IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Un ingénieur de Google gagne 150 000 $, travaille 1 heure/jour et consacre le reste de son temps à sa startup.
Comment certains ingénieurs logiciels gagnent des fortunes en ne faisant presque rien

Le , par Stéphane le calme

226PARTAGES

34  1 
Google est l’une des entreprises les plus convoitées par les ingénieurs logiciels, qui peuvent y toucher des salaires allant jusqu’à 718 000 $ par an. Mais certains d’entre eux ne semblent pas satisfaits de leur travail et préfèrent se consacrer à leurs propres projets.

C’est le cas de Devon, un ingénieur logiciel de Google dans la vingtaine, qui a confié à Fortune qu’il ne travaillait qu’une heure par jour pour la grande enseigne de la technologie, tout en gagnant 150 000 $ par an. Il a déclaré qu’il se levait vers 9 heures du matin, prenait une douche et cuisinait son petit-déjeuner, puis travaillait pour Google jusqu’à 11 heures ou midi. Le reste de la journée, il travaillait sur sa startup, dont il n'a pas voulu parler.

Devon a expliqué à Fortune qu’il ne voyait pas l’intérêt de travailler dur quand il voyait ses collègues faire des nuits blanches sans progresser dans la hiérarchie. « Ce n’est pas comme si vous alliez vraiment être promu pour avoir fait plus que ce qu’on vous demande », a-t-il dit à Fortune.

Fortune a indiqué qu’il avait utilisé le pseudonyme Devon pour protéger la vie privée de l’ingénieur. Le magazine a dit avoir vu la lettre d’offre de Google vérifiant son salaire, et avoir examiné des captures d’écran montrant son travail sur sa startup pendant sa journée de travail.

Devon n’est pas le seul à avoir ce genre de pratique. Jason, un ingénieur logiciel de 22 ans, avait précédemment confié à un média qu’il travaillait deux emplois à temps plein à distance en tant qu’ingénieur logiciel pendant pas plus de 30 heures par semaine pour augmenter ses revenus : « Je sentais que ma charge de travail à mon premier emploi était assez faible, et je savais que si je n’arrivais pas à gérer, je pouvais simplement démissionner de l’un des emplois », avait-il dit.


Des experts débattent de la montée du “faux travail” dans la tech

Des histoires comme celles-ci ont contribué à alimenter le débat sur le fait que les employés des entreprises technologiques comme Google et Meta sont payés des salaires élevés pour ne faire que le minimum d’heures de travail - une tendance que certains experts de la tech appellent le « faux travail ».

Les grandes enseignes de la technologie ont embauché massivement pendant la pandémie à la poursuite de ce que Keith Rabois, un investisseur de la Silicon Valley, appelle la « métrique de vanité » du nombre d’employés, où les employeurs augmentent leur effectif dans le but de se démarquer de leurs rivaux.

Certains critiques ont dit que les entreprises n’avaient pas assez de travail pour occuper leurs nouvelles recrues. Google et Meta ont licencié des milliers d’employés plus tôt cette année. « Ils ne faisaient vraiment rien en travaillant à domicile », a déclaré Thomas Siebel, un PDG milliardaire qui dirige l’entreprise d’intelligence artificielle C3.ai, à Forbes, à propos des nouvelles recrues des deux entreprises.

Que le « faux travail » provienne de la surembauche ou soit le produit d’une mauvaise gestion, l’horaire de travail de Devon montre comment les attitudes autour du travail ont changé à la recherche d’un équilibre entre vie professionnelle et vie privée, surtout chez les travailleurs de la génération Z.


Certains employés ont déjà été licenciés pour avoir deux emplois à temps plein

L'année dernière, Equifax a utilisé The Work Number, qui est l'un de ses propres logiciels, pour identifier les employés en télétravail qui avaient un autre emploi à temps plein tout en étant employés par Equifax.

Puis, 25 employés ont été interrogés sur les conclusions de l'enquête et 24 ont été licenciés, ce qui a permis d'économiser 3,2 millions de dollars, selon un document. En plus de ces employés qu'Equifax a licenciés, l'entreprise aurait signalé 283 sous-traitants également soupçonnés d'être doublement employés, mais le média n'a pas été en mesure de vérifier si ces sous-traitants ont également été remerciés.

Bien que l'enquête d'Equifax ait ciblé des employés ayant deux emplois ou plus, l'entreprise a déclaré que cette violation n'était pas la seule raison pour laquelle 24 employés ont été licenciés. En effet, la porte-parole d'Equifax, Kate Walker, a confirmé que plusieurs employés avaient récemment été licenciés « en raison de multiples facteurs, y compris dans de nombreux cas leur propre aveu qu'ils avaient un poste secondaire à temps plein ». Certains occupaient trois emplois, a-t-elle précisé.

Citation Envoyé par Kate Walker
Equifax a récemment mené une enquête sur un certain nombre d'employés soupçonnés d'occuper un double emploi à temps plein qui était en conflit avec leur rôle dans notre entreprise. En conséquence, plusieurs employés qui ont enfreint le code de conduite de notre entreprise et la politique d'emploi externe, qui étaient en vigueur au moment de l'enquête, ont récemment été licenciés.
Walker a déclaré que l'entreprise a depuis février autorisé de nombreux employés à travailler depuis le bureau trois jours par semaine, depuis leur domicile deux jours par semaine et depuis n'importe où pendant deux semaines par an.


Equifax a utilisé d'autres méthodes de surveillance des employés pour déterminer quels travailleurs violaient son code de conduite des employés. Selon Walker, les employés « doivent toujours divulguer et discuter d'un emploi à l'extérieur avec leur superviseur ». Cette politique est en place depuis 2017, a-t-elle déclaré. Le manuel de l'employé est moins strict, disant seulement que les employés sont « censés informer » leurs superviseurs du travail à l'extérieur. D'ailleurs, Walker précise que les employés sont censés examiner régulièrement le code de conduite de l'entreprise.

Certains travailleurs étaient soupçonnés eu des entretiens avec Equifax (entretiens téléphoniques dans le cadre de l'enquête) depuis leurs autres sites de travail. L'enquête a également utilisé les commentaires des managers et des périodes inexpliquées où un travailleur n'était pas disponible pendant la journée de travail, a déclaré Walker. Aussi, Equifax a commencé à noter tout employé enregistrant « une utilisation anormalement faible du VPN », en dessous de 13 heures par semaine, comme un signal d'alarme.

Au moins certaines des personnes licenciées pour avoir occupé deux emplois occupaient des postes de cybersécurité chez Equifax, un domaine où l'entreprise a effectué de nombreuses embauches à la suite de sa violation de données en 2017, selon deux personnes au courant des licenciements.

« Ils ont dit, 'quand vous avez commencé, vous avez signé un document, un accord, pour un travail de non-concurrence' », a déclaré l'une des personnes, qui dit avoir été licenciée après avoir admis avoir eu un « travail parallèle » qui, selon lui, ne représentait pas de concurrence avec Equifax. « Je l'ai reconnu, mais je ne travaillais pas pour autant dans le même domaine ».

L'employé licencié a déclaré qu'il n'était pas au courant de la politique de l'entreprise exigeant que les employés obtiennent une « approbation préalable » de leurs responsables et d'un responsable des ressources humaines pour occuper un deuxième emploi.

Walker a déclaré que le code de conduite de l'entreprise, que les employés sont censés examiner régulièrement, stipule que le personnel « doit toujours divulguer et discuter de l'emploi extérieur avec votre superviseur ».

Source : Fortune

Et vous ?

Que pensez-vous du phénomène du « faux travail » dans la tech ?
Trouvez-vous cette situation crédible ? Pourquoi ? Si oui, comment pourriez-vous l'analyser ?
Êtes-vous surpris d'apprendre que certains ont plusieurs emplois à temps plein ? Que devrait faire l'employeur dans ces cas selon vous ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 23/08/2023 à 18:58
J'ai pas compris grand chose à ton discours complotiste, à mon avis cette news montre surtout qu'il n'y pas de management valable chez Google, et qu'ils emploient des gens à prix d'or pour ne rien faire.
Après c'est pas les seuls qui sont dans ce cas, même en France il y a un tas de boites qui emploient des gens qui ne servent à rien dans des bullshit jobs.
11  2 
Avatar de Fagus
Membre expert https://www.developpez.com
Le 24/08/2023 à 0:08
il y a pas que chez eux. Ici bas, il y a aussi des gens complètement surpayés qui ont trouvé le moyen d'automatiser leur boulot pour ne plus travailler que quelques heures, et personne ne s'en est rendu compte...

Sans compter la productivité... à poste identique, il y a des gens qui sont en sub-burn out et finissent tard du boulot, tandis que d'autres se demandent pourquoi légalement on ne peut pas cumuler un plein temps et un autre boulot histoire de s'occuper... et qui du coup lisent le journal au boulot, rentrent tôt, et traînent du developpez.com...
7  2 
Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 24/08/2023 à 9:31
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
D'après vous, un jeune qui lit cette connerie qui vient de Fortune va se sentir comment quand il n'arrivera pas à se faire embaucher avec un salaire supérieur au smic? Il va avoir l'impression d'avoir fait les bons choix? Il va se pendre sous un pont ou devenir un dealer dans les quartiers Nord de Marseille pour se faire de la tune sans rien foutre?
Entièrement d'accord avec toi, ça me rappelle les post d'ingénieurs sur Reddit, "je gagne 15K par mois mais j'ai l'impression que c'est pas assez".

Je cherche encore pourquoi on vous taxe de complotiste . Peut-être parce que c'est trop dur pour certains d'admettre que le bon sens à été tué sur l'autel de l'argent facile. Du coup on commence à vivre dans le même bazar que les Chinois ou l'argent est la seule valeur. Le riche est du coup forcément plus dans le juste que le pauvre, qui est forcément un raté frustré, un looser. Son salaire n'est du coup que le reflet de sa supposée médiocrité et il n'a plus que les yeux pour pleurer.

Soyez honnête dans ce monde et vous finirez en bas de l'échelle, voila la vraie leçon de cet article de Fortune, que vous soyez le boss de Google ou un simple employé.

Mais on est complotiste
5  1 
Avatar de binarygirl
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 23/08/2023 à 21:20
Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message
des gens qui ne servent à rien dans des bullshit jobs.
A ce propos, je recommande le livre du même nom
5  3 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 23/08/2023 à 22:34
Entre nous, un employeur qui paie des gens qui ne travaillent pas vraiment, c'est sûr qu'elle met la faute sur les employés abuseurs mais c'est quand même l'employeur qui permet ça.
Et je me demande toujours comment ça se vérifie l'équivalent de ce laisser-aller au niveau de la comptabilité...
4  2 
Avatar de Jules34
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 24/08/2023 à 9:33
Citation Envoyé par Pierre Louis Chevalier Voir le message
J'ai pas compris grand chose à ton discours complotiste
Dire que l'argent ne doit pas être Roi et que ce n'est pas un objectif en soi à afficher dans les magazines c'est donc être complotiste ?

Il a peut être juste soulevé un sujet que vous ne maitrisez pas. Enfin je vous comprends quand même un peu, un site d'informaticien relaie un article d'un magazine de passionnés de l'oseille à propos d'ingénieurs en quête du ticket d'or, forcément c'est un sujet clivant, autant que les différences de rémunérations à poste égal.
4  2 
Avatar de Madmac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/08/2023 à 1:33
Cela me rappelle cette histoire du spécialiste en optimisation du travail qui avait réalisé une enquête dans l'usine d'Henry Ford (le fondateur de Ford).

Le chercheur fit son rapport qui se résumait ainsi : votre usine est très performante, mais il y a un type que vous devriez foutre à la porte. Il passe son temps à ne rien faire.

La réponse d'Henry Ford : ce serait la pire erreur que je pourrais faire, c'est le type qui a inventé ma ligne d'assemblage et qui continue à l'améliorer.

Morale de l'histoire : certaines personnes ne sont pas payées pour le volume de leur travail, mais parce qu'elles sont irremplaçables.

Honnêtement je ne crois pas beaucoup cet article. Google est reconnue pour les burn-outs de ses employés.
2  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/05/2024 à 8:24
Citation Envoyé par Mathis Lucas Voir le message
Un investisseur d'Andreessen Horowitz déclare que la moitié des cols blancs de Google ne fait probablement "aucun travail réel" ce qui réduit les dividendes des actionnaires et nuit aux petites entreprises
Donc une personne qui ne fait aucun "travail réel" (un investisseur) à Google reprochent à d'autres de ne pas en faire et que ceci nuit à sa rémunération?
C'est l'hôpital qui se fout de la charité
Peut-être même qu'elles s'amélioreraient si moins de personnes s'immisçaient dans leurs affaires.
Je vous suggère d'arrêter de vous immiscer dans leurs affaires, M. David Ulevitch, pour leur propre bien.

Je m'arrête là mais c'est incroyable de vois à quel point chacun de ses arguments peut être retourné contre lui.
M. David Ulevitch, vous voulez lutter contre les dépenses inutiles de Google? Renoncez à vos dividendes !
2  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 24/08/2023 à 7:50
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Devon a expliqué à Fortune qu’il ne voyait pas l’intérêt de travailler dur quand il voyait ses collègues faire des nuits blanches sans progresser dans la hiérarchie. « Ce n’est pas comme si vous alliez vraiment être promu pour avoir fait plus que ce qu’on vous demande », a-t-il dit à Fortune.
Je comprends tellement ce mec, même si je ne ferais jamais ce qu'il fait, et je vais répartir la faute sur L'employeur comme sut lui :
- les entreprises nous vendent souvent que si on bosse bien on aura l'augmentation/promotion qu'on demande puis on se rend compte que Gérard fait un boulot de dingue mais stagne depuis des années alors que Marcel en branle pas une et monte les échelons (oui notre biais ne voit pas les branleurs qui stagnent et les bosseurs qui montent, c'est une erreur). On croit les promesses de notre entreprise et on pense pouvoir évoluer, puis après deux bilans annuels on se rend compte que notre salaire ne monte pas malgré le surinvestissement. Du coup on arrete de se donner du mal pour rien et on fait le strict minimum : remplir ses objectifs annuels.
- Mais quand on gagne largement sa vie en bossant 1h par semaine pourquoi un deuxième boulot? C'est aussi tendre le baton pour se faire battre et une belle façon de ne pas respecter son employeur comme ses collègues.

Quand j'étais chef d'équipe je devais demander à mes gars que se surinvestir en espérant une augmentation était inutile parce qu'ils ne l'auraient pas de toute façon, je faisais ça parce qu'il était bien plus facile de gérer un équipe en rythme de croisière un peu au dessus des objectifs qu'une équipe où certains font des yoyo entre 60h au taquet et 33h les ortreils en éventail, surtout quand l'un est dans une phase au taquet alors que son voisin en "fout pas une".
3  2 
Avatar de Andnotor
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 24/08/2023 à 9:49
On râle constamment sur ces entreprises et top-managers qui s'en mettent plein les poches, n'est-ce pas là une façon de redistribuer la richesse ?

2  1