, a également déclaré qu'il se méfiait d'un trajet long et coûteux. Son trajet quotidien de 160 km aller-retour depuis Puyallup, dans l'État de Washington, lui prendrait plus de quatre heures au total. Il a commencé à travailler en avril 2021, 13 mois après la fermeture des bureaux de Google.

Les employés de Cognizant ont exprimé d'autres préoccupations. Ils ont dit que les gestionnaires leur avaient donné 40 jours de préavis pour travailler en personne, et non le minimum promis de 60 jours. Cela signifie moins de temps pour trouver une garde d'enfants ou déménager. Et ils ont peur de contracter la Covid-19 au bureau. C'est particulièrement préoccupant pour Shelby Hunter, un formateur en politique qui a subi quatre opérations des poumons. Il dit que ses patrons lui avaient dit que le plan de retour au bureau ne prévoyait pas d'exemptions médicales. « J'aime savoir que le travail que je fais fait une différence. J'ai juste l'impression qu'on m'a manqué de respect. », a déclaré Hunter.

Source : NYT

Et vous ?

Êtes-vous en télétravail ? Pour quelles raisons aimeriez-vous (n'aimeriez-vous pas) rester en télétravail ?
Accepteriez-vous une diminution de votre salaire pour y rester après la pandémie ?
Que pensez-vous de l’approche travail à distance de façon générale ?

Voir aussi :

Google impose le retour des travailleurs à la Silicon Valley et dans d'autres de ses bureaux à partir du 4 avril, alors que les personnes lancées en télétravail ne veulent plus retourner au bureau

L'ex-directeur des ressources humaines de Google affirme que le travail hybride ne durera pas, il pense que cela aura des effets négatifs sur le moral et à la productivité des employés

Google impose le retour des travailleurs à la Silicon Valley et dans d'autres de ses bureaux à partir du 4 avril, alors que les personnes lancées en télétravail ne veulent plus retourner au bureau

Travail hybride : quel impact sur les salariés ? Que peuvent faire les entreprises pour les soutenir et atténuer les risques ? Éléments de réponses

Tim Cook informe ses employés de ce que la date de retour au bureau est fixée au 11 avril, dans un contexte où les personnes lancées en télétravail ne veulent plus retourner au bureau
4  0 
Avatar de LeBressaud
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 16/12/2020 à 15:37
Citation Envoyé par phil995511 Voir le message
En toute circonstances, le télétravail devrait être la norme.

Il réduit le ton stress, il évite des tes déplacements souvent longs et polluants, il réduit les charges liées aux biens immobiliers pour les employeurs, il favorise également l'économie locale étant donné qu'employé va par exemple dépenser de l'argent pour se nourrir à midi sur son lieu d'habitation, il augmente aussi le bonheur des employés ton bonheur qui de ce fait sont bien plus productifs.

Il en va de la responsabilité de tous que d’aménager correctement nos sociétés, afin que le bonheur global brut des employés et de la population en général soit en augmentation plutôt que de subir des effets inverses, tel que nous n'en avons que tristement trop l'habitude !!
Ne prend pas ton cas pour une généralité, tout le monde n'habite pas loin de son lieu de travail ou ne préfère pas passer ses journée seul a la maison plutôt que partager un bureau avec des collègues sympa.
3  0 
Avatar de Mickael_Istria
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 06/04/2021 à 16:58
Il y a quand meme de plus en plus de boites de developpement qui sont 100% teletravail, et pas que des petites ou des mauvaises ou des qui payent mal.
Pour le developpement, le teletravail est extremement compatible depuis longtemps (le message precedent a propos de l'open-source distribue mondialement depuis a 30 ans est tres pertinent). Le souci ce n'est pas les methodes et les outils qui sont deja connus et prets a etre utilises, c'est souvent la chaine de management qui ne sait pas comment gerer ca et surtout qui ne souhaite pas se reinventer. En effet, avec le teletravail, on "surveille" son entreprise et ses employes differemment: on ne compte plus les heures de travail mais la valeur ajoutee des employes ou la satisfaction utilisateur/client; on n'organise pas des reunions mais on s'assure de la bonne fluidite de l'information; les managers parlent humain (fatigue, famille et comment le travail actuel s'integre ou non dans tout ca) a leur personnel au lieu de les voir comme des machines a produire... Bref, on inverse un peu les roles, ou plutot on remet les roles en place: les developpeurs produisent, le management s'occupe de les rendre plus efficaces.
Beaucoup de gens qui font du management ont ete formes ou incites a devenir managers avec l'idee d'etre "chef", "responsable" et compagnie. Le teletravail force a distribuer les pouvoirs et reponsabilites un peu plus, donc ce type de manager qui se veut chef y voit une menace et cherche des raisons pour justifier que le teletravail ne marche pas. Ces raisons sont souvent pas coherentes. Concretement, il faut partir de l'idee qu'un manager de dev qui s'oppose au teletravail a tort et l'equipe doit demander des explications. S'il le manager n'a pas d'explication qui convainc, alors il est incompetent, et donc ne permettra pas aux employes de progresser au mieux dans leur carriere, c'est une bonne raison pour commencer a voir ailleurs. En attendant, les boites qui autorisent plus de teletravail recrutent plus facilement et des meilleurs developpeurs (car ils ont acces a un plus gros pool de candidats).
3  0 
Avatar de coder_changer_vie
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 05/04/2021 à 10:04
Le monde de l'Open Source utilise un mode de travail décentralisé (pas que de Paris) depuis plus de 30 ans... qui a conduit à l'essor de nos métiers et parfois des standardisations (Fondation Eclipse, Apache...).
Cela à même générer des fortunes (Amazon, Netflix pouvant s'appuyer sur des briques éprouvées et standardisées ont pu se concentrer sur leur modèle économique, et parfois même contribuer à améliorer les fondations).

Tout cela non sans débats sur les orientations et profits, mais techniquement et humainement il existe des moteurs décentralisés qui fonctionnent.

Des cadres talentueux qui s'expatrient en province quand c'est possible pour une meilleur qualité de vie, et qui se voient imposés un "regards de travers" en sortie de pandémie... cela pose la question suivante : est-ce là le moteur de motivation et de réussite qui va les insciter à relever les nouveaux défis du monde qui se transforme ? Cela va-t-il les insciter à s'investire pour aider leur entreprise à passer les douleurs financières que laisse le covid ?

Les autoroutes ont été pensées au départ, il me semble, pour ouvrir des opportunités à l'ensemble du territoire, limiter la désertification des campagnes et bien sûr fournir du travail lors de leur construction via un injection de fonds. Si l'on prend un peu de reculs, les autoroutes de l'information, notre connexion internet n'est elle pas justement ce qui permettrait cela pour les métiers "compatibles" ?

Le risque (ou l'avantage) est oui de dépeupler des centres urbains, ou bien d'un autre point de vue de repeupler des campagnes, d'où certains ont du partir pour "monter à Paris". Les loyers y sont moins chers, les commerces locaux pourraient fleurir, une meilleure qualité de vie se profiler, etc... une simple redistribution des économies.
2  0 
Avatar de tanaka59
Inactif https://www.developpez.com
Le 06/04/2021 à 22:04
Bonsoir,

Êtes-vous passé en télétravail pendant la pandémie ?
Oui

Quelle formule de retour au travail préférez-vous, télétravail total ou semaines de travail flexibles ?
Le travail flexibles

Quelle formule a cours dans votre entreprise dans le cadre de la lutte contre le coronavirus ?
Le travail flexibles

Quel est votre avis sur le sujet ?
Travaillant dans le secteur industriel, la direction n'imaginait pas autoriser la chose. Pourtant, je trouve que nous avons gagné en efficacité ... Redoutable ! . On est un peu dans un extrême car 4 jours sur 5 en ce moment. Avantages, la partie administrative de l'usine est plus "concentrée" pour travailler.

Pour la direction il y a clairement quelques choses à faire gagner en efficacité, de la bouche du patron lui même !

Citation Envoyé par Jeff_67 Voir le message
C'est dans ces moments là que je me rends compte à quel point la région parisienne est déconnectée du reste du pays.
Oui , je confirme !

Habitant l'agglo Lilloise (et ayant la trentaine), je vois nombre de recruteur entre 40 et 50, qui ont taffé en IDF, avoir un discours complétement déconnecté. Lille est a 1 h de Paris en TGV et 2h en voiture. J'entend(s)(ais) " Pourquoi être difficile et pas vouloir travailler à Paris, c'est dynamique..." et tout un baratin ...

Le réponse est que entre leur visions d'il y a 10/20 ans et maintenant ... il y un décalage . Pour un jeune actif débutant de type employé non cadre c'est = métro boulot dodo avec 4h de transports par jour. En somme ce qu'on a vu comme durant le confinement de janvier ... Aucune vie et les week-ends sacrifiés. Personne du moins de moins en moins de monde aspire à ce type de chose ...

Surtout quand (comme moi même) , on est issus d'une grande ville comme Lille . La situation est aussi valable pour Toulouse, Marseille, Bordeaux, Lyon, Nice, Nantes, Grenoble, Strasbourg . La situation dans les grandes villes, tend aussi à se dégrader avec de moins en moins de possibilité dans l'hyper centre. D'ou une forme de fuite vers la banlieue ou le reste des départements. Parler de Paris , c'est un peu comme dire "Voulez vous vous pire ?" ... A moins d'être carriériste, d'avoir un certain potentiel ou un certain réseau, il ne sert plus à grande chose de réver de l'IDF ... On peut être maso aussi

Citation Envoyé par coder_changer_vie Voir le message
Les autoroutes ont été pensées au départ, il me semble, pour ouvrir des opportunités à l'ensemble du territoire, limiter la désertification des campagnes et bien sûr fournir du travail lors de leur construction via un injection de fonds. Si l'on prend un peu de reculs, les autoroutes de l'information, notre connexion internet n'est elle pas justement ce qui permettrait cela pour les métiers "compatibles" ?

Le risque (ou l'avantage) est oui de dépeupler des centres urbains, ou bien d'un autre point de vue de repeupler des campagnes, d'où certains ont du partir pour "monter à Paris". Les loyers y sont moins chers, les commerces locaux pourraient fleurir, une meilleure qualité de vie se profiler, etc... une simple redistribution des économies.
Depuis maintenant 4/5 dans l'agglo Lilloise, des entreprises décident de s'installer en périphérie ou alors dans les autres villes , faute d'accès corrects à Lille. Donc oui cela résume bien un phénomène parallèle à l'IDF.
1  0