IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'essor de l'IA pousse les guerres de talents de la Silicon Valley à de nouveaux extrêmes : les entreprises proposent des packages de rémunération d'1 Mn $ par an et recrutent des équipes entières

Le , par Stéphane le calme

27PARTAGES

6  0 
Les entreprises technologiques proposent des packages de rémunération d’un million de dollars par an, des calendriers d’acquisition accélérée d’actions et des offres pour débaucher des équipes d’ingénieurs entières afin d’attirer des experts en IA générative, telle que celle qui alimente ChatGPT. Elles rivalisent entre elles et avec les startups qui aspirent à apporter la prochaine grande innovation pour détrôner les grandes enseignes du numérique. Cette pénurie de talents en IA se produit alors que des licenciements continuent dans d’autres domaines technologiques et que les entreprises réallouent leurs ressources pour investir davantage dans le coût énorme du développement de la technologie IA.

Le boom de l'intelligence artificielle pousse les guerres de talents de la Silicon Valley à de nouveaux extrêmes.

Les entreprises technologiques proposent des rémunérations annuelles de plusieurs millions de dollars, des programmes d'acquisition d'actions accélérés et des offres de débauchage d'équipes entières d'ingénieurs pour attirer des personnes possédant une expertise et une expérience dans le type d'IA générative qui alimente ChatGPT et d'autres bots. Ces entreprises sont en concurrence les unes avec les autres et avec des startups qui aspirent à devenir la prochaine grande entreprise qui détrônera les géants.

Les offres sont exceptionnelles, même si l'on se réfère aux normes relativement somptueuses du secteur en matière de salaires et d'avantages. La pénurie actuelle de talents dans le domaine de l'IA est également remarquable pour une autre raison : elle survient alors que les licenciements se poursuivent dans d'autres secteurs de la technologie et que les entreprises réaffectent leurs ressources pour investir davantage dans la couverture des coûts énormes liés au développement de la technologie de l'IA.

« Il y a un changement séculaire dans les talents que nous recherchons », déclare Naveen Rao, responsable de l'IA générative chez Databricks. « Nous avons une surabondance de personnes d'un côté et une pénurie de l'autre ».


Les commerciaux spécialisés dans l'IA sont également très demandés et difficiles à trouver

Databricks, une startup spécialisée dans le stockage et la gestion de données, n'a pas de mal à trouver des ingénieurs logiciels. Mais lorsqu'il s'agit de candidats qui ont formé de grands modèles de langage, ou LLM, à partir de zéro ou qui peuvent aider à résoudre des problèmes délicats dans le domaine de l'IA, tels que les hallucinations, Rao affirme qu'il n'y a peut-être que quelques centaines de personnes qualifiées sur le marché.

Certains de ces candidats de premier plan, difficiles à trouver, peuvent facilement obtenir une rémunération totale d'un million de dollars par an ou plus.

Les commerciaux spécialisés dans l'IA sont également très demandés et difficiles à trouver. Vendre au début d'une transition technologique, lorsque les choses évoluent rapidement, exige un ensemble de compétences et de connaissances différentes. Les candidats possédant ces compétences gagnent environ le double de ce que gagnerait un vendeur de logiciels d'entreprise. Mais ce n'est pas la norme pour la plupart des personnes travaillant dans le domaine de l'IA, explique Rao.

Des salaires qui s'envolent

Pour les postes de direction dans l'IA et l'apprentissage automatique, les augmentations du salaire de base varient de 5 % à 11 % entre avril 2022 et avril 2023, selon une enquête de WTW menée auprès de plus de 1 500 employeurs. Les augmentations du salaire de base des rôles non managériaux allaient de 13 % à 19 % au cours de la même période.

Zuhayeer Musa, cofondateur de Levels.fyi, indique que le salaire médian de six candidats ayant consulté la plateforme de services de carrière au sujet d'offres d'emploi d'OpenAI s'élevait à 925 000 dollars, bonus et actions compris. La rémunération médiane de 344 ingénieurs en apprentissage machine et en IA chez Meta qui ont révélé leur salaire à Levels.fyi était de près de 400 000 dollars par an, bonus et actions compris, a-t-il ajouté.

Scott Chetham, PDG de Faro Health, qui utilise l'IA pour aider les entreprises pharmaceutiques à concevoir des essais de médicaments plus efficaces, a pour objectif de maintenir les salaires dans les 25 % supérieurs de ce que les entreprises du secteur paient. Jusqu'en 2023, cela a été difficile à réaliser en raison de valeurs aberrantes extrêmement élevées, mais il voit maintenant des signes de ralentissement cette année. « Il est encore tôt, mais la situation n'est pas aussi grave qu'elle l'était », a déclaré Chetham.

L'entreprise de Chetham a récemment courtisé une candidate de l'une des plus grandes sociétés de conseil et lui a fait une offre. L'entreprise a riposté en doublant le salaire de l'employée. La candidate lui a dit qu'elle était contrariée que son entreprise n'ait proposé de doubler son salaire que lorsqu'elle s'est vue proposer un poste concurrent, car elle aurait pu la payer davantage depuis le début.

Pour conserver ses propres talents, Chetham a multiplié les incitations sous forme d'actions pour ses meilleurs employés. Leur première série d'actions de l'entreprise est acquise sur quatre ans, mais au bout de deux ans, ils reçoivent une nouvelle série d'actions qui sont acquises au bout de cinq ans.

« Nous devons sans cesse renouveler les actions pour que les gens restent motivés », explique-t-il.

L’entreprenariat, la voie royale ?

Alors que la rémunération de base est généralement moins élevée dans les startups que dans les grandes entreprises technologiques, certains employés à l'instinct entrepreneurial parient sur le fait qu'ils peuvent se démarquer davantage en se mettant à leur compte. Arthur Mensch, un ancien employé de Google, a quitté l'entreprise pour lancer la startup Mistral AI qui, à moins d'un an d'existence, est déjà évaluée à un peu plus de 2 milliards de dollars.

Un chercheur en IA de Google affirme avoir été approché régulièrement par des recruteurs au cours des cinq dernières années, mais qu'il y a eu une augmentation notable récemment.

Le chercheur explique qu'il n'a pas été tenté par les opportunités offertes par les start-ups, car peu d'entre elles disposent des fonds nécessaires pour former les LLM, les algorithmes d'apprentissage automatique formés sur des montagnes de texte qui alimentent les programmes d'IA. Google dispose des ressources dont il a besoin et, en plus, il tient à ce que son travail soit intéressant et à ce qu'il fasse progresser l'IA pour de bon, explique le chercheur. Et contrairement à beaucoup de ses collègues, il a récemment reçu un supplément d'équité en guise de prime.

Justin Kinsey, président de SBT Industries, une société de recrutement spécialisée dans les semi-conducteurs, explique que les candidats peuvent être séduits par divers facteurs, de la rémunération à la promesse d'autonomie sur leur travail, en passant par le fait d'adhérer à la mission d'une startup.

Il raconte qu'il a récemment recruté un directeur de l'ingénierie pour une startup de matériel d'IA auprès de Microsoft. Le candidat a renoncé à plus d'un million de dollars de primes et d'actions Microsoft, et a accepté une réduction de 100 000 dollars de son salaire de base pour rejoindre la startup, a expliqué Kinsey, parce que le candidat avait une énorme confiance dans le PDG. D'ici cinq à sept ans, la recrue prévoit d'obtenir 40 millions de dollars rien qu'avec les actions, précise Kinsey.

Des équipes déjà formées pour être opérationnelles immédiatement

Pour un autre candidat, ce qui a scellé l'accord, c'est la promesse verbale qu'il pourrait lancer une ligne de produits entièrement nouvelle une fois qu'il aurait fabriqué la première puce de l'entreprise.

La course à la construction de puces - le matériel nécessaire à l'apprentissage de grands modèles de langage - est si intense que, l'année dernière, quatre clients ont demandé à Kinsey de débaucher des équipes entières d'ingénieurs de la concurrence afin de réduire le temps nécessaire à une nouvelle équipe pour bien collaborer. « On nous a demandé d'aider à débaucher une équipe », explique-t-il. « Ils pouvaient rejoindre l'entreprise et se mettre directement au travail, cela éliminait une courbe d'apprentissage abrupte ».

Les travailleurs de la technologie qui n'ont pas d'expérience en matière d'IA cherchent à l'ajouter à leur CV. Lorsque la Wharton School de l'université de Pennsylvanie a récemment organisé à San Francisco un programme de formation des cadres de quatre jours intitulé Generative AI and Business Transformation (IA générative et transformation de l'entreprise) pour 12 000 dollars, les 50 places disponibles se sont rapidement envolées, explique Caroline Pennartz, porte-parole de la Wharton School.

Alexis Roucourt, qui a travaillé chez Meta et qui est actuellement consultant, explique que nombre de ses amis travaillant dans le secteur de la technologie remarquent le nombre croissant d'emplois nécessitant des connaissances en matière d'IA. Cela a suscité des inquiétudes et une course pour se mettre à niveau. Plusieurs travailleurs qu'il connaît se perfectionnent pour rester au fait des tendances en matière d'IA et étoffer leur curriculum vitae.

Sources : Levels.fyi, Databricks, Faro Health

Et vous ?

Pensez-vous que les entreprises devraient investir davantage dans la formation des talents en IA plutôt que de simplement débaucher des experts ?
Quelles compétences spécifiques pensez-vous que les ingénieurs en IA devraient posséder pour réussir dans ce domaine ?
Comment les startups peuvent-elles rivaliser avec les géants technologiques pour attirer les meilleurs talents en IA ?
Croyez-vous que les packages de rémunération d’un million de dollars par an sont justifiés pour les experts en IA ? Pourquoi ou pourquoi pas ?
Quels sont les avantages et les inconvénients de la concentration des talents en IA dans la Silicon Valley ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de seedbarrett
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 08/04/2024 à 17:27
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

« L'IA pourrait remplacer toutes les formes de travail », selon Larry Summers, membre du conseil d'administration d'OpenAI
Et dire qu'il y a des gens qui vont le croire... Pour rappel, on nous avait vendu des voitures volantes et des robots pour faire les corvées à la maison pour l'an 2000, on a eu le 11 septembre. Vivement la fin de cette bulle ridicule et un retour des GPU accessible, parce qu'on sait tous qu'on va devoir travailler encore plus, pour un salaire toujours plus bas. Sauf ceux qui sont biens nés, eux ils vont apprécier
4  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/04/2024 à 10:54
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
L’IA est-elle une menace pour l’emploi humain ?
Oui, comme on le voit là :
Stewart a cité l'exemple de Dukaan, une entreprise qui a utilisé l'IA pour licencier 90 % de ses employés. Comme l'a dit le PDG de l'entreprise, Suumit Shah, sur Fox News : « C'est brutal, si vous pensez comme un humain ». Et Stewart de déclarer :« "L'IA : c'est brutal, si vous pensez comme un humain" - ce n'est pas le slogan publicitaire le plus accrocheur que j'aie jamais entendu ».

« C'est comme la productivité sans l'impôt d'un plus grand nombre de personnes », déclare Brian Chesky, PDG d'Airbnb, dans une vidéo. « L'impôt sur les personnes : anciennement appelé employés », a déclaré Stewart.

« Alors que nous attendons que cette chose guérisse les maladies et résolve le problème du changement climatique, elle nous remplace sur le marché du travail - pas dans le futur, mais maintenant ».
On voit beaucoup de licenciements massifs qui sont en partis liés à l'IA.

Moins de jobs => moins de revenus => moins de consommation (et ça boucle).
Quand une entreprise avec plein d'employés s'installent quelque part, on nous raconte toujours le même "ça va faire vivre plein de commerces autour de l'entreprise".
Ben là l'entreprise va virer tout le monde, donc les commerces autour vont couler.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Comment pouvons-nous garantir que l’IA ne laisse personne de côté ? Explorez des idées pour assurer une transition équitable vers un avenir automatisé.
Il n'y a pas de solution.
Le chômage et la précarité vont exploser.

Ça ne fonctionne pas l'histoire "on va énormément taxer les entreprises qui utilisent l'IA afin que ça finance le RSA et les retraites de tout le monde".

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Quels emplois sont les plus vulnérables à l’automatisation ? Pensez aux secteurs spécifiques et aux compétences qui pourraient être remplacées par des machines.
Tous les emplois de bureaux sont menacés.
L'IA va augmenter la productivité des humains, donc il y aura besoin de moins d'humains pour faire la même quantité de travail.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Comment pouvons-nous former et préparer les travailleurs pour l’ère de l’IA ? Partagez des idées sur l’éducation, la formation continue et l’adaptabilité.
Ben déjà il ne faut surtout pas commencer des études pour travailler dans l'IA.
Il y a assez de spécialistes et au bout d'un moment les grosses entreprises rachèteront les petites et vireront les employés.

Peut-être que l'avenir c'est l'artisanat.
Peut-être cultiver des légumes en permaculture, sans engrais, pour les vendre à des riches.
1  1