IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Trois quarts des cadres supérieurs affirment que le manque de compétences techniques est un obstacle à l'utilisation du cloud computing
Selon un rapport du cabinet de conseil PwC

Le , par Bill Fassinou

8PARTAGES

9  0 
Bien qu'elle a grandement impacté sur la croissance des organisations, la pandémie du Covid-19 a été un accélérateur à certains niveaux. Elle a, par exemple, poussé les entreprises vers le cloud afin de faciliter la mise en place du télétravail. Mais, alors que le retour à la normale se prépare, le cabinet d'études PricewaterhouseCoopers (PwC) a publié un rapport qui révèle que plus de la moitié (53 %) des entreprises ne réalisent pas une valeur substantielle de leurs investissements dans le cloud. Une grande majorité des dirigeants pensent également que le manque de compétences techniques représente un obstacle à l'utilisation du cloud computing.

Les investissements dans le cloud ne portent pas leurs fruits

L'enquête de PwC sur le "cloud business" aux États-Unis a été menée auprès de plus de 500 cadres supérieurs. Selon le rapport d'étude, les chefs d'entreprises de tous les niveaux voient le rôle du cloud computing dans la réalisation des ambitions de croissance de leur société – et leurs attentes sont élevées. Cela dit, peu d'entreprises seraient positionnées pour que le cloud tienne pleinement ses promesses exceptionnelles. Le rapport note que plusieurs des chefs d'entreprise interrogés ont déclaré que les investissements dans le cloud computing tardent à apporter des avantages "substantiels".



Plus de la moitié (53 %) des entreprises ne réalisent pas une valeur substantielle de leurs investissements dans le cloud. Alors, à quel résultat s'attendent-elles ? En tête de liste figure l'amélioration de la résilience et de l'agilité (34 % affirment que leur entreprise poursuit cet objectif). L'amélioration de la prise de décision (34 %) est le second objectif poursuivi. En troisième position se trouve l'innovation en matière de produits et de services (33 %). Mais lorsqu'on leur demande si elles ont réalisé une valeur substantielle dans les 12 domaines ciblés, seule la moitié des entreprises en moyenne l'ont fait.

Mais pourquoi ce manque de résultat ? Le rapport de PwC suggère qu'un nouveau fossé des talents numériques est en train d'émerger, touchant à la fois les rôles technologiques et commerciaux. Quarante-sept pour cent des personnes interrogées considèrent le manque d'amélioration des compétences comme un obstacle à la valeur du cloud. Ces chiffres concordent avec ceux d'une récente enquête menée par 451 Research, selon laquelle 90 % des entreprises souffrent d'une pénurie de compétences liées au cloud. D'autres obstacles s'opposent également à la réussite des mises en œuvre de la technologie du cloud.

Seuls 17 % des responsables de la gestion des risques ayant répondu à l'enquête du cabinet ont déclaré être impliqués dès le début des projets de cloud computing. Environ 55 % des directeurs des ressources humaines considèrent que les changements de processus et de méthodes de travail sont des problèmes importants en ce qui concerne le cloud computing. Compte tenu de ces obstacles, il n'est peut-être pas surprenant que seulement 52 % des directeurs financiers se disent convaincus de pouvoir mesurer le retour sur investissement (ROI) du cloud.

« Il ne fait aucun doute que nous nous trouvons au milieu d'un changement accéléré dans le domaine du cloud, dans le sillage d'une pandémie qui a fait prendre conscience que toute position de force peut être fragile, et que les organisations qui fonctionnent avec un plus grand degré de résilience et d'agilité peuvent prospérer à l'avenir. Notre récente [enquête] l'a confirmé », a déclaré Jenny Koehler, directrice adjointe du conseil de PwC aux États-Unis.

« Parmi les domaines les plus prometteurs figurent l'amélioration de la résilience et de l'agilité, l'amélioration de la prise de décision compte tenu de l'amélioration des données et des capacités d'analyse, et la capacité à innover en matière de produits et de services. Cependant, malgré cette adoption généralisée, il y a un écart de valeur substantiel qui persiste », a-t-elle ajouté.

Comment les entreprises peuvent-elles résoudre l'écart de valeur ?

Malgré les difficultés rencontrées dans l'adoption du cloud, les dirigeants ayant répondu à l'enquête de PwC affirment qu'ils accordent la priorité aux capacités du cloud pour l'année prochaine. Les entreprises investissent spécifiquement dans la cybersécurité (48 %), l'IA et l'apprentissage automatique (39 %), le cloud hybride (39 %), l'analyse (37 %) et les applications d'entreprise (28 %). Au-delà, 33 % des dirigeants affirment que leur entreprise utilise le cloud pour faire progresser la stratégie environnementale, sociale et de gouvernance, comme l'automatisation du reporting et la progression des objectifs verts.

Gartner estimait que 257,9 milliards de dollars seraient dépensés dans les services de cloud public en 2020, soit une hausse de 6,3 % par rapport à 2019. De son côté, Statista a annoncé que le marché mondial du cloud computing public devrait atteindre un montant estimé à 397 milliards de dollars en 2022. Selon Koehler, l'écart de valeur peut être symptomatique du fait que de nombreuses entreprises n'ont pas fondamentalement aligné leurs investissements dans le cloud sur leur stratégie commerciale sous-jacente ou, dans certains cas, ont défini la valeur commerciale en des termes trop abstraits, ou trop larges.

« En outre, le cloud en lui-même introduit fondamentalement de nouvelles capacités pour une entreprise. Et, comme c'est le cas avec toute nouvelle capacité, elle doit être nourrie dans le contexte de nouveaux modèles d'exploitation et d'un état d'esprit d'amélioration continue, de centrage sur le client et d'innovation, le tout rendu possible par des utilisateurs finaux qui ont été formés non seulement sur le plan informatique, mais aussi sur le plan commercial », a déclaré Koehler. Par ailleurs, la C-Suite serait plus impliquée qu'auparavant dans les efforts d'adoption du cloud, étant donné le montant du capital en jeu.

Plus de 70 % des répondants ont déclaré à PwC qu'ils participaient aux décisions relatives à la stratégie de cloud computing ainsi qu'aux décisions relatives aux talents et à l'amélioration des compétences dans ce domaine. Selon Koehler, des mesures peuvent être prises pour relever ces défis, notamment l'introduction de programmes holistiques de renforcement des compétences numériques, de programmes de mentorat dans les domaines où une plus grande profondeur du cloud est nécessaire. Elle a ajouté qu'il faut également établir des partenariats avec des tiers externes pour un succès à long terme.

« Même au milieu de cet écart de valeur, à l'heure actuelle, nous [chez PricewaterhouseCoopers] restons optimistes quant à la possibilité de le combler, avec le bon alignement sur la stratégie commerciale sous-jacente, et une responsabilité partagée entre l'ensemble de la C-suite », a-t-elle déclaré. Si les entreprises peinent à atteindre leur objectif, les fournisseurs de cloud récoltent cependant les bénéfices de l'aubaine. En publiant ces derniers résultats, Google a déclaré que sa division cloud avait réalisé un chiffre d'affaires de 4 milliards de dollars au premier trimestre 2021, soit une hausse de 46 % par rapport à 2020.

Amazon Web Services (AWS) a affiché un bénéfice record de 13,5 milliards de dollars pour 2020. Et Azure, la division cloud de Microsoft, a enregistré une croissance du chiffre d'affaires au troisième trimestre 2021 de 50 % par rapport à l'année précédente, dépassant les attentes des analystes.

Source : PwC

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous du manque de résultats dans l'adoption du cloud ?
Que proposez-vous pour faciliter l'atteinte des objectifs lors de l'adoption du cloud ?

Voir aussi

Comment la pandémie a-t-elle contribué à accélérer les stratégies « cloud first » au sein des entreprises ? Celles-ci envisagent désormais le cloud pour plus d'applications

Le cloud est au centre de la stratégie des entreprises pour la reprise après le Covid-19 et l'edge computing est le nouveau cloud, selon un rapport de Forester

L'activité Cloud de Google a perdu plus de 5,5 milliards de dollars l'année dernière, mais elle se développe rapidement doublant presque les revenus de l'année précédente

Les activités Cloud de Microsoft s'intensifient alors que la pandémie stimule la croissance, selon les résultats financiers 1T21 de la société qui ont battu les estimations des analystes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de tanaka59
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 17/06/2021 à 22:31
Bonsoir,

Trois quarts des dirigeants affirment que le manque de compétences est un frein à l'utilisation du cloud

Quel est votre avis sur le sujet ?
Le constat est même édifiant. Dans certains services en entreprise, je constate qu'il y a même un inculture/aculture sur certains points techniques (pourtant cruciaux) en IT/informatique !

Récemment je constatais encore , un manager qui par habitude travaille sur Excel. Vient de sortir une base "figée" à une date donnée, avec des datas sur son Excel. Celui ci est réfractaire à accepter que "sa base" doivent être dynamique ... car évolutive !

Donc oui il y a un manque de compétences (techniques) sous jacent.

Que pensez-vous du manque de résultats dans l'adoption du cloud ?
La faute a des process complexes et / ou un manque de temps simplifier des process "cloudisable".

Que proposez-vous pour faciliter l'atteinte des objectifs lors de l'adoption du cloud ?
Il n'y a pas de solution miracle . Cela demande du temps et du bon sens.
0  0