IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le travail à distance n'a vraisemblablement ni freiné ni stimulé la croissance de la productivité,
Selon une étude des économistes de la Fed de San Francisco

Le , par Mathis Lucas

8PARTAGES

8  0 
Une étude publiée récemment par la Fed de San Francisco (Federal Reserve Bank of San Francisco) remet en cause les nombreux rapports selon lesquels le passage au travail à distance a stimulé la croissance de la productivité des employés. Le rapport de l'étude souligne que les industries américaines qui s'adaptent mieux au travail à distance n'ont pas connu de baisse ou de hausse plus importante de la croissance de la productivité depuis 2020 que les secteurs qui s'adaptent moins bien. Par conséquent, les économistes de la Fed de San Francisco ont conclu que le télétravail ou le travail hybride n'a vraisemblablement ni freiné ni stimulé la croissance de la productivité.

L'une des conséquences durables de la pandémie de Covid-19 est une évolution notable vers le travail à distance et le travail hybride. Quatre années se sont écoulées depuis le début de cette expérience et l'on se pose la question de savoir si elle a eu un effet significatif sur le taux de croissance de la productivité mondiale. Dans le cas des États-Unis, la Fed de San Francisco a publié cette semaine un rapport qui présente les conclusions qu'elle a tirées en analysant les données relatives à la productivité de la main-d'œuvre américaine depuis 2020. Le constat est frappant : les économistes de la Fed de San Francisco n'ont trouvé aucune preuve de corrélation.

« Alors que le passage au travail à distance a remodelé la société d'une manière qui continuera d'évoluer, il y a peu de preuves dans les données de l'industrie que le passage au travail à distance et hybride a soit freiné de manière substantielle, soit stimulé le taux de croissance de la productivité », ont déclaré les économistes de la Fed de San Francisco dirigés par le macroéconomiste John Fernald. Dans le cadre de leur étude, les économistes de la Fed de San Francisco ont examiné les tendances de la productivité dans 43 industries - y compris la fabrication de produits chimiques, le commerce de détail et les services d'hébergement et de restauration.


Ils ont attribué un score de "télétravail" basé sur la composition professionnelle de chaque industrie et la part des emplois qui peuvent être effectués à distance. Le marché du travail américain a connu une augmentation massive du travail à distance et du travail hybride pendant la pandémie de Covid-19. À son apogée, plus de 60 % des journées de travail rémunérées étaient effectuées à distance, contre seulement 5 % avant la pandémie. En outre, certaines sources rapportent qu'environ 30 % des journées de travail rémunérées étaient encore effectuées à distance à la fin de 2023. Les analystes s'accordent à dire que le télétravail est là pour perdurer.

« Si le travail à distance stimule la productivité de manière substantielle, il devrait améliorer les performances en matière de productivité, en particulier dans les secteurs où le télétravail est facile à organiser et largement adopté, comme les services professionnels, par rapport à ceux où les tâches doivent être accomplies en personne, comme la restauration », notent les économistes de la Fed de San Francisco. Mais après avoir tenu compte des tendances sectorielles antérieures à la pandémie de Covid-19, les chercheurs n'ont trouvé que peu de liens statistiques entre croissance de la productivité et la prévalence du travail à distance depuis la pandémie.

« Après avoir contrôlé les tendances prépandémiques des taux de croissance de la productivité industrielle, nous n'avons trouvé que peu de relation statistique entre le télétravail et les performances de productivité en cas de pandémie. Nous en concluons qu'il est peu probable que le passage au travail à distance soit, à lui seul, un facteur majeur expliquant les différences de productivité entre les secteurs. Par extension, malgré les effets sociaux et culturels importants de l'augmentation du télétravail, il est peu probable que ce changement soit un facteur majeur expliquant les changements dans la productivité globale », affirment les chercheurs.

Ces deux dernières années, de nombreux rapports ont suggéré que le télétravail pouvait soit stimuler, soit nuire à la productivité globale de l'économie. Selon l'étude des chercheurs de la Fed de San Francisco, il est vrai que les statistiques relatives à la productivité globale ont été volatiles. En 2020, la croissance de la productivité aux États-Unis aurait fait un bond. Et les médias se sont alors montrés optimistes quant aux gains liés à l'innovation numérique forcée et aux avantages du télétravail en matière de productivité. Toutefois, cette poussée s'est arrêtée et la croissance de la productivité est revenue à peu près à sa tendance prépandémique.

Les économistes ont déclaré que cette tendance s'explique en grande partie par un effet cyclique prévisible du ralentissement et de la reprise de l'économie. Dans les données agrégées, il semble donc difficile de voir un effet cumulatif important - positif ou négatif - de la pandémie jusqu'à présent. Cependant, le rapport note qu'il est possible que les données globales masquent les effets du télétravail. Par exemple, des facteurs autres que le télétravail pourraient avoir affecté le rythme global de la croissance de la productivité. Selon les économistes américains, les enquêtes menées auprès des entreprises ont révélé des effets mitigés de la pandémie.


De nombreuses entreprises ont fait état de perturbations substantielles de la productivité. Selon l'étude, le télétravail peut affecter la production horaire de différentes manières. Par exemple, dans les enquêtes, de nombreux travailleurs affirment être plus productifs à distance. Cela dit, les économistes de la Fed de San Francisco ont déclaré que certains travailleurs peuvent être confrontés à davantage de perturbations, dont des demandes de garde d'enfants ou un équipement de qualité inférieure. De plus, le partage d'idées peut être plus difficile en ligne et les travailleurs peuvent avoir besoin de consacrer du temps à l'acquisition de nouvelles compétences.

« En somme, le passage au travail à distance et au travail hybride a remodelé la société de manière importante, et ces effets continueront probablement d'évoluer. Par exemple, la diminution du temps consacré aux trajets domicile-travail a conduit certaines personnes à quitter les villes, et les frontières entre le travail et la vie privée sont devenues plus floues. Malgré ces effets notables, nous ne trouvons dans cette étude que peu de preuves dans les données de l'industrie que le passage au travail à distance et au travail hybride a freiné ou stimulé de manière substantielle le taux de croissance de la productivité », conclut le rapport de la Fed de San Francisco.

Selon les économistes de la Fed de San Francisco, ces conclusions n'excluent pas la possibilité d'une évolution future de la croissance de la productivité due à la généralisation du travail à distance. L'environnement économique a changé à bien des égards pendant et depuis la pandémie, ce qui, selon les économistes, aurait pu masquer les effets à long terme du télétravail. L'innovation continue est la clé d'une croissance soutenue de la productivité.

« Le travail à distance pourrait favoriser l'innovation en réduisant les coûts de communication et en améliorant la répartition des talents entre les zones géographiques. Toutefois, le télétravail pourrait également freiner l'innovation en réduisant les interactions personnelles au bureau qui favorisent la génération et la diffusion d'idées. L'avenir du travail sera probablement un format hybride qui équilibrera les avantages et les limites du travail à distance », ont-ils ajouté.

Source : la Fed de San Francisco

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des conclusions de cette étude ? Les partagez-vous ?
Êtes-vous en télétravail ? Si oui, quels impacts le télétravail a-t-il eus sur votre productivité ?
Pensez-vous que le passage au travail à distance a stimulé la croissance de la productivité en France ?
Préférez-vous le télétravail ou le travail au bureau ? Quelles sont vos raisons ?

Voir aussi

Une étude affirme que le télétravail n'a pas fait gagner beaucoup de temps aux employés, mais qu'ils travaillent simplement plus, ils passent 40 % du temps économisé sur les navettes à travailler

Le télétravail semble être là pour rester et les employeurs n'en sont pas satisfaits, d'après la Federal Reserve Bank of New York, qui note une augmentation du nombre d'employés en télétravail

Le télétravail serait la nouvelle norme au Canada, les offres d'emploi de ce type ont été multipliées par cinq, préférez-vous le télétravail ou le travail au bureau ? Quelles sont vos raisons ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de shenron666
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 20/01/2024 à 21:31
L'important est d'avoir des règles avec une certaine souplesse.
Pas imposer le télétravail ou le présentiel, donner la possibilité aux employé.es éligibles sans trop de contraintes.

Je vois dans certaines boites qu'il faut poser 1 jour par semaine plusieurs jours voir semaines à l'avance
Dans d'autres boite, ce jour est écrit dans le marbre, impossible d'en changer durant l'année
Pour moi c'est contre productif d'imposer des règles aussi psycho-rigides faites plus pour dégouter le salariés et le dissuader.

Parmi les intérêts du télétravail que je constate de mon côté :
  • pouvoir s'isoler sans être dérangé et avancer dans des tâches qui demandent de la concentration
  • pouvoir suivre une formation à distance
  • ne pas avoir à poser une journée de congé juste pour pouvoir recevoir un colis qui impose sa présence (frigo, four, canapé)
  • ne pas avoir à poser une journée lorsque le chauffagiste vient faire l'entretien de la chaudière ou résoudre une panne
  • rester avec son enfant malade qui dort toute la journée

autre cas avec la neige qui est tombée ces derniers jours, pouvoir décider le matin que c'est plus safe de rester à la maison que de prendre la route
et bien d'autres cas encore...
2  1 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 22/01/2024 à 14:55
ca arrange bien ma boite en tous cas, elle a pu pas mal décentralisé et quitté paris.
L'immobilier et le salaire des parisiens ont un cout très importants. Un salaire entre paris et la province (grande ville comme lille, grenoble) c'est 20% d'économiser déjà.
pour l'immobilier ont est dans des proportions encore plus énorme.

et ca permet d'embaucher plus facilement des talents.
en cherchant dans toute la France plutôt que dans son quartier à paris offre plus de perspective. Son quartier car a moins d'un gap énorme de salaire (et encore), personne ne vas changer de boite si c'est pour traverser paris tous les matins et soirs.

paris c'est vaste, un ingénieur chez airbus au bourget ne va jamais démissioner pour rejoindre orange à chatillon.
1  0 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 22/01/2024 à 14:42
Citation Envoyé par shenron666 Voir le message
Dans d'autres boite, ce jour est écrit dans le marbre, impossible d'en changer durant l'année
Pour moi c'est contre productif d'imposer des règles aussi psycho-rigides faites plus pour dégouter le salariés et le dissuader.
C'est un peu obligé d'imposer un jour pour que l'équipe se rencontre.
Je me suis déjà retrouver au bureau tout seul de mon équipe et franchement, ça ne sert à rien : je ne vois personne et j'y ai une espace de travail moins confortable que chez moi...
0  0