IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La ministre du Travail Élisabeth Borne annonce la fin du télétravail systématique dès le 9 juin
« il ne s'agit pas d'abandonner le télétravail ! Cette pratique reste recommandée »

Le , par Stéphane le calme

92PARTAGES

14  1 
Invitée par Patrick Roger le 27 mai dans l’émission « C’est à la une » sur le plateau de Sud Radio, Élisabeth Borne, la ministre de du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, a annoncé la fin du télétravail systématique. À partir du 9 juin, les entreprises retrouveront une certaine marge de manœuvre au sujet du nombre minimum de jours de télétravail par semaine. Un protocole clair sera disponible en ligne la semaine prochaine. Dans le secteur public, il sera demandé aux personnels de le pratiquer trois jours par semaine.

C'est sur l'antenne de Sud Radio qu'Élisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, a annoncé la fin du télétravail à 100 %. « Effectivement, à partir du 9 juin, on assouplit les règles en entreprise, et en particulier le télétravail. Depuis le mois de novembre, la règle c’est le télétravail systématique pour toutes les activités qui le permettent. Il ne s’agit pas de passer de tout à rien, le télétravail reste quelque chose d’important pour limiter la diffusion du virus. On sait qu’il y a aussi beaucoup de lassitude chez ceux qui télétravaillent à 100 % depuis des mois. Donc, grâce à l’amélioration de la situation sanitaire, à partir du 9 juin, nous allons redonner des marges de manœuvre aux entreprises pour définir, entre la direction et les représentants des salariés, un nombre minimum de jours de télétravail par semaine ».

La ministre indique donc que la main est redonnée aux employeurs et aux salariés pour qu'ils déterminent le nombre de jours adaptés en présentiel. Pour elle, il n'est pas question d'abandonner le télétravail : « tout le monde souhaite qu'on assouplisse ces règles, notamment ceux qui sont à 100 % en télétravail depuis des mois. Il y a beaucoup de salariés qui souffrent d'isolement. Donc cet assouplissement est attendu. Mais il faut que ce soit progressif et c'est pour ça que nous allons mettre en ligne ce protocole dès la semaine prochaine afin qu'il y ait du temps pour discuter au sein des entreprises sur le retour progressif sur site au bureau ».


La ministre insiste sur le fait qu'il n'y aura pas de « modèle type » pour le retour au travail dans le privé : « c'est au sein de chaque entreprise qu'il faut définir le nombre minimum de télétravail. Si on peut donner un repère : dans la fonction publique, l'État en tant qu'employeur va passer à trois jours de télétravail par semaine à partir du 9 juin ».

À la question de savoir si l'organisation du travail ne va plus être comme avant, la ministre a expliqué : « j’ai discuté avec beaucoup de DRH, je pense qu'on ne va pas revenir à la situation d’avant crise. On a découvert le télétravail et beaucoup ont trouvé que c'était aussi une forme de liberté : ça évite de prendre les transports tous les jours, de regagner du temps de vie personnelle. Il est question maintenant de trouver le bon équilibre, garder ce qui est positif dans le télétravail et sortir du 100 % télétravail qui conduit beaucoup de salariés à avoir un sentiment d'isolement ».


La ministre se dit consciente des difficultés de recrutement que rencontrent de nombreux secteurs comme bâtiment, travaux publics, restaurants, cafés et assure que Pôle Emploi est pleinement mobilisé pour aider les employeurs à trouver du personnel : « Pôle Emploi est pleinement mobilisé notamment sur des secteurs qui sont en "tensions" par exemple le bâtiment, les travaux publics. J'ai demandé à Pôle Emploi de regarder parmi les demandeurs d'emploi ceux qui ont déjà travaillé dans ces secteurs, qui peuvent être formés pour pouvoir aller travailler dans ce secteur. C'est pareil pour les restaurants et les cafés. Vous savez qu'il y a un certain nombre de salariés qui sont passés à autre chose, donc là aussi on regarde avec Pôle Emploi si on a des salariés qui connaissent ce métier, qu'on peut former pour qu'il puisse retourner vers ces secteurs ».

Elle a détaillé les objectifs de l'opération « 1 jeune, 1 mentor ». Celle-ci doit permettre à des personnes qui se lancent sur le marché du travail d'être accompagnées dans leur découverte par un tuteur expérimenté. Selon les chiffres avancés par la ministre, en 2020 entre 20 000 et 30 000 jeunes en ont profité. Mais les objectifs sont ambitieux étant donné que la ministre espère voir « 100 000 jeunes en 2021 et 200 000 jeunes en 2022 » en bénéficier.

En ce qui concerne les saisonniers, Élisabeth Borne rappelle qu'il est possible de les recruter aux dates habituelles puis de les mettre en chômage partiel jusqu'à la reprise de l'activité : « on a permis aux entreprises de recruter les saisonniers à la date habituelle et de les placer en activité partielle le temps que l'activité démarre. On n'a pas encore exactement les chiffres, mais je pense que ça permet effectivement de ne pas perdre le saisonnier avec lequel on a l'habitude de travailler ».

Toutefois, la vaccination obligatoire de certaines professions « n'est pas du tout d'actualité » a insisté la ministre, qui rappelle l'antécédent des soignants aujourd'hui très bien couverts en se basant uniquement sur le volontariat. « On a vu que chez le personnel soignant on a maintenant un très beau taux de vaccination. Dans les professions qui sont les plus exposées, on a permis à tous les salariés de se faire vacciner. Et je pense que les Français aujourd'hui ils ont envie de se faire vacciner, donc je pense que c'est la bonne voie ». L'État vise 30 millions de vaccinations pour la mi-juin.

Invité un peu après sur FranceInfo le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a voulu mettre l'accent sur l'importance du dialogue social dans cette période de retour physique au bureau : « le retour en présentiel ne va pas être simple pour tout le monde. Il faut prendre en compte l'épreuve traversée par les salariés depuis un an et demi ». Il n'a pas manqué d'exprimer sa crainte de voir les entreprises décider sans écouter les salariés le 9 juin.

Et vous ?

Allez-vous reprendre le travail en présentiel ou rester en télétravail ?
Si vous allez reprendre le travail en présentiel, combien de jours souhaiteriez-vous rester en télétravail ?
Que pensez-vous de la décision de la ministre qui laisse carte blanche aux entreprises dans le secteur privé pour décider du nombre de jours de télétravail par semaine après un dialogue avec les employés ?
Partagez-vous l'avis de Laurent Berger qui craint de voir les entreprises décider sans écouter les salariés ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/08/2021 à 10:33
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Êtes-vous en télétravail ? Que sacrifieriez-vous pour y rester après la pandémie ? Que pensez-vous de l’approche travail à distance de façon générale ?
Je ne sacrifierai rien pour rester en télétravail, je suis déjà suffisamment sous payé comme ça. (quoi qu'il y a un collègue qui disait qu'on perdait 6€ par jour quand on travaillait à la maison, il doit y avoir une prime de déplacement ou une connerie comme ça)
Si il fallait repartir à 100% en présentiel, je me mettrai sérieusement à chercher un nouvel emploi.
3 jours de télétravail par semaine pour ceux qui veulent c'est le minimum que devrait proposer les entreprises.
Il n'y a aucun intérêt à aller au bureau chaque jour, quand tu travailles sur un PC portable. Il n'y a pas d'histoire de banc d'essai, ou de prototype, le travail peut être fait n'importe où, donc pourquoi le faire au bureau ? Ce n'est pas un bon environnement de travail (les open space c'est l'enfer, c'est pratique pour mettre beaucoup de monde dans peu d'espace, mais à part ça, ça n'a aucun intérêt).

Certaines personnes préfèrent le télétravail, d'autres préfèrent le bureau, les entreprises peuvent accommoder tout le monde.

"Ce serait un élément déclencheur de ma démission": la fin du télétravail s'approche au grand dam de nombreux salariés
Le retour au bureau après les vacances, pas pour tout le monde. Certaines entreprises qui souhaiteraient revenir à 100% en présentiel ont du mal à convaincre tous leurs salariés séduits par ces mois de télétravail.
Pour être un minimum attractive les entreprises doivent proposer des offres d'emploi avec au moins 3 jours de télétravail par semaine.
6  0 
Avatar de Waikiki
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 29/05/2021 à 9:04
Citation Envoyé par denisys Voir le message
L’idée est bonne, dans l’ensemble.

Là est peut être le gros problème.

Mais, a mon point de vue.
Même, si cela n’est pas évident, pour tous les secteurs d’activités.
D’un coté, comme de l’autre.
Si le secteur d’activité, le permet..
C’est la possibilité, de choisir, la consommation de son temps de travaille.
Pour l’employé, entre le distanciel et le présentiel.
Mais, actuellement, si je ne me trompe pas.
La grande difficulté, en France. Réside dans la déclaration, ainsi que ces modalités, pour déclaré un employé en mode télétravail.
Elles ne sont pas souple,
car il y a une prise en charge par les assurances,
en cas d’accident dans sont déplacement,
pour aller, revenir,
de sont domicile, a son lieu de travaille.

Désolé, si je me suis mal exprimé, concernant, les modalités de prise en charge des assurances.
Je ne suis pas RH !!.
Mais celles et ceux qui connaissent le sujet, mieux que moi.
L’exprimerons mieux que moi !!
Il est pas terrible ton poème, on arrive pas définir la structure des vers et des strophes, et y a même pas de rimes.
5  1 
Avatar de PBernard18
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 04/09/2021 à 3:33
Pourquoi chercher à diminuer le salaire en télétravail ? Toujours surprenant ces sondages qui cherchent à démolir la société plutôt que de l'aider à se hisser au meilleur niveau.
4  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 31/08/2021 à 12:25
38% des employés prêts à quitter un employeur refusant le télétravail
Le travail hybride présentiel / télétravail est aujourd'hui la norme : 50 % des entreprises françaises l'ont adopté. Un refus de cette évolution est durement sanctionné : 38% des répondants sont prêts à changer d'employeur si celui-ci venait à imposer le retour à du 100% présentiel, ce chiffre montant à 57% chez les moins de 35 ans. Le mode 100% présentiel ne concerne plus que 34% d'entre eux même si seulement 14% ont pris le virage du 100% télétravail. Les proportions varient avec la taille de la firme, le télétravail étant plus fréquent dans les grandes structures.
Pass sanitaire, télétravail : difficile retour au bureau
Entre le 100 % télétravail et le 100 % présentiel, il reste à inventer une forme hybride, flexible, presque à la carte, mêlant présence au bureau et plusieurs jours en télétravail. C’est d’ailleurs ce que montre la dernière étude Malakoff Humanis réalisée cette année. Le travail à distance emporte l’adhésion des salariés, puisque 86 % des télétravailleurs en sont satisfaits et fixent le nombre idéal de jours télétravaillés à 2 jours par semaine (contre 1,4 jour en novembre 2019). Seuls 14 % des salariés affirment ne pas souhaiter la mise en place du télétravail au sein de leur société. Quant aux chefs d’entreprise, ils sont 67 % à être favorables à la mise en place du télétravail. Mais attention, 26 % des salariés estiment que le télétravail pratiqué ces derniers mois a eu un impact sur leur santé psychologique (contre 12 % en 2019) et 40 % des managers ont souligné la difficulté de diriger les équipes à distance. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles certaines grandes entreprises de la tech aux Etats-Unis, qui envisageaient le 100 % télétravail, reviennent sur leur décision.
61% des 18-34 ans se déclarent pour le 100% travail à distance selon un sondage
Selon une étude menée par YouGov pour le cabinet de recrutement Nicholson Search & Selection, début juillet auprès de 1000 personnes, 61% des 18-34 ans se déclarent pour le 100% travail à distance. souligne Le Figaro.
Citation Envoyé par john94 Voir le message
Dans les épisodes de confinement, pour beaucoup, ce n'est pas à proprement parler de télétravail dont il s’agit, mais de travail à domicile en mode dégradé !
Il ne faut pas grand chose pour travailler à distance dans de bonnes conditions :
  • Une pièce dédiée
  • Un bureau adapté
  • Un fauteuil adapté
  • Une bonne connexion internet (et encore il n'y a pas besoin d'une connexion de fou pour se connecter à l'entreprise étendue et à Teams)


Pour que le télétravail fonctionne il faut être installé au moins aussi bien qu'au bureau.
2  0 
Avatar de TotoParis
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 29/05/2021 à 22:08
Citation Envoyé par plegat Voir le message
Je ne comprends pas "ton" problème... à partir du moment où on est en télétravail, il n'y a plus de déplacement domicile/travail... donc plus de problème d'assurance, du moins de ce côté-là!
Le problème peut se poser pour couvrir un accident au domicile en tant qu'accident du travail le cas échéant (nous, on doit se déclarer auprès de notre assurance domicile personnelle, mais surtout pour le côté administratif).

Le gros problème c'est tout ce qui est management plutôt... soit pour ceux qui manquent de confiance dans leur équipe (à bon ou mauvais escient), soit pour gérer en distanciel (différent de la gestion en présentiel... pas forcément plus compliqué, mais différent...).

Enfin, tout le monde ne veut pas être en télétravail. Certains préfèrent être au bureau qu'à la maison pour travailler... Chacun son style!
Attention, quad vous êtes en télétravail et qu'il vous arrive un accident sur ce nouveau lieu de travail, c'est bien un accident sur le lieu de travail,
pas à votre domicile dans le cadre d'une activité hors du cadre de l'entreprise. Une assurance privée (précisez dans quel pays vous êtes) ne semble pas adéquate pour la France.
Sinon, le télétravail est une vraie calamité ou pas selon la performance de votre connexion internet, selon la qualité de votre lieu de vie.
C'est assez rare de pouvoir aménager un vrai espace bureau à domicile. Avec le silence qui va avec. Plein de gens ne sont pas très gâtés sur ces aspects.
Ce télétravail a été très destructeur, tout comme le télé-enseignement. Nous allons en payer le prix fort pendant au moins 20 à 30 ans.
Une vidéo intéressante sur la dé-socialisation massive qui s'est produite : https://www.francesoir.fr/videos-len...tien-essentiel
1  0 
Avatar de PBernard18
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 04/09/2021 à 10:08
C'est vraiment n'importe quoi. Si on passe du temps dans les transports c'est bien parce que la conception de la ville n'est pas adaptée au travail d'aujourd'hui et que le coût d'hébergement est devenu prohibitif.

A Paris, la vitesse est passée à 30 km/heures. Je comprends que certain politicien se masturbe l'esprit avec ça en ayant le sentiment confortable de bosser pour la planète ou en donnant ce sentiment. On réduit le nombre de voies de circulation aussi et on limite par vignette interposée le nombre de véhicules. Conséquence, avant c'était 2h et maintenant, c'est deux heures trente. Donc selon certain, il faudrait encore réduire les salaires parce qu'en bossant chez soi, on gagne 30 mn de plus. Et vraiment pas de pot pour ceux qui ont choisi d'habiter à Lille en travaillant à Paris parce que avec le TGV, en une heure on y est. Pour eux, on va leur retirer l'abonnement SNCF et l'heure de transport, sans compter qu'en habitant à Lille à la place de Paris, on gagne aussi de l'argent en impôt locaux, en taxe foncière et en loyer.

Bientôt, selon certain, il faudra payer pour bosser...
Je vois d'ici le MEDEF : et par ricochet l'employé :
1  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 04/09/2021 à 12:04
En réalité les endroits avec une mauvaises connexion sont extrêmement rare
Détrompes-toi. Faire de la visio sur de l'ADSL avec un faible upload, ou en 4G avec un ping important, c'est pas l'idéal.

Mais je pense que le télétravail partiel concerté est une bonne solution qui peut arranger tout le monde. Mais ça me parait quand-même difficile de faire du 100% télétravail.
1  0 
Avatar de destroyedlolo
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 04/09/2021 à 12:54
Sauf qu'à Paris ou en région parisienne, pas forcément facile d'avoir une pièce dédiée.
Qui les oblige a y habiter, hein ? Ma boite a des dizaines de postes ouverts dans toute la France et depuis le déconfinement, il y a une grosse concurrence sur les propositions en province. Toujours dans ma boite, il y a eu un énorme turnover durant l'été (il devrait revoir leur politique salariale), et ce quelque soit la région (Toulouse, Bretagne et bien sur et surtout Rhone Alpes) : du coup, il n'y a plus qu'a faire son choix si on n'est pas satisfait de son taf actuel.

Pour Internet, c'est à la campagne que ça peut être problématique.
En attendant la fibre qui devrait arrivée d'ici peu, nous avons très bien vécu ces confinements avec nos pauvres 5Mo avec 2 personnes en full télétravail et quasiment toujours en réunion ou connecté a ses serveurs.
Les seuls moment ou ca a claché, c'est lorsque les gamins devaient suivre en meme temps des vidéo pour les cours ... mais bon, 4G.
N'empeche que vivement la fibre

Bref, perso, je suis très content d'etre en full télétravail et je ne suis pas spécialement pressé que ca change : passé de 30 000 km/ans a ... 6000 km (et encore, majoritairement pour les vacances et le ski), ca fait une sacrée différence sur le budget. Et ne pas perdre 1h30 par jours en transport, on ne fait pas mieux pour la vie familiale.
La boite y est aussi gagnante car lors des (trop nombreux) coup de bourre, c'est plus facile de gérer son temps quand on n'a pas a le perdre en transport.

Y'a bien que les managers poussiéreux qui n'y trouvent pas leur compte
1  0 
Avatar de denisys
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 28/05/2021 à 20:44
Que pensez-vous de la décision de la ministre qui laisse carte blanche aux entreprises dans le secteur privé
pour décider du nombre de jours de télétravail par semaine après un dialogue avec les employés ?
L’idée est bonne, dans l’ensemble.

les entreprises décider sans écouter les salariés
Là est peut être le gros problème.

Mais, a mon point de vue.
Même, si cela n’est pas évident, pour tous les secteurs d’activités.
D’un coté, comme de l’autre.
Si le secteur d’activité, le permet..
C’est la possibilité, de choisir, la consommation de son temps de travaille.
Pour l’employé, entre le distanciel et le présentiel.
Mais, actuellement, si je ne me trompe pas.
La grande difficulté, en France. Réside dans la déclaration, ainsi que ces modalités, pour déclaré un employé en mode télétravail.
Elles ne sont pas souple,
car il y a une prise en charge par les assurances,
en cas d’accident dans sont déplacement,
pour aller, revenir,
de sont domicile, a son lieu de travaille.

Désolé, si je me suis mal exprimé, concernant, les modalités de prise en charge des assurances.
Je ne suis pas RH !!.
Mais celles et ceux qui connaissent le sujet, mieux que moi.
L’exprimerons mieux que moi !!
1  1 
Avatar de plegat
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 28/05/2021 à 23:09
Citation Envoyé par denisys Voir le message

Mais, actuellement, si je ne me trompe pas.
La grande difficulté, en France. Réside dans la déclaration, ainsi que ces modalités, pour déclaré un employé en mode télétravail.
Elles ne sont pas souple,
car il y a une prise en charge par les assurances,
en cas d’accident dans sont déplacement,
pour aller, revenir,
de sont domicile, a son lieu de travaille.
Je ne comprends pas "ton" problème... à partir du moment où on est en télétravail, il n'y a plus de déplacement domicile/travail... donc plus de problème d'assurance, du moins de ce côté-là!
Le problème peut se poser pour couvrir un accident au domicile en tant qu'accident du travail le cas échéant (nous, on doit se déclarer auprès de notre assurance domicile personnelle, mais surtout pour le côté administratif).

Le gros problème c'est tout ce qui est management plutôt... soit pour ceux qui manquent de confiance dans leur équipe (à bon ou mauvais escient), soit pour gérer en distanciel (différent de la gestion en présentiel... pas forcément plus compliqué, mais différent...).

Enfin, tout le monde ne veut pas être en télétravail. Certains préfèrent être au bureau qu'à la maison pour travailler... Chacun son style!
0  0