IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Tesla a surveillé ses employés sur Facebook avec l'aide d'une entreprise de relations publiques lors de la poussée syndicale de 2017

Le , par Stéphane le calme

8PARTAGES

8  0 
Des factures et d'autres documents montrent que Tesla a payé MWW PR pour surveiller un groupe Facebook d'employés de Tesla et pour mener des recherches spécifiquement sur les organisateurs sur les réseaux sociaux en 2017 et 2018. Deux choses que MWW PR surveillait de près pour Tesla étaient des discussions sur les réseaux sociaux alléguant des pratiques de travail déloyales chez Tesla, et des discussions relatives à un procès pour harcèlement sexuel, selon les documents décrivant leur travail. Les employés actuels et anciens de Tesla ont déclaré qu'ils pensaient que l'entreprise surveillait toujours les travailleurs sur les réseaux sociaux et ont partagé des copies de la politique de communication actuelle de l'entreprise.

En 2017 et 2018, alors que certains travailleurs cherchaient à former un syndicat à l'usine Tesla de Fremont, en Californie, la société de véhicules électriques d'Elon Musk payait un cabinet de conseil, MWW PR, pour surveiller les employés d'un groupe Facebook et plus largement sur les réseaux sociaux, selon des factures et autres documents examinés par les médias.

Deux choses que MWW PR a surveillées de près étaient des discussions alléguant des pratiques de travail déloyales chez Tesla et une poursuite pour harcèlement sexuel, selon les documents décrivant leur travail.

Bien que les enregistrements confirmant la surveillance des employés en ligne par Tesla remontent à des années, ils revêtent une nouvelle pertinence pour les observateurs cherchant à mieux comprendre les priorités du PDG Elon Musk en matière de médias sociaux.

Musk a récemment conclu un accord de 44 milliards de dollars pour acheter Twitter, le réseau social sur lequel il s'appuie depuis des années pour promouvoir ses entreprises et se moquer ou critiquer les ennemis perçus, notamment les vendeurs à découvert, les dénonciateurs, l'UAW, les journalistes et les élus du parti démocrate. Il devrait devenir PDG par intérim de Twitter si l'accord est conclu.

Les dossiers montrent que Tesla a payé MWW PR pour surveiller un groupe Facebook d'employés de Tesla, surveiller Facebook plus largement à la recherche de commentaires sur les efforts de syndicalisation et pour mener des recherches spécifiquement sur les organisateurs, en développant des plans de communication du travail, des listes de médias et des présentations en fonction de leur reconnaissance.

Un directeur mondial des communications pour Tesla à l'époque, Dave Arnold, avait des liens avec la société de relations publiques et de conseil que le constructeur automobile avait embauchée pour faire ce travail. Il a été employé chez MWW pendant environ 4 ans de 2011 à 2015 en tant que vice-président, après un passage en tant que directeur des communications pour l'ancien représentant Anthony Weiner (D-N.Y.) selon un communiqué de presse de MWW annonçant son embauche où il est notamment écrit :

« MWW Group, l'un des dix plus grands cabinets de relations publiques indépendants au monde, a annoncé aujourd'hui que Dave Arnold a rejoint le cabinet en tant que vice-président. Arnold a récemment occupé le poste de directeur des communications pour l'ancien représentant Anthony Weiner (D-NY), supervisant la sensibilisation des médias, la messagerie stratégique et la gestion des problèmes du membre du Congrès.

« Arnold apporte plusieurs années d'expérience de haut niveau en communication politique et en relation avec les médias à MWW Group. De la réforme nationale des soins de santé aux récentes batailles budgétaires au Congrès, Arnold a aidé à promouvoir de manière agressive les nombreuses priorités législatives et politiques de Weiner dans les médias locaux, nationaux et internationaux, et a contribué à sa transition d'un politicien connu localement à l'un des membres les plus en vue de Congrès, avant la démission de Weiner plus tôt cette année.

« Dans son nouveau rôle, Arnold conseillera les clients de MWW Group dans une gamme de secteurs verticaux sur l'utilisation stratégique des relations avec les médias. Il se concentrera en particulier sur les pratiques primées de communication d'entreprise et d'affaires publiques de MWW Group, qui offrent toutes deux une expertise et une connaissance approfondies de l'industrie, soutenues par certaines des relations médiatiques et politiques les plus solides de l'industrie. Arnold sera basé au bureau de la société à New York.

« Avant de servir dans le bureau du représentant Weiner, Arnold a travaillé dans le bureau de presse de l'ancien conseiller municipal de New York Eric N. Gioia lors de la candidature du conseiller municipal en 2009 pour la fonction de défenseur public. Avant de s'impliquer dans la politique de la ville de New York, Arnold a écrit pour la page d'opinion du Wisconsin State Journal, où ses chroniques se concentraient sur les questions politiques et de jeunesse ».

Tesla et Elon Musk ont affronté les partisans des syndicats pendant des années. En 2017, Tesla a licencié un militant syndical nommé Richard Ortiz et en 2018, Musk a tweeté un commentaire qui aurait enfreint les lois fédérales du travail. Le Conseil national des relations du travail a ordonné à Tesla de réintégrer Ortiz et de faire supprimer par Musk son tweet, qui, selon eux, menaçait l'indemnisation des travailleurs. Tesla a fait appel de la décision du tribunal administratif et son tweet demeure.


Musk a critiqué de nombreux élus démocrates, dont le président Joe Biden, pour leurs opinions prosyndicales. Il a récemment déclaré qu'il prévoyait de voter républicain lors des prochaines élections parce que « le Parti démocrate est trop contrôlé par les syndicats » et les avocats du recours collectif. Les usines de Tesla au Texas et en Californie n'ont jamais organisé d'élections syndicales.

Un porte-parole de MWW PR a déclaré : « MWW a fourni des consultations à Tesla en 2017-2018 sur un large engagement de communication avec les employés pendant une période de croissance rapide de la société. C'est une pratique courante d'examiner la couverture médiatique et la conversation sociale publique sur une entreprise pour mieux comprendre les problèmes et les perceptions des parties prenantes à propos de la marque ».

« Écoute sociale » contre surveillance

Selon John Villasenor, professeur à UCLA (Université de Californie à Los Angeles) et membre du Brookings Institute, dont les recherches portent sur l'impact de la technologie sur la société, le droit et les politiques publiques, il existe des raisons justifiables pour lesquelles les entreprises surveillent ce que leurs employés publient publiquement en ligne.

Il a dit : « Supposons que vous ayez un employé qui se connecte en ligne et émet publiquement toutes sortes de déclarations racistes. On pourrait dire qu'il serait dans l'intérêt d'une entreprise de le savoir. Si une personne dit des choses qui impliquent directement son aptitude à être un employé, vous voudriez le savoir et vous ne pouvez pas simplement dire que ce n'est pas notre affaire ».

Surtout, a noté Villasenor, il existe également des lignes éthiques claires à ne pas franchir lorsqu'il s'agit d'accéder aux profils et aux publications des employés sur les réseaux sociaux.

Jennifer M. Grygiel, professeure agrégée à l'Université de Syracuse dont les recherches portent sur la propagande et les médias sociaux, a déclaré que les entreprises devraient s'abstenir de toute action qui interfère avec les droits des travailleurs, en particulier leurs droits de discuter, à former ou à adhérer à un syndicat.

« Toute organisation peut s'engager dans une "écoute sociale", en utilisant des données de médias sociaux accessibles au public pour obtenir des informations sur le développement de produits, ou pour comprendre les électeurs, le public et le sentiment des employés et plus encore », a reconnu Grygiel. « Mais il y a des lois aux États-Unis qui protègent les droits des gens à se syndiquer. Si vous êtes une entreprise de relations publiques ou un manager et que vous infiltrez un groupe semi-privé, c'est malhonnête. Et je doute que Tesla envoie une entreprise de relations publiques pour déterminer comment soutenir les travailleurs impliqués dans les efforts de syndicalisation ».

Trois personnes qui étaient des employés de Tesla à Fremont en 2018 ont déclaré qu'ils avaient été avertis par des collègues de ne pas être « amis » avec leurs patrons sur les réseaux sociaux, et de ne pas rejoindre des groupes d'employés de Tesla sur les réseaux sociaux, à moins qu'ils ne connaissent chaque personne du groupe, y compris l'administrateur le dirigeant, et avaient leur mot à dire sur qui serait invité à se joindre. Deux autres personnes qui travaillent pour l'entreprise aujourd'hui ont déclaré que les employés supposaient que Tesla surveillait de près leurs publications sur les réseaux sociaux.

En interne, les employés discutent dans un certain nombre de groupes, notamment sur Mattermost (un produit de chat open source) et Teams (la plateforme de visioconférence de Microsoft), mais Tesla n'utilise pas Workplace de Facebook et ne l'a pas fait en 2018, ont déclaré ces personnes.

La politique de communication actuelle de Tesla stipule que les managers ne doivent pas accéder aux pages de leurs subordonnés sur les réseaux sociaux à moins qu'il n'y ait une raison commerciale distincte pour laquelle ils doivent le faire. La politique décourage également les employés de s'exprimer en ligne sur les problèmes de travail et met en garde :

« Vous êtes plus susceptible de résoudre les problèmes liés au travail en parlant directement avec vos collègues, votre superviseur ou d'autres membres du personnel de direction, ou en contactant votre partenaire des ressources humaines ou en accédant à la ligne d'intégrité de Tesla, qu'en publiant des problèmes sur Internet ».

Les employés actuels et anciens qui ont parlé aux médias de l'utilisation des réseaux sociaux par Tesla ont demandé à rester anonymes, car ils n'avaient pas été autorisés à parler à la presse ou avaient signé des accords de non-divulgation leur interdisant de faire des déclarations publiques critiques à propos de Tesla.

communiqué de presse de MWW annonçant l'embauche de l'ancien représentant Anthony Weiner

Et vous ?

Êtes-vous surpris de voir une entreprise employer un cabinet pour espionner ce que disent (ou se disent) les employés ?
En avez-vous déjà été témoin ou connaissez-vous des travailleurs qui l'ont subi ?
Partagez-vous l'avis du professeur John Villasenor qui estime qu'il existe des raisons justifiables pour lesquelles les entreprises surveillent ce que leurs employés publient publiquement en ligne ? Dans quelle mesure ?

Voir aussi :

Tesla et Elon Musk ont enfreint la loi dans un différend syndical-patronal, estime un juge de la Californie, mais l'entreprise peut encore faire appel
Tesla et son PDG Elon Musk sanctionnés par les autorités fédérales pour leurs actions antisyndicales « illégales » à l'usine de Fremont, Musk est sommé de supprimer un tweet menaçant
Elon Musk confirme l'authenticité d'un courrier en interne dans lequel il déclare que le télétravail n'est plus admissible à Tesla, alors que les employés sur la formule ne veulent plus du bureau

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de TotoParis
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 06/06/2022 à 13:16
Elon Musk, ce grand démocrate, devrait racheter aussi Facebook...
3  0