IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Quelles raisons à la majorité masculine dans l'IT ? Une étude internationale confirme une tendance déjà observée : les femmes préfèrent travailler dans le social
Et les hommes avec des machines

Le , par Patrick Ruiz

31PARTAGES

19  0 
En dépit des débats sur la diversité des sexes dans le secteur de la technologie, les femmes continuent d’être sous-représentées, sous-payées et souvent victimes de discrimination dans ce secteur. Tim Cook a fait une sortie pour reconnaître qu’il « n’y a toujours pas assez de femmes à la table » dans les entreprises technologiques du monde, y compris dans la sienne. Quelles raisons à cet état de choses ? Une étude internationale confirme une tendance déjà observée par le passé : les femmes préfèrent travailler avec des personnes et les hommes avec des objets.

Les chercheurs n'ont inclus dans leurs analyses que les données provenant de pays comptant au moins 30 hommes et 30 femmes parmi les répondants. Ils ont ainsi obtenu un ensemble de données final contenant 75 908 réponses provenant de 42 pays. Les résultats ont montré que les différences les plus marquées entre les sexes concernent les préférences pour le travail avec des personnes par rapport au travail avec des objets. Les femmes préfèrent travailler avec des personnes beaucoup plus que les hommes. Les hommes préfèrent travailler avec des objets beaucoup plus que les femmes. L'ampleur de la différence n'est pas la même dans tous les pays - elle est la plus faible chez les participants de Géorgie et la plus importante chez les participants du Venezuela.


Les chiffres de l’enquête s’alignent bien avec des stéréotypes en lien avec la filière des technologies de l’information. Le fait est que la société peint l’informatique comme un domaine d’activité qui sied aux personnes sans vie sociale saine, c’est-à-dire des individus qui n’accordent aucune considération aux autres. De plus, elle (la société) voit l’informaticien comme un geek, c’est-à-dire, le gars qui passe le clair de son temps dans un coin obscur à rechercher des solutions à des problèmes « informatiques » plutôt qu’humains.


D’ailleurs, dans un billet de blog paru en 2013, le quotidien le monde écrit à propos du sexisme dans la tech qu’ « être geek c’est un truc de mec. » Dans son développement, une ex-employée de Google va dans le même sens en précisant que tout se passe au moment où l’on fait les choix de carrière initiaux. « Entre 16 et 24 ans, les filles ont une vie sociale plus prononcée que celle des hommes du même âge. Les jeunes femmes parlent plus souvent à leurs amis, s’intéressent plus à leur réputation et accordent plus de valeur émotionnelle aux relations sérieuses », écrit-elle. Du billet de l’ex-ingénieure de Google, il ressort que la femme est prosociale, toute chose qui explique d’ailleurs sa forte représentation dans les métiers liés (médecine, enseignement, droit, etc.).

Julia Enthoven va au-delà de l’imagerie populaire sur le geek – qui polarise déjà assez le choix des jeunes femmes – pour préciser que d’un point de vue social, le milieu de la tech n’est pas accueillant, ne facilite pas l’intégration de la gent féminine. L’ingénieure rapporte avoir eu des difficultés à intégrer un groupe de travail sur un projet de système d’exploitation à l’université de Standford. « L’exclusion n’est pas intentionnelle, ne cache pas une mauvaise intention, mais la situation est aggravée par le fait que les femmes sont socialement plus averties que les hommes [de la tranche 16 – 24 ans] », lance-t-elle.

La sortie de Julia Enthoven n’est pas sans faire penser à celle de James Damore. En août 2017, le désormais ex-Googler a publié une note interne pour expliquer les inégalités salariales entre hommes et femmes dans le milieu de la technologie. L’ingénieur de Google n’y était pas allé de main morte et avait affirmé que les aptitudes naturelles des hommes les conduisent à devenir facilement des programmateurs en informatique, alors que les femmes sont, plus enclines « aux sentiments et l'esthétique plutôt que vers les idées. »

Source : Etude

Et vous ?

Partagez-vous l'idée selon laquelle l'informatique ne sied qu'a des individus sans vie sociale saine ?

En tant que développeur vous voyez-vous personnellement comme un geek ? Un mec coupé du monde qui vit dans sa bulle et a à peine des relations de travail avec ses collègues ? Le type qui reste enfermé dans son labo et ne voit ni femme ni enfants ?

Y a-t-il des femmes au sein de l’entreprise avec laquelle vous travaillez ? Si oui, comment jugez-vous la qualité de vos rapports professionnels avec ces dernières en comparaison de ceux que vous avec vos collègues de sexe masculin ? Quel accueil réserve-t-on à la gente féminine au sein de votre entreprise ?

Voir aussi :

Un employé de Google crée la polémique en expliquant que les femmes ne sont pas faites pour la tech et finit par être viré de l'entreprise

Polémique sur les inégalités de genre dans la tech : des chercheurs défendent l'employé de Google, ses arguments seraient prouvés scientifiquement

Inégalités du genre dans la tech : Google poursuivi par son ex-employé et bientôt pour discrimination salariale basée sur le genre

Le sexisme dans la tech est « omniprésent », affirme la CEO de YouTube qui profite du débat sur les inégalités de genre pour partager son expérience

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de BleAcheD
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 29/12/2022 à 11:26
C'est marrant parce que lorsqu'on dit ça au détour d'une conversation à ce sujet, on devient automatiquement sexiste normalement

D'ailleurs le fait de penser ça ne veut pas dire que l'on ne souhaiterais pas voir plus de femme dans l'IT, au contraire. Comme dit plusieurs fois sur des sujets similaires sur le site, un peu plus de femmes dans ce domaine serait une très bonne chose.
18  0 
Avatar de smarties
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 29/12/2022 à 12:10
Pour mes études, (BAC électrotechnique puis IUT informatique) les portes n'étaient pas fermées aux femmes, ça dépend des gens je trouve et peut être dans l'environnement dans lequel on grandit.

Je trouve plus malsain de garder des postes au nom de la diversité pour atteindre un quota homme/femme.

Les gens ont l'image qu'un développeur est un geek qui passe sa journée entière devant un écran or, dans mes cours loisirs de volley ou de salsa, la majorité des hommes est dans l'informatique dans la ville ou je suis.
11  0 
Avatar de Ehma
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 30/12/2022 à 8:01
Citation Envoyé par BleAcheD Voir le message
C'est marrant parce que lorsqu'on dit ça au détour d'une conversation à ce sujet, on devient automatiquement sexiste normalement
Certes, les wokes te mettraient même au pilori !

Il faut savoir que les sciences humaines pataugent dans la semoule depuis longtemps. Pour m'y intéresser un peu, je me rends compte que la vérité d'un moment ne l'est plus à d'autres.
Catherine Vidal argumenterait certainement que cela est le fruit d'une éducation et d'un conditionnement ancestral qui veut que les hommes soient plus orientés vers la technique et les femmes vers le don de soi. D'autres diront qu'ayant une biologie différente, il est normal de trouver des différences entre l'homme et la femme, ce que la première niera. L'acquis et l'inné chez l'homme et la femme générera encore beaucoup de fichiers (on ne dit plus, fera couler beaucoup d'encre).

Cela dit, je connais de très bonnes développeuses et les femmes sont aussi très brillantes dans l'IT
8  1 
Avatar de dfiad77pro
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 31/12/2022 à 15:29
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
La seule chose que je reproche au monde des LGBTQI+++ est la mode qui est venue avec ce mouvement : la normalisation de la pédophilie.

Pas plus tard qu'hier, on mangeait à table avec ma fille et des copines à elle et "grâce" à TikTok et la mode des vidéos ou l'on vois des filles de son âge (10 ans), quasiment nue ou des filles de son âge en couple avec des mecs de 40 piges qui son dans le style "daddy" pour les citer, c'est à dire du quarantenaire qui n'est pas monsieur muscle mais le père de famille "monsieur tout le monde", juste pour des relations sexuelles et, elle m'a tenue un discours à table complètement délirant en m'expliquant que le monde avait "évolué" et que de toute façon si elle avait envie à du haut de ses 10 ans, elle aussi, de passer la nuit avec un homme de 40 ans, je n'avais pas mon mot à dire, car c'était son choix à elle.

Que le racisme c'est mal, que l'homophobie c'est mal, que le patriarcat c'est mal, que mettre des limites sexuelles ou autres, c'est mal et j'en passe.

Et la ses copines qui ont renchéries en la soutenant et dont l'une, sans aucune honte, me sort qu'elle a déjà eu des relations sexuelles avec un adulte, "et alors ?!".
C'est surtout le message que j'ai envoyée à sa mère après notre discussion à ce propos qui va être le "et alors ?!" à mon avis, mais bon.

Hormis le fait que je leur ai fait comprendre que c'était ce qui s'appelle du détournement de mineure et donc totalement illégale, au fond de la réflexion elle avait raison sur un point : celui qui risquait le plus dans cette histoire si ma fille me faisait un truc aussi dingue, c'était moi.

Car tout les services sociaux, ... s'en pendrais à moi ou sa mère. Ni à elle, ni à son "compagnon" d'un soir, car même si légalement je croyais qu'il y avait détournement de mineure, il faut que l'enfant ne soit pas consentant pour que cela soit ainsi, car la Loi est très claire, elle interdit un enfant d'avoir une relation avec un adulte si l'enfant à moins de 15 ans, mais si l'enfant à moins de 15 ans et est consentant, alors la Loi stipule que dans ce cas là, l'adulte n'est pas poursuivable et il ne risque rien légalement car c'était un choix de l'enfant et que donc, personne n'a à remettre en question ce choix (vous pouvez aller vérifier le texte de Loi, je l'ai relu 10 fois tellement j'ai halluciné).

Le soir même j'ai créé un compte tiktok, j'ai marqué que j'avais 10 ans, et au bout de 10 vidéos, je vois des nanas à poiles, des gamines qui danse avec des adultes avec des poses très sexuelles et dix minutes plus tard, le fil commence à m'afficher des gamines qui veulent "chopper" leur prof et j'en passe et des LGBTQI+++ qui ressemble à des choses que je ne saurais décrire.

Donc ça a été interdiction de tiktok, menace de ne jamais faire ça et ça a été une crise de sa part, en disant qu'elle fait ce qu'elle veut de sa vie et que de toute façon je ne pourrais pas toujours être derrière son dos à regarder ce qu'elle fait.

Discussion lunaire et totalement déconstruite à la mode LGBT, qui encore une fois, assume totalement la libéralisation à outrance du corps et la suppression de "toutes formes" de limites, notamment sexuelles, qui est l'un de leur discours majoritaire que l'on retrouve partout et dont j'ai pris connaissance depuis hier seulement.

Je me dis que si moi, ma fille, qui pourtant a une éducation un peu "sévère", qui est dans une école en campagne, me sort des choses pareils et est soutenue par ses copines de son âge, alors je n'ose même pas imaginer dans des villes comme Paris, Nantes, Marseille et toute la compagnie de ces villes progressistes, car on sais tous que quand les mentalités changent, elles ne reviennent pas "en arrière".

Et surtout, moi je prends connaissance de ce phénomène de loin car je ne suis pas du tout réseau sociaux pour jeunes, mais ce phénomène a commencé avec l'arrivée de cette mode des LGBTQI+ qui date quand même de quasiment 9 ans et aujourd'hui, pour cette nouvelle génération, est devenue une normalité à échelle mondiale, donc je n'ose même pas imaginer les ravages que ça va être non pas dans les années à venir, mais dans les jours à venir.
De dire que les LGBT sont responsables de la pédophilie ambiante, c'est vraiment nul.
Les hétéros n'ont pas attendus les gays ,pour coucher avec des gamines, regardez avant ou une femme était vielle fille à 15 ans si elle était pas mariée...

C'est sur Dion et René c'était un super couple gay
Bref y'a des pervers dans toutes les orientations, généraliser ça sur les gays c'est purement homophobe
7  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 30/12/2022 à 11:48
Une étude internationale confirme une tendance déjà observée par le passé : les femmes préfèrent travailler avec des personnes et les hommes avec des objets.
N'importe quoi , tout le monde sait bien que c'est le patriarcat qui se réserve les métiers les plus cool et les mieux payés #pastapé
8  2 
Avatar de virginieh
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 10/01/2023 à 15:10
Citation Envoyé par calvaire Voir le message
et bien tu fais comme nous autres les hommes, tu va voir ton chef, tu lui dit "on propose ce salaire dans la boite d'a coté, tu m'augmentes ou je me casse".
et dans 90% des cas tu te casses car le seul moyen d'évoluer dans le salaire c'est de changer de boite.

Attention de pas se prendre pour une victime car t'es une femme, moi homme blanc hétéro je suis moins bien payé que pleins de collègue à coté de moi, si je veux monter je vais devoir surement changer d'ici la fin de l'année.
D'après ce qu'elle dit ensuite, en fait elle a demandé une augmentation et est partie quand elle ne l'a pas eu sans passer par la case chantage.
Et on peut quand même trouver déplorable que changer d'entreprise (ou au moins la menace de le faire) soit le seul moyen d'augmenter son salaire.
6  0 
Avatar de electroremy
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 17/01/2023 à 11:28
tout se passe au moment où l’on fait les choix de carrière initiaux
En effet, en France, le "genrage" des métiers vient surtout de l'orientation au collège.

Au primaire et au collège, nous étions tous ensemble, garçons et filles.

Et ensuite, au milieu des années 1990, j'arrive dans un lycée pro pour faire un bac S option TI (ancien bac E) : 600 garçons pour 4 filles

En école d'ingénieur, pareil, quasiment que des garçons. Ambiance de caserne
Mais je peux vous dire qu'on aurait tous, au lycée et en école d'ingénieur, préféré avoir plus de filles
Cette absence de parité je ne l'ai jamais vécu comme un avantage ou un privilège mais au contraire comme un gros inconvénient.
Le rêve de tout geek c'est d'avoir une copine geek avec qui on partage ses centres d'intérêts.

Sur le marché de l'emploi, on retrouve donc ces mêmes proportions.
Les employeurs ne peuvent pas obtenir la parité tout simplement faute de candidats.

Ca change mais lentement.

Paradoxe : au collège, une majorité des enseignants sont... des femmes.
Dans ma scolarité au collège et au lycée, toutes mes profs principales et une grande partie de mes profs dans les matières scientifiques étaient des femmes.

Difficile donc de voir dans le "genrage" des parcours scolaires une sorte de complot hourdi par des hommes ; ce sont des choix ou des habitudes à laquelle contribue la société dans son ensemble.

Ce qui compte, c'est la lutte contre les discriminations.
Mais - peut-être que même sans aucune discrimination - il y aura des différences qui persisterons.
Seul l'avenir le dira.

Le mieux est parfois l'ennemi du bien : je redoute la mise en place de quotas qui vont aboutir à forcer des élèves à renoncer à ce qu'ils ont envie de faire.
6  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 10/01/2023 à 15:24
Non car à l'époque je leur faisais confiance et c'est après que je me suis rendu compte par hasard en voyant le salaire d'un de mes collègues que j'étais perdante et de beaucoup, j'en ai parlé au directeur qui n'a rien voulu faire. J'ai donc fait une rupture conventionnelle et suis partie et aujourd'hui je ne regrette pas je gagne le double de ce qu'il me versait.

non mais tu es jeune toi ca ce voit.
tkt on est tous passé par la, premier job on croit le baratin du recruteur. Et puis un jour tu te rends compte que tu t'es bien fait enfumé.
"Evidement tu lui en parle et il te dit non c'est la crise je peux pas t'augmenter, peut être l'année prochaine".

Je le redis, tous le monde a eu ce problème dans sa carrière. C'est pas propre aux femmes.

Citation Envoyé par virginieh Voir le message
D'après ce qu'elle dit ensuite, en fait elle a demandé une augmentation et est partie quand elle ne l'a pas eu sans passer par la case chantage.
Et on peut quand même trouver déplorable que changer d'entreprise (ou au moins la menace de le faire) soit le seul moyen d'augmenter son salaire.
Oui mais y'a aucun rapport la dedans avec le sexisme. C'est le marché du travail en France: on t'augmente pas point barre.
Un homme blanc hétéro se fait enfumé de la même manière et aura la même réponse du patron: "NEIN".

Il faut changer de boite en France tous les 2ans pour progresser en salaire.
5  0 
Avatar de pcdwarf
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 06/01/2023 à 18:54
youhou! vive le sujet à troll.

Bah oui, les machines c'est majoritairement un truc de mecs. Et alors ? C'est quoi le problème ?

Le point important c'est pas le nombre mais l'égalité de la compétence face au recrutement et au salaire.

Force est de constater que ça n'est malheureusement majoritairement pas la cas.
Oui, y'a encore une poignée d'entreprises qui défavorisent les femmes et c'est une honte.
Mais de façon plus commune il y en a qui les favorisent au motif qu'elles sont moins nombreuses. (D’ailleurs ça commence dès les acceptations de dossier à l'université)
C'est doublement scandaleux.
Non seulement on donne des place à des incompétentes mais en plus ces dernières nuisent à celles qui le sont en faisant peser sur elle le soupçon d'avoir été recruté sur un critère de sexe.
5  1 
Avatar de FLEUR13
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 09/01/2023 à 15:05
Je suis une femme développeuse de formation, j'ai une formation purement informatique notamment dans la programmation, je suis actuellement responsable administrateur et développeur dans une grande entreprise. Je travaille certes dans un milieu d'homme mais mes compétences sont reconnues au sein de l'équipe. Je tiens à préciser que les personnes en particulier les hommes qui trouvent que les femmes n'ont pas leur place dans le domaine de l'IT sont irrespectueux envers les femmes voir même arrogant et imbu de leur personne. Les femmes sont autant compétentes que les hommes et je trouve dommage qu'aujourd'hui qu'il y est encore des différences salariales entre les femmes et les hommes pour le même travail.
4  0