Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Développeurs : Aimez-vous votre métier ?

Le , par 5:35pm

0PARTAGES

2  0 
Bonjour ,

J'ai commencé à programmer pour le plaisir, par passion.
Nous avons tous ressentis l'excitation que peut apporter le création d'une application, ce fascinant pouvoir de commander un ordinateur, a travers un langage Homme/Machine. C'est une discipline a la fois intelligente et créative.

Aujourd'hui je commence à programmer pour vivre (ça fait 6 mois déjà)
et des questions existentiel me reviennent souvent ces dernières semaines:

Vais-je enchainer les problèmes les uns après les autres toute ma carrière?
Comment vais-je assumer la responsabilité de dysfonctionnements?
Comment gérer les "Deadlines"?
Devrais-je rester assis devant un ordinateur toute ma vie?
Est-ce cela que je voulais vraiment?

Cela s'adresse au développeurs de métier, qui exercent depuis de nombreuses années :
Comment vous gérez le métier dans la vie de tout les jours?
Est-ce plutôt stress ou relax dans votre entreprise?
Bref, Aimez vous votre métier?

Je travaille dans une "PME" californienne, je suis seul sur mon projet et donc seul la plupart du temps, dans mon bureau. Je suis également étudiant a l'université, et bien évidemment, la programmation a l'école est forcement plus fun.
A la question "Est-ce que la programmation te passionne?", je réponds "Enormement!"

mais je sens, dans cette première expérience professionnelle d'emploi développeur, de la pression, du stress, un certain mal-être apparaitre, du a cette lourde responsabilité.
je souhaite que vous vous exprimez sur votre rapport avec le métier, pas forcement pour me rassurer, mais surtout pour avoir un aperçu global de comment vous vivez au quotidien.

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de devanonymous
En attente de confirmation mail https://www.developpez.com
Le 24/08/2011 à 13:50
Bonjour !

et bien me posant cette question je comptais ouvrir un topic pour cela mais je vois que nombreux sont ceux à se poser cette question !

Pour ma part je m'y plait de moins en moins et je me demande si j'aime encore programmer.

Cela va faire maintenant 3 ans que je développe professionnellement parlant.
Et je commence à saturer.

L'écart entre ce que je rêvais de faire et ce que je fais est trop grand.
Le mode de fonctionnement des SSII me fatigue mentalement et je suis aujourd'hui fatigué de courrir après le projet tant convoité.

Après avoir fait de la TMA, très formatrice par le nombre de projet/techno abordées mais aussi très fastidieux car souvent des projets aux technos "périmés", je me suis mis à la recherche de projets plus intéressants.

J'ai rencontré quelques SSII qui lors des entretiens me promettent ce que je demandais (Projet nouvelle technologies, GWT, Android, Méthodes Agile ouaaa) pour au final soit me proposer des missions opposées à mes choix (Développement SWING, Intégrateur, Développement solitaire en sous sol temporaire chez le client, intercontrat ...) voir même carrément me proposer des missions à 600 bornes de chez moi alors que je venais de déménager pour venir chez eux ...

Bref après avoir fais le tour de quelques SSII mon bilan est mitigé et je ne sais plus quoi penser. Avant je codais chez moi, je lisais beaucoup de livres informatique toujours en ayant en tête de me former pour accéder à des projets intéressants. Mais cela ne m'a mené nul part. Les SSII travaillent toutes avec les même clients et proposent donc les même projets/techno. Aujourd'hui quand je rentre chez moi c'est limite si j'allume mon pc. Dans tous les cas je ne développe plus rien en dehors du boulot et ne prends plus le temps de lire de bouquins.

Je suis rendu à un point où ma seule motivation est de booster mon salaire ...
Quitte à perdre en intéret pour le boulot autant gagner en intéret côté salaire.

Avant je ne comptais pas mes heures, mangeais peu le midi, j'étais impliqué motivé et plein d'espoir mais voyant que cela ne mennait à rien à par la satisfaction personnel de mon patron j'ai baissé les bras.

La vu du code commence à me déprimer. Je n'ai qu'un seul souvenir en trois ans d'avoir travaillé avec de vraies spécifications ! et ce projet à duré seulement 4 mois (Dommage).
Pour le reste c'était freestyle et prise de tête téléphonique ... "Il est écrit dans la spécification que le bouton devait être bleu .... attendez je regarde, ahh mais la spec à changé !! nous sommes à la version 10.399 vous vous avez la version 10.300! Vous avez pas reçu mon mail ?"

Je suis fatigué de devoir respecter des délais impossible.
Je suis fatigué de travailler sur des projets aux spécifications en carton.
Je suis fatigué des discours des commerciaux. (Soit patient, on va tout faire ..., j'ai projet super pour toi ...)

Dernièrement j'ai passé un entretient, j'ai expliqué mes envie d'évolution, mes ambitions, mes passions et on m'a regardé avec un grand sourir en me disant nous avons ce qui te correspond ! Résultat ? Tu voulais faire de l'Android ? Oh on a un projet en Swing ! ça t'intéresse ? heuu non.

Pourquoi ces entreprises choisissent votre profil, vous font miroiter des projets alors qu'ils savent qu'il n'y a que très peu de chance pour que cela soit vrai ?

En ce moment je suis sur un projet horrible ...
1 mois de mise en place, donc 1 mois à glander sans savoir quand le projet allait commencer, donc 1h30 de trajet pour au final se tourner les pouces au boulot. Une fois que le projet à commencé je n'avais presque rien à faire car mon référent était surchargé et avait pas le temps de déléguer. 1 semaine après mon référant est parti en vacances pendant 1 mois. Je me suis retrouvé seul mais vraiment seul dans une pièce avec pour seul compagnie, le bruit des ventilateurs, et bien sur tout un tas de développements à faire ! résultat, 1 mois de retard....

Pour moi le développement c'était le rêve d'imaginer et concevoir un programme utile. La satisfaction de créer. Partager mes expériences et continuer d'apprendre.

Finalement je ne fais que bidouiller de l'existant, réparer de l'irréparable, alors on met des verrues (Pas grave faut livrer ...). Sans tests bien sur ^^

Voici les réponses que j'ai pu avoir concernant les tests unitaires :
- Les tests unitaires ? Ca serait bien si tu as le temps !
- Les tests unitaires ? Ah mais c'est compris dans l'estimation de charge qui t'est attribuée !

Au final je n'évolue plus, je stagne et j'ai bien peur de régresser.
J'ai passé quelques entretients dernièrement. Dans une entreprise qui m'intéressait beaucoup, j'ai eu le droit à des questions techniques, je savais au fond de moi les réponses mais n'avais pas de réponses précises. Je n'ai pas été pris car pas encore assez expérimenté et je le constate amèrement. En revanche tous les entretiens passé en SSII ont toujours été d'une facilité. Tu sorts ton mot clé et c'est dans la poche ...

Bref le développement dans le monde professionnel est pour moi une grosse déception, peut être parceque je n'ai jamais eu la chance de tomber sur les projets dont je désirais mais aussi parcequ'en SSII une fois que tu es embauché, le seul intéret pour ton commercial c'est de te placer pour avoir sa prime peut importe la mission sur laquelle tu sera ... (je généralise peut être mais c'est le reflet de mon expérience)

Je tente une dernière Experience en SSII, j'ai gonflé un peu mon salaire (tout du moins je l'ai stabilisé par rapport à mon ancienne boite) mais je songe tous les jours à une potentiel reconversion. Chose difficielement acceptable.

Je suis tellement déprimé par mon travail que je me mets même à raconter ma vie sur un forum mon dieu où vais je !!!!
13  0 
Avatar de Tronche
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 26/01/2012 à 20:58
Un petit DUT info en poche et plus +10 ans de SSII derrière moi , ma passion : programmer . J'ai la chance de pouvoir développer des outils interne pour la boite , de A-Z suivant les spécification de mes utilisateurs . Pour certains développement , je suis maître a bord du début a la fin On me dit souvent qu'après + de 10 ans, je pourrais devenir architecte logiciel ou MOA , mais ça ne m’intéresse pas . Il y a énormément de technologie inintéressante en dévellopement , de langagues et vu la taille de ma boite , je passer sur des projets de dévellopement sur de nouveaux langages assez aisement. Je concoie difficillement qu'on puisse se lasser vu l'étendu de la chose .

Je ne fais pas que développer, ce n'est pas ma fonction principale ni mon "intitulé" de métier mais dès que j'ai l'occasion de pouvoir proposer mes services pour des dévellopements , je le fais . Je pense qu'on peut rester "devellopeur" toute sa vie sans perdre la passion de la chose. C'est un vrai métier qui demande une vrai méthodologie , en analyse , en conceptualisation ou en programmation elle même, ce que très peu des informaticiens ou devellopeur que je côtoie possèdent.

Effectivement , si on peut être initiateur , moteur et acteur sur un projet , en étant présent pour les livraison , voir support de formation et support de 1er niveau avec les utilisateur , on conçoie totalement différemment le métier qui si on nous envoie un cahiers des charges délirant, pour des logiciels dont on se contrefout , le tout bien sûr avec des délais minimaux et des gens que l'on ne croisera jamais.

Je pense qu'on a toujours le moyen d'orienter et de "créer" son métier et son propre rôle au sein d'une boite . Le temps de présence aidant bien sur dans mon cas (je suis sur mon poste depuis quelques années déja ).
10  0 
Avatar de Glutinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 27/04/2017 à 10:33
Citation Envoyé par yento Voir le message
A vous lire, c'est a croire que j'ai des gouts de luxes.
Non, c'est juste que t'es un gros pretentieux. Mais, tu le sais déjà, et ça te flatte.
10  0 
Avatar de Lokken
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 19/09/2017 à 12:35
Citation Envoyé par zecreator Voir le message
Le passionné va acquérir de nouvelles compétences sur son temps libre et vouloir les appliquer au taf, mais il sera freiné par son collègue, qui ne fait jamais de veille technologique car ça le gonfle et qu'il ne sera pas payé plus pour ça.
Je voudrais nuancer

Dan mon équipe, "le passionné qui va vouloir appliquer au taf ce qu'il a bricolé à la maison" va devoir d'abord nous prouver qu'il y a un intérêt, que c'est utile et que ça répond au besoin sans tordre ni la techno ni le process. Le dernier qui a voulu me mettre du Node.js pour le backend de calcul très haute disponibilité actuellement fait en C++ est reparti chez lui avec sa "nouvelle techno révolutionnaire". Ce n'est pas parce que je suis blasé et que ne je fais pas de veille. C'est justement parce que je fais de la veille.

On est pas payé pour innover technologiquement, se faire plaisir ou utiliser sans cesse de nouvelles technos. On est payés pour répondre à un besoin, de la façon la plus rationnelle qui soit.
Dans le cas d'évolutions, elles ont toutes un impact, un risque et un coût. Elles doivent apporter un gain qui justifie tout ça pour être prises en compte.

Je passe peut être pour un vieux relou auprès de mes collègues "passionnés", mais ma prod tourne et mes utilisateurs sont satisfaits du service.
10  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 02/05/2017 à 17:29
Mon chef, qui a fait ses armes en Écosse, a engueulé une collègue parce-qu'elle faisait trop d'heures. Elle n'a pas compris. Mais c'est lui qui avait raison : passé un certain nombre d'heures, on ne fait plus que des conneries.
9  0 
Avatar de nnovic
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 14/09/2017 à 21:34
Citation Envoyé par zecreator Voir le message
Peut-être que l'on tient là le profil type du développeur d'aujourd'hui. Il s'en bat les couilles, du moment qu'il a le chêque et qu'on vient pas le faire chier.
ça alors! développeur serait donc un métier comme les autres, finalement !...
8  0 
Avatar de Zirak
Inactif https://www.developpez.com
Le 19/09/2017 à 11:30
C'est donc à cause des passionnées qui veulent tout faire gratuitement que l'on se fait exploiter ?

Plus sérieusement, que ton attrait principal soit le salaire ou non, tu bosses pour gagner ta vie, point barre, celui qui prétend le contraire n'a qu'à travailler gratuitement pour son patron.

Si je veux faire du dev, car je suis passionné par ça, je peux très bien faire du dev chez moi, pépère sans pression, si je me forme sur autre chose en faisant de la veille, je peux le mettre en application ou non, comme je veux, c'est moi qui décide.

Maintenant, quand je vais travailler, c'est pour gagner ma vie avant tout, passionné ou non, à la limite, le fait d'être passionné, me fera peut-être accepter certaines choses en plus ou un salaire un point moindre en contrepartie d'autres éléments (intérêt du projet, etc) mais c'est tout, mais j'y vais pour un salaire en contrepartie d'un travail que je fourni. Faire de la veille chez moi, pour en faire profiter ma boite sans aucune contrepartie, cela ne fait pas partie de mes attributions. Si tu monte en compétence, et que ton entreprise ne veut pas s'aligner sur ces nouvelles compétences, autant aller en chercher une prête à le faire.

Il ne faut pas oublier que parfois, ce collègue qui ne veut plus rien foutre, et qui prend ça juste comme un métier comme un autre, c'est juste qu'il est blasé car il a bien vu qu'être passionné, et se donner à fond, n'apportait strictement rien. Il faut se donner à fond dans son job, car si la boite coule, tu perds ton job, ok, mais si tu te donnes à fond, et que la boite décolle, bah t'as le droit à une tape sur l'épaule (et encore pas toujours), et c'est juste la boite qui profite de ta veille gratos chez toi.

Désolé mais je ne suis pas l'abbé Pierre, si ma boite veut un mec avec 36 compétences, bah ça a un coût.

Moi ce que j'observe dans ma boite c'est des mecs qui veulent se barrer moins de 4 mois après leur arrivée, car ils ont un salaire pourri, que l'ambiance est naze, et qu'on leur demande d'en faire toujours plus.
9  1 
Avatar de ed73170
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 22/09/2017 à 22:43
Citation Envoyé par Matthieu Vergne Voir le message
foetus fait bien de préciser : on ne dit plus SSII mais ESN.
Disons que les SSII voudraient bien qu'on dise ESN car elles ont une telle mauvaise réputation qu'elles essayent de se refaire une virginité en changeant de nom, mais personne n'est dupe, surtout pas ceux qui travaillent pour ces sociétés.

Ce nom de ESN est apparu en 2013 à l'initiative du Syntec pour soi disant "Permettre aux clients de mieux appréhender la totalité des services fournis par ces entreprises".

En 2013, Guy Mamou-Mani alors président du Syntec disait : "Ces nouveaux business modèles doivent être accompagnés de nouveaux comportements. Dans le futur il faudra se poser la question de l’évolution des métiers, des formations." Je ne sais pas si vous avez constaté des nouveaux comportements au sein des SSII, moi je n'ai rien vu.
8  0 
Avatar de Glutinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 25/09/2017 à 17:18
@zecreator : comme je dis souvent, on est 7 milliards sur Terre, 65 millions en France, autant de caractères et d'aspirations de vie différentes... donc accepte qu'il y a des requins, des passionnés, des blasés, des gens qui essaient de sauver leurs fesses, des entubés, des gens qui cherchent une planque, des indépendants dynamiques, etc. et personne n'est à 100% d'un archétype, on est une mosaïque de tout cela...

Des gens pour qui l'informatique est un gagne-pain (parmi ceux-là, peut-être que certains ont fait une école d'ingé ou un master, ou sont venus par des portes dérobées), des gens qui sont à fond et qui en plus ont trouvé l'idée du siècle, et des moldus qui voient l'IT uniquement de manière mercantile.

Après, c'est à voir... on peut faire un boulot de passionné dans une boite de passionné qui paie bien ou au lance-pierres... ou faire partie d'une très grosse partie de désilusionné, qui pensait faire du dev vraiment intéressante mais se trouvent dans les 80% de TMA en France. Bah oui, si toi t'as pas envie d'y aller, y a bien quelqu'un qui va s'y coller... un petit malléable, un mec qui cherche une planque, un nini qui sait pas dire non...

Moi je sais pas, je suis acide, un peu désemparé... j'ai envie de changer de taf et sortir de l'informatique mais je sais pas qu'est-ce qu'il y aura de mieux, et j'ai encore un minimum de passion à faire des requêtes SQL... Et puis bon, quand on est freelance sur Paris dans l'IT, on a une vision hyper mercantile, je sais bien que je suis passé au-delà du miroir et qu'il est dur de revenir sur la passion quand on s'est déjà battus avec des gangs de requins - et je ne parle pas que des commerciaux de SSII, mais des collègues qui te font des croche-pattes dans les escaliers, des recetteurs qui veulent pas recetter, des chefs qui jouent très bien les idiots pour amener à ce qu'ils veulent, des collègues planqués qui savent gueuler pour te refiler les tâches, des mecs plein de bonne volonté qui rendent un code malpropre et qu'on te demande de refaire - et s'il y en a pas, ça veut dire que c'est toi.

Ou sont mes anti-dépresseurs ?
8  0 
Avatar de Matthieu Vergne
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 19/06/2019 à 19:57
S'il est vrai qu'un dev doit se tenir à jour par de la veille techno, ce n'est pas sur son temps libre. Cela fait parti de ses responsabilités en tant que dev, c'est donc à faire pendant son temps de travail. S'il le fait déjà pendant son temps libre parce que ça l'intéresse personnellement, c'est tout bénèf pour lui et son employeur, mais ça n'est pas une contrainte. Cela ne remplace bien entendu pas une formation, mais il y a une grosse différence :
  • Une formation vise à te donner un ensemble de connaissances précis, une formation se justifie donc par le besoin d'avoir ces connaissances là. Par exemple un client pose comme contrainte d'utiliser telle techno -> formation sur la techno si pas compétent.
  • La veille techno consiste en revanche à parcourir l'état de l'art pour se tenir au courant de ce qui se fait de nouveau, faire des POCs, essayer de voir si de nouvelles technos pourraient être intéressantes, etc. Rien de confirmé, pas de périmètre prédéfini, que de l'expérimental, et donc à creuser juste ce qu'il faut pour se faire une idée de son utilité.


Tu peux éventuellement faire de la veille techno, confirmer l'utilité d'une techno, et donc justifier la mise en place d'une formation pour rapidement monter en compétence dessus. Mais il faut bien les voir comme deux choses complémentaires.

Je ne parle bien entendu pas des startups, qui semblent être des environnements à stress permanent.
8  0