IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le retour de flamme du retour au bureau : les entreprises qui mettent fin aux avantages du télétravail perdraient les meilleurs talents
Selon certains professionnels

Le , par Stéphane le calme

25PARTAGES

11  1 
Forcer les travailleurs à retourner au bureau se retourne lentement contre les employeurs, car le resserrement du marché du travail valorise de plus en plus le travail à distance comme un avantage clé. C'est en tout cas l'opinion de certains professionnels.

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, le télétravail s’est imposé comme une modalité de travail incontournable pour de nombreux salariés et employeurs. Selon une étude du cabinet McKinsey, 80 % des salariés interrogés se disent satisfaits du télétravail et 41 % se disent plus productifs qu’avant. Le télétravail offre en effet de nombreux avantages, tels que la réduction des temps de trajet, la flexibilité des horaires, l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, ou encore la réduction des coûts liés aux locaux et aux déplacements.

Face à ce constat, certains employeurs ont décidé d’adopter une politique de télétravail permanente ou hybride, c’est-à-dire combinant des jours en présentiel et des jours à distance. C’est le cas par exemple de Facebook, Shopify ou encore Microsoft. Ces entreprises considèrent le télétravail comme un avantage concurrentiel pour attirer et fidéliser les meilleurs talents, notamment dans le secteur du numérique où la demande est forte et l’offre limitée.

En revanche, d’autres employeurs ont choisi de rappeler leurs salariés au bureau, au moins à temps partiel, en invoquant des raisons telles que la préservation de la culture d’entreprise, la facilitation de la collaboration, ou encore la protection des données confidentielles. C’est le cas par exemple d’Amazon, Disney, JPMorgan, ou encore Zoom. Ces entreprises font face à une résistance de la part de leurs salariés, qui voient le télétravail comme un bénéfice équivalent à une augmentation de salaire de 8 %. Certains salariés ont même décidé de quitter leur emploi ou de se mettre en grève pour protester contre le retour au bureau.

Les entreprises technologiques mettent la pression pour le retour en présentiel

Bien que Google ne s'est pas fait beaucoup entendre sur le retour à la « normale » qu'Amazon et Meta, la société a néanmoins été claire avec ses attentes. En effet, la directrice des ressources humaines de Google, Fiona Cicconi, a écrit un courriel aux employés dans lequel il était indiqué que l'entreprise prévoyait de doubler le temps en présentiel estimant « qu'il n'y a tout simplement pas de substitut qui remplace efficacement la réunion en personne ».

« Bien sûr, tout le monde ne croit pas aux "conversations magiques dans les couloirs", mais il ne fait aucun doute que travailler ensemble dans la même pièce fait une différence positive », lit-on dans l'e-mail de Cicconi. « Beaucoup des produits que nous avons dévoilés à I/O et Google Marketing Live le mois dernier ont été conçus, développés et construits par des équipes travaillant côte à côte ».

Dans sa note, elle rappelle également aux employés qu'ils doivent venir au bureau trois jours par semaine s'ils ne sont pas déjà désignés comme distants et « qui sont constamment absents du bureau », précisant que les responsables peuvent tenir compte de leurs absences dans les évaluations de performances. Meta a récemment publié un avis similaire à ses employés.

Cicconi a même demandé aux travailleurs à distance déjà approuvés de reconsidérer leur situation : « Nous savons qu'un certain nombre de personnes sont passées au travail entièrement à distance pour de nombreuses bonnes raisons, car nous nous sommes tous adaptés à la pandémie. Pour ceux qui vivent à distance et à proximité d'un bureau Google, nous espérons que vous envisagerez de passer à un horaire de travail hybride. Nos bureaux sont l'endroit où vous serez le plus connecté à la communauté Google. À l'avenir, nous n'examinerons les nouvelles demandes de travail à distance que par exception. »

Aux États-Unis, l'entreprise vérifiera périodiquement si les employés adhèrent à la politique de présence au bureau à l'aide des données des badges, et les dirigeants examinent actuellement les exigences locales à mettre en œuvre dans d'autres pays, indique l'un des documents. Si les travailleurs ne suivent pas la politique après une période prolongée, les ressources humaines communiqueront avec eux sur les « prochaines étapes ».

À l'avenir, a déclaré Cicconi, le nouveau travail entièrement à distance ne sera accordé que « par exception uniquement ».

« Du jour au lendemain, le professionnalisme des travailleurs a été méprisé au profit de pratiques de suivi de présence ambiguës liées à nos évaluations de performance », a déclaré Chris Schmidt, ingénieur logiciel chez Google et membre du syndicat Alphabet Workers Union. « L’application pratique de cette nouvelle politique sera une confusion inutile parmi les travailleurs et un mépris pour nos diverses circonstances de vie ».


Plus les employeurs mettent la pression pour le retour en présentiel, plus les employés veulent se syndiquer ou faire grève

Dans certains cas, la pression de l'employeur pour retourner au travail en personne se traduit par des efforts des employés pour se syndiquer ou faire grève au sujet de la réduction des avantages sociaux, selon le magazine Entrepreneur. Il faut préciser que, dans le cas de ce dernier, il s'agit d'une analyse, pas nécessairement d'un fait.

Quoi qu'il en soit, voici un extrait dudit magazine :

Les employés d'Amazon en colère et consternés s'opposent à la politique de retour au bureau récemment annoncée par la direction d'Amazon. La politique d'Amazon rejoint d'autres entreprises de premier plan telles que Disney, Starbucks, Tesla, Google et d'autres qui forcent les employés à retourner au bureau.

Certains prétendent qu'ils doivent le faire pour des raisons de productivité. Par exemple, Elon Musk, le PDG de Tesla, a affirmé que ceux qui travaillent à distance ne font que « faire semblant de travailler » et « téléphonent ». D'autres disent qu'il faut être au bureau pour innover : le PDG de Disney, Bob Iger, a exigé le retour au bureau, car « rien ne peut remplacer la capacité de se connecter, d'observer et de créer avec des pairs qui vient du fait d'être physiquement ensemble ».

Cependant, en réalité, des recherches approfondies montrent que les travailleurs à distance sont plus productifs que ceux au bureau, pas moins. Et vous obtenez plus d'idées et plus d'idées originales grâce à des techniques d'innovation et de créativité adaptées au travail à distance.

Alors qu'est-ce qui explique la situation ? En tant qu'expert mondialement connu dans le domaine du travail hybride et à distance, j'ai pu constater de visu comment le travail à distance, qu'il s'agisse d'une partie de la semaine ou à temps plein, permet le pouvoir des travailleurs en facilitant l'autonomie, en décentralisant le pouvoir et en empêchant la microgestion. Malheureusement, trop de managers de la vieille école comme Iger et Musk préfèrent une structure de pouvoir rigide et descendante ; en effet, Elon Musk est bien connu comme un micromanager extrême.

Une telle approche autoritaire est bien adaptée au modèle de la chaîne de montage du début du XXe siècle, mais pas bien adaptée à une économie du savoir moderne. C'est pourquoi nous voyons des employés utiliser le pouvoir des travailleurs pour lutter contre ces mandats autoritaires, ce qui se traduit par des syndicats habilités.

Il est important de reconnaître que ce virage vers le pouvoir des travailleurs se produit dans le contexte de licenciements massifs par les entreprises technologiques, qui sont de moins en moins disposées à offrir des avantages tels que le travail à distance à leur main-d'œuvre. En fait, il existe des preuves que certaines entreprises telles que Twitter utilisent des mandats de retour au travail pour inciter les travailleurs à démissionner volontairement, afin d'éviter de payer une indemnité de départ. Les employeurs prennent de plus en plus le dessus, car les travailleurs qui se sentent inquiets pour l'économie hésitent à demander davantage de travail à distance. Cependant, de telles stratégies pourraient bien se retourner contre les employeurs à long terme si elles stimulent l'augmentation de la syndicalisation ; même si les employés individuels peuvent être inquiets pour leur emploi, ensemble, ils peuvent défendre leur cause, surtout compte tenu d'un taux de chômage de 3,4 %, le plus bas depuis plus de 50 ans. Et même les travailleurs de la technologie trouvent de nouveaux emplois en trois mois environ, ce qui témoigne de la force du marché du travail malgré une certaine évolution vers le pouvoir des employeurs.


Une multiplication des grèves

Il y a eu des grèves généralisées dans tous les secteurs, notamment les guildes des écrivains et des acteurs de cinéma, les employés des entrepôts et des livreurs d'Amazon, les employés de Starbucks et les publications de médias numériques.

Les arrêts de travail ont le plus haut niveau de soutien public depuis 1965.

Certains employés, comme un administrateur de l'Arizona gagnant six chiffres, ont complètement démissionné lorsqu'ils ont été rappelés au bureau, selon des médias américains.

Selon le Wall Street Journal, les employeurs qui imposent le retour au bureau sont désavantagés sur le marché du travail, qui est actuellement favorable aux salariés. Les entreprises qui proposent du télétravail à temps plein ont vu leur effectif augmenter de 5 % au cours de la dernière année, contre 2,6 % pour les entreprises qui exigent du présentiel à temps plein. Le télétravail apparaît donc comme un facteur clé pour attirer et retenir les talents dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre qualifiée.

Les recherches de Prithwiraj Choudhury, professeur agrégé à la Harvard Business School et experte en travail à distance, ont révélé que les employés qui travaillaient à domicile 75 % du temps étaient les plus productifs. « Lorsque vous autorisez la flexibilité, cela élargit votre vivier de talents », a déclaré Choudhury, ajoutant : « Que l'économie se contracte ou se développe, les meilleurs travailleurs ont toujours des options extérieures. Et donc je pense que si vous, en tant qu'entreprise, avez un modèle qui ne donne pas de la flexibilité aux meilleurs employés, certains d'entre eux - pas tous, mais certains d'entre eux - seront débauchés par des concurrents ».

Sources : Wall Street Journal, Entrepreneur, Prithwiraj Choudhury,

Et vous ?

Partagez-vous l'avis selon lequel les travailleurs ont plus de pouvoir ? Observez-vous une situation similaire dans votre pays ?
Quelle est votre opinion sur le télétravail ? Préférez-vous le télétravail intégral, le télétravail hybride, ou le présentiel intégral ?
Quels sont les avantages et les inconvénients du télétravail pour vous, en tant que salarié ou employeur ?
Comment gérez-vous le télétravail au quotidien ? Quels sont vos conseils pour réussir le télétravail sans nuire à votre performance et à votre bien-être ?
Quelles sont les conditions nécessaires pour que le télétravail soit efficace et satisfaisant ? Quel rôle doivent jouer les employeurs, les salariés, et les pouvoirs publics ?
Comment voyez-vous l’avenir du travail après la pandémie ? Pensez-vous que le télétravail va se généraliser ou se réduire ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 08/08/2023 à 14:05
Citation Envoyé par Plume-Noire Voir le message
Ces candidats, ces postulants, mon groupe n'en veut pas. Nous cherchons des vrais talents qui ont une volonté orientée de s'impliquer dans la vie de la société, qui ne se limite pas seulement à son petit espace de vie et de confort, mais qui pense aux conséquences de son travail sur les collègues qui ne sont pas dans le même service et qui dépendent de son travail.
Donc, en conclusion, vous ne cherchez pas de «talent» particulier mais des personnes assez malléables pour répondre à vos exigences - ce qui demande essentiellement de l'abnégation mais pas particulièrement de «talent».
13  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/08/2023 à 7:05
Citation Envoyé par Plume-Noire Voir le message
Je suis un de ces dirigeants qui ne privilégie pas le télétravail. Et oui, notre groupe a du mal à recruter, nous sommes obligés de nous passer de candidats qui arrivent avec cette condition de télétravail avant même de connaître les enjeux du poste proposé.
Ces personnes ont raison, si pour elles le télétravail est important, cette condition passe avant les enjeux du poste.
Il vaut mieux commencer par ça :
- Quelle est votre politique de télétravail ?
- Nous n'en proposons pas.
- Très bien, nous pouvons nous arrêter là, votre entreprise ne m'intéresse pas.

Pourquoi le candidat devrait perdre plus de temps ?

Citation Envoyé par Plume-Noire Voir le message
  • L'échange spontané au détour d'un blague bien placée, d'un café ou d'une clope pour ceux qui fument. Personnellement, cela n'engage que moi ce commentaire, le télétravail permet peut-être de le faire en lançant un meeting spontané; mais tout cela me paraît bien artificiel.
On ne parle pas de télétravail à 100%.
On parle de télétravail 1, 2 ou 3 jours par semaine, donc il y a aura toujours beaucoup de présence physique au bureau.

Citation Envoyé par Plume-Noire Voir le message
Si votre priorité et vos arguments sont l'équilibre vie perso / vie pro, la soi distante productivité augmentée, vous ne faites qu'évoquer des exigences personnelles qui n'ont aucune implication dans la vie de la société pour laquelle vous travaillez et pour laquelle elle vous verse un salaire en conséquence de vos choix.
Tous les candidats qui ont refusé de travailler pour votre entreprise ont raison.
Les exigences personnelles sont plus importantes que l'entreprise.

Ça ne sert à rien de sacrifier sa vie pour son travail, on l'a vu avec les employés de Google, Amazon, Méta, Microsoft, etc, parfois il y a des plans de licenciements massifs et c'est "Am stram gram" pour savoir qui est viré.
Des travailleurs étaient très bien évalué, l'entreprise était très satisfaite de leur travail, et hop viré !
12  2 
Avatar de walfrat
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 09/08/2023 à 9:43
"Ce qui demande essentiellement de l'abnégation" : c'est une qualité, en effet. En tant que qualité morale et de vertu sans aller jusqu'au sacrifice de soi-même. Nous avons tous du y faire face lors de la crise sanitaire : infirmier(e)s, médecins, personnels de secours, pour la partie santé. Transporteurs, grande distribution, et services essentiels à la continuité sociale. Toutes ces personnes ont bien fait preuve d'abnégation, nous les avons remerciés, applaudis. Ont-ils reçu en retour ce qu'ils ont investis? Sans doute pas, j'en conviens. Mais notre débat ne porte pas sur ce sujet.
A vrai dire je ne suis absolument pas d'accord que ce soit hors sujet, je dirais même que c'est le coeurs du problème.

Les gens demandent de l'équilibre aujourd'hui dès l'ébauche du contrat. Pourquoi ? Parce qu'ils savent très bien ce qui c'est passé pour la génération avant eux et ce qui se passe encore aujourd'hui, à savoir une abnégation pas récompensé.

A cause de tout ça, il y a littéralement un défaut de confiance entre employé / employeur, en conséquence, les employés vont exiger des conditions brutes dans le contrat plutôt que faire confiance à un employeur qui "demande de l'abnégation mais promet de ne pas en abuser".

De fait vous ne subissez pas nécessairement de soi disant "mauvais profils" mais des profils qui réagissent avec la vision d'un employeur forgé dans un contexte de décennies de personnes exploités et jeter après usage.

Et pour info, je ne fais pas de télétravail. Par empathie par les autres ? Non, simplement c'est pas pour moi, du coup c'est parfaitement égoïste.
10  2 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 16/01/2024 à 22:37
Citation Envoyé par AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ Voir le message
5 000 km de distance, quasiment du Pacifique à l'Atlantique, 2 heures de décalage horaire...
Austin, le Texas, ses fusils, ses rednecks...
Où est le problème ?
San Diego = une ville de l'état de Californie qui est un des états américains ayant les impôts et taxes les plus élevés des USA

Austin = une ville de l'état du Texas qui se caractérise pas l'absence complète de tout impôt ou taxe concernant les entreprises installées sur son sol

Où est le problème? Ben, il y en a plus... Apple a résolu le problème: Préserver son bénéfice

Quand à ses employés, ce n'est pas un problème, juste une gène passagère...
8  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/08/2023 à 11:57
Pour ma part, tant que les entreprises restent aussi ingrates vis à vis des employés et ne s'engagent pas dans le bien être de l'employé, je ne vois pas pourquoi les employés s'engageraient dans la vie de l'entreprise.

Pour les entreprises on reste un numéro, une charge, dont on se débarassera dés que l'occasion se présente. En informatique c'est encore pire, on est considéré comme remplaçable en un claquement de doigts, ce qui n'est pas tout à fait vrai, mais qui n'empêche pas d'être remplacés pour autant. Les entreprises les plus regardantes éviteront de virer mais mettront dans un placard en attendant que l'on y crève ou que l'on prenne la porte de nous même.

Je ne parle même pas des fameuses "perspectives d'évolutions" qui ne sont qu'une mise ne concurrence avec nos collègues, déclenchant un environnement malsain où ceux qui ont les dents qui rayent le parquet marchent sur les autres et s'entretuent pour des titres pompeux qui justifient un salaire plus élevé. Pourtant, plus on monte, moins on produit, donc moins on rapporte à l'entreprise...

Je ne vois vraiment pas pourquoi on attendrait de moi, productif de l'entreprise, d'être disponible pour m'engager dans ce monde de loups au dessus. Ma santé mentale vaut mieux que les bénéfices d'une entreprise.
9  2 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 24/01/2024 à 7:41
C'est évident qu'une politique de télétravail adaptée avec des personnes consentantes c'est au moins aussi efficace qu'une politique sur site adaptée.
On y gagne alors en confort de vie et souvent en productivité.

Là où ça ne marche pas c'est quand on veux appliquer au télétravail les méthodes qu'on croyais efficace avant , du genre micro management , glorification du presenteisme, etc ...
On ajoute a ça des profils qui ont besoin de ce management (vous savez ce collègue qui branle plus rien dès que le chef est plus là) et c'est la recette de l'échec.

Je crois au 100% télétravail puisque je le pratique mais j'ai plus de mal a croire qu'une entreprise traditionnelle arrive à se transformer complètement sans douleurs
7  0 
Avatar de fredinkan
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 08/08/2023 à 16:23
Citation Envoyé par Plume-Noire Voir le message

Pour en revenir au débat initial, vous opposez deux concepts qui ne sont pas compatibles entre eux pour pointer du doigt une politique de télétravail assumée par une entreprise qui tente d'établir une forme d'équité entre ceux qui peuvent télétravailler (équipes techniques de maintenance, ingénieurs, développeurs, DBA, etc.) et ceux qui, dans la même société, ne le peuvent pas (par exemple : des caissières, des opérateurs à quai de déchargement, manutentionnaires logistiques, etc.).
Pourtant, vous travaillez dans la même société, mais vous vous préoccupez de défendre votre privilège de télétravail en argumentant de la sorte, au détriment de vos collègues qui ne peuvent pas en bénéficier?
Et je profite également de réagir sur ce point, ayant une femme qui, de par son métier, se doit de travailler en présentiel.

D'un point de vue employé:

Le télétravail est maintenant vu comme un "avantage social":
Pour les couples vivant les deux cette expérience, il s'agit d'un très gros plus qui va certainement leur améliorer leurs condition de vie (santé et argent).
Pour les couples vivant avec un seul des deux ayant cet avantage, il est possible que le couple tente de se relocaliser plus près du travail de celui qui ne le peut pas. C'est également vu comme une amélioration de vie et sera
bénéfique géralement aux deux membres du couples.
Pour ces 2 cas, la fatigue diminuée (nous commençons d'ailleurs à avoir des statistiques là-dessus qui montrent que les télétravailleurs sont plus productifs car moins fatigués par les transports).

Les couples dont les deux membres doivent travailler en présentiel vont généralement avoir plus de mal à l'assumer, mais cela restera au même titre que pour tout avantage donné à un profil dans l'entreprise. Nous pouvons voir les cas des bonus à la réussite de projet ou ce genre d'artifices (qui ne marchent pas). Pour ces profils, il n'y aura pas de choix que d'avoir une "paix sociale" via un avantage qui sera vu comme équivalent (ou pas, avec les risques encourus)

D'un point de vue employeur:

Le problème du retrait du télétravail est le même que le retrait de tout "avantage social". Il s'agit d'une plus-value donnée à l'employée face à la concurrence. Le marché du travail reste un marché et si un profil compétent n'est pas satisfait de ce qu'il y gagne, il ira ailleurs. Personne ne peut l'en blâmer.

En travaillant sur la motivation, on peut réduire la pression induite par ce "nouvel avantage". Il peut incomber de cette façon, à l'employeur de leur donner un avantage spécifique à leur nécessiter de travailler en présentiel. Cet avantage ne devant pas être retiré de la rémunération d'un télétravailleur sous peine de les voir partir (comme dans le cas où on lui retire l'avantage du télétravail).

Le point est très difficile à juger et au vu de la difficulté des grands comptes à imposer ce retour au bureau, il est clair que personne n'a encore trouvé la solution "miracle" permettant de gérer ce point. Cela pourait être un excellent débouché pour une société de conseil
8  2 
Avatar de denisys
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 15/08/2023 à 16:11
Les dirigeants invoquant souvent le besoin d’une collaboration plus présentielle.
La collaboratrice, le collaborateur :
Je doute que votre vision puisse amener notre entreprise, vers l’expansion de son activité ainsi que de son chiffre d’affaire.

Le dirigeant : si vous n’êtes pas contente, content, de ma vision, traversez la rue !

Sincèrement.
Je reste fidèle à mon point de vue.
À mon analyse, que je ne suis pas le seul a constater.
Il y a des métiers, qui ne peuvent se faire en distanciel.
Il y a des métiers, qui peuvent se faire en distanciel.

Alors, pourquoi cette volonté absolue de présentiel , pour les métiers qui peuvent se faire en distanciel ?

Le choix, des employé(e)s, devrait être privilégié.
Présentiel.
Hybride
Distanciel .
6  0 
Avatar de Darkzinus
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 08/08/2023 à 15:48
Cette politique vous prive mécaniquement de certains talents en tout cas.
6  1 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 15/08/2023 à 14:31
Citation Envoyé par Anselme45 Voir le message
Depuis quand un acteur de cinéma peut jouer un rôle dans un film en télétravail?
Pour avoir travaillé dans le milieu, je peux t'assurer qu'il est vrai que depuis la COVID, il y a beaucoup d'acteurs qui font du télétravail : pas pour jouer classiquement devant une caméra, mais pour tout ce qui est doublage, narration et tous les autres jobs de voix (une partie loin d'être négligeable des revenus du métier), les acteurs se sont équipés d'un bon micro avec un espace plus ou moins insonorisé et livrent les fichiers son directement.
5  0