IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les défis des emplois fantômes sur les plateformes d'emploi en ligne : elles permettent de naviguer dans un océan d'opportunités illusoires,
Défis et perspectives pour les chercheurs d'emploi

Le , par Bruno

2PARTAGES

6  0 
Les sites d'emploi sont saturés d' « emplois fantômes », des postes qui semblent disponibles mais ne sont pas réellement destinés à être pourvus. Dans un marché du travail de plus en plus compétitif, les employeurs utilisent ces annonces pour diverses raisons, allant de la perception de croissance à la constitution d'un vivier de talents. Cependant, cette pratique entraîne une perte de temps considérable pour les chercheurs d'emploi, qui investissent des heures dans des candidatures pour des postes qui pourraient ne jamais être pourvus. Bien que certains attribuent cette tendance au manque de ressources en recrutement, elle décourage néanmoins les demandeurs d'emploi et les pousse à reconsidérer leurs stratégies de recherche.

Alors que certains adoptent une approche plus sélective, ciblant des postes spécifiques, d'autres se demandent s'il est préférable de multiplier les candidatures ou d'adopter une approche plus ciblée. En fin de compte, les emplois fantômes peuvent nuire à l'image des entreprises à long terme, en décourageant les candidats potentiels et en sapant leur confiance dans le processus de recrutement.


Le marché du travail se resserre et il devient de plus en plus difficile de trouver un emploi. À la suite de la grande démission, qui a entraîné un nombre de postes vacants supérieur à celui que les employeurs pouvaient pourvoir, les travailleurs ont souvent eu le choix des postes à pourvoir. Aujourd'hui, les licenciements et les coupes budgétaires leur ont fait perdre une grande partie de leur influence, et les postes vacants se font de plus en plus rares.

L'intensité des recherches des demandeurs d'emploi augmente dans un contexte de refroidissement des marchés du travail

Avec la baisse des prix de l'énergie, l'inflation globale a dépassé son plus haut niveau. Toutefois, dans des régions économiques clés comme la zone euro et les États-Unis, l'inflation de base (hors énergie et alimentation) est restée persistante. Cela peut être attribué à la reprise progressive de la demande après la pandémie. La nécessité pour les banques centrales de procéder à de nouvelles hausses de taux pourrait contraindre la croissance du PIB réel aux États-Unis et dans la zone euro à se contracter ou, du moins, à stagner.

Les préférences des consommateurs s'orientant vers des services tels que les voyages, l'hôtellerie et l'événementiel, divers secteurs de l'économie devraient alterner entre contraction et expansion. Alors que l'économie globale pourrait éviter une récession complète, certains pays, notamment les États-Unis, pourraient connaître des récessions sectorielles successives, ce qui constituerait un aspect important de la situation au début de l'année 2024.

Alors que la crainte d'une éventuelle récession augmente, les entreprises continuent de réduire leurs plans d'embauche. Dans un contexte de perspectives économiques incertaines, les entreprises du monde entier ont réduit leurs plans d'embauche par rapport à l'année dernière. Dans le même temps, les pénuries de main-d'œuvre dans de nombreux pays entraînent une concurrence accrue pour une main-d'œuvre limitée.


Les migrations à longue distance sont en baisse

Ces dernières années, les distances de migration ont présenté un schéma bimodal, avec un plus grand nombre d'individus se déplaçant soit sur de courtes distances (moins de 25 miles), soit sur de longues distances dépassant 3000 miles. Cela indique une tendance à des migrations intérieures plus courtes ou à des déplacements vers et depuis d'autres pays. Elle s'aligne sur des études antérieures mettant en évidence un déclin des migrations à longue distance, ce qui suggère une réduction des mouvements économiques et de la réaffectation des travailleurs. En outre, les hommes ont toujours migré plus loin que les femmes, la distance médiane de migration des hommes en 2022 étant deux fois supérieure à celle des femmes.

Les jeunes générations, en particulier la génération Z et les milléniaux, ont tendance à migrer sur de plus grandes distances que les générations plus anciennes. En 2022, la distance médiane de migration de la génération Z était de 194 miles, tandis que celle de la génération X était de 34,3 miles. En outre, les travailleurs les plus instruits ont tendance à migrer sur de plus longues distances. En 2022, les personnes titulaires d'un diplôme d'études supérieures autre qu'un MBA avaient la distance médiane de migration la plus longue (203,5 miles), tandis que les personnes titulaires d'un diplôme inférieur à la licence avaient la distance médiane de migration la plus courte (38,9 miles).

Au cours des cinq dernières années, on a observé une augmentation des migrations des villes principales vers les zones suburbaines et rurales. La part des migrations des villes principales vers les noyaux suburbains a augmenté de 7,1 % entre 2019 et 2022, et les migrations des villes principales vers les zones rurales ont augmenté de 22,38 % au cours de la même période. Ce changement reflète la tendance plus large du travail à distance pendant la pandémie, les gens choisissant de vivre en dehors des villes. Les secteurs associés au travail en col blanc, tels que la technologie, l'information et les médias, les services professionnels et les services financiers, ont connu d'importantes migrations des villes principales vers les banlieues. Les destinations de banlieue les plus populaires sont Beverly Hills, CA, Frisco, TX, et Leander, TX.

Zone euro : Le marché du travail reste tendu en Europe

Malgré un environnement mondial difficile, les marchés du travail de la zone euro restent robustes. Le taux de chômage récent de la zone s'est établi à 6,5 % en mai, ce qui suggère que le marché du travail reste tendu et que l'emploi dans la zone euro a augmenté davantage au premier trimestre 2023 qu'il ne l'avait fait au cours des deux trimestres précédents.

Plusieurs pays européens, tels que l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Espagne, la France, la Suède et l'Irlande, enregistrent tous une baisse significative des embauches d'une année sur l'autre, avec des diminutions allant de 17 % à 28 %. Cette baisse peut être attribuée à la fois à l'incertitude économique et aux pénuries de main-d'œuvre dans divers secteurs. Malgré cette tendance, il existe encore des possibilités d'emploi, car le rapport entre les offres d'emploi et les candidats actifs reste supérieur aux niveaux d'avant la pandémie dans la plupart des pays. En outre, les taux de chômage dans toute l'Europe sont historiquement bas ou proches de ces niveaux, ce qui indique un marché du travail relativement robuste. Cette résistance peut être attribuée aux variations des ralentissements dans les différents secteurs et à leur calendrier.

Une explication plausible de la solidité du marché du travail est la pratique de la thésaurisation de la main-d'œuvre, qui consiste pour les entreprises à conserver leurs effectifs au lieu de les réduire en période de faible demande. Cette stratégie découle de l'atténuation des craintes d'un ralentissement économique prolongé, les entreprises anticipant les futurs rebonds de l'activité et cherchant à réembaucher leurs employés. La rareté des demandeurs d'emploi sur un marché du travail tendu intensifie encore ce comportement de thésaurisation, confrontant les entreprises à des défis supplémentaires dans leur concurrence pour attirer des personnes talentueuses.

Alors que la croissance économique du Royaume-Uni a ralenti cette année, son marché du travail reste tendu. De ce marché du travail tendu émerge une pression salariale continue avec un taux de chômage de 3,8 % et une accélération des salaires nominaux de 6,5 %. Le marché du travail britannique a connu une augmentation significative de la marge de manœuvre, accompagnée d'une baisse continue des embauches depuis l'été dernier, ce qui indique une réduction de la demande de main-d'œuvre. Les données récentes de juin 2023 révèlent une baisse substantielle de l'activité d'embauche en glissement annuel, avec un déclin significatif de 22,5 % par rapport à la période correspondante de l'année précédente.

Asie-Pacifique : Les marchés du travail de l'APAC restent résistants face à l'affaiblissement des exportations et aux défis de l'inflation

Le marché du travail australien reste tendu, avec quatre candidats par offre d'emploi en juin, ce qui reflète un ralentissement par rapport aux pics de 2022, mais reste supérieur aux premiers stades de la pandémie de COVID-19. Le taux d'embauche sur LinkedIn est également en baisse de 23 % d'une année sur l'autre. Cependant, l'affaiblissement des conditions intérieures pose des défis aux perspectives de croissance économique du pays, la croissance du PIB devant ralentir en 2023 et 2024 pour se situer en dessous de la tendance, en raison d'une inflation persistante et de taux d'intérêt plus élevés. Le marché du travail de Singapour présente également une tension comparable, avec près de cinq candidats par offre d'emploi, s'alignant sur la moyenne d'avant la pandémie. Le taux d'embauche LinkedIn est également en baisse de 34 % d'une année sur l'autre, et la croissance devrait continuer à ralentir.

En revanche, l'Inde connaît un refroidissement plus rapide de son marché du travail, puisqu'il y a environ 20 candidats actifs pour chaque offre d'emploi (contre 17 le mois dernier). Les embauches sur LinkedIn sont en baisse de 26 % d'une année sur l'autre. Toutefois, la croissance du PIB en 2023 devrait s'essouffler en raison de l'affaiblissement du commerce et des pressions cumulées dues au resserrement de la politique monétaire.

Aux Émirats arabes unis, la croissance économique devrait ralentir en 2023 par rapport à 2022 en raison de facteurs tels que le déclin de l'activité économique mondiale, la stagnation de la production pétrolière et le resserrement des conditions financières. Suite au resserrement des quotas de production de l'OPEP+, le PIB pétrolier devrait croître de 2 % en 2023 et passer à 2,8 % et 3 % en 2024 et 2025, respectivement. Les taux d'inflation devraient rester modérés, à environ 3,4 % en 2023, en raison de l'appréciation du dollar américain, du resserrement de la politique monétaire et de la baisse des prix des produits de base au niveau mondial. Après une période de ralentissement, le marché du travail des Émirats arabes unis montre des signes de stabilité, les embauches d'une année sur l'autre n'ayant diminué que de 17,8 %.

En Arabie saoudite, la croissance économique devrait ralentir considérablement, passant de 8,7 % en 2022 à 2,9 % en 2023. La stagnation de la production de pétrole, l'Arabie saoudite respectant les quotas de production de l'OPEP+, limitera la croissance du secteur pétrolier. Toutefois, le contexte de prix élevés du pétrole soutiendra la croissance du crédit et atténuera l'impact du resserrement des conditions monétaires sur la consommation. Les secteurs non pétroliers devraient croître de 4,1 %, ce qui compensera le ralentissement de la croissance du secteur pétrolier. La combinaison d'un dollar américain relativement fort, d'une politique monétaire restrictive et d'un contrôle des prix des carburants domestiques maintiendra l'inflation à un niveau modéré de 2,4 %.

Les emplois fantômes font depuis longtemps partie du marché de l'emploi. Les salons de l'emploi, par exemple, ont la réputation d'attirer des entreprises qui installent des stands simplement pour servir d'outils promotionnels ou pour collecter des CV en masse sans avoir de poste précis à pourvoir. Le problème s'est aggravé à l'ère numérique, malgré la technologie qui devrait théoriquement améliorer le processus de recherche d'emploi pour toutes les parties, d'autant plus que le nombre de candidats pour chaque poste a augmenté dans le monde entier au cours des dernières années, alors que l'économie s'est resserrée.

Pourtant, malgré l'afflux de candidats, un nombre stupéfiant d'offres d'emploi ne débouchent pas sur des embauches. Revelio Labs, une société américaine de veille sur la main-d'œuvre, a montré que le ratio d'embauche par offre d'emploi tomberait en dessous de 0,5 en 2023, ce qui signifie que plus de la moitié des offres d'emploi n'ont pas abouti à la transformation d'un candidat en employé.

Clarify Capital, un fournisseur de prêts aux entreprises basé à New York, a interrogé 1 000 responsables du recrutement et a constaté que près de sept emplois sur dix restaient ouverts pendant plus de 30 jours, et que 10 % d'entre eux restaient vacants pendant plus de six mois. La moitié des personnes interrogées ont déclaré qu'elles gardaient les offres d'emploi ouvertes indéfiniment parce qu'elles étaient « toujours ouvertes à de nouvelles personnes ». Plus d'une personne interrogée sur trois a déclaré qu'elle gardait les listes actives pour constituer un vivier de candidats en cas de renouvellement du personnel, et non parce qu'un poste doit être pourvu dans les meilleurs délais.


Joe Mercurio, chef de projet chez Clarify Capital, estime que... Toute personne souhaitant éviter de postuler à des « emplois fantômes » doit prêter une attention particulière à la date à laquelle ils ont été publiés pour la première fois. Bien que 96 % des employeurs affirment qu'ils essaient activement de pourvoir rapidement un poste vacant, 40 % d'entre eux ne s'attendent pas à pourvoir leurs postes actifs avant 2 à 3 mois. En fait, 1 responsable sur 10 déclare avoir des postes vacants affichés depuis plus de 6 mois. Cela peut se produire pour de nombreuses raisons, mais le fait de vérifier quand un poste a été publié peut aider à empêcher les demandeurs d'emploi de postuler à des « emplois fantômes ». Un poste publié il y a 48 heures a plus de chances de faire l'objet d'un recrutement actif qu'un poste publié il y a 3 mois.

Les postes affichés sont plus qu'un simple aspirateur de talents qui absorbe les CV des candidats. Ils constituent également un outil permettant de façonner la perception à l'intérieur et à l'extérieur de l'entreprise. Plus de 40 % des responsables du recrutement ont déclaré qu'ils affichaient des postes qu'ils n'essayaient pas activement de pourvoir pour donner l'impression que l'entreprise était en pleine croissance. Une proportion similaire déclare que les offres d'emploi sont faites pour motiver les employés, tandis que 34 % déclarent que les offres d'emploi sont publiées pour soulager le personnel surchargé de travail qui pourrait espérer une aide supplémentaire.

« Les emplois fantômes sont partout », déclare Geoffrey Scott, responsable du contenu et de l'embauche chez Resume Genius, une société américaine qui aide les travailleurs à concevoir leur CV. « Nous avons découvert 1,7 million d'emplois fantômes potentiels sur LinkedIn, rien qu'aux États-Unis », précise-t-il. Au Royaume-Uni, StandOut CV, une société de ressources professionnelles basée à Londres, a constaté que plus d'un tiers des offres d'emploi en 2023 étaient des emplois fantômes, c'est-à-dire des offres affichées depuis plus de 30 jours.

Après avoir quitté un salon de l'emploi récemment dans un hôtel du centre de Washington, A. Ahmed et deux de ses amis chômeurs se sont rendus dans un Starbucks pour discuter de la futilité de l'expérience.

« Il n'y avait pas beaucoup de recrutement. Ils n'acceptaient même pas les CV », explique A. Ahmed, qui cherche du travail depuis le mois de mars, date à laquelle elle a été licenciée d'une organisation à but non lucratif. Elle n'a pas souhaité que son prénom soit utilisé de peur que cela ait un impact sur sa recherche d'emploi. C'était son deuxième salon de l'emploi depuis son licenciement. Sa conclusion : « Ils ne sont pas très utiles. J'ai obtenu des brochures et des informations sur l'entreprise. J'aurais pu les obtenir sur leur site web ».

Les salons de l'emploi et les événements de mise en réseau - tels que les fêtes de licenciement destinées aux personnes en milieu de carrière - deviennent une scène familière dans tout le pays, avec des événements sponsorisés par les chambres de commerce et les organisations caritatives locales, ainsi que par de grandes entreprises telles que Monster et Careerbuilder.

Les longues files de chômeurs qui attendent de pouvoir participer à ces événements sont de plus en plus visibles dans les journaux télévisés, mais la question qui se pose est la suivante : les salons de l'emploi aident-ils vraiment à trouver un emploi ? Les salons de l'emploi vous aident-ils vraiment à trouver un emploi ?

Il n'existe pas de statistiques précises sur la fréquence à laquelle une visite à un salon organisé pour la recherche d'un emploi débouche sur un emploi. Mais certains demandeurs d'emploi affirment qu'ils peuvent être une leçon de futilité en ces temps difficiles, car de nombreux salons sont surchargés et les candidats s'y perdent. En outre, de nombreux employeurs n'ont que peu ou pas de postes à proposer et utilisent ces salons comme un outil de promotion ou de bienveillance envers la communauté. Quant aux postes ouverts, ils ne correspondent souvent pas à la formation ou aux souhaits des candidats.

Christopher Morin, un gestionnaire de marque de 38 ans qui a été licencié en janvier de la société de voyage Tauck World Discovery, a récemment assisté à une fête de licenciement dans le comté de Fairfield (Connecticut) et en est reparti frustré. « C'était en quelque sorte un désastre : il y avait trop de monde et on ne trouvait pas les recruteurs [ou] les entreprises, puis quand on trouvait quelqu'un, on faisait la queue pendant plus de 20 minutes pour se présenter, pour finalement découvrir que la personne qu'on attendait de rencontrer venait d'une maison de retraite et cherchait des aides-soignants », se souvient-il.

Nombre de ces événements de recrutement sont basés sur de bonnes intentions. Monster.com présente sa tournée nationale de salons de l'emploi, lancée en février, comme sa « mission d'aider à reconstruire la main-d'œuvre américaine ». À ce jour, 19 villes ont été visitées, plus de 475 employeurs y ont participé et plus de 15 000 demandeurs d'emploi y ont été attirés. Selon Nikki Richardson, porte-parole de [Monster.com], les entreprises ont des milliers de postes à pourvoir. Mais elle n'a pu citer que deux emplois confirmés à l'issue des salons depuis le lancement du programme.

Mais « les employeurs n'ont aucune obligation de nous communiquer le nombre de personnes qu'ils embauchent dans le cadre de ces salons », souligne-t-elle, et seulement le nombre d'offres d'emploi qu'ils apportent. Jusqu'à présent, ils ont apporté 6 400 emplois. Le processus d'embauche prend du temps, et elle est certaine que l'initiative de l'entreprise donnera lieu à de nombreuses autres histoires d'emploi. « J'ai reçu des communications de plusieurs entreprises qui m'ont dit qu'elles s'attendaient à en embaucher plusieurs autres, mais je ne leur ai pas encore parlé pour le confirmer. »

Les responsables des ressources humaines n'ont pas souhaité s'exprimer sur les salons de l'emploi, mais une recruteuse d'une grande entreprise de Virginie affirme qu'il ne s'agit pas uniquement de trouver la personne idéale pour le poste à pourvoir sur-le-champ. Parfois, explique-t-elle, les employeurs participent à des salons de l'emploi afin d'obtenir des informations sur des candidats potentiels à garder en réserve, au cas où, ou s'ils ont un taux de rotation élevé.

Quant au fait de ne pas accepter de curriculum vitae dans les salons, elle explique qu'il peut y avoir toute une série de raisons à cela. Une candidature soumise en ligne peut être recherchée plus facilement dans la base de données. Il y a moins d'erreurs lorsqu'une candidature est soumise en ligne que lorsqu'elle est scannée par un responsable des ressources humaines. Un entrepreneur public peut vouloir recevoir les candidatures de manière cohérente afin d'en assurer le suivi.

Malgré le point d'interrogation sur l'efficacité de ces réunions, Nancy Keene, directrice du cabinet de conseil en recrutement de cadres Stanton Chase, estime que si les demandeurs d'emploi ont le temps, ils ne devraient pas exclure ces événements.

Une perte de temps considérable

Les experts avertissent que toutes les offres d'emploi qui semblent être des emplois fantômes n'en sont pas forcément. « Je ne pense pas qu'il s'agisse d'une pratique répandue pour les entreprises de publier des offres d'emploi qu'elles n'ont pas l'intention de pourvoir », déclare Annette Garsteck, consultante en carrière basée aux États-Unis. En revanche, le manque de ressources pour le recrutement et le nombre impressionnant de candidats par poste peuvent empêcher l'embauche de progresser rapidement et, par conséquent, les recruteurs ne peuvent pas répondre à toutes les demandes d'emploi.

En 2023, StandOut CV a constaté que plus d'un tiers des offres d'emploi étaient des emplois fantômes, c'est-à-dire des offres affichées depuis plus de 30 jours. Toutefois, que ces offres soient des emplois fantômes - ou qu'elles y ressemblent simplement - le résultat est le même. Les demandeurs d'emploi finissent par être découragés et épuisés.

« Les offres d'emploi fantômes font perdre beaucoup de temps aux demandeurs d'emploi », explique Scott. Remplir une seule demande d'emploi peut prendre plusieurs heures, car un candidat sérieux prendra le temps de faire des recherches sur l'entreprise, de personnaliser son CV et sa lettre de motivation, puis de passer par des étapes comme l'énumération de tous les emplois qu'il a déjà occupés et de répondre à des questions de présélection.

Pourtant, en raison du marché - et en dépit de l'impact qu'il peut avoir - certains candidats continuent d'envoyer autant de candidatures que possible, dans l'espoir d'obtenir une réponse. D'autres demandeurs d'emploi affirment que l'abondance d'emplois fantômes les a amenés à changer de stratégie. Samantha, graphiste senior basée aux États-Unis, est à la recherche d'un emploi depuis trois mois. Elle explique qu'elle a commencé par ratisser large, mais que l'absence de réponses de la plupart des entreprises l'a amenée à être plus sélective dans ses candidatures. Elle vise plutôt des postes de niche qui correspondent à son profil et qui sont susceptibles d'avoir moins de candidats dans l'ensemble.

En même temps, elle ne sait toujours pas quelle est la bonne approche. « Je ne sais pas s'il est préférable de tirer des balles et d'espérer atteindre une cible », dit-elle, « ou si je dois m'asseoir et viser, en tirant un ou deux coups par semaine ».

Les emplois fantômes peuvent permettre aux employeurs de renforcer leur image et de se constituer un vivier de CV à court terme, mais l'avantage n'est pas forcément durable. Si un employé potentiel se sent lésé par une entreprise dont il n'a jamais eu de nouvelles, il risque d'être dissuadé de postuler à d'autres offres d'emploi dans cette entreprise. Les entreprises qui publient des emplois fantômes risquent au contraire d'être hantées par ces derniers.

Sources : NBC, BBC

Plus de 20 000 offres d'emploi de Développeur ou en Informatique

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Quelle est votre opinion sur les salons de l'emploi ? Considérez-vous qu'ils soient plus efficaces que les recrutements en ligne ?

Voir aussi :

Les utilisateurs désertent Glassdoor et se disent stupéfiés par le fait que le site lie de vrais noms aux profils anonymes sans leur consentement, ce qui les expose à de nombreux risques

De nombreux employés de la génération Z affirment que ChatGPT donne de meilleurs conseils de carrière que leurs patrons, mais une DRH rappelle que « l'IA ne peut pas gérer les nuances du comportement humain »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/05/2024 à 15:53
Citation Envoyé par mood8moody Voir le message
J'ai vraiment choisi la mauvaise voie.

20 ans de carrière où j'aurais pu apprendre des connaissances pour un métier qui reste stable dans le temps, comme la justice, notaire, même médecin, et qui ont des syndicats qui les protègent des problèmes de ce genre. À la moindre contrariété, il y a soulèvement général.

Nous, on est jetables, mal payés et en première ligne dès qu'il y a un souci.
Je vous rassure je pense que c'est généralisé. On est dans un système ultra hypocrite ou on vit des changements majeurs en temps réel avec des politiques qui font tout pour nous faire croire que "non c'est comme avant voir mieux !".

Les médecins avec le numerus clausus bloqué depuis 30 ans payent le prix du refus du gouvernement d'anticiper la pénurie de médecin. Aujourdhui la France pille des cerveaux dans le monde entier (principalement Afrique et Europe de l'est mais aussi pas mal l'Espagne) pour que des médecins s'installent chez nous, à moindre frais. Ils sont mêmes en train de passer des textes pour faciliter le processus. Ils se sont pas vantés d'avoir virer 2 000 médecin étranger qui n'avait même pas les diplômes pour le faire en France...

C'est toujours plus simple que d'augmenter le nombre de médecin Français très bien formés et très bien payés dans des hôpitaux bien entretenus.

Du côté de la justice, secteur ou je bosse, même remarque. Que ce soit en cabinet d'affaire ou autre ça délocalise sec la compta, et le refus d'augmenter les salaires sur les 20 dernières années va bientôt pousser la profession en secteur prioritaire comme la restauration, excuse de plus pour passer une loi qui va dire "Ok sur ces secteurs la on recrute à mort des étrangers".

C'est toujours la même stratégie, on fatigue les gens en poste, on arrête d'augmenter les salaires et quand plus personne veut bosser ils chialent auprès du poto Bruno Le Maire, le grand dilateur, pour qu'on dérégule le secteur et qu'on brule les conventions collectives puisqu'après tout il y aura bien un roumain ou un polonais pour le faire.

Le secteur bancaire Français a largement délocalisé, par exemple la SG a ses centres de formation en Roumanie...

J'ai travaillé dans un groupe de legal tech, une licorne qui se félicitais de vendre ses boites aux américains dès que la valorisation dépasse 1 million. On va nul part comme ça.

Les notaires flippent car l'UE veut abolir leur monopole pour le refiler aux avocats.

De toute façon le droit Français meurt peu à peu, il sera bientôt full européen, comme nous, et la France ce sera notre souvenir de boomer à nous.

Bref je suis ultra pessimiste mais l'IA c'est une goutte dans l'océan et je suis de tout cœur avec toi camarade. Une excuse de plus qu'utilise le capital pour ne pas nous dire que le problème c'est qu'on croit encore qu'on devient riche en travaillant, ou que ça allait au moins améliorer nos vies. Grave erreur de notre part !

L'éducation c'est déjà détruit, comme le travail en général, les autres secteurs privilégiés suivront les uns après les autres au profit du capital.

Et je me considère comme de droite ! Mais l'Europe est la plus grosse arnaque qu'on ait connu depuis la révolution Française.
8  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 02/05/2024 à 15:17
Si Google est remplacé par des chatbots, ce qui est en train d'arriver d'après les rapports, Google risque de perdre plus de la moitié de son CA, voir bien plus.
En prévision de cette catastrophe, ils doivent préventivement réduire leurs couts.

Fini les informaticiens US payés des fortunes, ils se lancent dans l'offshore pour réduire leurs couts. Sauf pour les ingés IA, ceux la ils vont continuer à les payer des fortunes.
4  0 
Avatar de mood8moody
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 02/05/2024 à 15:18
Le plus ironique, c'est que les développeurs et informaticiens en général, qui ont aidé à développer et mettre en place les infrastructures pour l'IA générative, soient les premiers remplacés par ces outils. Reste les surdiplomés et surqualifiés en IA qui garde leurs places, chercheur...

Nous aurions pu penser que les emplois à faible valeur ajoutée et facilement automatisables allaient être remplacés, mais ce sont nous, les informaticiens, qui subissons les conséquences en premier.

Bientôt, les secrétaires auront des LLM et des outils similaires pour assister leur travail, pendant que nous serons éjectés des services et remplacés par un simple technicien informatique externalisé qui se chargera du brassage, de changer les cartouches d'encre, d'installer Windows et de remplacer les PC et écrans défectueux pour 1200 euros par mois.

J'ai vraiment choisi la mauvaise voie.

Même avant l'IA, quand on voit dans notre domaine les connaissances qu'il faut ingurgiter tous les jours pour se maintenir à flot et les offres d'emploi avec des demandes de compétences longues comme le bras pour des salaires de caissier...

20 ans de carrière où j'aurais pu apprendre des connaissances pour un métier qui reste stable dans le temps, comme la justice, notaire, même médecin, et qui ont des syndicats qui les protègent des problèmes de ce genre. À la moindre contrariété, il y a soulèvement général.

Nous, on est jetables, mal payés et en première ligne dès qu'il y a un souci.
4  0 
Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/05/2024 à 11:55
Google : "Ouin ouin silvouplait le Sénat il faut plus d'immigré au USA pour qu'on ait des ingénieurs en IA."
Google en même temps : "Licencions et délocalisons en Inde, les travailleurs américains sont bien trop cher !"

L'absurdité et l'hypocrisie du monde occidental résumé en deux phrases. C'est nous qu'ils vont décarbonner, avec la complicité des traitres hommes politiques d'amérique du Nord et d'Europe.

D'ailleurs le niveau de vie a assez bien baissé en Europe pour que Google y relocalise des équipes de dev.

Le mur se rapproche pour nous...
3  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 19/06/2024 à 14:31
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Ce qu'il y a d'extraordinaire avec ces études que l'on nous bombarde à longueur de journée, c'est que chacune d'elles nous donne une conclusion qui est l'inverse de l'autre...
C'est pour ça que le club developpez se présente comme un hébergeur gratuit, donc qui peu héberger des trucs qui disent le contraire, et non un média d'opinion comme L'Humanité ou le Figaro, qui vont te servir que ce qu'ils veulent dans un seul sens.
Généralement sur les news developpez il y a la question à la fin qui te demande si tu penses que l'étude publiée c'est de la merde en boite ou si c'est cohérent avec ton expérience personnelle. C'est à nous de nous forger notre opinion, c'est pas à un média de nous dire quoi penser.
Les news ici finissent pas des questions, pas par un lavage de cerveau avec une conclusion toute prête.

Personnellement je trouve ça intéressant de voir ici aborder toutes sortes d'avis, y compris de la part des études ou des avis postés par les prétendument "experts" que les avis des lecteurs sous forme de commentaires,
après on en pense ce qu'on veux
3  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 19/06/2024 à 11:13
Ce qu'il y a d'extraordinaire avec ces études que l'on nous bombarde à longueur de journée, c'est que chacune d'elles nous donne une conclusion qui est l'inverse de l'autre...

Entre "la pénurie de talents" et "le déclin de l'emploi chez les développeurs", voir "le grand remplacement des développeurs de tout poil par l'IA", il faudrait savoir!
2  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 19/06/2024 à 16:04
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Il y a des gens qui vont se faire virer et qui ne retrouveront pas de job parce qu'il y a aura plus de gens qui chercheront un job que d'offres d'emplois.
n'es ce pas déjà le cas dans la plupart des pays développé ?
en france, france travail (famille, patrie) à 1.1 millions d'offre d'emplois d'apres leur fichier excel.
le nombre de chômeur A est de 2.8 millions

dans ces offres d'emplois j'ai tous compté, donc les cdi mais aussi les cdd de 1mois et les annonces bidons/doublons
dans les chômeurs j'ai compté que les catégories A.

Donc en prenant le meilleur scénario on a déjà un ratio de 1 emploi pour presque 3 chômeurs.

Il n'y a pas de miracle pour inverser cette mauvaise période, il est nécessaire de relancer la croissance et donc pour cela d'inciter les populations à consommer, baisser les impôts, investir dans les secteurs qui apporte beaucoup d'emplois (industrie automobile thermique par exemple), de relancer le tourisme en promouvant l'avion et notre industrie aéronautique, donc au final polluer plus et aller à contre courant de ce que l'ue fait depuis 1 décennie et nous détruit à petit feu.
Comme je le dis, il est préférable de vivre riche dans un monde polluer et chaud par nous que de vivre pauvre et soumis aux chinois/indiens dans un monde de toute manière polluer par eux.

Et rassurer les européens pour les inciter à consommer, car a faire peur d'une guerre avec la Russie comme le fait Macron, ça incite les gens à épargner et à ne pas faire d'enfant, et je parle pas des escrolos qui profite de la faiblesse des mineurs pour les rendre éco anxieux. Ca crée une génération de peureux incapable de bâtir des projets de long terme.

Et supprimer ces pu*** de norme écolos pour relancer la construction de maisons, d'usines, de voiture diesel. Il vaut mieux vivre dans une maison mal isolé et pas solide en bois comme les américains que dehors dans la rue...
Il vaut mieux avoir une voiture diesel que pas de voiture et pas pouvoir aller bosser en zfe.
l'industrie du BTP annonce 200000 suppressions d'emplois en 2024/2025, les francais n'ont pas les moyens de construire des maisons isolé avec la norme rt2020, ils n'ont pas les moyens non plus d'acheter une voiture électrique pour aller bosser en ZFE. Ils ont juste les moyens d'acheter une tente a décathlon et de la planter dans une rue au milieu de Paris. Malgré les déportations et rafles organisé par l'état pour cacher ça pendant les JO, on en voit encore partout dans la capitale.
2  0 
Avatar de mood8moody
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 02/05/2024 à 19:22
Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message
Si Google est remplacé par des chatbots, ce qui est en train d'arriver d'après les rapports, Google risque de perdre plus de la moitié de son CA, voir bien plus.
En prévision de cette catastrophe, ils doivent préventivement réduire leurs couts.

Fini les informaticiens US payés des fortunes, ils se lancent dans l'offshore pour réduire leurs couts. Sauf pour les ingés IA, ceux la ils vont continuer à les payer des fortunes.
Sur le moteur de recherche, ils sont clairement en danger s'ils font les mauvais choix. Mais heureusement pour eux, ils ont un quasi-monopole sur la téléphonie et peuvent donc imposer leur écosystème grâce à Android à la majorité de la population qui délaisse les PC au profit des smartphones pour un usage privé. De plus, concernant la vie privée, contrairement à Apple, cela n'existe pas chez eux. Donc, pour intégrer ou laisser intégrer des outils IA aux constructeurs dans les téléphones qui pompent les données comme des aspirateurs industriels, ils n'auront aucun blocage, sauf quelques amendes venant de l'Europe, qui ne les contraindra pas plus qu'avant. Ils vont donc vite évoluer sur le domaine. Cela montre juste qu'ils révisent leur orientation stratégique, en faisant du Google, taillé dans les équipes et les projets qui ne sont plus la poule aux œufs d'or du moment. Même si ces projets étaient solides.
1  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 02/05/2024 à 19:40
Sur la téléphonie il va y avoir aussi des IA pour remplacer Google, et pour ce qui est de l'appstore ils sont contraint en sus des appstores tierces parties de plus en plus à l''ouverture par exemple pour les paiements tierce partie, d'autre part Harmony OS va peut être remplacer Android déjà en Chine mais possiblement dans d'autres pays.
1  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 19/06/2024 à 11:30
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Ce qu'il y a d'extraordinaire avec ces études que l'on nous bombarde à longueur de journée, c'est que chacune d'elles nous donne une conclusion qui est l'inverse de l'autre...

Entre "la pénurie de talents" et "le déclin de l'emploi chez les développeurs", voir "le grand remplacement des développeurs de tout poil par l'IA", il faudrait savoir!
les news parle pas des mêmes marché je pense.
J'ai l’impression que la pénurie c'est quand on regarde le marché européens, et les layoff grand remplacement par ia plutot aux usa.

Il y'a eu une grosse augmentation de dev pendant la pandémie, des dev formé a l'arrache dans des mooc/bootcamp en 1 semaines, je pense que c'est ces profils qui sont le plus menacé.
De mon coté dans une des 20 plus grosse ville de province de france, je ne constate aucune difficulté d'embauche pour un bac+5 en informatique et avec +3ans d'xp, ça reste courtisé comme profil.

Maintenant si on regarde plus loin que la tech, on remarque que tous les métiers sont impactés, la hausse des taux a sonner le glas de l'époque des emprunt gratuit, a une époque les taux était même négatif....
Hors IA et aéronautique qui fait un rattrapage pour le covid, les autres secteurs ont plutôt tendance à licencier (automobile, telecom, pharma, BTP...).

j'ai vu cette article, je suis d'accord sur les métiers qui licencies, pour les secteurs en croissances
par contre j'ai de gros doutes sur "Les énergies renouvelables et la durabilité" et la "L’éducation en ligne et la formation", vu la crise l'escrologie c'est fini, on va plutôt utiliser du bon vieux charbons/nucléaire que des éoliennes pas rentable.

Avec la mouvance de la droite qui semble gagner en Europe et usa, on va assister à un retour a des états régalien avec des choix bien plus pragmatiques en matières d'investissements.

Pour la santé, la population vieillit et les gens sont de plus en plus malade donc c'est un bon secteur d'avenir (tant que ces populations pourront se payer les soins), je dirait aux jeunes d'aller faire chirurgien plutôt que de l’informatique, ca rapportera plus d'argent et c'est un métier qui a moins de chance de se faire remplacer par une IA.

Après l'ia c'est pas magique, on le voit dans l'automobile les camionneurs semble très difficilement remplaçable, même chose pour les taxis autonome c'est toujours pas au point.
Dans les avions il y'a toujours 1 pilote et 1 copilote malgré le pilote automatique qui existe depuis des décennies.

Quand on déploie un composant informatique c'est rare que ça marche bien, les dev passent souvent des heures voir des jours à solutionner un bug et les ia en sont bien évidement incapable.
J'ai migré il y'a 3 semaines des composant d'une vm vers k8s et ca n'a pas marché du 1er coup, y'a fallu faire pleins de changements dans les règles de routage réseaux, changer des composants, mettre à libs, refaire du code qui utilisait des api déprécié...etc. Je me suis aidé de chatgpt mais chatgpt aurait été incapable de faire cette migration.
1  0