IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Google : une employée enceinte de 8 mois licenciée après une évaluation positive de ses performances
Un ingénieur licencié après 16 ans dans l'entreprise sans message concernant cette décision

Le , par Stéphane le calme

0PARTAGES

20  0 
Une employée de Google, enceinte de huit mois, a déclaré que sa main n'arrêtait pas de trembler après avoir découvert qu'elle avait perdu son emploi lors des licenciements massifs annoncés vendredi chez Google. Katherine Wong a déclaré qu'elle travaillait comme responsable de programme chez Google depuis novembre 2021 et qu'elle partait en congé de maternité cette semaine.

Un ingénieur de Google licencié après plus de 16 ans et demi au sein de l'entreprise a déclaré dans un article sur LinkedIn que la grande enseigne de la technologie considérait le personnel comme « 100% jetable ». Justin Moore, directeur de l'ingénierie chez Google, était lui aussi l'une des 12 000 personnes touchées par les licenciements de Google la semaine dernière. Moore a écrit qu'il avait découvert qu'il avait été licencié via une désactivation automatique du compte à 3h00 du matin.

Il a précisé qu'il n'avait reçu aucune autre « information » ou « communication » concernant son licenciement. Et même s'il avait reçu un courriel, il n'a pas pu y accéder en raison de la désactivation. « Cela fait également comprendre que le travail n'est pas votre vie, et les employeurs – en particulier les grands sans visage comme Google – vous considèrent comme 100% jetable », a déclaré Moore.


Les chiffres des suppressions de postes sont tombés dans une récente note d’information de l’entreprise à l’intention du public : 12 000 emplois soit 6 % du nombre total de ses salariés. La raison : l’entreprise opère un réajustement par rapport à des investissements en période de pandémie de coronavirus. Sundar Pichai avait pris la décision de les augmenter de façon significative compte tenu de la croissance des revenus de l’entreprise. Le revirement laisse penser que le PDG de Google reconnaît s’être trompé sur sa prévision qui était de voir la tendance se poursuivre après la fin de la pandémie.

« Au cours des deux dernières années, nous avons connu des périodes de croissance spectaculaire. Pour accompagner et alimenter cette croissance, nous avons embauché pour une réalité économique différente de celle que nous connaissons aujourd'hui », écrit Pichai.

« Nous paierons les employés pendant toute la période de notification (minimum 60 jours). Nous offrirons également une indemnité de départ commençant par 16 semaines de salaire, plus deux semaines pour chaque année supplémentaire passée chez Google et nous accélérerons la mise à disposition d'au moins 4 mois de couverture santé. Nous verserons les primes au titre de l’année 2022. Nous offrirons 6 mois de soins de santé, des services de placement et une aide à l'immigration aux personnes concernées », indique le PDG au sujet du traitement des employés aux États-Unis. Les travailleurs des autres régions du monde seront pris en charge en fonction des lois et pratiques locales.

Google emboîte ainsi le pas à d’autres grandes entreprises technologiques. Le secteur de la technologie a connu un sérieux ralentissement ces derniers mois, après un pic de succès lorsque le monde s'est replié sur lui-même pendant la pandémie. Le ralentissement de l'économie mondiale, la hausse des taux d'intérêt et les luttes réglementaires ont poussé les entreprises technologiques, dont Alphabet et Amazon, à ralentir ou à arrêter leurs recrutements. Fin août 2022, Snap a licencié 1300 personnes et réduit ses investissements. Au début du mois de novembre 2022, Twitter a licencié la moitié de ses effectifs à la suite du rachat de l'entreprise par Elon Musk pour 44 milliards de dollars.

Microsoft a licencié environ 1000 employés dans plusieurs divisions en octobre de l’année dernière, puis a procédé au licenciement de 10 000 personnes, soit 5% de ses effectifs mondiaux. L'équipe derrière AltSpaceVR ainsi que l'équipe Mixed Reality Tool Kit ont été licenciées dans leur intégralité. AltSpaceVR était l'une des principales plates-formes sociales de réalité virtuelle, avec l'acquisition de la société par Microsoft en 2017, mais elle est maintenant prête à être fermée en mars et semble enterrer les ambitions métavers de Microsoft. Microsoft Mesh va apparemment prendre sa place, mais il reste à voir à quel point l'entreprise est engagée dans le concept de métavers. Quoi qu'il en soit, ces licenciements jettent de sérieux doutes sur l'avenir d'HoloLens, qui peine actuellement à conserver son contrat militaire avec le gouvernement américain.


Une employée enceinte de 8 mois licenciée après une évaluation positive de ses performances

La responsable du programme, Katherine Wong, a noté dans un article détaillé sur LinkedIn qu'elle avait été licenciée même après une « évaluation positive des performances ». Ci-dessous, un extrait de sa publication sur linkedIn

#Googlelayoffs alors que je suis à 8 mois de grossesse et à seulement une semaine de mon congé maternité

C'était merveilleux de savoir que je suis à une semaine près de voir mon bébé après avoir terminé un document de transfert complet avant de prendre congé en tant que gestionnaire de programme. Cependant, au moment où j'ai vérifié mon téléphone, mon cœur s'est serré. Je fais partie des 12 000 personnes touchées.

La première pensée qui m'est venue à l'esprit a été « Pourquoi moi ? Pourquoi maintenant ? » C'était difficile à traiter et à digérer, en particulier les nouvelles qui venaient après une évaluation positive des performances. En tant que PgM, mon premier réflexe a été de faire un plan, mais c'est clairement l'un des projets les plus difficiles que j'aie jamais gérés, car le timing est vraiment mauvais. Il m'est presque impossible de chercher un emploi alors que je suis enceinte de 34 semaines et que je suis sur le point de partir en congé de maternité pendant des mois.

Les textos et les appels ont afflué toute la journée. Les gens s'inquiètent pour mon bébé et mon bien-être. Je n'ai pas laissé mes émotions négatives prendre le dessus, car j'ai un petit à l'intérieur dont il fallait s'occuper, mais je ne pouvais pas contrôler mes mains tremblantes. C'est un sentiment si mitigé. J'adore #Google et particulièrement mon équipe, #GoogleDomains, car je sens que nous sommes une famille. Je suis reconnaissant que mon équipe me soutienne encore aujourd'hui. Je me sens fier de travailler dans une équipe qui ressemble à une start-up et qui est l'une des rares à générer une croissance commerciale positive en ces temps difficiles.

Je veux pouvoir être ouverte au travail. Mais la réalité est que je dois me concentrer sur la dernière partie de mon parcours de grossesse et m'assurer que mon bébé arrive au monde sain et sauf. Je sais que tout ira bien et je ferai de mon mieux pour y parvenir. Merci pour tout le soutien et pour avoir pris des nouvelles. J'apprécie toujours les opportunités et la croissance que j'ai eues pendant mon séjour chez Google. J'espère que notre chemin se croisera à nouveau les gens de Domains*!

Toujours ouverte à la conversation sur le travail et restez avide d'opportunités.

#techlayoffs #layoffs2023 #licenciements

« Du personnel 100% jetable », estime Justin Moore, affecté par les licenciements chez Google

Donc, après plus de 16,5 ans chez Google, il semble que j'ai été licencié via une désactivation automatique du compte à 3 heures du matin ce matin comme l'un des 12 000 chanceux. Je n'ai aucune autre information, car je n'ai reçu aucune des autres communications que le site Web passe-partout "you've been let go" [ndlr. vous avez été libéré] (auquel je ne peux plus accéder maintenant) m'a dit que j'ai reçu.

Ce furent 16 années (en grande partie) merveilleuses, et je suis vraiment fier du travail que moi et mes équipes avons accompli au fil des ans. J'ai pu travailler avec des gens formidables et vraiment aider beaucoup de nos utilisateurs à travers le monde dans le domaine de l'éducation civique et des élections. J'ai eu une chance incroyable.

Cela fait également comprendre que le travail n'est pas votre vie, et les employeurs - en particulier les grands sans visage comme Google - vous considèrent comme 100% jetable. Vivez la vie, pas le travail.

L'une des citations préférées de mon père pour des moments comme celui-ci était tirée de la Ballade de Sir Andrew Barton :

« Je vais m'allonger et saigner un moment,
Et puis je me lèverai et me battrai à nouveau ».

Des suppressions d'emploi qui ont affecté tout le monde

Vendredi, Sundar Pichai, le PDG de la société mère de Google, Alphabet, a envoyé un e-mail au personnel disant que Google licenciait environ 12 000 employés, soit environ 6 % de ses effectifs mondiaux. Pichai a déclaré qu'il assumait « l'entière responsabilité des décisions qui nous ont conduits ici ».

Il a ajouté que les personnes étaient « licenciées dans toutes les équipes d'Alphabet, indépendamment des domaines de produits, des fonctions, des niveaux et des régions ».

Les licenciements ont touché les travailleurs de toute l'entreprise, y compris certains avec des salaires à sept chiffres, ceux avec des évaluations de performance positives et certains occupant des postes de direction, a rapporté The Information.

Les responsables de Google ont déclaré au média que certains de ceux qui avaient perdu leur emploi gagnaient entre 500 000 et 1 million de dollars par an.

Sources : billet Katherine Wong, billet Justin Moore

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi :

Mark Zuckerberg a laissé entendre que Meta pourrait développer un système d'exploitation pour son métavers et s'attend à ce que le métavers génère des centaines de milliards de revenus d'ici 2030
Microsoft aurait licencié des employés dans le cadre d'un ajustement structurel, de nouvelles embauches seraient prévues
Microsoft s'associe à Meta pour amener Teams, Office, Windows et Xbox à la réalité virtuelle. Un partenariat surprenant puisque les entreprises étaient en concurrence dans le domaine du métavers
Avec Mesh for Microsoft Teams, Microsoft voudrait rendre la collaboration dans le métavers amusante. L'entreprise voudrait apporter des espaces de travail 3D aux télétravailleurs en 2022

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 24/01/2023 à 9:07
Une entreprise qui licencie quand elle va mal c'est normal. Mais je suis a peut près certains que les chiffres de Google en 2023 montreront qu'il auraient laaaaaargement pu s'offrir les services de ces 12 000 personnes.
Mais bon ca serait dommage que les actionnaires touche moins de dividendes à la fin de l'année

C'est triste de voir ces boites qui se veulent "best place to work" en facade te dégager comme une merde , simplement en désactivant ton compte , même pas un petit : merci au revoir. Certes quand t'a 12k personnes à virer tu peux pas prendre tout le monde par la main jusqu'à la sortie, mais un process un minimum humain ca semble pas incroyable non plus
9  0 
Avatar de faradiel
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 25/01/2023 à 15:39
C'est quand même plutôt sympa qu'un noble milliardaire balance un "conseil" chiffré sur l'avenir de personnes, sans connaitre le vrai travail de ces salariés et leur apport à l'entreprise. Réduire la vie des personnes à des coûts est inacceptable, cette recherche perpétuelle d'une haute rentabilité détruit tout les apports à la communauté qui devrait être la fonction première d'une entreprise et non pas sa rentabilité.
9  0 
Avatar de Matthieu_26
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 23/01/2023 à 22:22
Bienvenue dans le capitalisme v2.
Dans la V3, on planifie le remplacement des humains par une IA... La boucle est bouclée 😁
5  0 
Avatar de jefresi
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 25/01/2023 à 19:33
Mais il a raison ce capitaliste !
Il veut du profit, que du profit !
Les usines, les entreprises, les boites, c'est encombrant et ça ne rapporte rien !
Les humains ? C'est quoi ça ?
Et les droits de l'homme (sans s), c'est lui et personne d'autre.
Il a raison, non ?
5  0 
Avatar de totozor
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 24/01/2023 à 8:02
Mon avis est peut être cruel mais welcome in the real world.

Mon expérience professionnelle m'a rendu assez cynique sur la question :
Premier emploi : viré le dernier jour de ma période d'essai
Deuxième emploi : "démissionné" après un travail de sape de 3 mois, bilan malhonnête de ma mission précédente, plusieurs entretiens par semaine obligatoires qui ne mènent à rien (parce que prétentieux ou pas assez sur de moi) ou a des missions qui remplissent les critères que je ne veux absolument pas etc.
Pendant mon deuxième emploi j'ai observé une chose quasi mécanique : Ton "espérance de vie" tombe à 3 mois à partir du moment où tu te crois irremplaçable et tu seras remplacé en 1 mois maximum.

J'ai vécu une mission en tant que chef d'équipe où on me disais chaque semaine que la mission se faisait à perte, que le risque était assumé parce qu'elle répondait à un nouveau modèle mais que c'était pas une raison suffisante.
Mon successeur était au débriefing de la mission : On a toujours été au moins 10% au dessus de l'objectif que s'étaient fixés les managers, à la fin le projet était dans les 10% les plus rentable de l'entreprise.
Quand j'ai quitté la mission, ils ont nié les bons résultats que je présenté, ils ont nié l'effet positif que j'avais eu sur le projet et ont méthodiquement démonté tout ce que j'ai fait.
Ils m'ont poussé au burn out, burn out que j'ai évité de peu et grâce à mon entourage.

Aujourd'hui je ne me fais pas de film, si ma boite a besoin de licencier je ne serais probablement pas dans la première vague (parce que je suis le gars qu'on appelle quand on a un problème et que je suis bien utile) et si on ne le propose pas un nouveau poste à ce moment je serais dans la deuxième. Et je n'en voudrais pas à celui qui viendra me l'annoncer parce que welcome in the real world.
Le monde du travail est injuste, c'est une triste réalité, quand ça ne devient plus acceptable il faut changer de travail et réinitialiser l'injustice qui regrandira.
C'est inacceptable mais c'est le monde du travail.
4  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/01/2023 à 16:12
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Et vous ?

Que pensez-vous de ces propos ?
Ça me fait penser à Audiard... "Les c*** ça ose tout, c'est comme ça qu'on les reconnait" !

Franchement ce mec est l'exemple type de ceux que représente Macron !
4  0 
Avatar de GLDavid
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 24/01/2023 à 8:16
Citation Envoyé par totozor Voir le message
Mon avis est peut être cruel mais welcome in the real world.

...

Aujourd'hui je ne me fais pas de film, si ma boite a besoin de licencier je ne serais probablement pas dans la première vague (parce que je suis le gars qu'on appelle quand on a un problème et que je suis bien utile) et si on ne le propose pas un nouveau poste à ce moment je serais dans la deuxième. Et je n'en voudrais pas à celui qui viendra me l'annoncer parce que welcome in the real world.
Le monde du travail est injuste, c'est une triste réalité, quand ça ne devient plus acceptable il faut changer de travail et réinitialiser l'injustice qui regrandira.
C'est inacceptable mais c'est le monde du travail.
Bonjour

Je ne peux que confirmer tes dires. Je suis manager mais je sais que je ne serais jamais éternel dans mon taf, quand bien même de mon utilité reconnue et de mes retours clients positifs.
Je me souviens de mon précédent travail dans une boîte, excuses-moi totozor, belge: j'ai été recruté soi-disant comme 3ème de la liste car les 2 premiers ont refusé, on m'a laissé comme fusible sur un site français tellement mon équipe en Belgique était mal vue, et le plus beau: j'ai été promu de "business analyst" au poste de ... "business analyst".
Comme tu le dis, avec tant d'injustices, notre meilleur arme est d'aller voir ailleurs. Bien sûr, le cycle recommence mais, je réponds que c'est à nous aussi de tirer les marrons du feu et d'être opportuniste.
Bien que les entreprises s'en défendent, il n'y a plus de culture d'entreprise. Quand tu sais que tu peux te faire jeter du jour au lendemain, il n'y a que les carrieristes de carnaval pour encore faire de la lèche et des coups de poignards dans le dos.
Je soutiens que bien que nous soyons une variable d'ajustement, c'est à nous de nous prendre en main et d'en retirer un bénéfice, financier et/ou personnel. Après tout, c'est pas ça justement le libéralisme ?

@++
2  0 
Avatar de walfrat
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 25/01/2023 à 16:00
C'est quand même plutôt sympa qu'un noble milliardaire balance un "conseil" chiffré sur l'avenir de personnes, sans connaitre le vrai travail de ces salariés et leur apport à l'entreprise. Réduire la vie des personnes à des coûts est inacceptable, cette recherche perpétuelle d'une haute rentabilité détruit tout les apports à la communauté qui devrait être la fonction première d'une entreprise et non pas sa rentabilité.
Faut pas oublier qu'on vit dans un monde où la concurrence est légalement obligatoire. Et que 80% des gens au moins, regardent plus le prix qu'autre chose (sauf celui de l'Apple tiens ), donc ceux qui tirent les prix vers le bas en grattant sur les employés, gagnent la plupart du temps. Donc faut pas s'étonner que des personnes soient réduit à des coûts.

Il semblerait que les grandes entreprises aient anticipé quelque chose, ce n'est probablement pas une coïncidence si elles virent toutes du monde en même temps.
Que ces actualités vous servent de leçon, votre entreprise n'est pas votre amie, ni votre famille, vous êtes tous remplaçable, vous pouvez tous vous faire virer.
Elles ont pas vraiment anticipé, elles subissent plutôt le dégonflement de la bulle tech il me semble.
1  0 
Avatar de Darkzinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 25/01/2023 à 16:08
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
6% de la main-d'œuvre de Google c'est négligeable.
Qu'est ce que tu en sais ? 6% servent à rien selon toi ?
1  0 
Avatar de phil995511
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 26/01/2023 à 9:06
Encore un arriviste à la noix à qui on devrait remettre les idées en place...
1  0