IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des employés d'Apple menacent de démissionner au motif de ce que l'entreprise adopte une position rigide contre le télétravail :
Un positionnement prédit par une série de sondages

Le , par Patrick Ruiz

109PARTAGES

14  0 
Une série de nouvelles études prédit des vagues de démissions dans les entreprises après les confinements. Le dénominateur commun entre celles-ci réside dans l’une des raisons mises en avant par les participants à ces sondages : le besoin d’une ouverture plus importante de leur entreprise au télétravail – travail à distance à permanence ou plus de flexibilité pour la formule hybride. Le tableau prend un coup de neuf avec la situation chez Apple où des pro-télétravail menacent de démissionner.

Les employés d'Apple affirment qu'il est plus difficile que jamais de faire approuver des demandes de travail à distance après que la société a mis en place un nouveau modèle hybride qui oblige les employés à revenir au bureau trois jours par semaine à partir de début septembre. Certains employés disent qu'ils démissionneront si Apple ne change pas de position.

Si Apple a toujours découragé les employés de travailler à domicile, il y avait des exceptions ponctuelles à la règle, et certaines équipes étaient plus indulgentes que d'autres. Aujourd'hui, les employés disent que même ces exceptions font l'objet de refus. Dans un canal Slack (de plus de 6 000 membres) de l'entreprise où les employés plaident en faveur du travail à distance, une dizaine de personnes déclarent qu'elles démissionnaient en raison de la politique de travail hybride ou qu'elles connaissaient d'autres personnes qui avaient été contraintes de démissionner.

Dans une enquête sur le travail à distance menée par les employés en juin, 36,7 % des personnes interrogées ont déclaré craindre de devoir quitter Apple en raison du manque de flexibilité (le sondage comptait 1 735 participants).

Le plan de retour au travail constituait déjà un point sensible chez Apple. Les employés avaient écrit une lettre en juin demandant au PDG d'Apple de réévaluer le modèle hybride. L’entreprise avait alors répondu par vidéo interposée que la collaboration en personne est "essentielle" et précise que l'entreprise ne reviendra pas sur son approche actuelle.

Certains employés rapportent qu'on leur a dit que seuls les employés avec un état de santé documenté seraient autorisés à travailler à distance de façon permanente. Mais le formulaire que les employés d'Apple utilisent pour demander un tel aménagement leur demande de communiquer leur dossier médical à l'entreprise, ce qui ne convient pas à certains employés.


Des vagues de démission prédites par une série de sondages

Une enquête de Prudential Beneficial qui porte sur un échantillon de 1046 participants américains indique que 87 % sont désireux de poursuivre en télétravail à minima 1 jour dans la semaine. 73 % sont d’avis que les employeurs doivent continuer d’offrir et même étendre les options de travail à distance. 42 % de ce lot sont prêts à quitter leur emploi si l’option télétravail ne leur est pas offerte sur le long terme.



Ces chiffres s’alignent avec ceux d’un sondage de Microsoft sur un échantillon mondial de 31 000 employés disséminés dans 31 pays. « Le fait de pouvoir travailler à distance a ouvert de nouvelles possibilités pour de nombreux travailleurs. Si l’on n'a plus besoin d'être physiquement présent dans un bureau, l’employeur peut, en théorie, être situé n'importe où. C'est peut-être pour cette raison que 41 % des employés envisagent de quitter leur employeur actuel cette année », indique l’entreprise américaine. Les résultats de son enquête laissent penser que les employeurs pensent à s’arrimer à ce qui est susceptible de s’imposer comme le standard du post pandémique. En effet, 73 % des participants au sondage sont désireux de voir les options flexibles de télétravail demeurer et 66 % des décideurs pensent à aller dans ce sens.



Un sondage sur développez.com a révélé que la majorité, soit 56,57 %, des votants sont pour rester en télétravail de façon permanente après la crise. C’était une espèce de redite du positionnement des travailleurs de divers pays qui ont exprimé leur faveur à l’approche télétravail. Les données plus récentes à disposition font état de ce que ce sera la formule mixte à défaut de télétravail à permanence. Un élément additionnel est de nature à concourir à cet état de choses. Selon une récente étude d’Ivanti sur un échantillon de plus de 1000 travailleurs, près des deux tiers (63 %) des personnes interrogées ont déclaré qu'elles préféraient travailler à distance plutôt que d'être promues et près de la moitié (48 %) ont déclaré qu'elles accepteraient une baisse de salaire en échange de la possibilité de travailler de n'importe où. Pour confirmer la tendance, seuls 12 % des répondants ont déclaré vouloir retourner dans un bureau à temps plein à l'avenir.


D’une étude à l’autre, les avantages mis en avant en faveur du volet télétravail reviennent : horaire de travail flexible, moins de stress lié au trajet, des économies et un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. D'un autre côté, les principales préoccupations sont la diminution des mouvements physiques au cours de la journée, le manque d'interaction avec les collègues, la fatigue de l'écran et l'impossibilité de collaborer ou de communiquer efficacement.

C’est un équilibre à trouver comme le résume Microsoft dans son étude : « Nous ne pouvons plus compter uniquement sur les bureaux pour collaborer, se connecter et construire un capital social. Mais le contact physique demeurera important. Nous sommes des animaux sociaux et nous voulons nous réunir, échanger des idées et ressentir l'énergie des événements en personne. À l'avenir, les espaces de bureau doivent faire le lien entre les mondes physique et numérique pour répondre aux besoins uniques de chaque équipe – et même de rôles spécifiques. »

Et vous ?

Que pensez-vous de ces tendances ? Sont-elles cohérentes avec la réalité dont vous êtes au fait ?
Voyez-vous la formule mixte s’imposer comme standard après la pandémie ?
Pour quelles raisons aimeriez-vous (n'aimeriez-vous pas) rester en télétravail ?

Voir aussi :

Microsoft autorise ses employés à travailler à domicile, alors que la nouvelle épidémie de coronavirus continue de se propager dans les pays du monde entier

En Chine, le coronavirus force la plus grande expérience de travail à domicile au monde, le télétravail semble être la seule solution dont disposent les entreprises
Coronavirus : après avoir recommandé le travail à domicile, Twitter demande à ses employés de travailler chez eux. Une mesure adoptée par les grandes enseignes de la tech comme Google
La crise du coronavirus : un afflux massif vers le travail à domicile crée une opportunité pour les pirates informatiques, selon des experts en cybersécurité

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 16/07/2021 à 10:39
Quand t'as laché quelques milliard dans un campus tout neuf j'imagine que t'aimerais bien que tes employés l'utilise

Plus sérieusement , le télétravail quand on dispose des bonnes conditions (un bureau dédié et pas de gosses à garder) c'est évidemment un très gros plus.
* Moins dérangé donc plus productif
* Horaires plus flexible
* Confort bien meilleur

Je pense que 1 à 3 jours par semaine est envisageable dans n'importe quelle société. Le fullremote en revanche demande une culture d'entreprise particulière et un casting spécial des employés pour que ca fonctionne réellement.

Mais le contact physique demeurera important. Nous sommes des animaux sociaux et nous voulons nous réunir, échanger des idées et ressentir l'énergie des événements en personne
Non merci.
Perso depuis le covid j'apprécie bcp plus le travail. On à plus a se serrer la main / taper la bise à 20 personnes , plus besoin de se forcer à participer à un événement social dont je me contre fou parce que sinon c'est mal vu , plus besoin de trouver des excuses à la con parce que dire à michel que c'est un gros con et que j'ai pas envie de lui parler à la machine à café sa passe pas ...
Bref moins y'a d'interaction sociale mieux je me porte ... comme quoi les vérités des uns ne sont pas forcément absolues.
14  1 
Avatar de Nancy Rey
Chroniqueuse Actualités https://www.developpez.com
Le 09/05/2022 à 8:02
La politique de retour au bureau d'Apple laisse de nombreux travailleurs mécontents,
un expert en IA démissionne

Les employés d'Apple ont officiellement commencé à revenir au travail en personne après avoir travaillé à distance depuis le début de la pandémie COVID-19 en mars 2020. La décision d'Apple de revenir au travail en personne, bien que sur une base très limitée pour le moment, n'a pas été sans critique, mais l'entreprise a poursuivi ses plans. Le directeur de l'apprentissage automatique d'Apple, Ian Goodfellow, a démissionné de son poste un peu plus de quatre ans après avoir rejoint l'entreprise, après avoir été l'un des meilleurs employés de Google en matière d'IA.

Le directeur de l'apprentissage automatique d'Apple démissionne en raison de son retour au travail de bureau

Après de nombreux départs et arrêts dus à l'augmentation des cas de COVID-19, Apple a officiellement fixé la date du 11 avril 2022 pour le retour au travail en personne le mois dernier. À partir de cette date, les employés d’Apple étaient désormais tenus de venir travailler en personne au moins un jour par semaine. Et depuis le 2 mai dernier, les employés travaillent au bureau deux jours par semaine. Puis, à partir du 23 mai prochain, les employés devront être présents au bureau trois jours par semaine. C'est le début du plan de travail dit "hybride" d'Apple. Apple n'a pas révélé combien de temps ce plan de travail hybride sera en place, mais Tim Cook l'a décrit comme un "pilote". Cela implique qu'il pourrait changer un jour ou l'autre, et que l'entreprise pourrait éventuellement exiger des employés qu'ils retournent en présentiel à temps plein.

Le directeur de l'apprentissage automatique d'Apple, Ian Goodfellow, a démissionné de son poste un peu plus de quatre ans après avoir rejoint l'entreprise, après avoir été l'un des meilleurs employés de Google en matière d'IA, d’après la journaliste Zoë Schiffer. Goodfellow aurait annoncé la nouvelle au personnel dans un courriel, disant que sa démission est en partie due au plan d'Apple pour revenir au travail en personne, qui exigeait que les employés travaillent depuis le bureau au moins un jour par semaine d'ici le 11 avril, au moins deux jours par semaine d'ici le 2 mai, et au moins trois jours par semaine d'ici le 23 mai. « Je suis convaincu qu'une plus grande flexibilité aurait été la meilleure politique pour mon équipe », a déclaré Goodfellow dans son courriel.


Les employés d'Apple ont commencé à retourner à Apple Park le mois dernier. Certains employés ont été mécontents de ce plan de retour au travail en présentiel. Dans une lettre adressée au PDG d'Apple, Tim Cook, au cours de l'été, un groupe d'employés a déclaré : « Sans l'inclusivité qu'apporte la flexibilité, beaucoup d'entre nous ont l'impression de devoir choisir entre une combinaison de nos familles, de notre bien-être et de la possibilité de faire notre meilleur travail, ou de faire partie d'Apple. C'est une décision qu'aucun d'entre nous ne prend à la légère, et une décision que beaucoup préféreraient ne pas avoir à prendre ».

Cependant même si la politique d'entreprise d'Apple exige désormais le travail en personne à partir du 11 avril, de nombreuses divisions d'Apple sont de retour au bureau par intermittence depuis plus d'un an. Cela inclut spécifiquement des groupes tels que l'ingénierie matérielle et d'autres équipes similaires.

Face à la réticence des employés, Apple a indiqué qu'elle était flexible dans ses politiques... jusqu'à un certain point. Dans son dernier mémo annonçant la date du 11 avril pour le retour au travail en personne, Tim Cook a reconnu que cela pourrait être un "changement déstabilisant" pour certains employés. C'est pourquoi l'entreprise met progressivement en œuvre l'approche "hybride", et c'est aussi pourquoi les équipes individuelles peuvent adapter leurs politiques comme elles le souhaitent.

De nombreux employés sont frustrés par ce changement, d'autant plus qu'Apple annonce que ses produits facilitent le travail à distance... et pourtant elle n'autorise pas le travail à distance à plein temps pour ses propres employés. « Je n'ai pas l'intention de revenir travailler ici un jour », a posté un employé d'Apple sur un forum appelé Blind. Ils ont ajouté qu'ils démissionneraient dès que la nouvelle règle entrerait en vigueur le 11 avril. Un autre employé a réagi aux messages sur la démission avec un emoji rieur et a déclaré : « Je vais faire la même chose ». L'un des employés a déclaré qu'il enverrait sa démission dès qu'il rentrerait chez lui. Ils ont cité le trafic comme l'une des raisons de leur départ : « Je sais déjà que je ne serai pas capable de supporter les trajets et de rester assis pendant 8 heures ».

Apple est l'une des rares entreprises de la Silicon Valley à imposer le travail en personne. Twitter autorise ses employés à travailler en permanence à domicile, tout comme la plupart des employés de Facebook. Google oblige certaines équipes à revenir au travail en personne dès ce mois-ci, mais de nombreux employés peuvent travailler en permanence à domicile.

L'insistance d'Apple sur le retour au travail en personne pourrait avoir un impact sur sa politique de fidélisation. Au cours des derniers mois, la société a distribué deux séries de primes rares à certains de ses meilleurs employés. Ces primes prennent la forme d'unités d'actions restreintes, qui sont acquises sur plusieurs années. Ce programme d'acquisition de droits incite les employés à rester chez Apple plutôt que de partir chez un concurrent. Apple aurait été confronté à des problèmes de rétention des employés, notamment en ce qui concerne Meta. Il reste toutefois à voir si ces primes suffiront à compenser la frustration liée au travail en personne.

Un dernier élément de contexte important est qu'une autre vague de COVID-19 serait en train de se préparer aux États-Unis. Cette variante, appelée BA.2, est une sous-variante de la variante hautement infectieuse Omicron. Bien que l'ampleur de cette vague reste incertaine, de nombreux employés d'Apple ont exprimé leur inquiétude quant au retour au travail dans l'incertitude causée par cette nouvelle variante.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de la décision d'Apple de rappeler tous ses employés au bureau ?
Pour quelles raisons aimeriez-vous (n'aimeriez-vous pas) rester en télétravail  ?

Voir aussi :

Tim Cook informe ses employés de ce que la date de retour au bureau est fixée au 11 avril, dans un contexte où les personnes lancées en télétravail ne veulent plus retourner au bureau

Des employés d'Apple menacent de démissionner parce que Tim Cook leur a dit de revenir au bureau, ils seraient également contre le modèle de télétravail proposé par l'entreprise

Les patrons ne respectent pas leur propre recommandation de retour au bureau à l'endroit de leurs employés en télétravail en poursuivant depuis leur domicile, d'après les données d'un récent sondage

Les employés d'Apple critiquent sa politique de télétravail dans une lettre ouverte avec pour motif qu'elle ne leur accorde que deux jours de travail à domicile, entrecoupés par un jour au bureau
10  0 
Avatar de AndMax
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 16/07/2021 à 12:25
Un jour il faudra se poser la question de ce qui est réellement utile et de ce qui est simplement du gaspillage. Construire des millions de m² de bureaux, et voies d'autoroutes supplémentaires car les embouteillages sont pires chaque année, le tout pour des gens qui vont travailler sur un ordinateur et qui ont déjà la capacité de travailler depuis chez eux avec une productivité meilleure, ce n'est pas du tout compatible avec le fait de vouloir respecter des "accords" sur le climat. Comment ferez-vous (chacun d'entre vous) pour émettre 5% de CO2 en moins chaque année, surtout si vous reprenez le rythme des déplacements comme avant 2020 ?

Le fait que votre employeur gaspille une part importante du budget de l'entreprise afin de payer des loyers devenus inutiles et vous offrir un 2me bureau chauffé ou climatisé et bien équipé sur site, en plus du bureau que vous avez déjà chez vous, ça sera également décisif un jour pour justifier que vous coûtez plus cher que la ressource qui travaille de l'autre côté du monde.
9  0 
Avatar de weed
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 07/03/2022 à 21:18
De mon point de vue, malheureusement mieux vaut faire un peu moins de télétravail, si l'on veut conserver notre travail. Je coute très cher à mon client 500-600€ et je suis très facilement remplacable.

Si je fais 100% de télétravail, mon client va se dire, mais pourquoi payer aussi cher alors que je peux trouver bien moins cher dans un pays francophone comme le Maroc ou la Roumanie. Malheureusement tant que dans ces pays, le cout de travail sera bien moins élevé que le notre, le 100% est une menace.
8  0 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 16/07/2021 à 14:04
Citation Envoyé par AndMax Voir le message
Un jour il faudra se poser la question de ce qui est réellement utile et de ce qui est simplement du gaspillage. Construire des millions de m² de bureaux, et voies d'autoroutes supplémentaires car les embouteillages sont pires chaque année, le tout pour des gens qui vont travailler sur un ordinateur et qui ont déjà la capacité de travailler depuis chez eux avec une productivité meilleure, ce n'est pas du tout compatible avec le fait de vouloir respecter des "accords" sur le climat. Comment ferez-vous (chacun d'entre vous) pour émettre 5% de CO2 en moins chaque année, surtout si vous reprenez le rythme des déplacements comme avant 2020 ?

Le fait que votre employeur gaspille une part importante du budget de l'entreprise afin de payer des loyers devenus inutiles et vous offrir un 2me bureau chauffé ou climatisé et bien équipé sur site, en plus du bureau que vous avez déjà chez vous, ça sera également décisif un jour pour justifier que vous coûtez plus cher que la ressource qui travaille de l'autre côté du monde.
Alors déjà, meilleure productivité, ça va dépendre des cas, ensuite, loyers inutiles, désolé, mais tout le monde n'apprécie pas le télétravail, loin de là. Personnellement, j'ai du mal à travailler en remote, et ça ne s'améliore pas avec du durée dudit remote. Au dernier confinement, ma productivité était au raz des pâquerettes.

Faudrait arrêter avec le "le full remote, c'est la vie", un peu... ça dépend des gens.
7  1 
Avatar de Nancy Rey
Chroniqueuse Actualités https://www.developpez.com
Le 16/12/2021 à 8:49
Apple retarde la réouverture de l'ensemble de ses bureaux à une date qui reste à déterminer,
et offre à chaque employé une prime de 1 000 $

Apple a reporté indéfiniment la date à laquelle les employés de l'entreprise devront retourner au bureau. Le PDG Tim Cook a envoyé un courriel au personnel hier mercredi, indiquant que la date de retour au travail « reste à déterminer ». Il a également annoncé qu'Apple donnera à tous les employés 1000 dollars qui pourront être utilisés pour « les besoins du travail à domicile ». Nick Leahy, porte-parole d'Apple, a confirmé que la prime de 1000 dollars s'appliquera à tous les employés, y compris ceux du commerce de détail. Ce retard intervient alors que les cas de COVID-19 augmentent et que la variante omicron commence à se répandre. Les employés devaient auparavant retourner au bureau le 1er février prochain dans le cadre d'un projet pilote de travail hybride annoncé en interne en novembre. Cette date a déjà été reportée, la société ayant déjà modifié ses plans par le passé.


La réouverture est reportée à une date qui reste à déterminer. Ce retard intervient quelques semaines seulement après que la société a demandé aux employés de commencer à revenir en février prochain, un délai qui avait déjà été repoussé à plusieurs reprises. L'absence de date ferme montre les difficultés auxquelles sont confrontées les entreprises qui tentent de ramener leurs activités à la normale. Un autre géant de la technologie, Microsoft, a supprimé sa date de retour au travail en septembre.

« Nous reportons le début de notre projet pilote de travail hybride à une date qui reste à déterminer. Nos bureaux restent ouverts et beaucoup de nos collègues viennent régulièrement, notamment nos équipes en Chine et ailleurs », a déclaré Cook dans le mémo. Il a cité « l'augmentation des cas dans de nombreuses régions du monde et l'émergence d'une nouvelle souche du virus ». Cook a également vivement encouragé les employés à se faire vacciner et à faire des rappels, affirmant que « c'est de loin le meilleur moyen de vous garder en sécurité, vous et votre communauté ».

Apple avait déjà reporté ses plans de retour au bureau de juin, septembre, octobre et janvier. Cette dernière décision intervient la même semaine où la société a rétabli son obligation de masques dans tous les magasins de détail américains et a fermé temporairement trois sites en raison de l'augmentation des cas de virus parmi les employés.

Dans le mémo, Tim Cook a également indiqué que l'entreprise de Cupertino, en Californie, offrira à chaque employé une prime de 1 000 dollars qui pourra être utilisée pour le travail à domicile, en précisant que cette mesure s'inscrit « dans le cadre de notre engagement en faveur d'un environnement plus flexible ». Cela inclut les employés de la vente au détail. « Ces fonds sont destinés à vous aider pour votre espace de travail à domicile et peuvent être utilisés comme bon vous semble. Vous recevrez plus d'informations à ce sujet sous peu », a-t-il déclaré.

Lorsque le personnel d'Apple retournera au bureau, il devra travailler en personne les lundis, mardis et jeudis. Ils seront autorisés à travailler à domicile les mercredis et les vendredis, en fonction de leur équipe. L'entreprise offre également un mois supplémentaire de travail à domicile. Selon Tim Cook, les travailleurs d'Apple recevront un préavis d'au moins quatre semaines avant l'entrée en vigueur d'un nouveau délai de retour au bureau. « Alors que nous attendons avec impatience qu'un plus grand nombre de nos équipes soient à nouveau réunies, nous continuerons à prendre des décisions en fonction des conditions locales », a-t-il ajouté.

Source : Twitter (1, 2)

Et vous ?

Dans quelle mesure le retour en présentiel est-il souhaitable selon vous ?
Pour quelles raisons aimeriez-vous (n’aimeriez-vous pas) rester en télétravail ?
Dans quelles conditions êtes-vous le plus productif ? En télétravail ou en présentiel ?

Voir aussi :

Un groupe d'employés d'Apple rejette le projet de retour au bureau et demande une politique de travail à distance plus flexible, dans une lettre interne adressée à Tim Cook

Apple demande à son personnel de retourner au bureau 3 jours par semaine à partir de début septembre, et encourage les employés à se faire vacciner

Coronavirus : après avoir recommandé le travail à domicile, Twitter demande à ses employés de travailler chez eux. Une mesure adoptée par les grandes enseignes de la tech comme Google

La crise du coronavirus : un afflux massif vers le travail à domicile crée une opportunité pour les pirates informatiques, selon des experts en cybersécurité
6  0 
Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 07/04/2022 à 18:02
Des employés d'Apple menacent de démissionner parce que Tim Cook leur a dit de revenir au bureau
ils seraient également contre le modèle de télétravail proposé par l'entreprise

Apple pourrait être confronté à une vague de démission dès la semaine prochaine en raison de sa politique du "retour au bureau pour tout le monde". Plusieurs commentaires montrent que certains employés d'Apple sont fortement remontés contre cette idée et menacent de démissionner si la société ne changeait pas d'avis. De plus, ces derniers seraient également contre le modèle de travail hybride proposé par Apple. La société a déclaré que le retour au bureau était obligatoire pour les employés, mais qu'elle mettrait en place une politique de travail hybride et que les employés pourront être en télétravail au plus quatre semaines par an.

Alors que Meta, Google et Amazon laissent au moins certains employés travailler à distance pour toujours, le PDG d'Apple, Tim Cook, ordonne à tous les employés de l'entreprise de revenir au bureau au moins un jour par semaine à partir du 11 avril. Le mandat passera à deux jours par semaine le 2 mai et à trois jours par semaine le 23 mai. Mais selon plusieurs sources, cela a suscité un tollé sur les forums de discussion pour employés. Un employé d'Apple s'est exprimé sur un forum appelé Blind pour déclarer qu'il ne se soucie pas de retourner au bureau. « Je n'ai pas l'intention de revenir travailler ici un jour », peut-on lire dans le message.

Il a également ajouté qu'il prévoyait de démissionner le jour de son retour au bureau. « Je vais y aller pour dire bonjour et rencontrer tout le monde, puisque je ne l'ai pas fait depuis que j'ai commencé, puis je vais envoyer ma démission en rentrant chez moi. Je sais déjà que je ne serai pas capable de gérer le trajet et de rester assis pendant 8 heures », a écrit l'employé. Un autre employé d'Apple a répondu avec un emoji rieur et a écrit : « je vais faire la même chose ». Un autre a dit : « oui mon pote, faisons-le ! F--k RTO ». En fixant le retour au bureau au 11 avril, Cook avait reconnu que cela serait difficile pour certains.



« Pour beaucoup d'entre vous, je sais que le retour au bureau représente une étape longtemps attendue et un signe positif que nous pouvons nous engager plus pleinement avec les collègues qui jouent un rôle si important dans nos vies. Pour d'autres, il peut également s'agir d'un changement déstabilisant », a déclaré Cook dans son discours. Mais les réactions susmentionnées montrent que certains employés n'ont pas d'autre choix que de quitter leur emploi et de chercher des possibilités de travail à distance. Ils recherchent d'autres entreprises technologiques qui offrent des options de travail plus flexibles ou totalement à distance.

Bien sûr, Apple est prêt à mettre en place une politique de travail hybride, mais celle-ci est complètement différente de celle mise en place par les autres entreprises du même calibre. Les employés d'Apple devront se rendre au travail les lundis, mardis et jeudis, tandis que les mercredis et vendredis seront flexibles. Les employés seront également autorisés à travailler entièrement à distance pendant un maximum de quatre semaines par an. L’introduction d’un programme pilote de travail hybride avec 4 semaines de travail à distance maximum par an est cohérente avec une précédente déclaration de Cook.

« Lorsque cette pandémie prendra fin, de nombreuses entreprises continueront à fonctionner en mode hybride. Le travail à domicile restera très critique », avait déclaré Cook. En comparaison, Google demande également à de nombreux employés de venir trois jours par semaine - ils ont repris ce lundi 4 avril, mais contrairement à Apple, Google donne à certains employés la possibilité de changer de bureau ou de travailler entièrement à distance pour toujours. Toutefois, les employés pourraient subir des réductions de salaire s'ils quittent la baie de San Francisco ou la ville de New York pour des régions moins chères du pays.

Meta, la maison de mère de Facebook, permet également aux employés de postuler pour travailler de n'importe où, mais les "Métamates" qui déménagent peuvent également subir des réductions de salaire. Amazon prévoyait à l'origine de pousser les employés à retourner au bureau trois jours par semaine, mais a fait ensuite marche arrière, laissant la décision aux équipes individuelles. Par rapport à cela, plusieurs employés d'Apple ont déclaré dans des forums de discussion qu'ils étaient jaloux des politiques de travail à distance des autres entreprises technologiques et qu'ils envisageaient de démissionner.



Un employé d'Apple a écrit : « je suis complètement dégoûté et je cherche maintenant un emploi à distance complet ». Un autre a dit qu'il était sur le point de passer des entretiens dans plusieurs entreprises technologiques concurrentes en raison de la politique de retour au bureau d'Apple. Il est important de rappeler que lorsque la crise sanitaire déclenchée par la Covid-19 a commencé à s'apaiser dans le monde, le président américain Joe Biden a également exhorté les travailleurs à retourner dans leurs bureaux, mais la plupart des employés ont montré un manque d'intérêt ou sont moins enclins à accepter la nouvelle normalité.

Certaines études et recherches récentes, la plupart des employés sont à l'aise avec le travail à distance et ne sont pas prêts à retourner dans les bureaux. Selon un rapport du Pew Research Center, "60 % des travailleurs ayant un emploi qui peut être exercé à domicile déclarent que, lorsque l'épidémie de coronavirus sera terminée, s'ils ont le choix, ils aimeraient travailler à domicile tout le temps ou la plupart du temps. Ce chiffre est en hausse par rapport aux 54 % qui ont dit la même chose en 2020. Certains pensent tout de même que le mode de travail hybride ne durera pas.

Selon Laszlo Bock, ancien directeur des ressources humaines (DRH) de Google et actuel PDG d'Humu, le modèle hybride ne durera pas longtemps. Bien qu'il pense qu'il s'agit d'une bonne méthode de travail, il la compare à la "méthode pour faire bouillir la grenouille", ajoutant que cela sera terrible pour le moral et la productivité. Bock pense que cet arrangement devrait durer à peu près trois à cinq ans, puis les Googlers reviendront au modèle de travail de cinq jours par semaine, comme avant.

« Le but de "la méthode pour faire bouillir la grenouille" [est] de le faire subtilement et d'éviter ainsi les questions difficiles et les conflits. Mais ce n'est pas seulement mauvais pour la confiance et le moral, ce n'est pas non plus la meilleure chose pour les employés ou pour l'entreprise. Dans le cadre d'un modèle hybride, les travailleurs qui restent à la maison seront désavantagés pour obtenir des promotions, un meilleur salaire et des affectations plus importantes », a-t-il déclaré.

« Il y aura un certain jeu qui les poussera à revenir au bureau », a-t-il ajouté. Bock pense que les travailleurs commenceront probablement à vouloir venir au bureau eux-mêmes lorsqu'ils verront les patrons accorder plus de promotions et d'opportunités aux employés présents dans le bâtiment qu'à ceux qui travaillent à domicile.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de la décision d'Apple de rappeler tous ses employés au bureau ?
Que pensez-vous de la politique d'Apple selon laquelle les employés pourront être en télétravail pendant au plus de 4 semaines par an ?

Voir aussi

Tim Cook informe ses employés de ce que la date de retour au bureau est fixée au 11 avril, dans un contexte où les personnes lancées en télétravail ne veulent plus retourner au bureau

Microsoft autorise ses employés à travailler à domicile, alors que la nouvelle épidémie de coronavirus continue de se propager dans les pays du monde entier

Apple retarde la réouverture de l'ensemble de ses bureaux à une date qui reste à déterminer et offre à chaque employé une prime de 1000 $

Google impose le retour des travailleurs à la Silicon Valley et dans d'autres de ses bureaux à partir du 4 avril, alors que les personnes lancées en télétravail ne veulent plus retourner au bureau
6  0 
Avatar de Nancy Rey
Chroniqueuse Actualités https://www.developpez.com
Le 19/05/2022 à 10:14
Apple revient sur sa politique de travail à distance après le départ de son responsable de l'apprentissage automatique vers Alphabet
et retarde sa semaine de travail de trois jours en personne

L'un des détracteurs les plus en vue du retour au bureau d'Apple aurait décroché un nouveau poste au sein de DeepMind d'Alphabet, marquant ainsi le dernier drame en date dans les luttes pour le travail à distance de Big Tech. Ironiquement, cette décision intervient au moment même où Apple a décidé de revenir sur sa dernière initiative de retour au bureau.


Dans un mémo interne consulté par Bloomberg mardi, Apple a déclaré qu'elle retarderait son exigence de trois jours de travail au bureau, qui devait entrer en vigueur le 23 mai prochain. Le mémo indique que la récente recrudescence des cas de covid-19 est à l'origine de ce report et ne fournit pas de date précise pour une nouvelle tentative. Les employés d'Apple sont toujours tenus de travailler au bureau deux jours par semaine et devront désormais porter des masques dans les zones communes.

En parallèle, Ian Goodfellow, l'ancien directeur de l'apprentissage automatique d'Apple, qui a quitté l'entreprise de façon spectaculaire, du moins en partie à cause de ses restrictions en matière de travail à distance, rejoindrait DeepMind d'Alphabet. Des sources ont déclaré que Goodfellow rejoindrait DeepMind en tant que « contributeur individuel », lui qui avait déjà travaillé en tant que chercheur principal chez Google en 2019.

Ce changement de poste marque un coup dur pour Apple, une entreprise qui a du mal à apaiser les travailleurs en désaccord avec sa stratégie de retour au travail. Goodfellow, qui est le membre le plus ancien connu pour avoir quitté le navire à cause du travail à distance jusqu'à présent, a abordé la question directement dans une note au personnel consultée par la journaliste Zoë Schiffer. « Je crois fermement qu'une plus grande flexibilité aurait été la meilleure politique pour mon équipe », a écrit Goodfellow.

Le départ de Goodfellow est intervenu à peu près au même moment où un groupe d'employés d'Apple a écrit une lettre ouverte aux dirigeants de l'entreprise pour critiquer les politiques qui, selon eux, étaient « motivées par la peur ». « Nous ne demandons pas que tout le monde soit obligé de travailler à domicile. Nous demandons de décider nous-mêmes, avec nos équipes et notre responsable direct, quel type d'arrangement convient le mieux à chacun d'entre nous, que ce soit dans un bureau, à domicile ou selon une approche hybride. Arrêtez de nous traiter comme des écoliers à qui il faut dire quand être où et quels devoirs faire », peut-on lire dans la lettre.

Plus que jamais, les travailleurs sont prêts à abandonner leur entreprise pour la flexibilité du lieu de travail. Selon un rapport ADP d'avril, près des deux tiers (64 %) des travailleurs américains ont déclaré qu'ils envisageraient de chercher un nouvel emploi s'ils étaient contraints de retourner dans un bureau à temps plein.

Il convient de noter qu'Alphabet n'a pas non plus totalement adopté le principe du travail à distance. Google, la plus grande force de travail du conglomérat, est passé à une semaine de travail hybride en avril dernier, qui exigeait que les employés travaillent depuis leur bureau trois jours par semaine. Cela ressemble beaucoup à la proposition d'Apple, bien que des rapports précédents suggèrent que Google approuve plus régulièrement les demandes de travail à distance. En août dernier, l'entreprise aurait approuvé 85 % des demandes d'employés souhaitant travailler à distance ou déménager.

Source : Twitter

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Les employés d'Apple critiquent sa politique de télétravail dans une lettre ouverte avec pour motif qu'elle ne leur accorde que deux jours de travail à domicile, entrecoupés par un jour au bureau

La politique de retour au bureau d'Apple laisse de nombreux travailleurs mécontents, un expert en IA démissionne

Tim Cook informe ses employés de ce que la date de retour au bureau est fixée au 11 avril, dans un contexte où les personnes lancées en télétravail ne veulent plus retourner au bureau

Des employés d'Apple menacent de démissionner parce que Tim Cook leur a dit de revenir au bureau, ils seraient également contre le modèle de télétravail proposé par l'entreprise

Les patrons ne respectent pas leur propre recommandation de retour au bureau à l'endroit de leurs employés en télétravail en poursuivant depuis leur domicile, d'après les données d'un récent sondage
6  0 
Avatar de calvaire
Membre expert https://www.developpez.com
Le 07/04/2022 à 19:50
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message

« Il y aura un certain jeu qui les poussera à revenir au bureau», a-t-il ajouté. Bock pense que les travailleurs commenceront probablement à vouloir venir au bureau eux-mêmes lorsqu'ils verront les patrons accorder plus de promotions et d'opportunités aux employés présents dans le bâtiment qu'à ceux qui travaillent à domicile.

je prends le pari !
je sais pas comment cela se passe au USA mais de mon coté en france:
1) jamais une boite m'a proposé une hausse de salaire, c'est moi qui doit harceler ma manager a chaque entretient... et tous ca pour obtenir au mieu du 5-8% max.
Pour etre augmenter à ma juste valeur je dois... changer de boite

2) je préfère rester pépère chez moi quitte et ne pas avoir d'augmentation, de toute façon meme en présentiel je n'en ai pas.
Apres je sais ce que je vaut en tant que salarié, je suis clairement pas le meilleur élément de la boite mais je fais le travail qu'on me donne correctement et dans les temps en respectant mes horaires (pas d'heure sup non payé)

le télétravail m'apporte un énorme confort que je suis pas pres d'abandonner: je me lève plus tard, je fini plus tot, je consomme pas de carburant pour bosser (bon pour la planete, pour ma voiture, et pour mon porte feuille) et je suis plus flexible, je peux aller chez le dentiste ou à la prefecture à la pause de midi/le matin/le soir plus facilement.
5  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 16/07/2021 à 11:52
Citation Envoyé par Jeff_67 Voir le message
Le full remote est pratiqué dans les entreprises où les salariés sont considérés comme des ressources plus que des êtres humains. Cela inclut les SSII bien-sûr, mais aussi certains géants de la tech qui n'hésitent pas à licencier des divisions entières sans grande considération pour le code du travail : la part des licenciés qui vont en justice est faible, et ces entreprises ont suffisamment d'argent pour faire trainer les procédures, les dommages et intérêts sont provisionnés d'avance.

Certains s'y retrouvent dans ce système. Les ex-Parisiens sont tout contents de leur nouvelle maison avec piscine en Province. Mais tout ça n'a qu'un temps.
Le fullremote est surtout pratiqué dans les entreprises qui font confiance à leur collaborateur et qui n'ont pas besoin de les micromanager toutes les 2h. Et ca ne marche évidemment qu'avec des employés sérieux , qui n'ont pas besoin de se montrer pour exister et qui prouvent leur valeur par leur résultat. Les JeanMichel brasseduvent sont vite mis en défaut en fullremote...

Si demain tous les métiers de services sont ouvert au full remote ca veux dire que tu peux travailler partout dans le monde depuis chez toi. Se faire virer comme un mal propre n'a donc plus du tout le même impact qu'aujourd'hui (où tu vas potentiellement déraciner tout une famille pour un nouveau poste). Et ca rendrait de fait le marché de l'emploi extrêmement dynamique un peu comme ca se voit au canada , où tu peux limite te faire virer le matin en arrivant et retrouver quelque chose d'autre dans l'après midi parce que employer quelqu'un ne veux pas dire se marier avec lui pour 40 ans ...

Perso je préfère des marchés hyper dynamiques où effectivement tu peux te faire jeter à tout instant mais retrouver tout aussi rapidement qu'un marché comme la France où tout le monde est hyper frileux parce que virer le nul qui à réussi à t'esbroufer lors des 28 entretiens va te couter des milliers d'euros.
5  1