IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un ingénieur de Meta se voit contraint à la démission après avoir dénoncé des pratiques d'embauche sexistes,
Il accuse Meta de représailles et de mauvais traitements à l'endroit des femmes

Le , par Patrick Ruiz

5PARTAGES

14  0 
Meta fait l'objet d'une action en justice selon laquelle l'entreprise applique un traitement sexiste à ses employés. Il s'agit notamment d'une pratique apparente consistant à embaucher et à promouvoir des hommes moins qualifiés à des postes au détriment de candidates plus qualifiées. Le tableau ravive le débat sur le sexisme dans la filière technologique.

La plainte a été déposée devant un tribunal de district américain à New York par Jeffrey Smith, un ingénieur qui a rejoint Meta en 2018. Smith allègue que Meta était sur le point de le promouvoir lorsque soudainement sa trajectoire ascendante s'est arrêtée après qu'il a commencé à parler de pratiques de gestion prétendument misogynes chez Meta.

Smith affirme qu'au lieu d'une promotion, son manager chez Meta, Sacha Arnaud, lui a suggéré de démissionner peu de temps après lui avoir remis sa toute première évaluation de performance négative, ce qui a réduit le montant de son bonus et a eu un impact sur les actions de l'entreprise.

L'un des tournants importants de l’affaire se produit lorsque lorsqu'une employée extrêmement compétente de Meta a vu son rôle réduit lors d'une réorganisation de l'entreprise. Certaines de ses anciennes responsabilités ont été confiées à deux employés masculins, dont l'un avait beaucoup moins d'expérience que l'employée.

Un tableau récurrent dans la filière technologique comme l’illustre les cas d'Apple et Google

L'action en justice est l’œuvre de deux employées qui travaillent chez Apple depuis plus de dix ans, Justina Jong et Amina Salgado. Elles affirment qu'Apple a violé les lois californiennes sur l'emploi entre 2020 et 2024 en pratiquant une discrimination injuste à l'encontre des employées californiennes des services d'ingénierie, de marketing et d'AppleCare, et en versant « systématiquement » aux femmes « une rémunération inférieure à celle des hommes ayant une formation et une expérience similaires. » Le tableau ravive le débat sur les discriminations salariales dans la filière technologique.

Apple est accusé d’avoir fait preuve d'une partialité constante à l'égard des employés masculins, leur offrant des salaires de départ plus élevés et les promouvant pour les « mêmes accomplissements » que ceux pour lesquels les employées ne sont pas prises en considération.

Jong, actuellement formatrice en formation technique et clientèle au sein de l'équipe chargée des relations avec les développeurs et de l'évaluation des applications d'Apple, a déclaré qu'elle n'avait pris conscience d'une disparité salariale flagrante que par hasard : « Un jour, j'ai vu un W-2 laissé sur l'imprimante du bureau. Il appartenait à mon collègue masculin, qui occupait le même poste. J'ai remarqué qu'il était payé près de 10 000 dollars de plus que moi, alors que nous effectuons un travail sensiblement similaire. Cette révélation m'a fait beaucoup de peine. »

Mais Salgado était consciente du problème depuis longtemps. Salgado, actuellement en mission temporaire en tant que responsable du développement au sein de la division AppleCare, a passé des années à se plaindre de ses bas salaires, suscitant des enquêtes internes d'Apple qui n'ont jamais abouti à des augmentations de salaire.

Finalement, à la fin de l'année dernière, l'insistance de Salgado pour obtenir un salaire équitable a été résolue après qu'Apple a engagé une société tierce qui a conclu qu'elle était moins bien payée que les hommes effectuant un travail substantiellement similaire. Apple a ensuite augmenté son taux de rémunération, mais s'est dérobé à la responsabilité des arriérés de salaire que Salgado cherche aujourd'hui à récupérer.


En 2022, Google s’est résolu à verser 118 millions de dollars pour régler un procès en matière de discrimination salariale basée sur le genre. 15 500 femmes étaient concernées. Google était également tenu de faire évaluer ses pratiques d'embauche et ses études sur l'équité salariale par un économiste du travail indépendant. Les canons de traitement du genre féminin de Google revenaient ainsi sur la table. En effet, un ancien responsable technique de Google s’est vanté par le passé sur les réseaux sociaux d’avoir eu l’habitude de détruire les CV des femmes devant elles en ajoutant : « Allez faire des enfants, car programmer est une activité très contraignante. »

Le procès a fait surface pour la première fois en 2017 après que trois femmes ont déposé une plainte accusant l'entreprise de sous-payer les travailleuses en violation de la loi californienne sur l'égalité des salaires, citant un écart salarial d'environ 17 000 dollars. La plainte alléguait également que Google enferme les femmes dans des voies de carrière inférieures, ce qui entraîne un salaire inférieur et des primes plus faibles par rapport à leurs homologues masculins. Les plaignants ont obtenu le statut de recours collectif en 2016.

En 2016, Google a accepté de payer 2,5 millions de dollars pour régler une action en justice selon laquelle la société aurait sous-payé des femmes ingénieurs et négligé des candidats asiatiques. Le département californien de l'emploi équitable et du logement avait en sus enquêté sur la société à la suite de plaintes pour harcèlement et discrimination potentiels à l'encontre d'employées noires.


Un certain nombre de procès similaires visant les écarts de rémunération ont fait surface au cours de la dernière décennie. Les débats sur les inégalités de genre dans la filière technologique ont explosé avec le cas James Damore qui étant encore employé de Google, a essayé d’expliquer, dans un mémo, ces inégalités par des « caractéristiques biologiques ». En effet, de son point de vue, « les choix et les capacités des hommes et des femmes divergent, en grande partie, en raison de causes biologiques et ces différences pourraient expliquer pourquoi les femmes ne sont pas représentées de manière égale dans la tech et [aux postes de responsabilité]. » S’il était libre d’exprimer son opinion, son texte avait fait l’objet de vives critiques au sein de Google et sur la toile, amenant l’équipe dirigeante de la firme à prendre des mesures et signer son licenciement.

« Cette question [de savoir si les femmes sont faites pour la tech] a beaucoup pesé sur ma carrière dans [le milieu de] la technologie », s’était exprimée Susan Wojcicki (CEO de YouTube). « Bien que j’aie eu de la chance de travailler dans une entreprise où j'ai reçu beaucoup de soutien – des leaders comme Larry Page, Sergey Brin, Eric Schmidt et Jonathan Rosenberg, à des mentors comme Bill Campbell – mon expérience dans l'industrie de la technologie m'a montré à quel point ce problème est omniprésent », avait-elle ajouté.

Wojcicki indique qu’elle a dû faire face, à maintes reprises, à un manque de considération lié au fait que certains estimaient que les femmes ne seraient pas aussi bonnes que les hommes dans la tech. « Mes capacités et mon engagement envers mon travail ont été mis en doute. J'ai été mise à l'écart dans des événements clefs de l'industrie et des rassemblements sociaux. J'ai eu des rencontres avec des leaders externes où ils s'adressaient principalement aux collègues masculins les plus juniors. On m'a souvent coupé la parole et mes idées ont été ignorées jusqu'à ce qu'elles soient reformulées par des hommes », raconte-t-elle. « Peu importe combien de fois tout cela s'est passé, ça fait encore mal », dit-elle avant d’ajouter que : « donc, lorsque j'ai vu le mémo qui a circulé la semaine dernière, j'ai ressenti une nouvelle fois cette douleur et j'ai eu de l'empathie pour le mal que cela a dû causer aux autres. »

Source : Action en justice (fichier joint)

Et vous ?

Comment expliquer que ces cas de sexisme continuent de faire surface dans la filière technologique ?

Voir aussi :

Oracle fait face à un recours collectif de plus de 4100 employées, qui affirment avoir été payées moins bien que les hommes travaillant aux mêmes postes
Google va verser 2,5 millions de dollars à des femmes ingénieurs sous-payées et à des candidats asiatiques négligés, la société procédera également à l'ajustement des salaires de certains ingénieurs
Un ancien Googler porte à son tour plainte contre son ancien employeur, qui l'a renvoyé après qu'il avait critiqué le mémo de Damore
Scott Kingston, un ancien directeur des ventes d'IBM, gagne un procès de 11 M$ contre l'entreprise, après avoir été licencié pour s'être rebellé contre la discrimination à l'égard de ses subordonnés

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 21/06/2024 à 9:51
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Pour la blague : Peut-être que dans le service qui gère les promotions, les augmentations de salaires, les carrières, il n'y a que des femmes et qu'il y a des histoires de rivalité ou de choses comme ça.

Apparemment dans le monde réel il y existe vraiment des histoires de rivalité féminine :
D'où vient la rivalité féminine ?

====

Ben ouais.
Déjà rien que le taux de testostérone change beaucoup de chose.
Si une femme prend des stéroïdes, l'hypertrophie de son clitoris ne va pas être le seul changement, sa psychologie va énormément changer.
c'est totalement ça, le pire ennemie d'une femme c'est... une autre femme
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/06/2024 à 21:21
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Comment expliquer que ces cas de sexisme continuent de faire surface dans la filière technologique ?
Pour la blague : Peut-être que dans le service qui gère les promotions, les augmentations de salaires, les carrières, il n'y a que des femmes et qu'il y a des histoires de rivalité ou de choses comme ça.

Apparemment dans le monde réel il y existe vraiment des histoires de rivalité féminine :
D'où vient la rivalité féminine ?
Florence travaille dans une boîte de production télé dirigée par une femme. «Elle a tout sacrifié pour en arriver là. Comme elle n’a pas eu d’enfant, elle ne supporte pas qu’on en ait. Elle a totalement intégré les critères de réussite au masculin. Elle ne promeut pas ses subordonnées femmes parce qu’elles peuvent tomber enceintes. Elle me rappelle ma mère dont j’ai mis des années de thérapie à comprendre qu’elle était jalouse de moi, parce que j’avais “tout” alors qu’elle avait renoncé à sa carrière.»
====
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Un certain nombre de procès similaires visant les écarts de rémunération ont fait surface au cours de la dernière décennie. Les débats sur les inégalités de genre dans la filière technologique ont explosé avec le cas James Damore qui étant encore employé de Google, a essayé d’expliquer, dans un mémo, ces inégalités par des « caractéristiques biologiques ». En effet, de son point de vue, « les choix et les capacités des hommes et des femmes divergent, en grande partie, en raison de causes biologiques et ces différences pourraient expliquer pourquoi les femmes ne sont pas représentées de manière égale dans la tech et [aux postes de responsabilité]. » S’il était libre d’exprimer son opinion, son texte avait fait l’objet de vives critiques au sein de Google et sur la toile, amenant l’équipe dirigeante de la firme à prendre des mesures et signer son licenciement.
Ben ouais.
Déjà rien que le taux de testostérone change beaucoup de chose.
Si une femme prend des stéroïdes, l'hypertrophie de son clitoris ne va pas être le seul changement, sa psychologie va énormément changer.
3  2 
Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 21/06/2024 à 9:45
On aime se victimiser ou pas.

Entièrement d'accord avec l'analyse de Ryu2000.

Sinon on en parle de la caméra caché avec un cadre de Disney qui dit que jamais de la vie il embaucherait un "male blanc cis" ?

Tant que personne ne tapera du poing sur la table on ira de plus en loin dans ce délire, qui ne sert à rien si ce n'est empêcher le droit du travail de s'améliorer pour de vrai (et pas pour des minorités invisibles et inutiles) et les paies d'augmenter.
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/06/2024 à 10:46
Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
Entièrement d'accord avec l'analyse de Ryu2000.
Ouais enfin ça ne fonctionne pas totalement ici, par exemple :
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Wojcicki indique qu’elle a dû faire face, à maintes reprises, à un manque de considération lié au fait que certains estimaient que les femmes ne seraient pas aussi bonnes que les hommes dans la tech. « Mes capacités et mon engagement envers mon travail ont été mis en doute. J'ai été mise à l'écart dans des événements clefs de l'industrie et des rassemblements sociaux. J'ai eu des rencontres avec des leaders externes où ils s'adressaient principalement aux collègues masculins les plus juniors. On m'a souvent coupé la parole et mes idées ont été ignorées jusqu'à ce qu'elles soient reformulées par des hommes », raconte-t-elle. « Peu importe combien de fois tout cela s'est passé, ça fait encore mal », dit-elle avant d’ajouter que : « donc, lorsque j'ai vu le mémo qui a circulé la semaine dernière, j'ai ressenti une nouvelle fois cette douleur et j'ai eu de l'empathie pour le mal que cela a dû causer aux autres. »
Il y a peu de chances que l'ensemble des leaders externes qui se sont mal comportés soit composé de femmes.
Bon après de mon point de vue je trouve ça sympa qu'un leader s'adresse à des juniors. Il n'y a pas d'histoire de "tu n'es pas assez important, alors je t'ignore".
Je trouve ça moins cool quand des gens qui se considèrent important ne parlent qu'avec des gens qu'ils considèrent important.

Le truc "mes idées ont été ignorées jusqu'à ce qu'elles soient reformulées par des hommes" est dans un épisode de Rick & Morty.
Summer propose une idée, le président des USA l'ignore, un expert répète ce qu'elle a dit et là le président des USA l'entend.
0  0