IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Lambda School : un Coding Bootcamp de plus pris en flagrant délit de publicité mensongère
Avec un taux d'employabilité bien plus faible que celui annoncé

Le , par Stéphane le calme

55PARTAGES

29  0 
Lambda School a beaucoup attiré l'attention et a levé quelque 130 millions de dollars de capital-risque auprès d'une liste impressionnante d'investisseurs, pour son approche novatrice de l'enseignement du codage : offrir des cours d'informatique virtuelle de six mois pour 30 000 $, avec la possibilité de payer les cours en plusieurs versements basés sur une échelle mobile qui ne démarre qu'une fois que vous avez décroché un emploi qui rapporte au moins 50 000 $. Mais il s'avère que la startup suscite également beaucoup de controverses. Par exemple, en mai 2021, trois étudiants ont porté plainte contre la société en Californie, invoquant des pratiques financières et éducatives trompeuses. Les trois plaintes, qui sont intentées par l'ONG National Student Legal Defence Network au nom de Linh Nguyen, Heather Nye et Jonathan Stickrod, remontent à une période comprise entre 2018 et 2020.

Lorsque Henry Rosales a rejoint la Lambda School, il pensait que ce serait un moyen de ne pas occuper un poste peu rémunéré par exemple dans un centre d'appels. Les publicités inspirantes sur Instagram de l'école promettaient de prendre des personnes comme lui sans expérience technique et de les former à des professions lucratives comme la conception UX ou le développement Web en neuf à 18 mois.

Après un peu plus d'un an à travailler à temps partiel et à suivre des cours en ligne à l'école, Rosales s'est senti dupé. L'école n'avait pas fourni le type d'enseignement qui lui aurait permis de faire carrière en tant que concepteur UX, a-t-il déclaré. « À la fin, j'ai juste arrêté, parce que c'était une perte de temps ».

Rosales n'est pas le seul à se sentir lésé. Une fuite de documents lors de réunions générales de l'entreprise à l'été 2020 et en janvier et février de cette année, dirigées par l'ancienne directrice de l'exploitation de l'école, Molly Graham, qui a démissionné plus tôt ce mois-ci, et d'autres, dirigées par son directeur commercial, Matt Wyndowe, a montré que Lambda School n'a placé que 30 % de ses diplômés de 2020 dans des emplois éligibles au cours du premier semestre 2020. Ce chiffre contraste fortement avec le taux de placement de 74 % annoncé pour ses diplômés de 2019, le dernier chiffre de l'école disponible publiquement.

Dans un tweet, Graham a écrit que sa mission était de « faire passer l'entreprise à travers une phase charnière » et de la positionner pour « bien fonctionner sans moi ». Ces documents, obtenus par une personne familière avec les réunions, en plus des échanges avec plus d'une douzaine d'entretiens avec d'anciens étudiants et instructeurs de la Lambda School, suggèrent que Graham repart avec cette mission loin d'être accomplie.


Les taux de placements internes de Lambda School qu'elle partage avec les investisseurs sont différents de ce qu'elle annonce publiquement

Cofondée en 2017 par les entrepreneurs technologiques Austen Allred et Ben Nelson, avec l'aide de l'accélérateur de startups Y Combinator, Lambda School offrait un parcours non traditionnel à ceux qui cherchaient une carrière en informatique. Au lieu d'un diplôme de quatre ans, les étudiants pouvaient suivre un cours accéléré de programmation sans payer de frais de scolarité à l'avance ; un accord de partage des revenus permettait aux étudiants de payer à l'école une partie de leur salaire après avoir été embauchés dans un poste technologique avec un salaire annuel d'au moins 50 000 $. Les billets de blog l'annonçaient comme une éducation « alignée sur les incitations ».

Avec une industrie mondiale de l'edtech d'une valeur de plus de 106 milliards de dollars cette année, des écoles ont fait leur apparition dans toute l'Amérique du Nord, promettant d'enseigner aux étudiants en utilisant un modèle commercial similaire. Lambda School elle-même a levé 130 millions de dollars de capital-risque.

Lambda School accueille des milliers d'étudiants par an et a indiqué qu'elle prévoyait de se développer plusieurs fois pour offrir aux investisseurs des retours sur investissement rentables.

« Je ne vois aucune raison pour laquelle l'école Lambda ne devrait pas accueillir des dizaines de millions de personnes par an », a récemment déclaré Allred dans une interview sur The Quest Pod with Justin Kan

Mais l'école a aussi un historique de publicité avec des chiffres douteux. L'année dernière, le New York Times a rapporté que le taux de placement de Lambda School était plus proche de 50 % en 2019, alors que l'école annonçait publiquement un taux de plus de 80 %.

Lorsqu'il lui a été demandé de commenter le chiffre de placement de 30 % de l'école présenté lors de la réunion interne, Allred a répondu en redirigeant les médias vers son rapport de résultats pour le second semestre de 2019, qui montrait un taux de placement de 74 %. Mais pour calculer ce taux, il a exclu environ la moitié des 516 diplômés de ce rapport pour des raisons telles que l'obtention tardive de leur diplôme, le fait de ne pas répondre ou l'indication qu'ils ne cherchaient plus un emploi lié à leurs études.

Alors que les documents internes de l'école et ceux qu'elle partage avec les investisseurs ne considèrent que les diplômés qui gagnent au moins 50 000 $ par an (ce qui correspond à peu près à la moyenne nationale américaine des salaires de développeurs web Entry Level selon Glassdoor) comme des « placements qualifiés », ses chiffres de placement annoncés incluent les diplômés qui gagnent également 10 000 $ par an, moins que ce que la grande majorité des élèves gagnaient avant de s'inscrire à l'école.


Allred a défendu la méthodologie de l'école comme étant courante dans l'industrie des Bootcamps et a déclaré qu'elle avait été auditée par un groupe indépendant. Mais les auditeurs privés de l'école ne font que confirmer les résultats du rapport, plutôt que de remettre en question le processus utilisé pour les obtenir.

Allred a imputé les faibles chiffres de placement à la pandémie. Pourtant, un porte-parole du Bureau of Labor Statistics a déclaré que si les emplois dans la technologie en ont souffert au cours des premiers mois de la pandémie, l'industrie était relativement résistante et parmi les plus rapides à récupérer. Il a également plus d'emplois maintenant qu'au début de la pandémie, a déclaré le porte-parole.

Selon Sheree Speakman, ancienne PDG et désormais conseillère du Council on Integrity in Results Reporting, une organisation à but non lucratif créée pour suivre les résultats des bootcamps, ce type de sélection est devenu courant parmi les grandes écoles de codage. L'association a des directives strictes pour déclarer les taux de placement, mais Speakman a déclaré que les plus grands Bootcamps les suivaient rarement.

Les Bootcamps qui relèvent du conseil doivent demander aux étudiants s'ils recherchent un emploi dans leur domaine d'études avant le début de leur programme et compter tous les étudiants qui répondent par l'affirmative dans leurs chiffres de placement. Speakman s'est demandé pourquoi tant d'étudiants de Lambda School qui avaient choisi de s'inscrire à un Bootcamp technologique rapporteraient après l'avoir terminé qu'ils ne cherchaient en fait pas d'emploi dans la technologie. Bien que le conseil autorise le retrait de certains étudiants dans un taux de placement (par exemple, ceux qui obtiennent leur diplôme en retard peuvent être retirés tant que l'école divulgue également explicitement le pourcentage d'étudiants qui obtiennent leur diplôme à temps et compte les diplômés tardifs dans la prochaine promotion), la méthodologie de la Lambda School s'écarte de ces pratiques.

« Ils réduisent le dénominateur », a estimé Speakman.

Lambda School a cessé de rendre compte à l'association à but non lucratif en 2018 après son premier lot de diplômés.


Lambda School doit devenir rentable, un profit qui pourrait se faire au détriment des étudiants

Les documents à portée de main indiquent également que le modèle commercial de Lambda School n'a peut-être pas besoin d'être autant « aligné sur les incitations » que l'école le croit.

Les documents d'une réunion de l'année dernière suggéraient que l'école perdait en moyenne 7 250 $ par élève. Une autre des diapositives de Graham de janvier illustre l'équilibre que l'école doit trouver entre le volume d'inscriptions et le taux de placement pour atteindre la rentabilité. La diapositive indiquait que l'objectif de l'école pour le premier semestre 2021 était d'atteindre 50 % à 70 % de placement avec 500 étudiants inscrits par mois, mais elle reconnaissait également une possibilité plus inconfortable : l'école pourrait toujours atteindre la rentabilité en inscrivant 2 000 étudiants par mois tout en plaçant moins de la moitié de ses diplômés dans des emplois qualifiants.

Interrogé sur les diapositives, Allred a nié que l'école puisse être rentable avec un faible taux de réussite des élèves et a assuré que certains des chiffres présentés étaient inexacts, car les coûts variables de l'école augmenteraient en fonction du nombre d'étudiants inscrits. Allred a refusé de préciser quels étaient ces coûts variables ou d'expliquer pourquoi des diapositives avec des prévisions ostensiblement inexactes des chemins de l'entreprise vers la rentabilité ont été présentées lors d'une réunion à tous les niveaux.

Malgré son manque de rentabilité, l'école a levé plus de 70 millions de dollars en financement de série C en août de l'année dernière. Au cours des mois suivants, elle a mis en œuvre des mesures de réduction des coûts spectaculaires, notamment en raccourcissant son programme de trois mois et en éliminant la majorité de ses assistants d'enseignement rémunérés, ou « chefs d'équipe », qui étaient chargés d'aider les instructeurs à enseigner, noter et réviser le code des étudiants.

« La vérité, c'est que ces mesures de réduction des coûts nuisent aux étudiants », a déclaré un ancien professeur de sciences des données de la Lambda School qui a parlé sous couvert d'anonymat par crainte de représailles de la part de l'entreprise. « Parce que nous enseignions toujours, nous n'avions pas le temps de vraiment amener le programme là où il devrait être ».

Allred a promis de remplacer les assistants d'enseignement par plus d'instructeurs, mais en avril, il a licencié un tiers du personnel de l'école.

« La taille des classes est d'environ 150 étudiants pour un instructeur », a déclaré l'étudiant en développement Web. L'instructeur en sciences des données a également suggéré que les ratios élèves-instructeur dans certains programmes étaient d'environ 100 étudiants pour 1 enseignant.

L'école fait des expériences avec ses élèves et ils ne sont pas contents

La situation a conduit à une série de plaintes juridiques contre l'école, notamment par le National Student Legal Defence Network, un organisme à but non lucratif de protection des étudiants. En mai dernier, il a déposé une série de dossiers d'arbitrage accusant Lambda School d'avoir fraudé des étudiants en faisant la publicité de faux dossiers de placement.

« Si j'avais connu leur taux de placement réel, sans parler de la difficulté d'apprendre à l'école, je ne me serais jamais inscrit », a déclaré Jonathan Stickrod, l'un des étudiants impliqués dans l'arbitrage avec l'école.

Stickrod, qui travaille maintenant dans un café à Medford, dans l'Oregon, a quitté le collège communautaire pour fréquenter Lambda School. Il a déclaré qu'il avait abandonné au bout d'un an en raison du mauvais programme de l'école et des mesures liées à la réduction des coûts.

Alors que les accords des étudiants les empêchent d'intenter un recours collectif, le NSLDN espère que l'affaire Strickrod et deux autres ouvriront la voie à une affaire plus importante.

Quoi qu'il en soit, les trois plaintes se concentrent sur quatre revendications de base :
  • premièrement, Lambda School a falsifié et déformé les taux de placement ;
  • deuxièmement, Lambda School a déformé la véritable nature de son intérêt financier dans la réussite des étudiants (en particulier, il y a des points d'interrogation sur la façon dont Lambda gère ses contrats ISA et si elle en bénéficie) ;
  • troisièmement, Lambda School a déformé et dissimulé un différend réglementaire en Californie qui a obligé l'école à cesser ses activités ;
  • et quatrièmement, Lambda School s'est inscrit et a fourni des services éducatifs et a signé des contrats ISA en violation de cet ordre.

Les trois étudiants sont actuellement tous obligés de payer leurs frais de scolarité à la Lambda School, qu'ils ont choisi de rembourser en plusieurs versements au moyen du modèle d'accord de partage des revenus (ISA) de l'école. Les plaintes ne révèlent pas le montant des dommages et intérêts demandés par les trois personnes.

Conclusion

Rosales n'a toujours pas de travail de conception et redoute d'en obtenir un, sachant qu'il devra payer Lambda School s'il le fait. L'école lui a récemment envoyé une lettre lui demandant ses informations bancaires afin de pouvoir suivre les dépôts directs d'un emploi. S'il ne se conforme pas, l'école le menace de lui facturer la totalité de ses frais de scolarité de 30 000 $, qu'il obtienne ou non un emploi.

Malgré cela, il déclare : « Je ne pense pas que je devrais être tenu responsable d'une éducation que je n'ai pas reçue ».

Pendant près d'une décennie, l'industrie des bootcamps s'est développée grâce aux investissements de capital-risqueurs prêts à parier des millions sur la promesse de faire évoluer l'éducation traditionnelle avec peu de surveillance et de réglementation. Pour les capital-risqueurs, il va de soi que certaines des entreprises sur lesquelles ils parient perdront de l'argent.

Mais alors que de tels essais peuvent convenir à certains secteurs, faire des expériences sur des étudiants a un coût.

Sources : Lambda School (1, 2), Grand View Research, Glassdoor, plaintes des étudiants (1, 2, 3)

Et vous ?

Quelle lecture en faites-vous ?
Que pensez-vous des Coding Bootcamp en général ?
Quel est, selon vous, le meilleur chemin pour être développeur (apprendre dans une école ou à l'université, participer à des bootcamps, apprendre en autodidacte) ? Par quel chemin êtes-vous passé ?
Que pensez-vous de l'approche visant à donner à l'étudiant l'option de payer l'école une fois qu'il a obtenu un travail ?
Que pensez-vous des choix de Lambda School qui a décidé de restreindre le personnel enseignant pour faire des économies ?

Voir aussi :

Coding Bootcamp : on leur a promis un job de développeur, mais c'était une arnaque, aucun d'eux n'a eu ce job
Tout le monde ne peut pas devenir développeur, il faut d'abord disposer de certains prérequis
La Grande École du Numérique : 14 millions d'euros de subvention en 2017, mais seulement 23 % de CDI à la sortie. Initiative utile ou inutile ?
La France veut créer la « Silicon Valley » de Paris avec une nouvelle version du programme French Tech Visa qui n'exige aucun diplôme désormais
« Je ne pense pas qu'un diplôme de quatre ans soit nécessaire pour maîtriser le codage », a déclaré Tim Cook

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Patrick Ruiz
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 17/11/2021 à 12:23
Le Coding Bootcamp Lambda School exige de postuler à 460 emplois pour bénéficier d'un remboursement des frais de scolarité
Arnaque ? Que pensez-vous de ces formations intensives en programmation ?

Lambda School offre des cours de programmation informatique en ligne d’une durée de six mois pour un coût de 30 000 $. L’offre intègre la promesse d’un accompagnement des étudiants qui les mène à coup sûr vers un emploi leur permettant alors de rembourser leur prêt étudiant. Le cas Mined Minds vient cependant rappeler que la réalité avec les formations intensives est aux antipodes avec la publicité : promesses de job au terme de la formation, mais finalement pas d’emploi. Quel crédit doit-on alors accorder aux formations intensives ? Sont-elles plus efficaces que les formations classiques en informatique ?

En mai 2021, trois étudiants ont porté plainte contre la société Lambda School pour pratiques éducatives et financières trompeuses. Les détails de la plainte font état de ce que la structure n’a pu fournir la qualité de la formation nécessaire pour faire carrière dans des métiers en lien avec le développement informatique. Les retours sur la toile en ce qui concerne Lambda School renforcent sa réputation d’entreprise à publicité mensongère : ses taux d’employabilité sont aux antipodes de ceux qu’elles affichent pour appâter de potentiels apprenants.

« Nous sommes tellement convaincus que notre formation et notre soutien professionnel vous mèneront à un emploi bien rémunéré que nous avons créé une nouvelle option de paiement : notre prêt basé sur les résultats. Sans aucun paiement initial et avec notre garantie de remboursement des frais de scolarité, si vous suivez notre programme et que vous ne trouvez pas un emploi rémunéré à hauteur d'au moins 50 000 $ par an, l'intégralité de votre prêt est remboursée, y compris tous les frais et tous les intérêts auprès d'un prêteur agréé. Et nous vous verserons directement 10 % des frais de scolarité », indique l’entreprise dans le cadre de sa nouvelle politique de gestion des frais de scolarité.

Néanmoins, l’une des conditions pour bénéficier de ce remboursement stipule que l’apprenant dispose d’une année pour : postuler à une dizaine d’emplois par semaine ; contacter 10 professionnels pour les besoins de réseautage ; publier à minima 5 contributions sur GitHub par semaine. Si de nombreux observateurs crient à l’arnaque pour ce qui est de Lambda School certains sont d’avis que l’on ne doit pas généraliser à toutes les formations intensives.


La rubrique https://emploi.developpez.com ouvre la porte à la consultation de plus de 20 000 offres d’emploi en informatique pour tiers au sein de la francophonie. Des exigences reviennent : le postulant doit posséder un diplôme universitaire de niveau bac+3/5 et plusieurs années d’expérience. C’est sans compter avec les descriptions des offres au sein desquelles les employeurs recherchent le mouton à cinq pattes. Résultat : les entreprises ont de la peine à recruter sans que le problème soit nécessairement la pénurie de talents. Faut-il donc axer les recrutements sur les profils issus des formations intensives ? C’est ce que laisse penser une décision du gouvernement français qui a investi 90 M€ pour former des milliers de demandeurs d’emploi aux métiers IT d’ici fin 2022. La Grande École du Numérique (GEN) est au centre de l’animation de cette initiative.

La durée de formation au sein du réseau de la GEN varie de 1 à 42 mois, mais dure en moyenne 7 mois, d’après des données 2017. Grosso modo, ce sont donc pour la plupart des formations courtes et intensives ; détail que vient confirmer le premier point de la nouvelle feuille de route de la GEN désormais en vigueur. Ce choix apparaît comme une réponse à la question de savoir si un diplôme universitaire et plusieurs années d’expérience doivent être requis pour le recrutement de tiers dans la filière IT.

De façon traditionnelle, l’exercice dans la filière des technologies de l’information requiert de suivre le parcours classique d’une formation diplômante en informatique au cours de laquelle le futur développeur de métier acquiert les connaissances de base pour la carrière qu’il envisage. Le cursus est sanctionné par l’obtention d’un diplôme universitaire à bac+3/5 en général requis (en plus d’un certain nombre d’années d’expérience professionnelle) par les employeurs lors de la phase de recrutement. Dans une publication parue au mois de septembre de l’année précédente, la Commission Solarium faisait état de ce que c’est en raison de ce type d’exigences que le gouvernement américain éprouve des difficultés à recruter les profils en cybersécurité dont il a besoin. Elle recommande donc d’ajuster les exigences de recrutement afin de permettre à des profils issus des formations intensives ou bootcamps d’être recrutés.

« Le gouvernement fédéral sera plutôt plus fort s'il s'appuie sur un large éventail de backgrounds et s'il crée des opportunités pour les employés d'acquérir des connaissances et de l'expérience dans le cadre de leur travail. Cet effort nécessitera de nombreuses approches innovantes, parmi lesquelles la Commission recommande tout particulièrement des programmes d'apprentissage et des possibilités de perfectionnement pour soutenir le développement des employés du secteur de la cybersécurité », indiquait-elle.

En toile de fond de la comparaison des formations intensives aux formations classiques se cache la question de la compétence. Chez IBM, on recommande désormais de recruter sur la base des compétences plutôt qu’en se fondant sur les diplômes universitaires. Même Tim Cook est d’avis qu’ « un diplôme universitaire de quatre ans n’est pas nécessaire pour maîtriser le codage informatique. »

Source : BloomTech

Et vous ?

Formation intensive ou formation classique (DUT, Licence, Master) en informatique : que conseilleriez-vous à un tiers désireux de passer par la case formation dans le but d’intégrer l’univers de la programmation informatique ?
Un diplôme universitaire et plusieurs années d’expérience doivent être requis pour le recrutement de tiers dans la filière IT ? Les BootCamps ne sont-ils pas dans certains cas une réponse aux divers problèmes qui minent la filière du développement informatique ?

Voir aussi :

Y a-t-il une corrélation entre diplôme et succès en tant que développeur de logiciels ? Un acteur de la sphère donne son avis
La démocratisation du codage et des formations IT, quel est le but ? Remédier à une pénurie sur le marché de l'emploi ou baisser les salaires ?
Tim Cook, le CEO d'Apple, pense que pour les écoliers apprendre à coder devrait être plus important qu'apprendre l'anglais, partagez-vous cet avis ?
Des écoles numériques veulent former une nouvelle génération de codeurs « made in Africa », les écoles françaises sont les pionniers de l'aventure
Que pensez-vous des formations intensives en programmation ? Sont-elles plus efficaces que les formations classiques en informatique ?
16  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 26/10/2021 à 13:34
Heureusement en France on à jamais vu une école d'ingé ou une faculté annoncer un taux d'employabilités ou des salaires en fin de cursus complètement décorrélés de la réalité
11  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 26/10/2021 à 15:32
Je ne crois pas qu'on puisse sérieusement comparer des Bac+5 en informatique avec des bootcamps de 6 mois. Les Bac+5 sont très demandés, il n'y a qu'à voir les nombreuses offres d'emploi qui les demandent, alors qu'aucune offre d'emploi ne demande un bootcamper de 6 mois
Généralement le taux d'employabilité à la sortie d'un Master ou d'un diplôme d'ingénieur en informatique à la sortie de l'école est quasiment de 100%. Certains bootcampers, les plus travailleurs, trouvent parfois un job, mais c'est généralement un job très mal payé dans une startup ou une web agency qui n'à pu recruter aucun Bac+5, et qui a donc du se rabattre sur ce qu'elle a pu trouver par dépit. Après le bootcamper une fois en poste peu finir sa formation sur le tas de devenir petit à petit plus compétent.

Pendant ce temps pour les bootcamps en France l'école du numérique annonce un taux de 23 % d'employabilité à la sortie, alors que la plupart des écoles privées bootcamps annoncent un taux supérieur à 90%, ce qui prouve que l'arnaque qui a cours chez Lambda school a lieu aussi en France, c'est exactement pareil. Les chiffres donnés par les écoles privées en ligne sont faux, totalement bidonnés, et un ancien employé d'une de ces écoles avait déjà dénoncé cette arnaque.

On voie fleurir sur les réseaux sociaux des témoignages de jeunes qui sont sorties des usines bootcamp pour développeur web à deux balles et qui ne trouvent absolument pas de job, et généralement leur témoignage est toujours le même : cours obsolètes, profs nuls ou absents, etc.
9  1 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 26/10/2021 à 17:03
ARCHI FAUX : "sciences fondamentales" ça inclut aussi la chimie et la physique !

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Vous n'avez pas précisé "informatique" dans cette phrase
Lambda school c'est de l'informatique", je suppose que tu es juste venu troller avec des hors sujets et de la désinformation sans lire la news ?

Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
l'APEC ne fait pas plus précis que ça :
C'est bien d'avouer tes erreurs, ça fait 3 messages que tu pollue ce sujet avec des hors sujets qui ne servent à rien et qui n'ont aucun rapport, pire encore comme tu te bases sur des données hors sujet pour proférer des mensonges, tes messages c'est de la désinformation totale, enfin tu es coutumier du fait c'est pas nouveau, c'est juste de la pollution, et du trollage de très bas étage.

C'est pas parce que des ingé en chimie ou des master en je ne sais quoi n'ont pas trouvé un job que en informatique on ne trouve pas de job, regarde les offres d'emploi les Bac+5 sont très demandés, et un Bac+5 en informatique à la sortie de l'école n'a que l'embarras du choix. Les nombreuses ESN n'ont même pas assez de Bac+5 en informatique pour se fournir, il prennent même des Master de maths et de physique ou des ingés non informatique pour les former et les convertir en informatique a leur frais.
8  1 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 27/10/2021 à 11:12
Mon impression aussi, c'est que le marché en ce moment cherche des profils super spécialisés. mon LinkedIn n'arrête pas de clignoter, pour l'aspect "senior QA", qui est peu fréquent. Les débutants qui vont avoir besoin de temps pour monter en charge sur le projet ne sont pas si bienvenus que cela. Après, c'est juste un sentiment, basé sur pas mal de discussions, pas une preuve formelle, mais ça semble quand même assez vrai.
6  0 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 26/10/2021 à 15:43
Tu sort ça d'où ? c'est pour tous les bac+5 ou juste informatique ?
Le lien que tu as donné plus haut c'est pour les Bac+5 en général, pas le secteur informatique !
Si c'est pour tous les Bac+5 on s'en fou, on le sais déjà que ceux qui sortent d'une école d'ingé en chimie ou un Master en psychologie ne trouvent pas forcément un job.

A ma connaissance un Bac+ 5 en informatique (Ingé ou Master) à l'embarras du choix à la sortir de l'école et peut trouver un job sans aucun problème.
6  1 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 27/10/2021 à 14:55
Tout à fait, mais les ESN ont des plans de recrutement massif tous les ans pour recruter tous les Bac+ 5 en informatique qui sortent des écoles, et effectivement pendant un ou deux ans un sorti d'école passe son temps à se former. Comme il n'y en a pas assez, ils prennent aussi des Bac+5 en maths physique ou électronique pour les convertir à l'informatique à leurs frais.

Les grosses ESN préfèrent généralement prendre un Bac+5 et les convertir ou finir leur formation pendant ou ou deux ans plutôt qu'un sorti de bootcamp. Par contre une petit startup ou une web agency sera intéressé plutôt par quelqu'un d'opérationnel de suite mais c'est un coup de dés avec un sorti de bootcamp, ils font un CDD pour tester la personne et si la personne ne sert à rien ils passent à la suivante.
4  0 
Avatar de fredinkan
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 27/10/2021 à 14:34
Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
Mon impression aussi, c'est que le marché en ce moment cherche des profils super spécialisés. mon LinkedIn n'arrête pas de clignoter, pour l'aspect "senior QA", qui est peu fréquent. Les débutants qui vont avoir besoin de temps pour monter en charge sur le projet ne sont pas si bienvenus que cela. Après, c'est juste un sentiment, basé sur pas mal de discussions, pas une preuve formelle, mais ça semble quand même assez vrai.
La spécialisation ça va et ça vient.
De formation très généraliste, rapidement et longtemps spécialisé DB (DBA et BI ... c'est antinomique je sais ), j'ai pu faire un saut rapide dans le monde cloud... Je me retrouve aussi avec du linkedin qui bip très souvent, malgré un profil qui a évolué en touche à tout. Je pense que la seniorité a le plus gros impact, car les entreprises ont besoin de référents et de personnes responsables (du fait de la perte de responsabilité des managers qui se voit souvent).

Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message
Oui c'est pourquoi le plus dur pour un sorti de bootcamp c'est de trouver un premier job, donc plus facilement en startup, esn ou web agency. Une fois ce premier job trouvé monter en expérience, et une fois monté en expérience, une fois que la personne à fait ses preuves c'est surtout l'expérience qui compte, et avec de l’expérience ça sera plus facile de trouver un meilleur job mieux payé.
Pour moi c'est valable aussi en sortant d'un cursus plus "standard".
Etant confronté à des juniors qui se vantent de connaitre x ou y framework (et généralement moins l'algo), on y voit toujours rapidement ce manque d'expérience.
Si tu viens en disant que t'as étudié telle ou telle chose, sans t'en vanter, même hors d'un cursus "normal" que tu sais que tu n'as pas beaucoup d'expérience, ça passe généralement tout de suite mieux à l'embauche...
Si tu te pense cador parce que t'as fait un bootcamp, sans t'intéresser au sujet en dehors, tu as vite tendance à te griller.
3  0 
Avatar de Mister Nono
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 17/11/2021 à 17:59
Citation Envoyé par Jeff_67 Voir le message
La formation BUT reste à ce jour la meilleure option pour devenir développeur en France, à compléter par un cycle d'ingénieur accrédité EUR ACE pour faire carrière à l'étranger.
Il y a aussi des formations CONFORAMA ?

A+
3  1 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 27/10/2021 à 14:19
Oui c'est pourquoi le plus dur pour un sorti de bootcamp c'est de trouver un premier job, donc plus facilement en startup, esn ou web agency. Une fois ce premier job trouvé monter en expérience, et une fois monté en expérience, une fois que la personne à fait ses preuves c'est surtout l'expérience qui compte, et avec de l’expérience ça sera plus facile de trouver un meilleur job mieux payé.
1  0