IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Amazon bloque les promotions des employés qui ne respectent pas sa politique de retour au bureau,
Selon des documents ayant fait l'objet de fuite

Le , par Mathis Lucas

1PARTAGES

9  0 
Amazon durcit le ton face aux employés qui ne respectent toujours pas sa politique de retour au bureau annoncée en février. Des documents ayant fait l'objet de fuite révèlent qu'Amazon prendra des mesures sévères contre ces travailleurs : les employés qui refusent de se conformer à la politique de retour au bureau peuvent perdre leurs promotions. Les employés qui ne respectent pas les exigences en matière de présence au bureau devront obtenir l'approbation d'un vice-président pour obtenir la promotion proposée. Et pour finir, les responsables d'Amazon peuvent désormais licencier les employés qui continuent à refuser de se rendre au bureau au moins trois fois par semaine.

Les bureaux ont été désertés au plus fort de la pandémie de la Covid-19, ce qui a laissé place à une expérience "inédite" de télétravail dans le monde entier. Mais pour Amazon, la crise sanitaire est maintenant derrière nous et il est temps que les employés reprennent leurs vieilles habitudes de travail, notamment en retournant dans leur bureau. Le problème ? C'est qu'une bonne partie des employés ont adopté un certain nombre d'habitudes auxquelles ils ont désormais du mal à renoncer. Certains employés ont déménagé dans des lieux éloignés pendant la crise et d'autres se sont tout simplement épris du télétravail en raison de la flexibilité qu'il leur offre.

Amazon, qui a supprimé environ 27 000 emplois au cours des derniers mois, demande au reste de son personnel de retourner au bureau au moins trois fois par semaine. Mais l'entreprise a du mal à se faire entendre. En juillet, Amazon a demandé aux travailleurs qui ont démangé loin des bureaux pendant la pandémie de se rapprocher des campus ou de quitter l'entreprise. Le mois suivant, le PDG d'Amazon, Andy Jassy, a mis en garde les employés travaillant à domicile contre le risque de perdre leur emploi. Certains employés semblent avoir pris l'entreprise au mot et ont démissionné plutôt que de retourner au bureau et d'autres n'obtempèrent pas jusque-là.


Des documents qui ont fait l'objet de fuite ont révélé qu'Amazon a pris d'autres mesures le mois dernier pour obliger les employés à respecter sa politique de retour au bureau. Selon ces documents, Amazon a fait savoir à ses cadres que les employés destinés à être promus sont tenus de se conformer à la politique de retour au bureau de l'entreprise. Si ce n'est pas le cas, ils devront obtenir l'approbation d'un vice-président, ou leurs promotions seront bloquées. Les documents ont été cités dans un rapport publié cette semaine par Insider. Le rapport indique que les documents comprennent une annonce interne, un courriel et des messages Slack.

« Les managers s'approprient le processus de promotion, ce qui signifie qu'il est de leur responsabilité de soutenir votre croissance par des conversations régulières et des missions plus poussées, et de compléter tous les intrants requis pour une promotion. Si votre rôle est de travailler depuis le bureau 3 jours ou plus par semaine et que vous ne vous y conformez pas, votre responsable en sera informé et l'approbation du vice-président sera requise », indique l'annonce interne sur les promotions. Un document révèle qu'Amazon a bloqué la promotion d'un employé parce que la personne n'a pas respecté les exigences en matière d'assiduité au bureau.

« Si vous n'envisagez pas de promouvoir le constructeur, rejetez l'approbation et mettez à jour le trimestre de promotion proposé (PPQ) du constructeur », indique l'e-mail séparé. Amazon utilise le terme "constructeur" pour désigner les employés du secteur de l'ingénierie, en référence à une philosophie de Jeff Bezos selon laquelle les constructeurs sont les personnes qui mettent en œuvre les idées des rêveurs. Commentant la fuite de ces documents, un porte-parole d'Amazon a déclaré que le respect strict de la politique de retour au bureau établie par l'entreprise était l'un des nombreux facteurs pris en compte avant qu'un employé ne soit promu.

« Les promotions sont l'une des nombreuses façons dont nous soutenons la croissance et le développement des employés, et il y a une variété de facteurs que nous prenons en compte pour déterminer si un employé est prêt à passer à l'échelon supérieur. Comme toute entreprise, nous attendons des employés dont la candidature est retenue pour une promotion qu'ils respectent les lignes directrices et les politiques de l'entreprise », a déclaré le porte-parole. Il s'agit de la dernière modification apportée à la procédure de retour au bureau d'Amazon. Cette politique est controversée par les employées d'Amazon depuis qu'elle a été annoncée en février.

Dans les commentaires, les avis sont contre Amazon. Certaines personnes affirment qu'ils ont du mal à saisir le bien fondé des ordres de retour au bureau, car leurs emplois pouvaient s'exercer entièrement à distance. D'autres estiment que ces ordres sont le fait d'investisseurs de la Tech qui ont aussi des parts dans l'immobilier. « Je me demande quels investisseurs en immobilier d'entreprise (qui détiennent probablement aussi des parts considérables dans ces entreprises technologiques) tirent les ficelles », a écrit un critique. Un internaute se présentant comme un employé d'Amazon décrire les problèmes de la politique de l'entreprise :

  • de nombreuses personnes ont été embauchées virtuellement ou dans un bureau spécifique, ce qu'Amazon a ensuite annulé en imposant des centres d'équipe spécifiques ;
  • l'outil de suivi du retour au bureau ne tient pas compte des congés payés, des congés de maladie, du travail à distance lors d'une conférence ou dans un autre lieu ;
  • les cartes de stationnement sont parfois bloquées pendant 3 à 4 mois, sans remboursement des frais de stationnement quotidiens lorsque vous devez être au bureau ;
  • le retour au centre de l'équipe (relocalisation) n'a pas été communiqué aux employés lors de l'annonce du retour au bureau. Cela signifie que vous pouvez travailler dans un bureau local d'Amazon, qui n'est pas nécessairement le bureau du reste de votre équipe ;
  • de nombreuses équipes sont déjà dispersées géographiquement, de sorte que vous vous rendez au bureau pour participer à des appels vidéo toute la journée ;
  • la nature de l'architecture orientée services et des petites équipes signifie qu'il n'est pas anormal de travailler avec ces équipes à l'étranger. Le seul moment où l'on peut vraiment se synchroniser, c'est de toute façon tôt ou tard depuis chez soi.


Plus de 30 000 employés d'Amazon ont signé une pétition interne et d'autres ont débrayé au début de l'année pour s'y opposer. Ces employés ont fait valoir que certains d'entre eux avaient été embauchés comme travailleurs à distance pendant la pandémie et qu'ils considéraient le mandat d'Amazon comme un changement par rapport aux lignes directrices précédentes qui permettaient aux directeurs individuels de déterminer comment leurs équipes travaillaient. Le mois dernier, Amazon a fait savoir à ses responsables qu'ils avaient désormais la possibilité de licencier les employés qui refusaient de se conformer à la politique de retour au bureau.

Les personnes visées par une promotion sont invitées à s'entretenir d'abord avec leur supérieur hiérarchique pour discuter de leur non-respect de la politique. Une fois la promotion bloquée, les responsables peuvent licencier l'employé s'il continue à ne pas respecter ses obligations de présence au bureau. Les lignes directrices actualisées en matière de promotion énoncent également deux facteurs clés de la philosophie d'Amazon en matière de promotion. Un document de la fuite indique :

  • le rôle d'un employé doit pouvoir être exercé au niveau suivant. C'est ce que l'on appelle souvent l'étendue du rôle. Si le rôle ne peut pas évoluer avec le salarié (c'est-à-dire que le rôle n'existe pas au niveau suivant), il ne peut pas y avoir de promotion dans ce rôle ;
  • un employé doit constamment faire preuve de performances au niveau suivant. Il s'agit de préparer l'employé à réussir au niveau suivant parce qu'il a déjà prouvé qu'il était capable de faire le travail.


« Comme la plupart des processus chez Amazon, le processus de promotion est particulier, et le parcours vers la promotion est unique pour chaque employé », précise la note d'Amazon. Dans un message envoyé aux employés en août, Amazon a averti certains de ses employés de bureau basés aux États-Unis qu'il surveillait de près leur présence au travail. Cela souligne la détermination d'Amazon à faire respecter ses règles face à la réaction des employés à l'égard de cette politique et face à la tendance plus générale des entreprises à réduire le travail à distance. De nombreuses autres entreprises technologiques sont confrontées au même défi.

Et vous ?

Que pensez-vous de la politique de retour au bureau d'Amazon ?
Selon vous, pourquoi les employés d'Amazon sont-ils opposés à cette politique ?
Le blocage des promotions va-t-il obliger les employés d'Amazon à retourner au bureau ?
Que pensez-vous de ce type de travail hybride où il faut se rendre au bureau trois fois par semaine ?
Cela est-il avantageux pour les employés ? Accepteriez-vous de vous soumettre à cette politique ? Pourquoi ?

Voir aussi

Amazon voit certains de ses employés démissionner au lieu de déménager dans un nouvel État dans le cadre du mandat de relocalisation

« Déménagez près des hubs ou quittez l'entreprise » : Amazon crée la polémique avec sa politique de retour au bureau qui s'accompagne d'une clause de « démission volontaire » en cas de refus

Le PDG d'Amazon, Andy Jassy, met en garde les employés travaillant à domicile contre le risque de perdre leur emploi, Amazon a déjà supprimé plus de 27 000 emplois dans le monde cette année

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 16/01/2024 à 22:37
Citation Envoyé par AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ Voir le message
5 000 km de distance, quasiment du Pacifique à l'Atlantique, 2 heures de décalage horaire...
Austin, le Texas, ses fusils, ses rednecks...
Où est le problème ?
San Diego = une ville de l'état de Californie qui est un des états américains ayant les impôts et taxes les plus élevés des USA

Austin = une ville de l'état du Texas qui se caractérise pas l'absence complète de tout impôt ou taxe concernant les entreprises installées sur son sol

Où est le problème? Ben, il y en a plus... Apple a résolu le problème: Préserver son bénéfice

Quand à ses employés, ce n'est pas un problème, juste une gène passagère...
8  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 24/01/2024 à 7:41
C'est évident qu'une politique de télétravail adaptée avec des personnes consentantes c'est au moins aussi efficace qu'une politique sur site adaptée.
On y gagne alors en confort de vie et souvent en productivité.

Là où ça ne marche pas c'est quand on veux appliquer au télétravail les méthodes qu'on croyais efficace avant , du genre micro management , glorification du presenteisme, etc ...
On ajoute a ça des profils qui ont besoin de ce management (vous savez ce collègue qui branle plus rien dès que le chef est plus là) et c'est la recette de l'échec.

Je crois au 100% télétravail puisque je le pratique mais j'ai plus de mal a croire qu'une entreprise traditionnelle arrive à se transformer complètement sans douleurs
7  0 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 16/01/2024 à 17:08
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Apple aurait demandé à des dizaines d'employés de San Diego de déménager à Austin sous peine d'être licenciés, selon un rapport
2 000 km de distance, quasiment du Pacifique à l'Atlantique, 2 heures de décalage horaire...
Austin, le Texas, ses fusils, ses rednecks...
Où est le problème ?
5  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/01/2024 à 16:36
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
sérieux, vivez votre vie a fond, je voyage, je bouffe, j’investis, je profite de la vie quoi !
Je n'investis pas, d'après moi c'est comme jouer au Casino, c'est haram.
Enfin le seul investissement qui m'intéresserait ce serait d'acheter une maison, parce que ça fait chier de payer un loyer.
C'est mieux de rembourser le prêt de sa maison que de payer un loyer.

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Aux USA le marché de l'emploi est très dynamique, suffit de regarder le taux de chômage qui recule malgré ces grands licenciements.
Je viens de tomber sur un article qui dit que la situation n'est pas si rose que ça
Seulement 700 nouveaux emplois auraient été créés dans le secteur technologique en 2023 aux États-Unis contre 267 000 en 2022

Citation Envoyé par calvaire Voir le message
Dans le BTP malgré la crise, le carnet de commande de nombreux artisans et pleins pour plusieurs mois.
Bof.
Crise de l'immobilier : le bâtiment pense perdre 150.000 emplois en deux ans
Il y a de moins en moins de chantiers.

====
Et je n'invente pas le fait que des milliardaires construisent des bases autonomes durables au cas où il y aurait une crise économique.
Ils ont accès à des informations que nous n'avons pas.

2021 :
Le milliardaire Peter Thiel construit un palace en guise de bunker en Nouvelle Zélande
La mouvance survivaliste se prépare depuis des années à faire face à un effondrement de la société (guerre nucléaire, pandémie, krach financier). Les preppers sont souvent présentés dans les médias comme des blancs américains, d’extrême droite et armés jusqu’aux dents. Mais ceux de la Silicon Valley ne répondent pas toujours aux clichés puisque libéraux, urbains et accrocs à la technologie, très loin des stéréotypes du survivaliste.

Si devant les caméras de télévision les startupers de la Silicon Valley vendent les nouvelles technologies comme un progrès pour l’Humanité, dans la réalité, au moins certains d’entre eux voient ça d’un autre œil.

« ;Notre société s’apprête à vivre des changements économiques et technologiques spectaculaires et je ne pense pas que les gens le réalisent. Mais nous, oui, la Silicon Valley vit dans le futur. Avec l’automatisation et l’intelligence artificielle, presque la moitié des emplois américains n’existeront plus dans vingt, trente ans ;», déclarait à la BBC un haut cadre de Facebook.
Les banques se portent très mal.
L'économie se porte très mal, c'est la récession un peu partout.

Faillites : « Le chômage des entrepreneurs pourrait rejoindre son niveau de la dernière grave crise », selon la garantie sociale des chefs d’entreprise
Le nombre de créateurs d’entreprise ayant perdu leur emploi a bondi de plus de 36% au premier semestre. Les secteurs du bâtiment, ou du commerce de détail, paraissent particulièrement exposés. Raison de plus pour se protéger contre ce risque, comme l’indique Anthony Streicher, le président de l’association GSC, la Garantie sociale du chef d’entreprise, présent sur notre stand de LaREF 2023.
Tout le monde ressent bien que le pouvoir d'achat diminue.
2  0 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 15/11/2023 à 20:17
c'est leur droit. ca me choque pas
1  0 
Avatar de MattS32
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 17/01/2024 à 16:16
comme le dit calvaire, le marché de l'emploie reste tendu danbs beaucoup de profession, ces salariés devrait retrouver un boulot et mieux payé.
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 15/11/2023 à 20:58
Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Que pensez-vous de la politique de retour au bureau d'Amazon ?
C'est pratique parce qu'Amazon n'a pas à virer des employés, ils vont démissionner tout seul.
Donc il n'y aura pas d'article "18 000 licenciements chez Amazon".
En plus ça fait faire des économies parce que ça coute très cher de virer quelqu'un, les entreprises préfèrent les démissions.

Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Selon vous, pourquoi les employés d'Amazon sont-ils opposés à cette politique ?
Quand un employé de bureau aime le 100% télétravail, ça le fait chier de devoir se rendre au bureau 3 jours par semaine.
Certains ont été embauché en 100% télétravail dès le début :
Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
  • de nombreuses personnes ont été embauchées virtuellement ou dans un bureau spécifique, ce qu'Amazon a ensuite annulé en imposant des centres d'équipe spécifiques ;
Peut-être que certains ont déménagé parce que leur conjoint à trouver du travail très loin, et il n'y aucun bureau Amazon dans le coin.

Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Le blocage des promotions va-t-il obliger les employés d'Amazon à retourner au bureau ?
Ça dépend les priorités de chacun, si un employé de bureau est satisfait de son salaire et adore le 100% télétravail, il peut continuer en 100% télétravail.
Après ça dépend si le travailleur préfère Amazon ou le 100% télétravail.
Si il adore Amazon il va retourner au bureau au moins 3 jours par semaine, si il aime le 100% télétravail il va chercher un autre job.

Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Que pensez-vous de ce type de travail hybride où il faut se rendre au bureau trois fois par semaine ?
C'est toujours mieux qu'y aller 5 fois par semaine
Il y a plein d'employé de bureau qui rêvent d'avoir droit à 2 jours de télétravail par semaine.

Il y a des gens qui se tapent 1h30 de transport, 2 fois par jour, pour aller bosser.
Eux si tu leur donnes 1 jour de télétravail par semaine, ils sont super heureux
0  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/01/2024 à 8:42
Citation Envoyé par Bruno Voir le message
Quel est votre avis sur le sujet ?
Des grandes entreprises élaborent des stratégies afin de pousser leur employés à démissionner, parce que c'est moins cher que de les virer.
Il faut trouver des choses légales qui donnent envie aux employés de se barrer.

Peut-être que les grandes entreprises ont anticipé le fait qu'il y allait bientôt avoir une crise économique majeure (bien pire que 2008).
Si ça se trouve c'est pour ça que les milliardaires construisent des bunkers.
Il va peut-être il y avoir un krach financier en 2024 ou dans les années suivantes.
0  1 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 17/01/2024 à 9:14
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Des grandes entreprises élaborent des stratégies afin de pousser leur employés à démissionner, parce que c'est moins cher que de les virer.
Il faut trouver des choses légales qui donnent envie aux employés de se barrer.

Peut-être que les grandes entreprises ont anticipé le fait qu'il y allait bientôt avoir une crise économique majeure (bien pire que 2008).
Si ça se trouve c'est pour ça que les milliardaires construisent des bunkers.
Il va peut-être il y avoir un krach financier en 2024 ou dans les années suivantes.
Ça fait depuis que tu es inscrit (+ de 15ans) que tu parles de la fin du monde quasi 1 com sur 2.
Ça doit être facile tous les jours ta vie si t'es dépressif a ce point.

Ça me fait penser à ces jeunes qui sont eco anxieux et se pourrissent la vie au quotidien, ou qui partent en vacances a l'autre bout du monde en avion et qui après se sente coupable (mais continue de voyager)...
sérieux, vivez votre vie a fond, je voyage, je bouffe, j’investis, je profite de la vie quoi !

Voyageant beaucoup, je vois surtout cette mentalité de dépressif névrosé en Europe, ailleurs, en Asie par exemple, les gens profitent a fond ! En chine ou en thailande par exemple les habitants achètent des logements, achètent des voitures. Quand je vois qu'en France le rêve d'un français en 2024 c'est d’espérer une coloc et d'aller au boulot en vélo (même sous Mao c'était pas ca), de prendre des douches froide et pas trop longtemps, de ce chauffer à 17 degré max....

A Singapour par exemple quand je rentre dans un bureau ou un magasin, la température maximal c'est 18 degré max, la clim tourne a fond, ils s'en foute d'économiser l'énergie.
A Dubaï la mode en ce moment c'est de servir des cocktails avec des glaçons provenant du Groenland.

Aux USA le marché de l'emploi est très dynamique, suffit de regarder le taux de chômage qui recule malgré ces grands licenciements.
Comparer à 2020, le nombre d'employé dans la tech a explosé, un peu de dégraissage ne veux pas dire que c'est la crise, ces salariés trouveront un autre poste sans trop de grande difficultés.

Depuis 1 semaine je me fais harceler par les recruteurs sur linkedin pour des postes dans ma ville, en france ou à l'étranger. ca c'était calmé pendant noël mais ça repart. si demain je me fais virer, j'ai juste à traverser la rue pour trouver un autre boulot.
Dans le BTP malgré la crise, le carnet de commande de nombreux artisans et pleins pour plusieurs mois.

faut relativiser et pas toujours être dépressif.
4  5