IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'IA est à l'origine de plus de licenciements que les entreprises ne veulent l'admettre
Probablement par crainte des conséquences négatives sur leur réputation

Le , par Bruno

7PARTAGES

5  0 
La révolution de l'intelligence artificielle (IA) s'opère rapidement, entraînant une transformation profonde dans nos lieux de travail et nos vies. Nous sommes à l'aube d'une ère nouvelle, riche en opportunités passionnantes mais aussi en défis majeurs. Ce n'est pas simplement une tendance à observer de loin, mais plutôt un domaine où les règles sont encore en cours d'élaboration. Les entreprises ont fait part de milliers de suppressions d'emplois liées à l'IA, suscitant des préoccupations quant à son impact sur l'emploi. La PDG de United Parcel Service a reconnu que les licenciements massifs étaient en partie attribuables à l'IA, tandis que d'autres sociétés, comme BlackRock, ont annoncé des réductions d'effectifs sans établir explicitement de lien avec l'IA. Les experts estiment que le nombre réel de suppressions d'emplois liées à l'IA est probablement plus élevé que les chiffres officiels.


Certaines entreprises, telles qu'IBM, ont déclaré publiquement qu'elles limiteraient les embauches susceptibles d'être remplacées par l'IA. Cependant, de nombreuses sociétés opèrent discrètement en ralentissant leurs embauches, et des observateurs avertissent qu'un nombre croissant d'emplois pourraient être éliminés à mesure que l'IA progresse. Bien que certains responsables des ressources humaines voient l'IA comme une opportunité d'amélioration de l'efficacité, d'autres reconnaissent que des emplois seront perdus, tout en soulignant des améliorations possibles. La tension persiste entre les avantages de l'IA pour la productivité et les préoccupations croissantes quant à son impact sur l'emploi.

Les décisions que nous prenons aujourd'hui ne façonnent pas seulement les bénéfices du prochain trimestre, mais établissent également les fondations d'un avenir guidé par l'IA qui redéfinit notre manière de travailler. Elon Musk, PDG de Tesla, soutient que l'IA conduira les humains à un stade où « aucun travail ne sera nécessaire ». Des indicateurs suggèrent-ils que cette prédiction est déjà en train de se concrétiser ? Les données médiatisées pourraient laisser penser que c'est le cas.

« L'IA nous a obligés à le faire » : c'est la nouvelle raison invoquée par les Big Tech pour justifier leurs récents licenciements, lesquels sont désormais présentés comme nécessaires pour rediriger les ressources vers des projets liés à l'intelligence artificielle. Au cours des deux dernières années, les géants de la tech ont licencié des centaines de milliers d'employés dans le but d'économiser des coûts et de réallouer les fonds financiers vers le développement d'outils d'IA destinés à occuper les postes vacants. Les perspectives d'emploi pour la nouvelle année demeurent incertaines, et les analystes redoutent une poursuite de la tendance à la hausse des licenciements. L'IA a impacté négativement les opportunités d'emploi dans divers secteurs de l'industrie technologique, notamment pour les ingénieurs logiciels, bien que les compétences en IA restent fortement demandées.

Alors que les investissements dans l'IA sont en pleine expansion, le secteur technologique a débuté la nouvelle année par une série de licenciements, Google en tête. La société a récemment licencié plusieurs centaines de travailleurs, justifiant cette décision par une volonté de se concentrer davantage sur l'IA. Certains de ces employés appartenaient aux équipes dédiées à la publicité, au matériel, et travaillaient sur le développement de Google Assistant, l'un des premiers outils d'IA de la société. Des rumeurs suggèrent que Google envisage progressivement de remplacer Google Assistant par une version plus intelligente basée sur l'IA.

De plus, un mémo interne divulgué indique que Google envisage d'autres suppressions d'emplois, touchant potentiellement environ 100 employés au sein du personnel de YouTube. Courtenay Mencini, porte-parole de Google, a déclaré que ces ajustements visent à accroître l'efficacité et à se concentrer sur les priorités principales de l'entreprise. Google a récemment lancé Gemini, présenté comme son modèle de langage (LLM) le plus puissant à ce jour. Certains analystes estiment qu'il est probable que l'entreprise cherche à rationaliser ses ressources grâce à de nouveaux licenciements afin de les rediriger vers ses initiatives en matière d'IA.

1 entreprise sur 3 remplacera ses employés par l'IA en 2024

Selon un récent rapport de ResumeBuilder portant sur 750 chefs d'entreprise utilisant l'IA, 37 % d'entre eux affirment que la technologie remplacera les travailleurs en 2023. Par ailleurs, 44 % d'entre eux déclarent qu'il y aura des licenciements en 2024 en raison de l'efficacité de l'IA. Toutefois, même si des rapports font état de licenciements inspirés par l'IA, de nombreux experts ne sont pas d'accord avec le point de vue de Musk. Julia Toothacre, spécialiste des CV et des stratégies de carrière chez ResumeBuilder, reconnaît que les chiffres de son étude ne reflètent peut-être pas fidèlement le paysage commercial dans son ensemble. « Il y a encore beaucoup d'organisations traditionnelles et de petites entreprises qui n'adoptent pas la technologie de la même manière que certaines grandes entreprises », a déclaré Toothacre.

Alex Hood, chef de produit chez l'éditeur de logiciels de gestion de projet et de collaboration Asana, estime que la moitié du temps que nous passons au travail est consacrée à ce qu'il appelle le « travail sur le travail ». Il fait ici référence aux mises à jour de statut, à la communication interdépartementale et à toutes les autres parties du travail qui ne sont pas au cœur de la raison pour laquelle nous sommes là.

« Si l'IA permet de réduire ces aspects, cela peut être une grande avancée », a déclaré Hood. Selon lui, sans la nuance derrière les chiffres, les statistiques marquant et prédisant les licenciements induits par l'IA reflètent davantage la peur que la réalité. Selon Marc Cenedella, fondateur de Leet Resumes and Ladders, le fait que l'IA s'attaque au travail à la tâche donne aux humains la possibilité de progresser dans la chaîne de valeur. « Pour l'ensemble de l'économie, les travailleurs pourront se concentrer sur « l'intégration, la structuration ou la définition du travail basé sur les tâches ». Il compare cette évolution à la culture de bureau du milieu du siècle dernier, lorsque des étages entiers étaient occupés par des dactylographes - une situation que l'efficacité des traitements de texte a éliminée.

Selon le rapport State of AI at Work 2023 d'Asana, les employés déclarent qu'en moyenne, près d'un tiers (29 %) de leurs tâches sont remplaçables par l'IA. Pour les deux autres tiers, les dirigeants doivent positionner les employés comme des « humains dans la boucle » essentiels et exploiter l'IA pour aider les employés à accroître la productivité, la créativité et l'innovation dans leurs rôles. Cependant, Asana est un partisan de ce qu'elle appelle « l'IA centrée sur l'humain », qui cherche à améliorer les capacités humaines et la collaboration, et non à remplacer purement et simplement les personnes. Plus les gens comprennent l'IA centrée sur l'humain, plus ils pensent qu'elle aura un impact positif sur leur travail, indique le rapport.

Selon les Nations unies, les cols blancs et les employés de bureau représentent entre 19,6 % et 30,4 % de l'ensemble des personnes employées dans le monde. Les outils d'analyse et de communication ont réorienté le travail de connaissance au fil des ans, et « l'IA générative doit être considérée comme un autre développement dans ce long continuum de changement ».

Appel à la transparence et à la responsabilité sociale

L'observation selon laquelle l'intelligence artificielle entraîne des licenciements massifs suscite des inquiétudes et pose des questions cruciales sur l'impact de cette technologie sur le monde du travail. Apparemment, les entreprises hésitent à reconnaître ouvertement l'ampleur réelle des suppressions d'emplois liées à l'IA, probablement par crainte des conséquences négatives sur leur réputation.

Cette possible dissimulation soulève des préoccupations quant à la transparence des entreprises et met en évidence la nécessité d'une communication franche et éthique sur les changements induits par l'IA. Les licenciements massifs associés à l'automatisation suggèrent un déséquilibre entre les gains de productivité et les répercussions sur les travailleurs, soulevant ainsi des questions éthiques sur la responsabilité sociale des entreprises et leur engagement envers leurs employés.

De plus, la critique implicite portant sur la focalisation des bénéfices à court terme au détriment d'une vision à long terme et socialement responsable est justifiée. Si les entreprises privilégient les économies immédiates sans tenir compte des implications à long terme sur l'emploi et la stabilité sociale, cela pourrait accentuer les inégalités et contribuer à une détérioration du tissu social.


Les analystes expriment des inquiétudes profondes quant à l'impact potentiel de l'intelligence artificielle sur l'emploi. Certains soulignent la possibilité que les entreprises minimisent les licenciements liés à l'IA pour éviter des réactions négatives du public, suggérant ainsi une dissimulation de la réalité. D'autres commentaires mettent en lumière le risque d'une accélération des licenciements à mesure que l'automatisation devient accessible à un plus large éventail d'entreprises.

L'idée de l'émergence d'une classe supérieure prospère qui possède des robots au lieu d'esclaves, tandis que le reste de la population lutte pour sa survie, suscite également des inquiétudes quant à l'accroissement des disparités sociales. Certains commentaires soulignent la préoccupation des entreprises pour les bénéfices à court terme au détriment d'objectifs plus durables ou socialement responsables.

Dans l'ensemble, un sentiment de méfiance émerge quant à la façon dont les entreprises gèrent l'impact de l'IA sur l'emploi.

Sources : Asana, Resume Builder

Plus de 20 000 offres d'emploi de Développeur ou en Informatique

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Quel est votre sentiment quant à la façon dont les entreprises gèrent l'impact de l'IA sur l'emploi ?

Voir aussi :

« L'IA nous a obligés à le faire » : c'est la nouvelle raison invoquée par les Big Tech pour justifier les licenciements, ces derniers sont utilisés pour réaffecter les ressources aux projets d'IA

25 % des chefs d'entreprise prévoient de remplacer les travailleurs humains par l'IA cette année, 60 % des chefs d'entreprise considèrent l'IAG comme ayant le potentiel d'améliorer l'efficacité

L'IA perturbera d'innombrables emplois dans l'animation au cours des trois prochaines années, selon un rapport, soulignant à quel point l'impact de l'IA générative sera dévastateur pour les artistes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de RenarddeFeu
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 13/02/2024 à 13:41
L'IA est surtout une bonne excuse pour licencier sans avouer que l'entreprise connait des difficultés, très vrai actuellement dans la tech américaine.
3  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 13/02/2024 à 13:14
Citation Envoyé par petitours Voir le message
Vous n'arrivez pas à trouver de source sur les expérimentations en Finlande ?
https://www.economie.gouv.fr/igpde-e...inlande-2020-5
Il n'a du revenu de base que le nom. Le tirage au sort loupe complètement le côté social : toi tu y a droit mais pas tous les autres autour de toi, du coup il n'y a pas de dynamique générale, juste un élu plus chanceux que les autres. Le limiter aux chomeurs renforce encore cette disparité. Des expérimentations dans une ville par exemple serait plus représentatif. La source ci-dessus souligne d'ailleurs le côté trop limité de cette expérimentation pour en tirer une quelconque conclusion :
Comme le note le rapport, l’expérimentation a, en effet, consisté à fournir un revenu de base à un échantillon de demandeurs d’emploi de taille modeste dont le montant correspond, en réalité, à la fusion des diverses indemnisations chômage existantes. Il ne s’agit donc pas d’un revenu universel, défini par Guillaume Allègre, économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) comme un revenu « d’un montant égal pour tous, sans contrôle des ressources ou des besoins, sur une base individuelle, de façon inconditionnelle, sans exigence de contrepartie » . Si l’expérimentation du revenu de base dans les conditions finlandaises n’a pas permis de diminuer le chômage, il semble hasardeux de conclure de manière définitive sur la validité du test à une échelle plus importante.
Qui plus est, l'expérimentation a montré des effets bénéfiques, mais elle a été arrêtée avant même la rédaction du rapport. Visiblement à cause du seul critère du retour à l'emploi. Pour rappel, le revenu de base favorise l'activité, y compris non rémunérée, pas l'emploi particulièrement.

Et une analyse plus détaillée ici :
https://www.ofce.sciences-po.fr/blog...enu-universel/

Bref, une expérimentation trop biaisée pour répondre à la question, donc je ne vais clairement pas m'appuyer dessus.
1  0 
Avatar de L33tige
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 13/02/2024 à 12:42
Citation Envoyé par petitours Voir le message
On a besoin d'un travail pour justifier d’un revenu.
Mais le fruit de son travail peut et doit servir la société ou à minima nous permettre de nous surpasser. Je vois bien l'idée ou on serait libre de servir la société ou de se dépasser librement grâce à de l'argent qui tombe du ciel sauf que non, notre cerveau et nos sociétés ne peuvent pas fonctionner comme ça.

Des pays ont essayé le revenu universel, regardez ce que ça a donné... ça n'a fait que démontrer que quand on paie les gens à ne rien faire il font rien. Les branleurs seront toujours des branleurs, ce n'est pas la faute de leur métier mais du sens qu'il donnent à leur vie, trop souvent résumée à avoir plus que le voisin. Idem pour ceux qui ne sont pas des branleurs mais n'ont pas eu la chance d'être aidés à se surpasser et se font écraser, ils ne sortiront pas du trou avec un argent sans valeur.
Les gens très impliqués dans l'associatif, très souvent, trop souvent à titre bénévole méritent d'être reconnus et rémunérés comme des travailleurs au service de la collectivité. Mais c'est une utopie d'imaginer que les gens qui aujourd'hui trainent les pieds seront heureux demain parce qu'on leur donne de l'argent sorti du chapeau alors qu'il ont strictement rien fait pour l'avoir. Je suis totalement convaincu par l'expérience en milieu associatif social que ces gens là sombreraient.

Et après l'utopie du revenu universel se heurte à l'injustice. Pourquoi le branleur qui ne fait rien pour personne gagnerait autant que celui qui fait pleins de trucs pour les autres ? Faudrait il rendre tout le monde incompétent en tout, que personne n'ait plus la moindre capacité à faire pour pouvoir justifier de verser la même chose à tout le monde ? Ou alors vous voulez continuer à permettre à qui le veut de bosser et là c'est ce que je décrivais plus haut : vous faites sombrer tous ceux qui n'ont pas la chance d'avoir quelqu'un pour les encourager à se bouger, pour réussir des choses ou pour aider autrui. Ce serait les inégalités d'aujourd'hui à un niveau ++++
M'enfin c'est quand même plus sympa de croire à une utopie qu'à un monde factuellement voué à l'échec comme l'actuel, on se rends bien compte que ce système n'est plus viable mais quitte à toujours couler autant essayer d'aller dans le navire d'à côté, on va perdre quoi ? Une vie de boulot métro dodo qui va se transformer en guerre dans les 10 ans à venir quand on va commencer à se battre pour les ressources sur le continent européen ? Je rappel que jusqu'à maintenant on à pu laisser ces guerres là ou ça ne nous impactait pas trop, c'est en train de changer.
0  0 
Avatar de petitours
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 13/02/2024 à 12:57
Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
Source ?
Je connaîs le sujet depuis 2011, et les expérimentations dont j'ai entendu parler depuis ont fourni des résultats qui vont systématiquement dans le sens inverse. Est-ce l'apotéose ? Bien sûr que non, mais cela engendre une vrai adaptation sociétale.
Vous n'arrivez pas à trouver de source sur les expérimentations en Finlande ?
0  0 
Avatar de petitours
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 13/02/2024 à 13:05
Citation Envoyé par L33tige Voir le message
M'enfin c'est quand même plus sympa de croire à une utopie qu'à un monde factuellement voué à l'échec comme l'actuel, on se rends bien compte que ce système n'est plus viable mais quitte à toujours couler autant essayer d'aller dans le navire d'à côté, on va perdre quoi ? Une vie de boulot métro dodo qui va se transformer en guerre dans les 10 ans à venir quand on va commencer à se battre pour les ressources sur le continent européen ? Je rappel que jusqu'à maintenant on à pu laisser ces guerres là ou ça ne nous impactait pas trop, c'est en train de changer.
Non parce que l'utopisme n'agit pas ; c'est ce qu'on appelle faire l'autruche ou dans le domaine politique c'est la démagogie.
Dans le monde associatif, là où un tas de gens se décarcassent pour aider les autres l'utopisme n'est pas très présent. Les gens qui sont au fond du trou et qui arrivent à en sortir y arrivent le plus souvent parce qu'une aide bienveillante les a aidé à retrouver une dynamique positive, à bosser ou re bosser pour voir après demain (sortir de la spirale qui les met dans le trou). Les aides financières ou matérielles sont évidement utiles mais à court terme, pour gérer le trou. Ceux qui bénéficient des aides sur le long terme, qui abusent en vrai, ne sont pas du tout dans le trou, c'est leur métier de frauder, ça ne peut être un modèle de société et heureusement ce sont une minorité.

Quand a la ressource et les guerres, je ne vois pas bien en quoi un modèle de société où on serait "payé" à ne faire que des loisirs et à consommer changerait quelquechose au problème.
0  0 
Avatar de petitours
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 13/02/2024 à 13:28
Il y en a qui ont été lancé récemment en Allemagne et en Angleterre il me semble, on verra si ça dit autre chose.
Je recherchais les autres endroits où il y a eu des expérimentations, ce truc a au moins celles que j'avais en tête https://fr.wikipedia.org/wiki/Revenu_de_base

Sachant qu'il y a dans le domaine beaucoup de confusion entre revenu universel, revenu de base et aide sociale, notamment dans les pays qui n'en ont pas déjà comme chez nous.
Les petites bases qui ne permettent pas de vivre ne sont de mon point de vue pas du tout des revenus universels, ça ne se différencie pas de tous les autres biens publiques dont nous disposons sauf à utiliser l'argent publique à des fins individualistes plutôt que collectives ce qui dans le fond n'est pas un progrés.

En tous cas mon expérience à aider des gens dans la misère c'est que ceux qui sont dans la merde sans aide sont écrabouillés, ceux qui sont dans le trou et aidés tiennent bon et que ceux qui sortent du trou sont ceux qui aspirent qu'à ne plus être. aidés.
0  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 13/02/2024 à 13:40
on est gouverné par des débiles, l'économie en Europe s'effondre et donc... les pays européens nous préparent tous à la guerre.

Il est plus probable qu'on ai une guerre qu'un revenu universelle, pour bien booster l'économie.
le chancelier allemand a appeler à remplacer son industrie manufacturière par de l’armement, la Pologne et la Roumanie levers une armée, l'Angleterre de créer une armée citoyenne...
je vous rassure, au contraire de Napoleon ou de Jeanne D'Arc aucun élite ou fils d'élite ne sera en 1ere ligne cette fois.
1  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 13/02/2024 à 14:40
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
on est gouverné par des débiles, l'économie en Europe s'effondre et donc... les pays européens nous préparent tous à la guerre.
Ou alors on se remet pote avec la Russie, on lui rachète de l'énergie pas cher et il y a des pays membres de l'UE qui redeviennent compétitif.
Comme on n'achète plus d'énergie Russe, nous n'avons plus d'énergie bon marcher, par conséquent les industries vont mal. (en France on n'a pas d'industrie alors on souffre moins, mais l'Allemagne prend cher, des grosses entreprises allemandes vont déménager aux USA).

Le truc louche c'est qu'en France il y a des centrales nucléaires donc on devrait avoir de l'électricité pas cher normalement.

Citation Envoyé par RenarddeFeu Voir le message
l'entreprise connait des difficultés
Il y a des grosses entreprises qui font des bénéfices records et qui licencient massivement en parallèle.

Vous pensez que Google, Meta, Microsoft, Amazon se portent mal ?
À la limite on peut dire que Twitter n'est pas au top puisque des gros annonceurs boycottent la plateforme. (mais Twitter perdait déjà de l'argent avant le rachat)
0  1