IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

25 % des chefs d'entreprise prévoient de remplacer les travailleurs humains par l'IA cette année,
60 % des chefs d'entreprise considèrent l'IAG comme ayant le potentiel d'améliorer l'efficacité

Le , par Bruno

40PARTAGES

8  0 
Selon la 27e enquête mondiale annuelle de PwC auprès des chefs d'entreprise, 45 % des PDG estiment que leur entreprise ne sera pas viable dans les dix prochaines années. Bien que de nombreuses entreprises prennent des mesures pour se réinventer face aux mégatendances telles que la technologie et le changement climatique, les préoccupations persistent quant à la viabilité à long terme. L'IA générative, avec un potentiel de gain d'efficacité, est envisagée par 60 % des chefs d'entreprise. Par ailleurs, 40 % des PDG sont prêts à accepter des rendements plus faibles pour des investissements respectueux du climat.

Les inefficacités opérationnelles et le coût de l'inaction sont soulignés, et une réaffectation plus agressive des ressources est préconisée pour réussir. Le changement climatique est identifié comme la mégatendance la plus critique, mais les efforts des entreprises pour y faire face sont jugés insuffisants. Enfin, l'IA générative est perçue comme une opportunité majeure, avec 70 % des PDG prévoyant des transformations importantes au cours des trois prochaines années.



Selon les estimations de PwC, environ 55 % du PIB mondial, soit environ 58 000 milliards de dollars, dépendent modérément ou fortement de la nature. Les entreprises, tout en faisant des progrès dans la décarbonisation, sous-estiment l'importance des mesures climatiques basées sur la nature. PwC met en garde contre le risque financier lié à la dépendance à la nature, estimant à près de 45 000 milliards de dollars la valeur exposée sur les principales places boursières. Les entreprises sont appelées à créer des modèles d'entreprise positifs pour la nature.

Les grandes entreprises technologiques justifient actuellement des licenciements massifs en mettant en avant l'essor de l'intelligence artificielle. Au cours des deux dernières années, ces entreprises ont procédé à des licenciements de grande ampleur dans le but de réaliser des économies et de réallouer les ressources financières au développement d'outils d'IA destinés à occuper les postes vacants. Les perspectives d'emploi pour la nouvelle année demeurent très incertaines, et les analystes expriment des inquiétudes quant à la possibilité que les licenciements continuent à augmenter. L'IA a eu des répercussions négatives sur les perspectives d'emploi dans plusieurs secteurs de l'industrie technologique, notamment pour les ingénieurs logiciels, bien que les professionnels spécialisés en IA soient très recherchés.

Le secteur technologique a commencé la nouvelle année par une série de suppressions d'emplois, ce qui coïncide avec une augmentation des investissements dans le domaine de l'IA. Récemment, Google a licencié plusieurs centaines d'employés, annonçant sa volonté de se concentrer davantage sur le domaine de l'IA. Certains de ces licenciements ont touché des équipes liées à la publicité et au matériel, tandis que d'autres travaillaient sur Google Assistant, l'un des premiers outils d'IA de l'entreprise. Des rumeurs laissent entendre que Google envisage de progressivement mettre de côté Google Assistant, le remplaçant éventuellement par un assistant d'IA plus sophistiqué.

De plus, un mémo interne divulgué suggère que Google envisage d'autres réductions d'effectifs, pouvant affecter environ 100 employés au sein du personnel de YouTube. Courtenay Mencini, porte-parole de Google, a déclaré que ces changements visent à accroître l'efficacité et à focaliser les efforts sur les priorités essentielles de l'entreprise. Le mois dernier, Google a lancé Gemini, qu'il présente comme son modèle de langage (ML) le plus puissant à ce jour. Certains analystes estiment qu'il est fort probable que l'entreprise cherche à rationaliser ses ressources à travers de nouveaux licenciements afin de les rediriger vers ses initiatives en matière d'IA.

Dans quelle mesure l'IA générative aura-t-elle un impact sur les effectifs de votre entreprise au cours des 12 prochains mois ?


Une autre tendance majeure est l'IA générative, perçue comme une technologie perturbatrice. Les PDG reconnaissent son adoption rapide et son potentiel de perturbation. Les impacts positifs à court terme incluent l'amélioration de la confiance des parties prenantes et de la qualité des produits. Cependant, des inquiétudes subsistent quant à ses effets sociétaux, tels que la réduction d'effectifs et les risques de cybersécurité. Les PDG soulignent la nécessité d'une gestion responsable de l'IA générative.

Enfin, les PDG identifient des obstacles à la réinvention, souvent sectoriels, tels que les problèmes d'infrastructure. Cependant, certains obstacles, tels que les processus bureaucratiques et l'inefficacité administrative, relèvent du contrôle direct des PDG. Ces inefficacités représentent une taxe auto-imposée importante sur la productivité mondiale, soulignant la nécessité d'une gestion plus efficace du temps et des ressources au sein des entreprises.

L'enquête mondiale sur les chefs d'entreprise de cette année, la 27e que nous menons, suggère que la grande majorité des entreprises ont déjà pris des mesures pour se réinventer. Pourtant, même si les chefs d'entreprise tentent d'apporter des changements significatifs aux modèles économiques de leurs sociétés, ils sont encore plus préoccupés par leur viabilité à long terme. Bien que les 4 702 chefs d'entreprise ayant répondu à l'enquête de cette année se soient montrés plus optimistes que l'année dernière quant à la croissance économique mondiale, 45 % d'entre eux ne sont toujours pas convaincus que leur entreprise survivra plus d'une décennie sur la voie actuelle. Parmi les autres résultats clés :

  • L'élan de réinvention s'intensifie. Les chefs d'entreprise s'attendent à ce que la pression exercée par la technologie, le changement climatique et presque toutes les autres mégatendances affectant les entreprises mondiales soit plus forte au cours des trois prochaines années qu'elle ne l'a été au cours des cinq années précédentes ;
  • Les chefs d'entreprise soucieux de leur survie, parmi les 45 % qui sont moins confiants dans la viabilité de leur entreprise, sont légèrement plus susceptibles que les autres chefs d'entreprise d'avoir pris des mesures visant à réinventer leur modèle d'entreprise. Les dirigeants de petites entreprises sont plus susceptibles que leurs homologues de grandes entreprises de sentir que la viabilité de leur entreprise est menacée ;
  • Les chefs d'entreprise perçoivent d'énormes inefficacités dans toute une série d'activités courantes de leur entreprise - depuis les réunions de prise de décision jusqu'aux courriels - et considèrent qu'environ 40 % du temps consacré à ces tâches est inefficace. Une estimation prudente du coût de cette inefficacité équivaudrait à une taxe auto-imposée de 10 000 milliards de dollars sur la productivité. L'IA générative, dont environ 60 % des chefs d'entreprise attendent des avantages en termes d'efficacité, pourrait contribuer à alléger certaines tâches routinières ;
  • Quatre chefs d'entreprise sur dix déclarent avoir accepté des taux de rendement minimum plus faibles pour les investissements respectueux du climat que pour les autres investissements - dans la majorité des cas, entre un et quatre points de pourcentage de moins. Il s'agit là d'une preuve évidente que certains chefs d'entreprise sont prêts à faire des compromis complexes lorsqu'ils s'efforcent de renforcer la durabilité de leur entreprise. ;
  • Par ailleurs, deux tiers des chefs d'entreprise font état d'une réaffectation des ressources (financières et humaines) de 20 % ou moins d'une année sur l'autre. Les liens entre la réaffectation, la réinvention et les performances financières suggèrent qu'une réaffectation plus agressive - jusqu'à un certain point - est nécessaire pour réussir.

Les enjeux sont élevés, mais la prise de conscience par les PDG de l'urgence du changement et de la nécessité d'obtenir des résultats durables pour les parties prenantes et la société l'est tout autant. Pour clarifier la nature du défi et les opportunités associées à une réorganisation significative de l'entreprise, nous avons organisé le rapport de cette année en neuf sections réparties en trois thèmes.

Bien que les PDG et autres dirigeants puissent contribuer considérablement à résoudre les inefficacités et surmonter les obstacles, ils ne peuvent pas tout faire seuls. Il est crucial d'aligner les dirigeants et les employés sur les priorités de changement et de créer une culture de confiance où les employés se sentent en sécurité pour proposer des améliorations. Commencez par identifier les divergences entre les perspectives des dirigeants et des travailleurs.

Par exemple, parmi les PDG dont les entreprises ont massivement adopté l'IA générative, 84 % estiment qu'elle augmentera l'efficacité du temps de travail des employés en 2024. Cependant, seulement 31 % des travailleurs interrogés dans l'enquête Global Workforce Hopes and Fears Survey 2023 de PwC s'attendent à ce que l'IA générative améliore leur productivité dans les cinq prochaines années. Pour instaurer la confiance, commencez par la transparence et encouragez la participation active des employés dans le processus de réinvention. Considérez des approches novatrices, telles que l'innovation dirigée par les citoyens, pour permettre aux employés d'acquérir et d'appliquer immédiatement de nouvelles compétences.

Identifiez vos actions les plus cruciales en axant vos efforts sur des initiatives significatives qui transformeront la manière dont vous créez, fournissez et captez de la valeur. Les données de l'enquête montrent une corrélation positive entre les marges bénéficiaires déclarées et des initiatives commerciales ayant un impact significatif sur les modèles d'entreprise, comme le développement technologique, les nouveaux modèles de tarification et les partenariats stratégiques.

Deux points clés émergent : la réaffectation flexible des ressources reste essentielle, avec des niveaux plus élevés de réaffectation annuelle associés à une réinvention plus importante et à des marges bénéficiaires plus élevées. De plus, il est crucial d'explorer les écosystèmes commerciaux, car les entreprises appartenant à des écosystèmes ont des avantages significatifs en termes de rapidité, de flexibilité, et d'innovation.

Clarifiez les liens avec la valeur en établissant des partenariats avec votre directeur financier sur la stratégie climatique. Les PDG doivent avoir une vision claire de la manière dont les transactions, projets ou investissements créent de la valeur, surtout face aux défis du changement climatique. Recalibrez les attentes en matière de priorités climatiques en tenant compte des opportunités et des risques. Particulièrement, clarifiez ces liens avec la valeur pour prendre des décisions difficiles, comme la réaffectation des ressources ou la redéfinition des partenaires de l'écosystème.

Gardez vos antennes ouvertes en restant attentif aux changements fondamentaux. Les PDG doivent être des gardiens vigilants de leur entreprise, conscients des menaces potentielles. Remettez en question les idées reçues, adaptez-vous rapidement et adoptez un leadership efficace. Élargissez vos équipes de direction, impliquez-les dans le changement et communiquez de manière transparente pour susciter l'adhésion. Les entreprises qui réussissent dans cette ère de réinvention permanente sont celles dont les dirigeants saisissent les opportunités uniques pour remodeler les organisations et prospérer dans la perturbation, transformant les aspirations en réalités.

L'impact de l'IA générative sur les compétences et l'emploi

L'analyse de la 27e enquête mondiale annuelle de PwC auprès des chefs d'entreprise met en lumière plusieurs points cruciaux pour l'avenir des entreprises, mais suscite également certaines interrogations.

D'abord, la constatation selon laquelle 45 % des PDG estiment que leur entreprise ne sera pas viable dans les dix prochaines années soulève des préoccupations importantes. Cela souligne une incertitude généralisée quant à la durabilité à long terme des modèles commerciaux actuels. La prise de conscience de cette fragilité doit inciter les entreprises à une introspection approfondie et à des actions décisives.

Selon une récente enquête menée par edX, une plateforme d'éducation en ligne, les dirigeants estiment que près de la moitié (49 %) des compétences présentes au sein de leur main-d'œuvre actuelle ne seront plus pertinentes d'ici 2025. De plus, ils considèrent que 47 % de leurs employés ne sont pas préparés pour l'avenir du travail.

L'enquête intitulée Navigating the workplace in the age of AI menée par edX vise à explorer comment l'accent mis sur les compétences en IA peut aider les cadres dirigeants à préparer l'avenir de leur entreprise, de leur main-d'œuvre et de leur propre carrière.

Dans tous les secteurs, l'évolution rapide des nouvelles technologies transforme le paysage professionnel, incitant les employés à acquérir de nouvelles compétences. Parmi celles-ci, les compétences liées à l'intelligence artificielle (IA) deviennent rapidement cruciales. Ces compétences en matière d'IA peuvent englober des compétences techniques (comme celles requises pour la programmation ou le développement de produits d'IA) ainsi que des compétences non techniques (comme celles nécessaires pour utiliser des outils d'IA générative). Il est estimé que le nombre d'offres d'emploi liées à l'IA générative a augmenté de plus de 450 % par rapport à l'année précédente.

Dans quelle mesure l'IA générative aura-t-elle un impact sur les effectifs de votre entreprise au cours des 12 prochains mois ?


La reconnaissance de l'IA générative par 60 % des chefs d'entreprise comme une solution potentielle pour augmenter l'efficacité est un point positif. Cependant, cela soulève la question de la préparation des entreprises à intégrer et gérer cette technologie de manière éthique et équitable. Il est crucial que les entreprises abordent les implications éthiques, juridiques et sociales de l'IA générative pour assurer son adoption responsable.

Le fait que 40 % des PDG soient prêts à accepter des rendements plus faibles pour des investissements respectueux du climat indique une prise de conscience croissante de l'importance de l'action climatique. Cependant, il est nécessaire de s'assurer que ces intentions se traduisent par des mesures tangibles et significatives, au-delà de simples déclarations d'intention.

Les préoccupations liées aux inefficacités opérationnelles et au coût de l'inaction soulignent la nécessité d'une gestion proactive des risques et d'une agilité organisationnelle accrue. La recommandation d'une réaffectation plus agressive des ressources est pertinente, mais son application pratique nécessitera une planification méticuleuse et une exécution efficace.

Le changement climatique est identifié comme la mégatendance la plus critique, mais le constat selon lequel les efforts actuels des entreprises sont jugés insuffisants souligne le besoin d'une intensification des actions. Les entreprises doivent adopter des stratégies plus audacieuses et concrètes pour contribuer de manière significative à atténuer les effets du changement climatique.

Enfin, la perception de l'IA générative comme une opportunité majeure, avec 70 % des PDG prévoyant des transformations importantes, reflète une attitude proactive envers l'innovation. Cependant, il est crucial de garantir que ces transformations intègrent des considérations éthiques, sociales et environnementales pour éviter des conséquences indésirables.

En résumé, la 27e enquête mondiale annuelle de PwC offre un aperçu précieux des préoccupations et des perspectives des chefs d'entreprise, mais souligne également la nécessité d'une action concrète, de l'intégrité dans l'adoption des technologies émergentes et d'une intensification des efforts face aux défis critiques tels que le changement climatique.

Source : PwC

Plus de 20 000 offres d'emploi de Développeur ou en Informatique

Et vous ?

Les résultats de l'enquête mondiale annuelle de PwC sont ils pertinents ?

Les résultats de l'enquête mondiale annuelle de PwC sont ils pertinents ?

Quelles sont selon vous, les raisons sous-jacentes qui motivent les chefs d'entreprise à envisager le remplacement des travailleurs humains par l'IA cette année ?

Quels secteurs ou industries sont les plus susceptibles d'adopter cette approche de remplacement des travailleurs par l'IA, et pourquoi ?

Voir aussi :

Les employeurs offrent un nouvel avantage aux travailleurs : des chatbots de bien-être qui s'appuient sur l'IA, pour tenir des conversations de type thérapeute ou établir des diagnostics

Les dirigeants estiment que près de la moitié des compétences des travailleurs d'aujourd'hui ne seront plus pertinentes dans deux ans suite à l'utilisation de l'IA, selon une enquête d'edX

« L'IA nous a obligés à le faire » : c'est la nouvelle raison invoquée par les Big Tech pour justifier les licenciements, ces derniers sont utilisés pour réaffecter les ressources aux projets d'IA

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de nirgal76
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/01/2024 à 14:13
Vivement que l'on puisse remplacer les chefs d'entreprise par des IA.
9  1 
Avatar de rsuinux
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 20/01/2024 à 20:45
Citation Envoyé par tmcuh Voir le message
du coup moins de charges social = plus de profit = plus d'impots = paiement des chomeurs sans problème ? Il va bien falloir occuper tout ces employés temporairement... il y a des milliers d'offres mais il faut des formations et qui payera pour celle-ci ?
Plus de profits?
Vous les cherchez ou les profits ?
Avec les achats des chômeurs ? Ah ben non, puisque qu'ils n'ont pas un rond, puisque l'entreprise ne paye plus de charge sociale non plus.
Et pas de formation puisque personne n'aura les moyens.
Je vois bien l'avenir pour mes enfants.
7  1 
Avatar de fodger
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 22/01/2024 à 10:37
Que le système s'emballe, que ça soit la grosse merde niveau maintenance etc.
Là ils vont bien chialer.
3  1 
Avatar de schlebe
Membre actif https://www.developpez.com
Le 26/01/2024 à 10:29
Tant qu'ils commencent par remplacer les personnes dont la charge salariale est la plus élevée et qui en font le moins possible (autrement dit "eux-mêmes"), ce n'est pas un problème.

Les sociétés ne pourront que s'en porter mieux.
3  1 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 29/01/2024 à 16:35
Autant je peux comprendre qu'avoir trop de gens fasse baisser le bénéfice, autant je ne comprends pas que ça puisse faire baisser le chiffre d'affaires (revenue, en anglais). Soit la traduction est approximative, soit on nous raconte des salades.

Sinon, ma boite vend l'IA comme une assistance (pour par exemple faciliter la saisie par un médecin d'un compte rendu, les gains sont spectaculaires), sur des métiers ou on peine à trouver des gens compétents (les médecins, les infirmières, etc...). Ca me parait plus sain, comme usage- mais on verra à la longue.
2  0 
Avatar de olsimare
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 02/02/2024 à 20:13
Ce monde devient vraiment de la merde...

L'IA n'a d'intelligent que le nom.

Il faudrait expliquer aux troupeaux qu'il s'agit de système statistique afin qu'ils comprennent bien que tous ce qui sort de la "normalité" (au sens loi normale) sera traité comme aberrant.

Mais bon, quand les IA feront des user stories, que d'autres développeront du code pour y répondre et que d'autre testeront pour qu'il soit utilisé par d'autres IA, on sera arrivé au bout du tunnel...
2  0 
Avatar de L33tige
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/01/2024 à 12:21
Citation Envoyé par tmcuh Voir le message
du coup moins de charges social = plus de profit = plus d'impots = paiement des chomeurs sans problème ? Il va bien falloir occuper tout ces employés temporairement... il y a des milliers d'offres mais il faut des formations et qui payera pour celle-ci ?
Plus de profit généralement ça permets de faire des magouilles fiscales, désolé mais plus t'as d'argent plus il est facile de ne pas en payer.

Ah oui et surtout oubliez pas de réarmer démographiquement le pays hein, ça donne envie.
2  1 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 30/01/2024 à 8:47
Citation Envoyé par Mat.M Voir le message
simple logique comptable d'entreprise: sur le chiffre d'affaire on en prend une partie pour verser les salaires.
En fait dans toute entreprise à but lucratif ce n'est pas l'entreprise qui verse les salaires mais indirectement les clients et les commandes.
Sauf si l'entreprise a contracté un emprunt pour augmenter les salaires. Mais ça c'est un autre sujet.
Il est évident pour moi que si une entreprise fait mettons 10 millions de chiffre d'affaires, la fiscalité payée, le coût d'exploitation payé, il faut verser les salaires.
Si il y a beaucoup de salariés et que l'entreprise a des charges l'entreprise aura une petite marge bénéficiaire
Justement, l'article parle de chiffre d'affaires (revenu), pas de bénéfice. Bien évidemment que le bénéfice baisse quand on recrute des gens, et si le revenu ne bouge pas (ce qui semble avoir été le cas). Mais dans ma compréhension, un salarié en plus ne fait pas fuir les clients. Le revenu stagne, les bénéfices chutent, pas l'inverse.

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
mais pourquoi ne pas vendre des cabines de téléconsultations par ia, les cas simple (la majorité des clients des médecins traitants) sont auto soigné par l'ia avec compte rendu et ordonnance généré automatiquement.
les rares cas sont envoyé a de vrai médecins ou directement à des spécialistes (pas besoin d'aller chez le médecin traitant avant).
Parceque le diagnostic et le compte-rendu (les parties qui marchent de mieux en mieux sous l'I.A. - et encore, le compte rendu, seulement si il est piloté par le médecin) ne sont pas les seuls éléments de travail du praticien, qui a aussi un rôle de coordination des soins et d'analyse. Donc il faut toujours un praticien. Par contre, on peut le concentrer sur les tâches ou il a une forte valeur ajoutée. L'I.A. comme assistant, pas comme décideur.
1  0 
Avatar de shenron666
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 26/01/2024 à 16:21
Comme toute enquête, le problème se situe majoritairement dans l'interprétation des résultats et de leurs agrégats.
0  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 29/01/2024 à 17:04
Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
Autant je peux comprendre qu'avoir trop de gens fasse baisser le bénéfice, autant je ne comprends pas que ça puisse faire baisser le chiffre d'affaires (revenue, en anglais). Soit la traduction est approximative, soit on nous raconte des salades.

Sinon, ma boite vend l'IA comme une assistance (pour par exemple faciliter la saisie par un médecin d'un compte rendu, les gains sont spectaculaires), sur des métiers ou on peine à trouver des gens compétents (les médecins, les infirmières, etc...). Ca me parait plus sain, comme usage- mais on verra à la longue.
mais pourquoi ne pas vendre des cabines de téléconsultations par ia, les cas simple (la majorité des clients des médecins traitants) sont auto soigné par l'ia avec compte rendu et ordonnance généré automatiquement.
les rares cas sont envoyé a de vrai médecins ou directement à des spécialistes (pas besoin d'aller chez le médecin traitant avant).

au lieu d'avoir besoins de 10 médecins traitant très cher payé par la sécu pour des rendez vous impossible car ils sont surbooké, on en aurait plus que de 4-5 avec des rendez vous rapides.
la téléconsultation a été très adoptés et les gens aiment bien, c'est plus rapide. Pourvoir me faire un chekup rapide après les courses à la sorti de leclerc me permeterais d’être moins souvent malade et de prévenir les maladies en avance. encore plus d'économie la aussi.

je pense aussi aux écoles ou un assistant ia pourrait aider les élèves de la primaire jusqu’à au lycée.
les profs seraient la pour donner le cours et les ia pour compenser les retards des plus en difficultés avec des explications personnalisé et adapté a la façon d'apprendre de chaque élèves.
pas d'économie possible ici car les profs ont déjà des classes de 30 élèves donc ça me semble compliqué de monter à plus.

par contre un prof absent pourrais être remplacé par un prof ia, c'est mieux que pas de remplacement.

on va néanmoins dans le bon sens, les réformes sur la santé nous permettent de plus en plus de nous passer des médecins pour aller voir les niveau en bas, des orthoptistes au lieu des ophtalmo, les pharmacies au lieux des médecins traitants...
c'est une bonne chose car un orthoptistes et parfaitement capable de faire un test de vue d'un ophtalmo et de renouveler la paire de lunette le tous pour.... pour 3 fois moins cher.
la pharmacie et capable de faire le vaccin pour la grippe et serais capable de faire des ordonnances pour les cas courants. Je connais quelqu'un qui a un traitement a vie en anticoagulant, avec les mêmes dosages. Il devrait pouvoir renouveler en pharmacie sont traitement plutôt que de payer la consultation chez le médecin qui va faire le papier et prendre en 15 minutes à l'arrache la tension et écoute du cœur.
je reste persuadé qu'une infirmière avec 10ans d'xp est tout aussi compétente qu'un jeune médecin payé 3 fois plus cher.

je n'ai rien contre les avocats et les médecins mais ils sont payé très cher et coute très cher dans mes impôts. Il est donc bon de faire appels a leurs services uniquement si c'est nécessaire et pas pour des petites grippes.
0  0