IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le Twitter d'Elon Musk licencie « presque tous » ses employés en Afrique sans offrir d'indemnités de départ
Et sans mentionner les noms des collaborateurs remerciés dans les avis de licenciement

Le , par Stéphane le calme

20PARTAGES

6  0 
Twitter a licencié presque tout le personnel de son seul bureau en Afrique dans le cadre des efforts de réorganisation du nouveau propriétaire Elon Musk pour l'application de médias sociaux qu'il a récemment achetée, selon un nouveau rapport. Les licenciements collectifs sont intervenus sans aucune mention d'indemnité de départ quelques jours seulement après l'ouverture du bureau physique au Ghana après la venue du travail à distance qui aura duré environ un an. Les licenciements pourraient également être illégaux.

Twitter a récemment licencié 50% de ses employés, y compris les employés de l'équipe de confiance et de sécurité, a déclaré le responsable de la sécurité et de l'intégrité de l'entreprise, Yoel Roth, dans un tweet : « La réduction de nos ressources humaines d'hier a touché environ 15 % de notre organisation Trust & Safety (contre environ 50 % de licenciements à l'échelle de l'entreprise), notre personnel de modération de première ligne subissant le moins d'impact ».

Plusieurs membres de l'équipe d'apprentissage automatique, d'éthique, de transparence et de responsabilité (META pour Machine Learning, Ethics, Transparency and Accountability) de Twitter, y compris son ancien chef, ont publié sur Twitter qu'ils n'étaient plus dans l'entreprise. Au moins un des anciens travailleurs a suggéré que toute l'équipe était dissoute.

Via des tweets, plusieurs membres de l'équipe META ont indiqué qu'ils sont touchés par les licenciements. Le chef de META, Rumman Chowdhury, a publié une capture d'écran montrant qu'elle était apparemment éjectée de son compte de messagerie Twitter avec pour légende t : « Cela a-t-il déjà commencé ? Bonne veille de licenciement ! » Rumman Chowdhury, qui a dirigé un certain nombre d'initiatives de transparence au sein de l'entreprise, notamment le lancement d'un premier défi de prime de biais algorithmique en son genre, a poursuivi en disant : « Ce n'est définitivement que le début de la descente de ce site ».

D'autres anciens membres de l'équipe META ont déclaré qu'ils avaient également été licenciés, l'ancienne Senior Engineering Manager, Joan Deitchman, déclarant que « l'équipe n'est plus ». D'ailleurs, le nom de l'équipe META n'était pas non plus répertorié sur la page carrière de Twitter au moment de la rédaction.

De son côté, Elon Musk a tenté de justifier la décision de se séparer d'autant d'employés : « En ce qui concerne la réduction des effectifs de Twitter, malheureusement, il n'y a pas d'autre choix lorsque l'entreprise perd plus de 4 millions de dollars par jour. Toutes les personnes sorties se sont vu offrir 3 mois d'indemnité de départ, soit 50 % de plus que l'exigence légale ».


Twitter compte encore près de 3 700 employés, selon des personnes proches du dossier. Musk pousse ceux qui restent dans l'entreprise à avancer rapidement dans l'expédition de nouvelles fonctionnalités, et dans certains cas, les employés ont même dormi au bureau pour respecter de nouveaux délais.

Pas d'indemnités de départ en Afrique

Vendredi, Twitter a licencié des milliers d'employés dans toute l'entreprise, y compris du personnel en Inde et en Afrique. La société basée en Californie entretenait déjà une relation tendue avec les gouvernements de ces régions, et les experts en technologie craignent qu'une main-d'œuvre réduite ne rende la plate-forme plus vulnérable que jamais à la désinformation et aux pressions politiques.

Le Twitter de Musk a licencié presque tous les employés de son seul bureau africain quatre jours seulement après son ouverture dans la capitale ghanéenne Accra, ont déclaré à CNN plusieurs sources connaissant la situation.

Twitter a annoncé qu'il ouvrirait son premier bureau africain au Ghana en avril 2021, mais ses employés travaillaient à distance jusqu'à la semaine dernière. Les sources ont déclaré à CNN qu'un seul employé semble avoir été retenu au bureau du Ghana après les suppressions d'emplois à l'échelle mondiale.

« C'est très insultant », a déclaré un ancien employé sous couvert d'anonymat. « Ils n'ont même pas eu la courtoisie de m'appeler par mon nom. L'e-mail disait simplement "voir ci-joint" et pourtant ils ont utilisé mon nom lorsqu'ils m'ont fait une offre ».

« L'entreprise réorganise ses opérations en raison d'un besoin de réduction des coûts. C'est avec regret que nous vous écrivons pour vous informer que votre emploi prend fin à la suite de cet exercice », a déclaré l'e-mail envoyé à l'ensemble du personnel de Twitter Afrique. Le présentateur de nouvelles de CNN, Zain Asher, a déclaré que « presque tous » les employés du bureau avaient été licenciés.


La notification par e-mail de masse différait des informations selon lesquelles Twitter offrait à son personnel licencié aux États-Unis au moins trois mois d'indemnité de départ. Les employés au Ghana ont été informés que leur dernier chèque de paie serait le 4 décembre, exactement un mois après la date à laquelle ils ont été informés des licenciements. Il n'est pas clair si cela est censé servir d'indemnité de départ puisque la seule notification par courrier électronique des licenciements n'a jamais fait référence à une indemnisation.

Le correspondant international de CNN, Larry Modowo, a déclaré que les employés licenciés en Afrique n'avaient été informés mardi qu'après leur arrivée au bureau et ont constaté qu'ils n'avaient pas accès à leurs comptes de messagerie d'entreprise. Les ordinateurs portables de leur entreprise ont également été désactivés sans préavis. Ils ont finalement été informés de leurs licenciements via leurs adresses e-mail personnelles quatre jours seulement après avoir commencé à travailler en personne au bureau d'Accra.

Des avocats au Ghana indiquent que cela pourrait être une violation du Code du travail ghanéen.

Des employés massivement touchés en Inde

La société aurait également procédé à des réductions radicales en Inde, l'un de ses plus grands marchés. Elle a licencié plus de 90% de son personnel dans la troisième économie d'Asie au cours du week-end, selon un rapport de Bloomberg cette semaine, qui cite des sources anonymes.

Le rapport Bloomberg est intervenu deux jours après que le journal Economic Times a rapporté que Twitter avait licencié 180 des quelque 230 employés du pays, citant des sources anonymes.

Les défenseurs de la liberté d'expression affirment que la réduction des effectifs est une mauvaise nouvelle pour les employés et les utilisateurs sur les marchés internationaux de Twitter.

Raman Jit Singh Chima, avocat international principal et directeur de la politique Asie-Pacifique du groupe de défense des droits numériques Access Now, a déclaré que Twitter venait de commencer à « protéger les communautés vulnérables » sur sa plate-forme en Inde, et maintenant il a envoyé un « signal clair » qu'il n'y parviendra pas en investissant plus dans les politiques publiques et les équipes de sécurité en ligne.

En état de siège sur les marchés critiques

Même avant les licenciements, Twitter traversait une période difficile en Inde et en Afrique.

Le parti au pouvoir en Inde a intensifié la répression des médias sociaux et des applications de messagerie depuis l'année dernière. Les entreprises technologiques américaines ont exprimé à plusieurs reprises leurs craintes que les règles du pays ne portent atteinte à la vie privée et inaugurent une surveillance de masse sur le marché numérique à la croissance la plus rapide au monde. L'Inde dit qu'elle essaie de maintenir la sécurité nationale.

En conséquence, Twitter avait passé des mois enfermés dans une impasse à enjeux élevés avec le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi au sujet des ordres de suppression de contenu. Cette année, il a même lancé une contestation judiciaire concernant des ordonnances de blocage de contenu.

Chima craint que la main-d'œuvre épuisée de Twitter n'ait plus la capacité de « contester » les ordres problématiques du gouvernement. Les autres intérêts commerciaux de Musk – y compris un projet de vente de véhicules Tesla en Inde – pourraient encore compliquer la situation. « La compréhension simpliste de Musk de la liberté d'expression associée à son désir d'amener ses autres entreprises en Inde et d'obtenir des licences pour celles-ci rend la résistance aux ordres problématiques difficile pour Twitter », a-t-il expliqué.

En juin 2021, le gouvernement nigérian a suspendu les opérations de Twitter dans le pays, accusant la société de médias sociaux d'autoriser l'utilisation de sa plate-forme « pour des activités susceptibles de saper l'existence des entreprises nigérianes ». La suspension a été annoncée deux jours seulement après que Twitter a supprimé un tweet du président Muhammadu Buhari largement perçu comme offensant. Dans le tweet, Buhari a menacé des citoyens de la région du sud-est à la suite d'attaques contre des biens publics.

Le Nigeria n'a décidé de lever l'interdiction qu'en janvier de cette année.

Les experts en technologie craignent désormais que l'entreprise ait encore plus de mal à naviguer dans les nouvelles lois des marchés émergents.

Embaucher localement pour grandir localement

« Compte tenu de la position contradictoire de l'Inde contre les grandes technologies, des entreprises comme Twitter ont toujours eu besoin d'une armée d'experts en politique publique dans le pays pour faire face à tout ce qui leur est lancé », a déclaré Nikhil Pahwa, fondateur du site Web technologique MediaNama, basé à Delhi, ajoutant qu'il craint que Twitter « ait du mal à suivre le rythme » des changements de politique en Inde.

Twitter ne partage pas les statistiques relatives à ses utilisateurs dans la région, mais, selon l'Inde, la plate-forme compte 17,5 millions d'utilisateurs dans le pays. L'année dernière, l'Inde a publié de nouvelles règles technologiques, qui visaient à réglementer le contenu en ligne et obligent les entreprises à embaucher des personnes capables de répondre rapidement aux demandes légales de suppression de publications, entre autres.

Pahwa a déclaré que si certains « postes statutaires » que Twitter a été contraint de pourvoir afin de se conformer à ces règles restent, il n'est pas sûr du sort d'autres départements, y compris la politique publique, les affaires et la modération de contenu - qui sont tous essentiels à la prospérité sur les marchés en croissance.

Les analystes sont également préoccupés à l'échelle mondiale par l'impact que ces licenciements auront sur la désinformation. Aux États-Unis, les observateurs craignaient que le tumulte croissant au sein de Twitter n'affaiblisse ses garanties pour les élections de mi-mandat. Yoel Roth, responsable de la sécurité et de l'intégrité de l'entreprise, a déclaré vendredi qu'environ 15% des travailleurs de l'équipe de confiance et de sécurité avaient été licenciés.

Il existe des inquiétudes similaires en Inde, où l'activité des médias sociaux devrait s'intensifier alors que le pays se prépare à des élections nationales majeures dans les mois à venir.

La modération du contenu est particulièrement délicate en Inde, où plus de 22 langues et des centaines d'autres dialectes sont parlés. Les groupes de défense des droits numériques réclamaient depuis des années une augmentation des investissements dans l'activité. « La modération du contenu doit être spécifique à la géographie », a déclaré Vivan Sharan, partenaire de la société de conseil en politique technologique basée à Delhi, Koan Advisory Group.

« Sont-ils intéressés à traiter tous les utilisateurs de la même manière*? », s'est-il demandé.

Source : CNN

Et vous ?

Qu'est-ce qui pourrait, selon vous, expliquer pourquoi les employés en Afrique ne se sont pas vus proposer des indemnités de départ ?
Comprenez-vous la réduction drastique des employés en Afrique et en Inde ? Est-elle, selon vous, justifiée ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 16/11/2022 à 20:50
Enfin... Les devs dans le monde entier ont les même habitudes.

Tu ne peux pas les prendre pour des divas pendant 5 ans et leur proposer l esclavage facilement.

En plus, les bons ont souvent des opportunités quoi qu'il arrive et parfois assez d'argent pour créer leurs opportunités.

Bref avec ce genre de message il va sûrement arriver a un tiers qui reste.. mais ça m'étonnerait qu'il garde les meilleurs.

Et attendons nous a voir pointer un produit twitter like dans les 2 mois par quelques dizaines d'employés le codage a déjà du commencer et je ne doute pas qu'un ou deux fond soit prêt à mettre quelques centaines de millions dedans.

Mastodon de par sa philosophie ne pourra jamais faire l'affaire donc il y a une place a prendre.
14  0 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 16/11/2022 à 10:25
Je pense que le gars a fait une erreur
Et même en France tous les salariés ont une obligation de retenu et de loyauté envers leur entreprise.
Donc un licenciement aurait été validé je pense.

La il faut regarder le contexte.
On a un mec qui prétend mieux faire que twitter depuis plusieurs années.
A peine arrivé dans une boîte en état correct mais pas top, il mène une politique inhabituelle dont les résultats a court terme sont désastreux.
Au passage, au lieu d'accuser la hiérarchie passée des errements il n hésite pas à mettre en doute les compétences techniques des équipes et la qualité des produits. Or la qualité n'a jamais été un frein sur Twitter.

Il me paraît normal que les équipes lui fasse faux bond.

C'est dailleur pur cela que je pense qu'il va se prendre une belle claque dans les 2 mois avec une faillite retentissante. Parce que sans employé on ne produit plus... Et que sans voix discordante on fonce dans le mur a coup sur.

Je ne donne pas cher de Tesla aussi. Parce que là il est en train de politiser son discours, ce qui aux Etats Unis peut facilement te priver de subventions, de soutien... Et de ventes.

Quand il humilié un député en public... Il ne peut pas gagner derrière.

On verra alors que Tesla est valorisé 10 a 100 fois trop cher.
https://www.lesechos.fr/industrie-se...bourse-1358541

Cette boîte ne peut pas valoir 100 fois plus que Renault. Soyons sérieux.

La chute sera brutale je pense.
12  0 
Avatar de Pyramidev
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 16/11/2022 à 17:44
Du coup, parmi ceux qui sont en congés, ceux qui ne lisent pas leurs courriels du boulot seront automatiquement virés ?

Très peu de développeurs voudront rester chez Twitter. Ceux qui cliqueront sur le lien le feront probablement car ils essaieront de trouver un autre job avant d'être virés.
Plus aucun développeur ne voudra postuler chez Twitter.
Soit Elon Musk est totalement idiot, soit son but est de détruire Twitter.
12  0 
Avatar de pmithrandir
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 18/11/2022 à 20:57
Explique moi pourquoi un dev bon irait bosser
Beaucoup d'heure
Pour un chef impulsif
Sans stratégie compréhensible
En gerant un existant sans soutien

Un bon boulot de dev c'est selon moi
Un projet intéressant
Des collègues intéressants
Une roadmap compréhensible et tenable
Entre 30 et 40h de travail max
Un management a l écoute
Un équilibre vie perso vie pro tenable dans le temps.

Pour moi les devs qui ont le choix fuieront cette ambiance toxique qui ne coche aucune de ces cases.
13  1 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/12/2022 à 12:11
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Musk aurait demandé aux employés d'accepter de travailler au bureau 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ou de quitter volontairement leur emploi. D'après les plaignantes, en faisant cette demande aux employés, Musk n'a pas pris en compte les autres occupations des femmes en dehors des heures et jours de travail. Ce qui serait contraire à la loi.
Ca veut dire qu'il n'y a que les femmes qui ont d'autres occupations en dehors des heures et jours de travail? C'est pas un peu sexiste ça?

Après la discrimination positive à l'embauche, il faut faire la discrimination négative au licenciement.
11  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 03/04/2023 à 11:00
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
Je pense comme toi : Woke est devenu un mot fourre-tout. [...]
Est-ce que tu te rend compte que tu as des propos aussi péremptoires, vindicatifs et à la limite du sectaire que la catégorie de personne que tu décrit ?
Qui, au passage, je n'ai jamais croisé en France, alors que le profil contre lequels ils se battent pullule et dont tu fais un exemple notoire ?

On n'est pas les USA, il y a encore de la place pour la nuance dans nos avis et opinions, faudrait éviter d'importer ce manichéisme caricatural et parfaitement ridicule...
12  1 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 20/06/2024 à 7:49
Citation Envoyé par febneo Voir le message
Developpez.net est constant avec la propagande anti-Musk. Avez-vous déjà lu un seul article positif à son sujet sur ce forum ?
On imagine tellement bien le profile de l'auteur incel (sous différent pseudos), en train de se faire un petit plaisir hédoniste juste avant de croiser un miroir et de contempler sa propre médiocrité.
C'est donc votre tout premier message sur le forum :



Vous n'avez même pas eu la courtoisie de vous présenter sur le forum "présentations", ni participé à aucun forum technique - c'est quand même la vocation première de "Développez" - mais pour dénigrer vous répondez présent.

Intéressant...
11  0 
Avatar de SimonKenoby
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 15/11/2022 à 11:24
Tiens, je croyais que Elon Musk était un grand défenseur de la liberté d'expression? N'avait-il pas dis il y a quelques moi que n'importe qui pouvait le critiquer? On commence déjà a voir les limites de sa "liberté d'expression".
14  4 
Avatar de Fleur en plastique
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/12/2022 à 9:16
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
- Il prend des décisions rapides
Des décisions hâtives, prises sur un coup de tête, et pour lesquelles le désastre était évident avant même de l'effectuer.
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
- Il mesure ses résultats immédiatement
Le désastre j'aurais dis. Mais oui, il le voit. Preuve qu'il n'est pas complètement fou.
Citation Envoyé par Guilp Voir le message
- Il n'hésite pas à itérer rapidement et à tester autre chose
Il répare le désastre qu'il a lui-même causé à de nombreuses reprises.

Citation Envoyé par Guilp Voir le message
Même si 80% de ses décisions sont mauvaises, le fait d'itérer rapidement dans cette boucle de feedback utilisateur, c'est la manière typique des startups pour innover et grandir rapidement.
Innover ? Le mot typique du commercial pour se défendre contre toute décision impopulaire. Ce mot est, en ce qui me concerne, banni de mon vocabulaire, car trop utilisé pour couvrir la mafia de l'informatique.

Très honnêtement, je l'avais imaginé tout de suite, obtenir la coche bleue pour 8 € / mois allait permettre à n'importer qui d'avoir la coche bleue, qui n'avait plus le sens de validé, mais le sens de "a payé", donc autrement dit, aucun sens pour le visiteur qui n'en a que f... Mais comme le visiteur ne sait pas forcément que la coche bleue a changé de signification, il était évident que cela allait servir aux petits plaisantins du Web de profiter d'une notoriété si facile à obtenir.

Virer en masse des équipes dans l'unique but de réduire la masse salariale, puis être obligé de rappeler quand on se rend compte qu'on a peut-être pas viré les bons, là encore c'est juste une impulsion. Je ne nie pas le besoin de réduire la masse salariale, mais il faut le faire d'une manière raisonnée. Rappeler quelqu'un après l'avoir viré c'est juste la preuve d'une incompétence crasse.

Citation Envoyé par Guilp Voir le message
mais peut-être va-t-il en sortir quelque chose de radicalement innovant et qui va fonctionner dans quelques mois.
A contrario, ne pas oser itérer radicalement dans une entreprise qui n'a pas trouvé son modèle pour survivre, ça aurait été un crash assuré. Je suis donc la suite des événement avec beaucoup d'intérêt (et de popcorn) !
Quand on le voit poster lui-même un sondage sur "devrais-je quitter l'entreprise" et voir 58% de oui, permet-moi de douter de sa compétence. Surtout que je ne crois pas une seconde qu'il va le faire, bien que tout montre qu'il devrait. Car non seulement il crache Twitter, mais il entraîne ses autres entreprises à succès (Tesla, SpaceX) dans sa chute.

Au niveau de la dernière actu, je pense que Twitter est coupable de ne pas avoir signifié son désir de rompre le contrat avec cette entreprise, puisqu'il se contente de jeter les factures à la poubelle. D'un autre côté, une facture trimestrielle de 1 million de dollars pour une fourniture de service apparemment dispensable puisque Twitter ne s'est pas encore effondré, même sans connaître les détails, cela semble largement excessif.
10  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 23/03/2023 à 14:05
Citation Envoyé par HaryRoseAndMac Voir le message
un forum pour développeur, population sensée être parmi les plus intelligente du monde.
Ça sort d'où ce scoop selon lequel un développeur serait plus intelligent que les autres corps de métiers ?
12  2