IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google va verser 2,5 millions de dollars à des femmes ingénieurs sous-payées et à des candidats asiatiques négligés,
La société procédera également à l'ajustement des salaires de certains ingénieurs

Le , par Stan Adkens

264PARTAGES

4  0 
Google va dépenser 3,8 millions de dollars, dont près de 2,6 millions d'arriérés de salaire, pour régler les allégations selon lesquelles la société sous-payerait les femmes et négligeait injustement les femmes et les Asiatiques pour les offres d'emploi, a déclaré lundi le ministère américain du Travail. L'accord met fin à une affaire portée devant le ministère du Travail dans le cadre d'un audit de conformité de routine effectué il y a plusieurs années, exigé par le statut de Google en tant que fournisseur de technologie au gouvernement fédéral. Google a déclaré qu'il était heureux d'avoir résolu la question.

Les écarts de rémunération ont été cités dans plusieurs bureaux de Google dans son État d'origine, la Californie, ainsi que dans des sites à Seattle et Kirkland, dans l'État de Washington. Google avait farouchement contesté les allégations comme étant sans fondement avant de parvenir à un accord sans reconnaître aucun méfait.


Cependant, l'enquête de l'Office of Federal Contract Compliance Programs avait trouvé des "indicateurs préliminaires" selon lesquels Google, de 2014 à 2017, avait sous-payé 2783 femmes dans son groupe de génie logiciel à Mountain View, en Californie, et dans la région de Seattle. Les enquêteurs ont également découvert des différences de taux d'embauche qui ont désavantagé les femmes et les candidats asiatiques au cours de l'année qui s'est terminée le 31 août 2017, pour les postes de génie logiciel à San Francisco, Sunnyvale, Californie, et Kirkland, Washington.

« L'industrie technologique continue d'être l'un des employeurs les plus importants et à la croissance la plus rapide de la région. Quelle que soit la complexité ou la taille de la main-d'œuvre, nous nous engageons à appliquer les lois sur l'égalité des chances pour garantir la non-discrimination et l'équité au sein de la main-d'œuvre », a déclaré Jane Suhr, qui supervise les programmes de conformité des contrats fédéraux du ministère du Travail à San Francisco.

Dans le cadre de l'accord, Google remettra 1 353 052 dollars d'arriérés de salaire et d'intérêts à 2565 ingénieures. Il versera également 1 232 000 dollars d'arriérés de salaire et d'intérêts à 1757 candidates et 1219 candidats asiatiques à des « postes d'ingénieurs non pourvus ».

Google mettra également de côté 1 250 000 dollars pour les ajustements de l'équité salariale, soit un total de 3,8 millions de dollars pour résoudre ce problème. Ces 1,25 million de dollars sont destinés aux ingénieurs de Mountain View, Seattle, Kirkland et New York, qui abritent 50 % du personnel technique de Google aux États-Unis, selon le ministère du Travail.

Le règlement mettra à peine une bosse sur Google ou sa société mère Alphabet Inc, qui génère plus de 130 milliards de dollars de revenus annuels. Mais la nouvelle de l'accord pourrait ternir davantage la réputation de Google en tant qu'employeur qui dorlote ses employés au point de les gâter avec des salaires confortables, de la nourriture gratuite et d'autres avantages en peluche.

Des pratiques de Google contestées depuis des années

Ces dernières années, de plus en plus d'employés de Google ont ouvertement dénoncé les pratiques de la direction, notamment les allégations de harcèlement des femmes par des cadres masculins puissants. En 2018, plus de 20 000 employés ont quitté leur travail pour protester contre la façon dont l'entreprise traite les allégations de harcèlement sexuel.

À l’époque, plusieurs rapports ont révélé que Google avait licencié plusieurs employés depuis 2016, y compris des hauts cadres de la société, pour des raisons de harcèlement sexuel. Certains parmi eux avaient reçu de grosses sommes d’argent à la suite de leur renvoi, ce qui a provoqué une réaction de milliers d’employés qui avaient décidé de délaisser leur poste pour manifester contre cet agissement. Par exemple, la société aurait approuvé un plan de sortie de 90 millions de dollars pour Andy Rubin, un haut cadre vedette, après qu’il a été accusé plusieurs fois de harcèlement sexuel.

Deux ans après ces faits, en septembre 2020, Alphabet a réglé une partie de ces plaintes. Selon un rapport du New York Times, l’entreprise a regroupé cinq poursuites en Californie en une seule dans le cadre de l’accord. L'une d’elles, intentée par James Martin, actionnaire du groupe Alphabet, estimant que les membres du conseil d'administration de la société avaient laissé proliférer des comportements illégaux, ignoré leurs obligations fiduciaires et qu'ils étaient devenus des vecteurs de harcèlement et de discrimination sexuels. Alphabet a déposé le règlement devant la Cour suprême de Californie dans lequel il a pris une série de résolutions.

Google a tenu compte de certaines demandes des employés manifestants, dont l’arrêt immédiat de l’arbitrage forcé qui imposait aux employés de régler en privé plutôt que devant les tribunaux, les affaires de harcèlement, les voies de fait et la discrimination. Sundar Pichai, PDG de Google, a répondu plus tard aux employés par courrier dans lequel l'entreprise annonçait qu’elle allait modifier sa politique sur l’arbitrage, mais seulement dans les cas de harcèlement et d'agression.

Plus récemment, des milliers d'employés de Google ont protesté contre le départ, en décembre, d'une chercheuse en intelligence artificielle qui a affirmé avoir été licenciée en raison d'un article de recherche qui ne convenait pas à l'entreprise. L'agitation croissante au sein de Google a abouti à la formation d'un syndicat par des centaines d'employés le mois dernier, une rareté dans le secteur des technologies.

En effet, au début de cette année, environ 230 employés et entrepreneurs ont formé un syndicat minoritaire. Cette organisation, l'Alphabet Workers Union, compte aujourd'hui plus de 800 membres. L'AWU souhaitait spécifiquement que les contractuels fassent partie du syndicat, car ils sont généralement exclus des salaires élevés et des avantages dont bénéficient les employés à temps plein.

Google procède déjà à des audits annuels des salaires, mais comme d'autres grandes entreprises technologiques, elle reste sous surveillance publique pour une main-d'œuvre qui ne reflète pas la composition du pays en termes de race et de sexe.

Selon le communiqué du ministère du Travail, Google a accepté d'améliorer la conformité future de manière proactive et de revoir ses politiques, procédures et pratiques actuelles en matière d'embauche, de rémunération, d'effectuer des analyses et de prendre des mesures correctives pour garantir la non-discrimination.

« La discrimination salariale reste un problème systémique. Les employeurs doivent procéder régulièrement à des audits d'équité salariale pour s'assurer que leurs systèmes de rémunération favorisent l'égalité des chances », a déclaré la directrice du Bureau des programmes de conformité des contrats fédéraux, Jenny R. Yang. « Le ministère américain du Travail reconnaît la volonté de Google de s'engager dans des discussions de règlement et de parvenir à une résolution rapide », a déclaré Jane Suhr.

Dans une déclaration, un porte-parole de Google a déclaré « Nous pensons que chacun devrait être payé en fonction du travail qu'il fait, et non de ce qu'il est, et nous investissons beaucoup pour que nos processus d'embauche et de rémunération soient justes et impartiaux. Au cours des huit dernières années, nous avons procédé à une analyse interne annuelle de l'équité salariale afin d'identifier et de corriger les écarts éventuels. Nous sommes heureux d'avoir résolu cette question liée aux allégations des audits 2014-2017 et nous restons engagés en faveur de la diversité et de l'équité et nous soutenons nos employés de manière à leur permettre de faire leur meilleur travail ».

Source : Ministère du Travail

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Voir aussi :

Inégalités de genre dans la tech : c'est une erreur de vouloir à tout prix embaucher plus de femmes, explique une ancienne Lead Tech de Google
En 2018, plus d'hommes que de femmes étaient sous-payés chez Google, d'après son analyse annuelle d'équité salariale
Les actionnaires d'Alphabet règlent les procès pour harcèlement sexuel chez Google intentés contre la société il y a deux ans
Les employés de Google du monde entier forment Alpha Global, une alliance syndicale internationale, qui envisage de rendre Alphabet plus éthique et plus responsable de ses actions à travers le monde

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 03/02/2021 à 8:56
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
« Nous pensons que chacun devrait être payé en fonction du travail qu'il fait, et non de ce qu'il est
[...]
nous avons procédé à une analyse interne annuelle de l'équité salariale afin d'identifier et de corriger les écarts éventuels.
Ces deux phrases sont contradictoires.
0  2