IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Des employés d'Apple menacent de démissionner au motif de ce que l'entreprise adopte une position rigide contre le télétravail :
Un positionnement prédit par une série de sondages

Le , par Patrick Ruiz

112PARTAGES

14  0 
Une série de nouvelles études prédit des vagues de démissions dans les entreprises après les confinements. Le dénominateur commun entre celles-ci réside dans l’une des raisons mises en avant par les participants à ces sondages : le besoin d’une ouverture plus importante de leur entreprise au télétravail – travail à distance à permanence ou plus de flexibilité pour la formule hybride. Le tableau prend un coup de neuf avec la situation chez Apple où des pro-télétravail menacent de démissionner.

Les employés d'Apple affirment qu'il est plus difficile que jamais de faire approuver des demandes de travail à distance après que la société a mis en place un nouveau modèle hybride qui oblige les employés à revenir au bureau trois jours par semaine à partir de début septembre. Certains employés disent qu'ils démissionneront si Apple ne change pas de position.

Si Apple a toujours découragé les employés de travailler à domicile, il y avait des exceptions ponctuelles à la règle, et certaines équipes étaient plus indulgentes que d'autres. Aujourd'hui, les employés disent que même ces exceptions font l'objet de refus. Dans un canal Slack (de plus de 6 000 membres) de l'entreprise où les employés plaident en faveur du travail à distance, une dizaine de personnes déclarent qu'elles démissionnaient en raison de la politique de travail hybride ou qu'elles connaissaient d'autres personnes qui avaient été contraintes de démissionner.

Dans une enquête sur le travail à distance menée par les employés en juin, 36,7 % des personnes interrogées ont déclaré craindre de devoir quitter Apple en raison du manque de flexibilité (le sondage comptait 1 735 participants).

Le plan de retour au travail constituait déjà un point sensible chez Apple. Les employés avaient écrit une lettre en juin demandant au PDG d'Apple de réévaluer le modèle hybride. L’entreprise avait alors répondu par vidéo interposée que la collaboration en personne est "essentielle" et précise que l'entreprise ne reviendra pas sur son approche actuelle.

Certains employés rapportent qu'on leur a dit que seuls les employés avec un état de santé documenté seraient autorisés à travailler à distance de façon permanente. Mais le formulaire que les employés d'Apple utilisent pour demander un tel aménagement leur demande de communiquer leur dossier médical à l'entreprise, ce qui ne convient pas à certains employés.


Des vagues de démission prédites par une série de sondages

Une enquête de Prudential Beneficial qui porte sur un échantillon de 1046 participants américains indique que 87 % sont désireux de poursuivre en télétravail à minima 1 jour dans la semaine. 73 % sont d’avis que les employeurs doivent continuer d’offrir et même étendre les options de travail à distance. 42 % de ce lot sont prêts à quitter leur emploi si l’option télétravail ne leur est pas offerte sur le long terme.


Ces chiffres s’alignent avec ceux d’un sondage de Microsoft sur un échantillon mondial de 31 000 employés disséminés dans 31 pays. « Le fait de pouvoir travailler à distance a ouvert de nouvelles possibilités pour de nombreux travailleurs. Si l’on n'a plus besoin d'être physiquement présent dans un bureau, l’employeur peut, en théorie, être situé n'importe où. C'est peut-être pour cette raison que 41 % des employés envisagent de quitter leur employeur actuel cette année », indique l’entreprise américaine. Les résultats de son enquête laissent penser que les employeurs pensent à s’arrimer à ce qui est susceptible de s’imposer comme le standard du post pandémique. En effet, 73 % des participants au sondage sont désireux de voir les options flexibles de télétravail demeurer et 66 % des décideurs pensent à aller dans ce sens.


Un sondage sur développez.com a révélé que la majorité, soit 56,57 %, des votants sont pour rester en télétravail de façon permanente après la crise. C’était une espèce de redite du positionnement des travailleurs de divers pays qui ont exprimé leur faveur à l’approche télétravail. Les données plus récentes à disposition font état de ce que ce sera la formule mixte à défaut de télétravail à permanence. Un élément additionnel est de nature à concourir à cet état de choses. Selon une récente étude d’Ivanti sur un échantillon de plus de 1000 travailleurs, près des deux tiers (63 %) des personnes interrogées ont déclaré qu'elles préféraient travailler à distance plutôt que d'être promues et près de la moitié (48 %) ont déclaré qu'elles accepteraient une baisse de salaire en échange de la possibilité de travailler de n'importe où. Pour confirmer la tendance, seuls 12 % des répondants ont déclaré vouloir retourner dans un bureau à temps plein à l'avenir.


D’une étude à l’autre, les avantages mis en avant en faveur du volet télétravail reviennent : horaire de travail flexible, moins de stress lié au trajet, des économies et un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. D'un autre côté, les principales préoccupations sont la diminution des mouvements physiques au cours de la journée, le manque d'interaction avec les collègues, la fatigue de l'écran et l'impossibilité de collaborer ou de communiquer efficacement.

C’est un équilibre à trouver comme le résume Microsoft dans son étude : « Nous ne pouvons plus compter uniquement sur les bureaux pour collaborer, se connecter et construire un capital social. Mais le contact physique demeurera important. Nous sommes des animaux sociaux et nous voulons nous réunir, échanger des idées et ressentir l'énergie des événements en personne. À l'avenir, les espaces de bureau doivent faire le lien entre les mondes physique et numérique pour répondre aux besoins uniques de chaque équipe – et même de rôles spécifiques. »

Et vous ?

Que pensez-vous de ces tendances ? Sont-elles cohérentes avec la réalité dont vous êtes au fait ?
Voyez-vous la formule mixte s’imposer comme standard après la pandémie ?
Pour quelles raisons aimeriez-vous (n'aimeriez-vous pas) rester en télétravail ?

Voir aussi :

Microsoft autorise ses employés à travailler à domicile, alors que la nouvelle épidémie de coronavirus continue de se propager dans les pays du monde entier

En Chine, le coronavirus force la plus grande expérience de travail à domicile au monde, le télétravail semble être la seule solution dont disposent les entreprises
Coronavirus : après avoir recommandé le travail à domicile, Twitter demande à ses employés de travailler chez eux. Une mesure adoptée par les grandes enseignes de la tech comme Google
La crise du coronavirus : un afflux massif vers le travail à domicile crée une opportunité pour les pirates informatiques, selon des experts en cybersécurité

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 16/07/2021 à 10:39
Quand t'as laché quelques milliard dans un campus tout neuf j'imagine que t'aimerais bien que tes employés l'utilise

Plus sérieusement , le télétravail quand on dispose des bonnes conditions (un bureau dédié et pas de gosses à garder) c'est évidemment un très gros plus.
* Moins dérangé donc plus productif
* Horaires plus flexible
* Confort bien meilleur

Je pense que 1 à 3 jours par semaine est envisageable dans n'importe quelle société. Le fullremote en revanche demande une culture d'entreprise particulière et un casting spécial des employés pour que ca fonctionne réellement.

Mais le contact physique demeurera important. Nous sommes des animaux sociaux et nous voulons nous réunir, échanger des idées et ressentir l'énergie des événements en personne
Non merci.
Perso depuis le covid j'apprécie bcp plus le travail. On à plus a se serrer la main / taper la bise à 20 personnes , plus besoin de se forcer à participer à un événement social dont je me contre fou parce que sinon c'est mal vu , plus besoin de trouver des excuses à la con parce que dire à michel que c'est un gros con et que j'ai pas envie de lui parler à la machine à café sa passe pas ...
Bref moins y'a d'interaction sociale mieux je me porte ... comme quoi les vérités des uns ne sont pas forcément absolues.
15  1 
Avatar de AaâÂäÄàAaâÂäÄàAaâÂäÄ
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 08/08/2023 à 14:05
Citation Envoyé par Plume-Noire Voir le message
Ces candidats, ces postulants, mon groupe n'en veut pas. Nous cherchons des vrais talents qui ont une volonté orientée de s'impliquer dans la vie de la société, qui ne se limite pas seulement à son petit espace de vie et de confort, mais qui pense aux conséquences de son travail sur les collègues qui ne sont pas dans le même service et qui dépendent de son travail.
Donc, en conclusion, vous ne cherchez pas de «talent» particulier mais des personnes assez malléables pour répondre à vos exigences - ce qui demande essentiellement de l'abnégation mais pas particulièrement de «talent».
13  1 
Avatar de AndMax
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 16/07/2021 à 12:25
Un jour il faudra se poser la question de ce qui est réellement utile et de ce qui est simplement du gaspillage. Construire des millions de m² de bureaux, et voies d'autoroutes supplémentaires car les embouteillages sont pires chaque année, le tout pour des gens qui vont travailler sur un ordinateur et qui ont déjà la capacité de travailler depuis chez eux avec une productivité meilleure, ce n'est pas du tout compatible avec le fait de vouloir respecter des "accords" sur le climat. Comment ferez-vous (chacun d'entre vous) pour émettre 5% de CO2 en moins chaque année, surtout si vous reprenez le rythme des déplacements comme avant 2020 ?

Le fait que votre employeur gaspille une part importante du budget de l'entreprise afin de payer des loyers devenus inutiles et vous offrir un 2me bureau chauffé ou climatisé et bien équipé sur site, en plus du bureau que vous avez déjà chez vous, ça sera également décisif un jour pour justifier que vous coûtez plus cher que la ressource qui travaille de l'autre côté du monde.
10  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 09/08/2023 à 7:05
Citation Envoyé par Plume-Noire Voir le message
Je suis un de ces dirigeants qui ne privilégie pas le télétravail. Et oui, notre groupe a du mal à recruter, nous sommes obligés de nous passer de candidats qui arrivent avec cette condition de télétravail avant même de connaître les enjeux du poste proposé.
Ces personnes ont raison, si pour elles le télétravail est important, cette condition passe avant les enjeux du poste.
Il vaut mieux commencer par ça :
- Quelle est votre politique de télétravail ?
- Nous n'en proposons pas.
- Très bien, nous pouvons nous arrêter là, votre entreprise ne m'intéresse pas.

Pourquoi le candidat devrait perdre plus de temps ?

Citation Envoyé par Plume-Noire Voir le message
  • L'échange spontané au détour d'un blague bien placée, d'un café ou d'une clope pour ceux qui fument. Personnellement, cela n'engage que moi ce commentaire, le télétravail permet peut-être de le faire en lançant un meeting spontané; mais tout cela me paraît bien artificiel.
On ne parle pas de télétravail à 100%.
On parle de télétravail 1, 2 ou 3 jours par semaine, donc il y a aura toujours beaucoup de présence physique au bureau.

Citation Envoyé par Plume-Noire Voir le message
Si votre priorité et vos arguments sont l'équilibre vie perso / vie pro, la soi distante productivité augmentée, vous ne faites qu'évoquer des exigences personnelles qui n'ont aucune implication dans la vie de la société pour laquelle vous travaillez et pour laquelle elle vous verse un salaire en conséquence de vos choix.
Tous les candidats qui ont refusé de travailler pour votre entreprise ont raison.
Les exigences personnelles sont plus importantes que l'entreprise.

Ça ne sert à rien de sacrifier sa vie pour son travail, on l'a vu avec les employés de Google, Amazon, Méta, Microsoft, etc, parfois il y a des plans de licenciements massifs et c'est "Am stram gram" pour savoir qui est viré.
Des travailleurs étaient très bien évalué, l'entreprise était très satisfaite de leur travail, et hop viré !
12  2 
Avatar de weed
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 07/03/2022 à 21:18
De mon point de vue, malheureusement mieux vaut faire un peu moins de télétravail, si l'on veut conserver notre travail. Je coute très cher à mon client 500-600€ et je suis très facilement remplacable.

Si je fais 100% de télétravail, mon client va se dire, mais pourquoi payer aussi cher alors que je peux trouver bien moins cher dans un pays francophone comme le Maroc ou la Roumanie. Malheureusement tant que dans ces pays, le cout de travail sera bien moins élevé que le notre, le 100% est une menace.
8  0 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 29/06/2023 à 8:28
Que pensez-vous des résultats de ces différentes études ?
encore une étude américaine, difficile de le transposer au marché français.

Faites-vous du travail à distance ? Si oui, que feriez-vous si votre entreprise vous demande de revenir au bureau à temps plein ?
oui 3j/semaines, si demain c'est 100% bureau je cherche un autre boulot et entre temps j'en ferais le moins possible au bureau (il est plus facile de glandé au bureau qu'en remote).
Un employeur qui me sucre un avantage sans raison, c'est pour moi une trahison et un manque de confiance envers moi qui ne donne aucune envie de m’investir pour l’entreprise.

Pensez-vous que le télétravail est un risque pour les employés, en termes de perspectives de carrière ou d'opportunités d'apprentissage et de développement ?
en France non, ca fait 2ans que dans ma boite on a pas de prime d’intéressement (malgré la multiplication par 2 des dividendes des actionnaires) et les augmentations sont de l'ordre de 2% max. Le seul moyen d'évoluer en salaire en France c'est d’être déloyale envers son entreprise et de la quitter tous les 2-3ans.
En france toute les boites propose globalement le même package (carte resto, 10rtt, cheque vacance du CE) avec un salaire assez comprimé.

donc le seul moyen pour une boite de se démarquer c'est de proposer la semaine de 4j ou alors du full remote.
8  0 
Avatar de walfrat
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 09/08/2023 à 9:43
"Ce qui demande essentiellement de l'abnégation" : c'est une qualité, en effet. En tant que qualité morale et de vertu sans aller jusqu'au sacrifice de soi-même. Nous avons tous du y faire face lors de la crise sanitaire : infirmier(e)s, médecins, personnels de secours, pour la partie santé. Transporteurs, grande distribution, et services essentiels à la continuité sociale. Toutes ces personnes ont bien fait preuve d'abnégation, nous les avons remerciés, applaudis. Ont-ils reçu en retour ce qu'ils ont investis? Sans doute pas, j'en conviens. Mais notre débat ne porte pas sur ce sujet.
A vrai dire je ne suis absolument pas d'accord que ce soit hors sujet, je dirais même que c'est le coeurs du problème.

Les gens demandent de l'équilibre aujourd'hui dès l'ébauche du contrat. Pourquoi ? Parce qu'ils savent très bien ce qui c'est passé pour la génération avant eux et ce qui se passe encore aujourd'hui, à savoir une abnégation pas récompensé.

A cause de tout ça, il y a littéralement un défaut de confiance entre employé / employeur, en conséquence, les employés vont exiger des conditions brutes dans le contrat plutôt que faire confiance à un employeur qui "demande de l'abnégation mais promet de ne pas en abuser".

De fait vous ne subissez pas nécessairement de soi disant "mauvais profils" mais des profils qui réagissent avec la vision d'un employeur forgé dans un contexte de décennies de personnes exploités et jeter après usage.

Et pour info, je ne fais pas de télétravail. Par empathie par les autres ? Non, simplement c'est pas pour moi, du coup c'est parfaitement égoïste.
10  2 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 09/08/2023 à 11:57
Pour ma part, tant que les entreprises restent aussi ingrates vis à vis des employés et ne s'engagent pas dans le bien être de l'employé, je ne vois pas pourquoi les employés s'engageraient dans la vie de l'entreprise.

Pour les entreprises on reste un numéro, une charge, dont on se débarassera dés que l'occasion se présente. En informatique c'est encore pire, on est considéré comme remplaçable en un claquement de doigts, ce qui n'est pas tout à fait vrai, mais qui n'empêche pas d'être remplacés pour autant. Les entreprises les plus regardantes éviteront de virer mais mettront dans un placard en attendant que l'on y crève ou que l'on prenne la porte de nous même.

Je ne parle même pas des fameuses "perspectives d'évolutions" qui ne sont qu'une mise ne concurrence avec nos collègues, déclenchant un environnement malsain où ceux qui ont les dents qui rayent le parquet marchent sur les autres et s'entretuent pour des titres pompeux qui justifient un salaire plus élevé. Pourtant, plus on monte, moins on produit, donc moins on rapporte à l'entreprise...

Je ne vois vraiment pas pourquoi on attendrait de moi, productif de l'entreprise, d'être disponible pour m'engager dans ce monde de loups au dessus. Ma santé mentale vaut mieux que les bénéfices d'une entreprise.
9  2 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 16/07/2021 à 14:04
Citation Envoyé par AndMax Voir le message
Un jour il faudra se poser la question de ce qui est réellement utile et de ce qui est simplement du gaspillage. Construire des millions de m² de bureaux, et voies d'autoroutes supplémentaires car les embouteillages sont pires chaque année, le tout pour des gens qui vont travailler sur un ordinateur et qui ont déjà la capacité de travailler depuis chez eux avec une productivité meilleure, ce n'est pas du tout compatible avec le fait de vouloir respecter des "accords" sur le climat. Comment ferez-vous (chacun d'entre vous) pour émettre 5% de CO2 en moins chaque année, surtout si vous reprenez le rythme des déplacements comme avant 2020 ?

Le fait que votre employeur gaspille une part importante du budget de l'entreprise afin de payer des loyers devenus inutiles et vous offrir un 2me bureau chauffé ou climatisé et bien équipé sur site, en plus du bureau que vous avez déjà chez vous, ça sera également décisif un jour pour justifier que vous coûtez plus cher que la ressource qui travaille de l'autre côté du monde.
Alors déjà, meilleure productivité, ça va dépendre des cas, ensuite, loyers inutiles, désolé, mais tout le monde n'apprécie pas le télétravail, loin de là. Personnellement, j'ai du mal à travailler en remote, et ça ne s'améliore pas avec du durée dudit remote. Au dernier confinement, ma productivité était au raz des pâquerettes.

Faudrait arrêter avec le "le full remote, c'est la vie", un peu... ça dépend des gens.
7  1 
Avatar de calvaire
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 19/07/2023 à 13:27
Citation Envoyé par urumaru Voir le message
Et pour info, à 60k dans paris ou lyon, je ne prête même pas attention à ce type d'offre, qui devraient commencer à au moins 80/90k de base (en ce qui me concerne).
ah mais à 80k j'arrive dans vos locaux mon brave seigneur

malheureusement c'est pas le cas de 90% des boites... la pluspart propose des salaires bas, le salaire moyen en it en france c'est 40k je tient à rapeller.
ou encore la

donc bon quitte à être payer 40k autant le faire en full remote.
6  0