IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Elon Musk confirme l'authenticité d'un courrier en interne dans lequel il déclare que le télétravail n'est plus admissible à Tesla
Alors que les employés sur la formule ne veulent plus du bureau

Le , par Patrick Ruiz

0PARTAGES

14  1 
Elon Musk vient d’afficher un positionnement rude envers ses employés lancés sur la formule télétravail. Le CEO de Tesla confirme un courriel interne à l’endroit de ses employés dans lequel il déclare que le travail à distance n’est plus admissible sauf pour des cas particuliers. La nouvelle arrive dans un contexte où de grosses entreprises comme Apple avec une position rigide en matière de télétravail font face à des mouvements d’humeur de leurs employés et même à des démissions.

Dans un courriel en interne qui a fait l’objet de fuite le CEO de Tesla déclare que « le travail à distance n’est plus admissible » et que les employés « doivent passer un minimum de 40 heures par semaine au bureau. »


Interrogé sur le dit contenu il en a confirmé l’authenticité en affirmant que « les employés qui ne s’aligneront pas peuvent déjà penser à aller chercher du travail ailleurs. » Elon Musk évoque sa présence permanente dans les usines de Tesla (à laquelle il attribue la survie de l’entreprise) comme justificatif à son positionnement.


La situation n’est pas sans faire penser au cas Apple quand on sait que l’entreprise a également une position dure vis-à-vis du travail à distance. Apple applique sa nouvelle politique de travail hybride depuis le 23 mai : trois jours de travail obligatoires au bureau et deux jours de travail depuis le domicile, entrecoupés par un jour au bureau, soit un total de 4 semaines de travail à distance maximum sur une année. Au cours du mois d’avril 2022, l’on en était au stade de commentaires faisant état de ce que les employés du géant technologique américain sont remontés contre cette approche. En mai, c’est dans une lettre ouverte aux dirigeants de l’entreprise qu’ils l’ont fait savoir :

« Chère équipe de direction,

Nous avons une longue relation avec Apple. En fait, avant même de passer des années, parfois des décennies, à travailler chez Apple, beaucoup d'entre nous étaient des clients fidèles d'Apple. Nous avons grandi avec Apple, nous avons parlé d'Apple à nos amis et à nos familles, nous avons rêvé de rejoindre un jour Apple. Puis, un jour, nous l'avons fait. Apple a grandi à travers nous. Comme vous, beaucoup d'entre nous étaient présents lors de l'expérience de mort imminente d'Apple. Nous sommes toujours là, maintenant qu'Apple est l'entreprise la plus précieuse du monde. Aujourd'hui, grâce à votre leadership et à nos idées, nous continuons à servir tous nos clients et à essayer de surprendre et d'enchanter les gens avec nos produits. Mais notre vision de l'avenir du travail s'éloigne de plus en plus de celle de l'équipe dirigeante.

Nous avons voulu consigner certaines de nos réflexions sur le retour au bureau afin que vous puissiez mieux comprendre pourquoi nous ne croyons pas au projet pilote de travail hybride. Vous avez caractérisé la décision concernant le projet pilote de travail hybride comme étant une combinaison du "besoin de communier en personne" et de la valeur du travail flexible. Mais en réalité, il ne reconnaît pas le travail flexible et est uniquement motivé par la peur. Peur de l'avenir du travail, peur de l'autonomie des travailleurs, peur de perdre le contrôle.

Le tableau se présente dans un contexte où des employés sont prêts à poser leurs démissions si leur entreprise ne leur offre pas de flexibilité conséquente en matière de travail à distance. Des vagues de démission sont à prévoir pour certains employés d’Apple. À l’échelle mondiale, 64 % d’un échantillon de 32 000 travailleurs disséminés dans divers pays envisagent de démissionner si on leur demande de retourner au bureau à temps plein. 52 % des employés au sein cet échantillon mondial envisagent d’accepter une baisse de salaire pour éviter de retourner au bureau à temps plein.


Ce sondage fait suite à celui de GoodHire qui révèle que les travailleurs des États-Unis seraient prêts à renoncer à beaucoup de choses pour demeurer sur la formule travail à distance. De l'enquête de GoodHire, il ressort que plus des deux tiers (68 %) choisiraient le travail à distance plutôt que le travail dans un bureau. 61 % des personnes interrogées ont déclaré qu'elles seraient prêtes à accepter une baisse de salaire en échange de la possibilité de travailler à domicile de façon permanente. Certains ont même suggéré qu'ils sacrifieraient jusqu'à 50 % de leur salaire actuel pour le faire. Néanmoins, le lot le plus important s’est positionné pour une baisse de salaire maximale de 10 %.

Les salaires ne sont pas la seule chose à laquelle les employés sont prêts à renoncer en échange du travail à distance. 70 % des personnes interrogées ont déclaré qu'elles renonceraient à des avantages tels qu'une assurance maladie, dentaire ou visuelle, des congés payés, des abonnements à des salles de sport, etc.


45 % des participants à l'enquête ont déclaré qu'ils quitteraient immédiatement leur emploi ou commenceraient à chercher un nouvel emploi à distance s'ils étaient contraints par leur employeur à retourner au bureau à plein temps.


Grosso modo, les participants au sondage ont fait montre d’une envie de demeurer en télétravail de façon permanente ou au moins sur l’approche mixte après la pandémie.

Et vous ?

Que pensez-vous de ces tendances ? Sont-elles cohérentes avec la réalité dont vous êtes au fait ?
Êtes-vous en télétravail ? Accepteriez-vous une diminution de votre salaire pour y rester après la pandémie ? Que pensez-vous de l’approche travail à distance de façon générale ?

Voir aussi :

Microsoft autorise ses employés à travailler à domicile, alors que la nouvelle épidémie de coronavirus continue de se propager dans les pays du monde entier
En Chine, le coronavirus force la plus grande expérience de travail à domicile au monde, le télétravail semble être la seule solution dont disposent les entreprises
Coronavirus : après avoir recommandé le travail à domicile, Twitter demande à ses employés de travailler chez eux. Une mesure adoptée par les grandes enseignes de la tech comme Google
La crise du coronavirus : un afflux massif vers le travail à domicile crée une opportunité pour les pirates informatiques, selon des experts en cybersécurité

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 04/06/2022 à 14:27
Elon Musk annonce que Tesla a suspendu toutes les embauches dans le monde et doit réduire le personnel de 10%,
ce qui représente près de mille employés

Le directeur général de Tesla, Elon Musk, a déclaré qu'il avait un « super mauvais pressentiment » à propos de l'économie et que le constructeur de voitures électriques devait réduire ses effectifs d'environ 10%, selon un courriel interne. Le courriel, intitulé « suspendre toutes les embauches dans le monde », a été envoyé aux dirigeants de Tesla jeudi. Tesla a déclaré dans un dossier qu'elle comptait 99 290 employés dans le monde.

Une chose à noter est que les licenciements généralisés ne sont pas une pratique inhabituelle pour Musk et Tesla. Il s'est séparé de centaines de travailleurs en octobre 2017, 9% du personnel en juin 2018 et environ 7% en janvier 2019, puis réduit les salaires et licencié des employés en avril 2020. Il n'y a pas de détails dans le rapport sur les départements qui pourraient être plus ou moins impacté. Pourtant, Musk a récemment envoyé un e-mail à l'échelle de l'entreprise affirmant que, pour les travailleurs qui ne se sont pas présentés au bureau (à moins qu'il ne soit autorisé à continuer à travailler à domicile), « nous supposerons que vous avez démissionné ».

D'un autre côté, la demande d'Elon Musk que le personnel de Tesla arrête le télétravail et retourne au bureau a été ignorée jeudi par le plus grand syndicat allemand. Le directeur général de Tesla s'est lancé dans le débat sur l'avenir du travail en disant au personnel du constructeur de voitures électriques qu'ils doivent retourner au bureau pendant au moins 40 heures par semaine ou quitter l'entreprise.

Le syndicat IG Metall de Berlin-Brandebourg-Sachsen, où se trouve l'usine de Tesla, a déclaré qu'il soutiendrait tout employé qui s'opposerait à l'ultimatum de Musk. Tesla emploie environ 4 000 personnes en Allemagne et prévoit de porter ses effectifs à 12 000.

« Quiconque n'est pas d'accord avec de telles revendications unilatérales et veut s'y opposer a le pouvoir des syndicats derrière lui en Allemagne, conformément à la loi », a déclaré Birgit Dietze, chef de district d'IG Metall à Berlin-Brandebourg-Sachsen.

Les employés de l'usine de Tesla à Gruenheide, en Allemagne, ont élu 19 personnes à son premier conseil d'entreprise en février, distinguant l'usine des autres gérées par le constructeur automobile aux États-Unis et ailleurs sans représentation syndicale, auxquelles Musk a farouchement résisté.

Certains des travailleurs font partie d'IG Metall qui représente les travailleurs des entreprises automobiles et d'autres secteurs industriels.

En Allemagne, il n'existe actuellement aucune loi consacrant le droit de travailler à domicile, mais le ministère du Travail se penche sur des politiques qui augmenteraient la flexibilité pour les travailleurs. De nombreux grands employeurs, y compris les constructeurs automobiles, ont déjà adopté des modèles de travail hybrides à la suite de la pandémie de coronavirus qui a obligé les entreprises à envoyer du personnel à la maison pour travailler.

« Nous avons une vision fondamentalement différente de la création d'un environnement de travail attrayant et défendons l'autonomisation et la responsabilité personnelle de nos équipes afin d'équilibrer le rapport entre le travail mobile et le travail en personne », a déclaré Gunnar Kilian, membre du conseil d'administration de Volkswagen responsable des ressources humaines.

Les constructeurs automobiles de luxe BMW et Mercedes-Benz ont fait écho à ce point de vue lorsqu'ils ont été interrogés sur l'ultimatum de Musk.

« Le travail hybride est le modèle de travail du futur... différentes formes sont possibles, de la présence complète au travail principalement à distance », a déclaré un porte-parole de Mercedes-Benz.

Musk, qui a contribué à faire passer le secteur automobile traditionnel à un avenir entièrement électrique, devenant au passage l'homme le plus riche du monde, a eu des mots durs pour les entreprises qui n'exigent pas que le personnel soit de retour au bureau à plein temps : « Certaines entreprises n'en ont bien sûr pas besoin, mais à quand remonte la dernière fois qu'elles ont livré un nouveau produit formidable*? Ça fait un moment », a écrit Musk dans un courriel.

Cette directive de retour en présentiel arrive dans un contexte où l'accord de Musk pour acheter Twitter progresse apparemment, mais sans inclure les prêts sur marge contractés contre les actions que Musk détient dans Tesla.

La demande de voitures électriques dépasse encore largement la production et Tesla en a profité : dans un contexte de crise de la chaîne d'approvisionnement et des retards de production en Chine, Tesla a indiqué avoir réalisé un bénéfice de 3,3 milliards de dollars au premier trimestre 2022. Tesla a mieux traversé la crise de la chaîne d'approvisionnement mondiale que ses rivaux, affichant des livraisons et des bénéfices records pendant plusieurs trimestres. La société a pu éviter les mêmes types de tracasseries auxquelles les autres constructeurs automobiles mondiaux font face en achetant différentes puces et logiciels de réécriture à la volée.

Tesla a dû faire face à des fermetures dans sa giga-usine chinoise en raison des blocages de COVID-19. L'analyste de Wedbush Securities, Daniel Ives, a suggéré que les fermetures en Chine auront un impact négatif sur les chiffres de livraison de Tesla ce mois-ci, et la réduction des coûts semble logique dans le contexte.


Outre le ralentissement des finances de Musk et l'attention produite par l'accord Twitter, l'inflation ou toute autre chose qui pourrait affecter ses perspectives, il y a aussi le crash de « l'hiver crypto ». La « crypto-monnaie préférée » de Musk, Dogecoin, a vu sa valeur chuter de près de 60% au cours des six derniers mois, tandis que Bitcoin, où Tesla a investi 1,5 milliard de dollars au début de 2021, est également en baisse. Dans son dernier rapport annuel, Tesla a déclaré que « la juste valeur marchande de nos avoirs en bitcoins au 31 décembre 2021 était de 1,99 milliard de dollars ». À l'époque, la valeur du Bitcoin était de 46 224,39 $, et au moment d'écrire ces lignes, Coinbase rapporte que le prix est de 29 591,20 $, soit une baisse d'environ 35 %.


Sources : Reuters, Squawk CNBC

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?
13  0 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre actif https://www.developpez.com
Le 01/06/2022 à 17:28
Citation Envoyé par Astraya Voir le message
Les temps changent, comme celui de la fin du télétravail. Faut arrêter de penser que c'est un acquis et que c'est normal.
C'est un résidu de la gestion de Covid.
Les seules que j'entends gueuler pour avoir du télétravail sont ceux qui en ont le moins besoin.
Malheureusement tu colportes de mauvaises informations. Ça fait des années que la question du télétravail est une demande des salariés, bien avant la covid. Il se trouve que ça a accéléré les choses pas mal partout mais c'était là avant et ça va rester après.
Depuis au moins 10 ans. quand je négocie pour une nouvelle job, je pose mes conditions pour avoir des jours de télétravail et c'est accepter pas mal partout.
13  2 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre actif https://www.developpez.com
Le 01/06/2022 à 17:54
Citation Envoyé par Astraya Voir le message
Les meilleurs éléments ne sont pas ceux qui partent pour avoir du télétravail... Il faut revenir les pieds sur terre.
Es-tu resté sur le principe désuet que ceux que l'on ne voit pas, ne travaillent pas ?
9  1 
Avatar de smarties
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 01/06/2022 à 20:36
Quand tu as une femme dans le milieu médical, tu es bien content d'avoir du télétravail pour gagner du temps sur les trajets le soir pour aller chercher les enfants.

Il n'y a pas si longtemps que ça, il y a eu des grèves et révoltes pour avoir un rythme de vie équilibré : 8h de travail, 8h de sommeil et 8h de temps pour soi... avec les trajets, j'ai plus l'impression que l'on consacre 9-10h par jour pour le travail.
Je n'ai pas les chiffres mais j'entends fréquemment des gens qui ont fait ou connaissent des gens qui font des dépressions voire des burn-out. Je constate qu'il y a quand même un souci dans le monde du travail.
6  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 03/06/2022 à 20:15
Elon Musk estime que même les cadres supérieurs de Tesla doivent retourner travailler en présentiel
« Tout le monde est un travailleur. Il ne devrait pas y avoir de système à deux vitesses »

Lorsque Scott Farquhar, PDG d'Atlassian, a tweeté que l'exigence de 40 heures de travail en présentiel que Musk a évoqué ressemblait à quelque chose des années 1950, un autre utilisateur de Twitter a défendu l'ultimatum de Musk, soulignant que le travail à distance n'était pas possible dans l'usine de Tesla. La culture de travail de Tesla ne fait pas de distinction entre les emplois de cols bleus et de cols blancs, a écrit l'utilisateur de Twitter.

Il ne devrait pas y avoir de système de classes ouvriers contre cadres, a convenu Elon Musk en répondant au tweet. « Tout le monde mange la même nourriture, utilise les mêmes toilettes, etc. - pas de chef exécutif ou d'autres trucs de tour d'ivoire », a déclaré le directeur général de Tesla à propos de la culture de travail de son entreprise. « Il ne devrait pas y avoir ce système à deux classes travailleurs contre direction. Tout le monde est un travailleur », a-t-il ajouté.


Ce raisonnement correspond à ce que Musk a dit aux dirigeants de Tesla dans deux e-mails à l'échelle de l'entreprise envoyés mardi soir. Après avoir informé les employés de Tesla que le travail à distance n'est plus acceptable, il a déclaré que tous les employés doivent être présents au moins 40 heures par semaine au bureau, ce qui est moins que ce que Tesla attend des ouvriers d'usine.

« Quiconque souhaite travailler à distance doit être au bureau pendant un minimum (et j'insiste sur minimum) de 40 heures par semaine ou quitter Tesla. C'est moins que ce que nous demandons aux ouvriers d'usine », a écrit Musk dans son premier e-mail.

Dans un courriel en interne qui a fait l’objet de fuite le CEO de Tesla déclare que « le travail à distance n’est plus admissible » et que les employés « doivent passer un minimum de 40 heures par semaine au bureau. » Interrogé sur le dit contenu il en a confirmé l’authenticité en affirmant que « les employés qui ne s’aligneront pas peuvent déjà penser à aller chercher du travail ailleurs. » Elon Musk évoque sa présence permanente dans les usines de Tesla (à laquelle il attribue la survie de l’entreprise) comme justificatif à son positionnement.

Dans un second message, le milliardaire a exhorté les cadres supérieurs de Tesla à donner le bon exemple en étant une présence visible au bureau : « Tout le monde chez Tesla est tenu de passer au moins 40 heures au bureau par semaine », a réitéré Musk dans son deuxième e-mail, dont les captures d'écran sont devenues virales en ligne.


« Plus vous êtes senior, plus votre présence doit être visible. C'est pourquoi j'ai tant vécu à l'usine – pour que ceux qui étaient sur la ligne puissent me voir travailler à leurs côtés. Si je n'avais pas fait cela, Tesla aurait fait faillite depuis longtemps", a-t-il ajouté.

Il a terminé sa communication avec une fouille dans d'autres entreprises qui autorisent le travail à distance. "Certaines entreprises n'en ont bien sûr pas besoin, mais à quand remonte la dernière fois qu'elles ont expédié un nouveau produit formidable*? Ça fait un moment », a écrit Musk.

Le travail à distance n'aurait pas d'impact négatif sur la productivité des travailleurs, d'après une étude

L'équipe de l'université du Texas a travaillé sur des données d'un logiciel fournies par une grande entreprise pétrolière et gazière de Houston. Pendant la période d'étude (de janvier 2017 à décembre 2018), l'entreprise a été contrainte de fermer ses bureaux en raison des inondations provoquées par l'ouragan Harvey, ce qui a obligé les employés à travailler à distance pendant une période prolongée.

Les chercheurs ont examiné les données technologiques des employés (le nombre total d'heures travaillées par employé, le temps de travail actif total, l'utilisation du clavier par minute active, l'utilisation de la souris par minute active, les mots tapés par heure et le nombre d'erreurs typographiques par mot tapé) avant, pendant et après l'ouragan Harvey. Ils ont constaté que, bien que l'utilisation totale des ordinateurs ait diminué pendant l'ouragan, les comportements professionnels des employés pendant la période de sept mois de travail à distance sont revenus aux niveaux d'avant l'ouragan. Cette conclusion suggère que le travail à distance n'a pas d'impact négatif sur la productivité des personnes lancées sur la formule télétravail.

Cette étude fait suite à celle de Hogan Assessments 43 % des travailleurs ont déclaré être plus productifs à domicile, 44 % ont déclaré être aussi productifs et seulement 13 % ont déclaré être moins productifs. Toutefois, le rapport montre que les travailleurs ont trouvé la collaboration à distance plus difficile, de sorte que le fait que la plupart des travailleurs aient déclaré se sentir aussi ou plus productifs est dû au fait qu'ils étaient plus productifs lorsqu'ils travaillaient seuls.

64 % des travailleurs envisagent de démissionner si on leur demande de retourner au bureau à temps plein

52 % des employés au sein cet échantillon mondial de 32 000 travailleurs disséminés dans divers pays du monde envisagent d’accepter une baisse de salaire pour éviter de retourner au bureau à temps plein.

Ce sondage fait suite à celui de GoodHire qui révèle que les travailleurs des États-Unis seraient prêts à renoncer à beaucoup de choses pour demeurer sur la formule travail à distance. De l'enquête de GoodHire, il ressort que plus des deux tiers (68 %) choisiraient le travail à distance plutôt que le travail dans un bureau. 61 % des personnes interrogées ont déclaré qu'elles seraient prêtes à accepter une baisse de salaire en échange de la possibilité de travailler à domicile de façon permanente. Certains ont même suggéré qu'ils sacrifieraient jusqu'à 50 % de leur salaire actuel pour le faire. Néanmoins, le lot le plus important s’est positionné pour une baisse de salaire maximale de 10 %.

Les salaires ne sont pas la seule chose à laquelle les employés sont prêts à renoncer en échange du travail à distance. 70 % des personnes interrogées ont déclaré qu'elles renonceraient à des avantages tels qu'une assurance maladie, dentaire ou visuelle, des congés payés, des abonnements à des salles de sport, etc.

45 % des participants à l'enquête ont déclaré qu'ils quitteraient immédiatement leur emploi ou commenceraient à chercher un nouvel emploi à distance s'ils étaient contraints par leur employeur à retourner au bureau à plein temps.

Grosso modo, les participants au sondage ont fait montre d’une envie de demeurer en télétravail de façon permanente ou au moins sur l’approche mixte après la pandémie.

Un sondage sur developpez.com a révélé que la majorité des professionnels francophones de l'IT, soit 56,57 % des votants, sont pour rester en télétravail de façon permanente après la crise. Une autre enquête publiée par OnePoll en collaboration avec GoTo mettait en avant des tendances similaires. Le sondage réalisé auprès de 1000 employés de bureau aux USA, 250 employés de bureau en Inde, au Royaume-Uni, au Brésil et en Allemagne, 125 employés de bureau en Australie et 125 employés de bureau en Nouvelle-Zélande avait révélé que :
  • 48 % étaient prêts à accepter une baisse de salaire pour rester en télétravail ;
  • 77 % des répondants estimaient que la formule télétravail est le meilleur moyen d’aider l’environnement en raison d’une baisse importante des trajets domicile-travail

D’une étude à l’autre, les avantages mis en avant en faveur du volet télétravail reviennent : horaire de travail flexible, moins de stress lié au trajet, des économies et un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. D'un autre côté, les principales préoccupations sont la diminution des mouvements physiques au cours de la journée, le manque d'interaction avec les collègues, la fatigue de l'écran et l'impossibilité de collaborer ou de communiquer efficacement.

Source : Elon Musk

Et vous ?

Que pensez-vous de la décision d'Elon Musk d'imposer le travail en présentiel pour tous, sans distinction ?

Voir aussi :

Apple revient sur sa politique de travail à distance après le départ de son responsable de l'apprentissage automatique vers Alphabet et retarde sa semaine de travail de trois jours en personne
Êtes-vous pour rester en télétravail de façon permanente après la crise du coronavirus ? La majorité des travailleurs de divers pays exprime sa faveur à l'approche dans le cadre de sondages
Emploi : 64 % des travailleurs envisagent de démissionner si on leur demande de retourner au bureau à temps plein, dans un contexte où les entreprises multiplient les appels au retour sur les sites
Le travail à domicile présente tant d'avantages que 48 % des travailleurs accepteraient une baisse de salaire pour continuer en télétravail, selon une étude
6  0 
Avatar de Darkzinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 01/06/2022 à 16:31
Il va faire la gueule quand certains de ses meilleurs éléments vont partir.
7  2 
Avatar de driskiou
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 01/06/2022 à 21:19
Monsieur Musk,
J'ai bien pris en compte votre demande que je compte bien accomplir.
Malheureusement je ne pourrai pas venir avant 2024. J'ai en effet essayé d'acheter une Tesla ce matin pour pouvoir venir travailler en votre compagnie mais celle-ci ne sera pas livrée avant février 2024.
Je m'excuse pour la gêne occasionnée et travaillerai deux fois plus depuis chez moi pour réduire les délais de livraison de nos voitures.
Cupidement, votre serviteur dévoué.
6  1 
Avatar de fodger
Membre averti https://www.developpez.com
Le 01/06/2022 à 16:12
est en totale contradiction avec son temps !
7  3 
Avatar de dharkan
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 03/06/2022 à 14:31
J'ai bien lu minimum 40heure au travail sur la semaine? Sont fou les yankees... Surtout si tu es payé pour 40h semaine. A moins d'être patron de sa boite (juste pour faire du fric) travailler plus de 40h semaine, ils peuvent aller au diable !
Perso je fait mes 8h/jours et après au diable le boulot, non mais ho !
3  0 
Avatar de Astraya
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 04/06/2022 à 17:38
Bon bas si on suit la logique, ce sont les 10% qui le font chi** avec le télé travail.
4  1