IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Voici comment Apple refuse de dire quel était le titre du poste d'un employé pour l'empêcher de trouver un autre job
En insérant la mention générique « associate » à son curriculum vitae

Le , par Patrick Ruiz

128PARTAGES

13  0 
Il est possible que chaque employé qui quitte le navire Apple voie son curriculum vitae modifié dans la base de données de l’entreprise de sorte que le titre de son poste cède la place au titre générique « associate ». Conséquence : ces contenus en ligne sur lesquels s’appuient d’autres firmes pour le recrutement deviennent inutiles. En effet, le titre du poste cède sa place à un autre plus générique. Quelle explication apporter à des pratiques de ce genre au sein d’un géant technologique comme Apple ? Le cas de certains anciens lanceurs d’alerte en son sein jette un brin de lumière.

Apple voulait que Cher Scarlett garde le silence sur son départ de la société et sur des détails de son activité au sein de l’entreprise en tant que lanceur d’alerte. Elle en a dit beaucoup plus dans une plainte déposée auprès de la SEC, documentant les déclarations fausses et trompeuses d'Apple.


Décision de départ pour un nouvel emploi, accord de non-divulgation rompu, menaces d’Apple : Cher Scarlett s’exprime

L'été dernier, j'ai dénoncé Apple auprès du gouvernement fédéral pour avoir signalé à plusieurs reprises que des travailleurs avaient reçu l'ordre de ne pas discuter de leur salaire et de ne pas participer aux enquêtes volontaires de transparence salariale menées par les employés.
J'ai également créé une plateforme pour permettre aux travailleurs de raconter les histoires qui s'accumulaient dans ma boîte de réception sur leurs expériences au sein de l'entreprise. Je me suis retrouvée sans emploi, sans le sou, avec des frais d'avocat et des factures médicales dues au fait que je n'étais pas assurée.

Je demande une aide financière pour payer 21 979,57 $ d'honoraires d'avocats à Levy Ratner et 5 515,60 $ pour l'hôpital Evergreen et les services d'urgence Evergreen, ainsi que les frais de 2,9 % que GoFundMe perçoit, soit un total de 28 314 $.

Il y a également 70 000 dollars d'honoraires d'avocat pour un avocat précédent, mais pour l'instant, ils ne tentent pas de les récupérer auprès de moi, et s'en prennent plutôt directement à Apple.

Je n'ai pas besoin de fonds supplémentaires pour d'autres dépenses à l'heure actuelle, grâce aux aimables dons des gens pendant les vacances qui couvriront mes factures et ma nourriture jusqu'à ce que je commence mon nouvel emploi à but non lucratif à la Seattle Cancer Care Alliance en février.

J'ai commencé ma carrière en 2007 en tant que toxicomane en voie de guérison et mère célibataire vivant dans la pauvreté et ayant abandonné l'école secondaire, mais j'ai fini par décrocher ce que je pensais être un emploi de rêve chez Apple en 2020, en pleine pandémie de COVID-19. Apple, à mes yeux, était le seul endroit de la Big Tech où je pouvais aller et me sentir bien dans l'entreprise pour laquelle je travaillais... Je pensais qu'il s'agissait de l'exception aux problèmes d'éthique, de démantèlement syndical et de culture d'entreprise qui intimide et réduit au silence de manière coercitive les employés qui s'élèvent contre les injustices. J'avais tort.

J'ai quitté l'entreprise juste avant l'édition 2021 de la Thanksgiving sans avoir trouvé d'autre emploi. J'étais parvenu à un accord avec eux après des mois de lutte pour une poignée de choses, notamment en exigeant qu'ils répondent aux allégations de la plainte que j'avais déposée auprès du National Labor Relations Board concernant la fermeture des enquêtes salariales menées par les employés et le découragement des discussions sur la rémunération. La société a accepté de publier un avis à l'échelle de l'entreprise sous la forme d'une tuile sur le site de United States people affirmant les droits légalement protégés des employés à discuter de la rémunération et des autres conditions de travail en interne et en externe, ce qui était le maximum que nous pouvions espérer de la NLRB, et pouvait éviter que ceux qui m'ont fourni des preuves et des témoignages aient à choisir de s'exprimer sous serment devant l'agence fédérale. Cet avis n'a été affiché que pendant la semaine de Thanksgiving, qui est bien sûr une semaine de congés payés pour l'ensemble de l'entreprise, ce qui, bien que techniquement conforme, puisqu'il n'y avait pas de délai requis pour l'afficher, a certainement violé l'esprit de l'accord.

Au cours de ma lutte pour l'obtention de la lettre d'affirmation, on m'a d'abord proposé un accord de séparation qui supprimait mes droits de parler et de m'organiser avec d'autres employés d'Apple, et pire encore, qui exigeait de moi la liste des témoins. Bien entendu, je n'ai pas obtempéré. Cela s'est produit après qu'ils m'aient demandé d'arrêter de parler d'eux publiquement le jour même où j'ai demandé un congé médical pour un épisode de trouble bipolaire extrêmement dangereux - un épisode qui a été déclenché par l'environnement de travail hostile - une demande pour laquelle ils m'ont récompensé avec des congés payés que je n'avais pas gagnés. Quelques jours plus tard, ils ont déclaré à la SEC et aux actionnaires qu'ils n'avaient pas besoin d'un audit sur leur utilisation des clauses de confidentialité parce qu'ils ne les utilisent pas pour faire taire les employés qui subissent ou sont témoins d'une conduite illégale. J'ai envoyé l'accord qu'ils m'ont envoyé, ainsi qu'une chronologie de ce que je les ai vus faire au cours des 6 mois précédents. Je l'ai également envoyé de manière confidentielle à un partenaire de Nia Impact Capital, et encore à un journaliste qui en avait une poignée d'autres qu'il pouvait utiliser pour écrire un article réfutant les déclarations d'Apple sans être démasqué. Des circonstances malheureuses ont empêché la publication de cet article, et personne n'a accepté de révéler son accord de confidentialité à un quelconque média.

L'accord que j'avais conclu me donnait droit à une année d'assurance maladie et d'indemnités de départ, réparties entre moi et mes avocats, en échange de la renonciation à mes droits personnels envers la société. J'en ai reçu un quart et j'ai du prendre une décision. Laisser Apple partir libre ou en prendre une autre pour les travailleurs et renoncer à ma chance de rembourser mes plus de 100 000 dollars de dette de pauvreté et de commencer à construire un fonds de retraite ? J'ai remis l'accord à Business Insider, Reuters et Forbes, de manière officielle, afin que les actionnaires disposent des données nécessaires pour prendre une décision éclairée. J'ai également révélé que j'étais la source de Nia. Je savais qu'Apple considérerait cela comme une violation et retiendrait les paiements restants, y compris ce qui serait dû à mes avocats. Je me sentais chanceux d'avoir reçu quoi que ce soit pour m'aider à obtenir mon prochain emploi. Je suis triste de ne pas avoir pu atteindre mon objectif initial, qui était d'être enfin dans le vert, mais pour moi, ce n'était pas un choix. La vérité doit être dite, et même si j'ai désespérément besoin d'argent, je ne suis pas une personne dont l'intégrité est à vendre. Aucun montant n'est suffisant.

Apple, comme je m'y attendais, a envoyé une lettre à mon avocat m'informant qu'elle ne paierait pas le reste de mon indemnité de licenciement, qu'elle paierait les avocats, qu'elle couvrirait mon assurance santé et, de plus, elle m'a fait savoir qu'elle me poursuivrait en justice si je continuais à violer l'accord. Je venais d'être testée positive au COVID la semaine précédente (oui, je suis vaccinée !), ce qui nous avait exilées, ma fille et moi, des réunions de famille pour les fêtes, j'étais accablée par le harcèlement et la diffamation, je luttais pour trouver un emploi correspondant aux attentes qui n'était pas effrayé par ce que j'avais fait chez Apple, et maintenant, Apple menaçait de me poursuivre en justice. J'avais mal à la tête, au corps, au cœur... tout me faisait mal. J'ai acheté un Percocet à un sympathique pharmacien de rue pour soulager ma douleur, mais il s'est avéré qu'il contenait du Fentanyl, vraisemblablement en grande quantité, car j'ai fait une overdose. J'ai eu la chance d'avoir un spray nasal Narcan, qui est un bloqueur d'opioïdes, dans la voiture au cas où nous verrions quelqu'un faire une overdose lorsque nous faisons du travail communautaire pour les sans-abri. Cela m'a sauvé la vie, ainsi que 8 minutes de réanimation cardio-pulmonaire, un répartiteur 911, plusieurs premiers intervenants et une nuit aux urgences.

Apple passe à la vitesse supérieure avec l’introduction de la mention « associate » dans son CV

« Peu de temps après avoir lancé cette campagne, on m'a proposé un emploi à la Seattle Cancer Care Alliance, qui devait commencer dès le 24 janvier 2021.

Ma date d'entrée en fonction a été repoussée au 1er février 2021, après que j'ai échoué à une vérification de routine des antécédents parce qu'Apple avait indiqué que mon titre de poste était "Associate".

L'offre a été annulée par la suite, après que le temps a manqué pour vérifier que je n'avais pas menti sur ce que je faisais chez Apple, en raison de la fusion prochaine de SCCA avec The Hutch.

Je passe des entretiens. Je fais des petits boulots. Je l'ai signalé aux autorités compétentes. Apple m'a coûté 10 000 $ de perte de salaire à laquelle je n'étais pas du tout préparé », ajoute-t-elle.

Source : Cher Scarlett

Et vous ?

Que vous inspire le cas Cher Scarlett face au géant technologique Apple ?
La nécessité de masquer des détails de son fonctionnement interne peut-il justifier qu'une entreprise pose de tels actes ?

Voir aussi :

Apple suspend un fournisseur pour avoir utilisé le travail illégal d'étudiants en Chine, en violation du code de conduite des fournisseurs du fabricant d'iPhone
Apple et Foxconn auraient enfreint le droit du travail en Chine pour fabriquer les nouveaux iPhone qui doivent sortir bientôt, rapporte China Labor Watch dans son récent rapport
Apple, Foxconn, et 81 autres grandes marques sont impliquées dans le travail forcé des Ouïghours en Chine, d'après une ONG
Chine : une entreprise d'assemblage d'iPhone impose des conditions draconiennes à ses ouvriers, pour pouvoir atteindre les objectifs fixés par Apple

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de cranshow
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 20/02/2022 à 0:52
Comment dans un pays aussi libre et respectueuse des individus que les USA, une entreprise peut-elle se permettre de tels agissements ?
Toute l ironie de la question ne réside t elle pas dans le fait que cette question contient la réponse ?
Les USA un pays Libre et respectueux des individus ? Le patriot act (entre autre) et les pratiques quotidiennes de la NSA en témoignent
2  0 
Avatar de vivid
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 17/03/2022 à 12:05
La liberté a sa statue là bas, en Amérique, c'est là bas qu'elle est enterrée la liberté.
2  0 
Avatar de TotoParis
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 14/02/2022 à 16:33
Comment dans un pays aussi libre et respectueuse des individus que les USA, une entreprise peut-elle se permettre de tels agissements ? Peut-être qu'avec une capitalisation boursière de 3 000 milliards de $, elle peut en effet se le permettre.
A lire et relire, sur Apple :
https://www.20minutes.fr/monde/30399...iers-ouighours
https://www.iphon.fr/post/votre-ipho...laves-modernes
https://www.lefigaro.fr/flash-eco/20...sine-apple.php
1  0 
Avatar de Jules34
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 25/02/2022 à 9:11
Citation Envoyé par cranshow Voir le message
Comment dans un pays aussi libre et respectueuse des individus que les USA, une entreprise peut-elle se permettre de tels agissements ?
Toute l ironie de la question ne réside t elle pas dans le fait que cette question contient la réponse ?
Les USA un pays Libre et respectueux des individus ? Le patriot act (entre autre) et les pratiques quotidiennes de la NSA en témoignent
Je vois pas non plus comment un pays qui juge les enfants comme des adultes, prononce des centaines d'années de prison pour tout et n'importe quoi, autorise les violeurs et les pédophiles à payer des millions de dollars en clause de confidentialité envers leurs victimes et rejette en bloc les syndicats est un pays libre et respectueux des individus? Avoir le droit de se teindre les cheveux en violet et d'être ultra cringe n'est pas un privilège.
1  0