IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Une conséquence cachée de la gig economy : les travailleurs continuent de demander aux clients des relations sexuelles ou des rendez-vous
Abusant de leur accès aux données personnelles des clients

Le , par Stéphane le calme

3PARTAGES

6  0 
Une étude commandée par l'ICO, l’autorité de protection des données au Royaume-Uni, révèle que 29 % des 18-34 ans ont reçu des contacts indésirables après avoir donné leurs informations personnelles à une entreprise (fournissant divers services comme la livraison de nourriture et autres). « Les gens ont le droit de commander une pizza, de donner leur e-mail pour obtenir un reçu, ou de se faire livrer leurs courses, sans qu'on leur demande ensuite des relations sexuelles ou un rendez-vous un peu plus tard », a déclaré Emily Keaney, commissaire adjointe à l'ICO.

Près d'un Britannique sur trois âgé de 18 à 34 ans a reçu des contacts indésirables de la part de chauffeurs-livreurs ou d'autres travailleurs leur demandant de sortir avec eux ou d'avoir des relations sexuelles, a averti l'ICO, l'organisme britannique de surveillance des données.

L'enquête menée auprès de plus de 2 000 adultes britanniques pour le compte du Bureau du commissaire à l'information a révélé qu'au total, 17 % des personnes ont vu leurs informations personnelles utilisées pour une proposition romantique ou sexuelle après les avoir transmises à une entreprise. Ce chiffre s'élève à 33 % à Londres, où de tels incidents sont les plus fréquents.

En juin, une passagère d'Etihad Airways a déclaré au Guardian à quel point elle ne se sentait pas en sécurité après qu'un employé engagé par la compagnie aérienne ait trouvé son numéro de téléphone dans le système de l'entreprise puis lui ait envoyé des SMS non sollicités.

Emily Keaney, sous-commissaire à la politique réglementaire au Commissariat à l’information, a déclaré :

Il peut y avoir, parmi certains, une idée dépassée selon laquelle utiliser les informations personnelles d’une personne qui vous sont fournies dans un contexte professionnel pour lui demander de sortir avec elle est romantique ou charmant. En termes simples, ce n’est pas le cas – c’est contraire à la loi.
Un nombre croissant d'entreprises, notamment dans les secteurs de la livraison, du transport ou de la logistique, s'appuient sur l'économie des petits boulots ou sur des travailleurs contractuels. Ces travailleurs n'ont pas droit aux mêmes droits du travail que les travailleurs à temps plein, les emplois peuvent être précaires et mal payés et le turnover est souvent élevé. L’une des conséquences est que les informations sensibles des clients, telles que les numéros de téléphone et les adresses, sont accessibles aux travailleurs occasionnels.


Livreurs de nourriture : quand le service devient harcèlement

La livraison de nourriture à domicile est un service pratique et apprécié par de nombreux clients, qui peuvent commander en quelques clics leurs plats préférés. Mais certains livreurs profitent de leur accès aux données personnelles des clients pour leur envoyer des messages à caractère sexuel, les invitant à sortir avec eux ou à leur faire des faveurs. Ces comportements sont non seulement déplacés, mais aussi dangereux, car ils exposent les clients à des risques de harcèlement, de violence ou de vol.

Plusieurs femmes ont témoigné avoir reçu des messages inappropriés ou insistants de la part de livreurs qui ont accès à leurs numéros de téléphone et à leurs adresses. Par exemple, une cliente a raconté qu’un livreur lui avait envoyé un message après avoir déposé sa commande, lui disant qu’il la trouvait « très belle » et qu’il voulait la revoir. Une autre cliente a dit qu’un livreur lui avait demandé si elle était célibataire et si elle voulait « s’amuser » avec lui. Une troisième cliente a affirmé qu’un livreur lui avait proposé de lui faire un « massage » en échange d’un pourboire.

Ces messages sont contraires aux politiques des plateformes de livraison comme Uber Eats, DoorDash ou Grubhub, qui interdisent le harcèlement et le flirt avec les clients. Ces plateformes ont des systèmes de signalement et de blocage pour protéger les clients, mais certains livreurs contournent ces mesures en utilisant des numéros temporaires ou en créant de faux profils. Ainsi, ils peuvent continuer à contacter les clients sans être identifiés ou sanctionnés.

Ces pratiques posent des problèmes de sécurité et de confidentialité pour les clients, qui se sentent vulnérables et violés. Ils ne savent pas qui sont ces livreurs ni ce qu’ils peuvent faire avec leurs informations personnelles. Ils craignent aussi que ces livreurs ne reviennent chez eux ou ne les suivent dans la rue. Ils se sentent impuissants face à ces situations, qui gâchent leur expérience de la livraison de nourriture.


L'enquête de l'ICO

L'ICO a lancé aujourd’hui un appel aux victimes de ce que l’on appelle les « textos nuisibles » à se manifester pour aider le régulateur à rassembler des preuves de l’impact de ce comportement illégal.

Les textos nuisibles sont des individus qui utilisent des informations personnelles, telles qu'un numéro de téléphone ou une adresse e-mail, qui leur sont fournies dans un contexte commercial pour des propositions « romantiques » ou sexuelles – par exemple, pour inviter un client à sortir avec lui après avoir commandé un plat à emporter.

Cet appel à preuves intervient alors qu'une nouvelle étude commandée par l'ICO révèle que près d'un tiers des 18-34 ans ayant répondu à son sondage ont été victimes de cette pratique. La recherche a également révélé que les jeunes sont plus susceptibles de croire à tort qu’il s’agit d’un acte juridique. Toutefois, les deux tiers du public estiment que cela est moralement répréhensible.

L'ICO examinera plus en détail l'utilisation non autorisée d'informations personnelles à des fins de propositions romantiques ou sexuelles, en contactant certains des principaux employeurs du pays en contact avec les clients pour souligner leurs responsabilités juridiques et en savoir plus sur les garanties qu'ils ont mises en place.

Emily Keaney a déclaré :

Les gens ont le droit de commander une pizza, de donner leur e-mail contre un reçu, ou de se faire livrer leurs courses, sans qu'on leur demande ensuite des relations sexuelles ou un rendez-vous un peu plus tard. Ils ont le droit de savoir que lorsqu’ils communiquent leurs informations personnelles, celles-ci ne seront pas utilisées d’une manière avec laquelle ils ne seraient pas à l’aise. Mais nos recherches actuelles montrent qu’un nombre inquiétant de personnes, en particulier de jeunes, sont la proie de ces ravageurs des textes[...].

Si vous dirigez une entreprise en contact avec la clientèle, vous avez la responsabilité de protéger les données de vos clients, y compris contre toute utilisation abusive par vos employés. Nous écrivons aux grandes entreprises, notamment celles de livraison de nourriture et de colis, pour leur rappeler qu'il n'y a pas d'excuses et qu'il est impossible de détourner le regard.

Nous avons lancé cet appel à témoignages aujourd’hui parce que nous voulons entendre directement le public comment cette utilisation abusive des informations personnelles les a affectés. En tant que régulateur des données, nous pouvons ensuite utiliser ces informations pour éclairer notre travail de protection du public.
L'ICO n'a explicitement nommé aucune entreprise, mais a souligné les « grandes entreprises » opérant dans le domaine de la livraison de nourriture et de colis.

Son enquête a révélé que les deux tiers de la population britannique estiment qu'il n'est pas moralement correct d'utiliser des informations personnelles fournies à des fins commerciales pour des propositions romantiques ou sexuelles.

Le régulateur a déclaré qu'il réprimait de tels événements, demandant aux victimes de se manifester et contactant les entreprises pour leur rappeler leurs responsabilités en matière de protection des données.

S’il s’avère qu’une entreprise ne respecte pas les lois sur la protection des données, elle peut être condamnée à une amende pouvant aller jusqu’à 17,5 millions de livres sterling (20,42 millions d'euros) ou alors à 4 % de son chiffre d’affaires mondial, selon le montant le plus élevé.

Principales conclusions de la recherche

Les personnes interrogées ont dû répondre à trois questions :
  • Quelqu'un a-t-il déjà utilisé vos informations personnelles (numéro de téléphone, nom, adresse e-mail, etc.), qui lui ont été fournies à des fins professionnelles, pour vous proposer une proposition amoureuse ou sexuelle ?
  • Pensez-vous que l’utilisation des informations personnelles d’une personne (numéro de téléphone, nom, adresse e-mail, etc.) fournies à des fins professionnelles pour la contacter avec une proposition romantique ou sexuelle est légale, illégale ou relève d’un jugement personnel ?
  • Que pensez-vous de l’utilisation des informations personnelles d’une personne (numéro de téléphone, nom, adresse e-mail, etc.) fournies à des fins professionnelles, pour la contacter avec une proposition romantique ou sexuelle ?

Les résultats ont révélé que :
  • 17 % du public a vu ses informations personnelles divulguées à des fins professionnelles utilisées pour une proposition amoureuse ou sexuelle. Cela comprend 30 % des 18-24 ans, 29 % des 25-34 ans et 25 % des 35-44 ans.
    • La région géographique la plus courante est Londres, où 33 % des résidents déclarent que cela leur arrive.
  • 9 % du public estime que l'utilisation des informations personnelles fournies à des fins professionnelles pour des propositions romantiques ou sexuelles est légale. 24 % estiment que ce n’est ni légal ni illégal, mais qu’il s’agit d’une question de jugement personnel. 56% estiment que c'est illégal.
    • Les jeunes sont nettement plus susceptibles de croire que c'est légal, avec 14 % des 18-34 ans estimant que c'est légal, contre 2 % des plus de 55 ans.
    • Les hommes sont deux fois plus susceptibles de croire que c'est légal, soit 12 % contre 5 % des femmes.
  • 66 % du public estime que l'utilisation d'informations personnelles fournies à des fins professionnelles pour des propositions romantiques ou sexuelles est moralement répréhensible. 20 % estiment que ce n’est moralement ni bien ni mal. 5% pensent que c'est moralement juste.
    • Les femmes sont plus susceptibles de croire que c’est moralement répréhensible, 74 % d’entre elles déclarant ce point de vue, contre 58 % des hommes. Les hommes sont deux fois plus susceptibles de croire que c'est moralement juste, soit 7 % contre 3 % des femmes.
    • Les personnes âgées sont nettement plus susceptibles de penser que ce n’est pas moralement juste, avec 76 % des plus de 55 ans déclarant ce point de vue, contre 57 % des 18-34 ans.

Source : ICO

Et vous ?

Quel est votre avis sur la situation ? Est-elle propre à la Grande-Bretagne ou est-elle également présente dans votre pays ?
Pensez-vous que les plateformes de ce type font assez pour protéger les clients et sanctionner ceux qui abusent de leur position ?
Avez-vous déjà vécu ou connu une situation similaire, où vous avez été importuné(e) par un livreur ou un autre prestataire de service ?
Quelles mesures préventives ou réactives adoptez-vous pour éviter ou faire face à ce genre de situation ?
Quels conseils donneriez-vous aux clients qui se sentent affectés par des messages indésirables ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de totozor
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 25/08/2023 à 15:51
Quel est votre avis sur la situation ? Est-elle propre à la Grande-Bretagne ou est-elle également présente dans votre pays ?
Pourquoi serait elle isolée à la Grande Bretagne?
Ca ne m'est jamais arrivé mais ma dégaine de pilier de rugby n'est probablement pas le fantasme du livreur moyen.
Pensez-vous que les plateformes de ce type font assez pour protéger les clients et sanctionner ceux qui abusent de leur position ?
C'est marrant mais on est obligé de passer par les plateformes pour donner un pourboire au livreur mais ils utilisent leurs GSM personnels pour nous appeler.
Pourquoi les platerformes ont les moyens de récupérer les pourboires dans leur systèmes mais pas ceux pour permettre à leurs livreurs de communiquer via leur appli (et ainsi laisser nos numéros de tel invisibles)?
Avez-vous déjà vécu ou connu une situation similaire, où vous avez été importuné(e) par un livreur ou un autre prestataire de service ?
Quelles mesures préventives ou réactives adoptez-vous pour éviter ou faire face à ce genre de situation ?

Mon corps d'Appolon est mon meilleur moyen de dissuasion.
Mais par contre j'ai la descence de me bouger le cul jusque la porte plutôt que donner le code de la résidence et d'exiger d'être livré à la porte de mon appart. (Dans mon appart précédent je ne connaissais pas de code de la résidence, le proprio ne voulait pas me le donner, donc je l'ai demandé à un livreur que j'ai croisé dans le couloir).
Quels conseils donneriez-vous aux clients qui se sentent affectés par des messages indésirables ?
Répondre à la personne que c'est inaproprié et que je ne suis pas interressé. S'il insiste trop je contacterais la plateforme.

Personnellement, je trouve que les livreurs sont plutôt serviables, ils ont tendance à rendre service en cas de pépin donc je n'ai pas de raison de les emmerder.
1  0 
Avatar de L33tige
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 28/08/2023 à 7:33
Citation Envoyé par eddy72 Voir le message
et combien de "match" aboutissent a un : "ils vécurent heureux et eurent beaux d'enfants " ?
Quel est le rapport entre être sur une application et volontairement avoir des contacts, et se faire contacter sans son consentement ? Ya un soucis quelque-part là c'est même maladif de toujours vouloir dédouaner.
1  0 
Avatar de eddy72
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 26/08/2023 à 18:20
et combien de "match" aboutissent a un : "ils vécurent heureux et eurent beaux d'enfants " ?
0  1