Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Télétravail : 60 % des salariés français préféreraient parler de leurs problèmes de stress et d'anxiété à un robot plutôt qu'à leur manager,
Selon un rapport d'Oracle

Le , par Bill Fassinou

34PARTAGES

6  1 
Il semble que les gens font de plus en plus confiance aux robots ou mieux, aux systèmes d’IA pour les aider à résoudre les problèmes liés à leur santé mentale. Du moins, c’est le constat fait par Oracle lors d’une étude menée au cours de cette année, qui s’est déroulée sous le joug de la pandémie du Covid-19. Selon le rapport d’étude, la pandémie a eu des effets négatifs sur la santé mentale de 78 % de la main-d’oeuvre mondiale et près de 82 % des personnes interrogées pensent que les robots peuvent mieux prendre en charge leur santé mentale que les humains.

En raison de la pandémie du Covid-19, 2020 constitue l’une des années les plus mouvementées pour la population active mondiale. Cela a eu de nombreuses conséquences négatives sur les travailleurs, en particulier sur leur santé mentale. Afin de savoir à quel point le mental des travailleurs a été affecté en 2020, Oracle et Workplace Intelligence, une société de recherche et de conseil en ressources humaines, ont mené une étude qui a porté sur plus de 12 000 employés, cadres, responsables RH et dirigeants de 11 pays. Elle a permis aux deux entreprises de tirer plusieurs conclusions.

2020 est l’année la plus stressante de l’histoire pour la main d'œuvre dans le monde

L’étude a révélé que la pandémie du Covid-19 a considérablement impacté les gens, principalement en augmentant leur niveau de stress, d’anxiété et d’épuisement professionnel. « La crise du Covid-19 a mis la santé mentale au premier plan, c'est le plus grand problème de main-d'œuvre de notre temps et elle le sera encore pour la prochaine décennie », a déclaré Dan Schawbel, directeur associé de Workplace Intelligence. Selon Schawbel, il est maintenant temps que les organisations commencent à en parler et à explorer de nouvelles solutions, car le problème est plus grave qu’il n’en a l’air.


Partout dans le monde, les gens luttent contre l'augmentation des niveaux d'anxiété et de dépression au travail en raison du Covid-19. Cette année, 70 % des personnes ont subi plus de stress et d'anxiété au travail que toute autre année précédente. Cette augmentation du stress et de l'anxiété a eu un impact négatif sur la santé mentale d’environ 78 % de la main-d’oeuvre mondiale, causant plus de stress (38 %), un manque d'équilibre entre le travail et la vie privée (35 %), l'épuisement professionnel (25 %), la solitude (14 %) et la dépression due à l'absence de socialisation (25 %).

En effet, les nouvelles pressions exercées par la pandémie se sont ajoutées aux facteurs de stress quotidiens déjà présents sur le lieu de travail, dont la gestion des tâches routinières et fastidieuses (41 %), la pression exercée dans le but de respecter des normes de performance (42 %) et la nécessité de jongler avec des charges de travail ingérables (41 %).

Les problèmes de santé mentale au travail ont un impact négatif sur la vie personnelle des travailleurs

La pandémie du Covid-19 a exacerbé les problèmes de santé mentale sur le lieu de travail et son impact ne se limite pas à la vie professionnelle, les gens en ressentent également les effets chez eux. Selon le rapport d’étude, 85 % des participants ont déclaré que les problèmes de santé mentale au travail (stress, anxiété et dépression) affectent aussi leur vie privée. L’étude a révélé que les retombées les plus fréquentes sont le manque de sommeil (40 %), une mauvaise santé physique (35 %), une diminution du bonheur à la maison (33 %) et des relations familiales difficiles (30 %).


Il y a également l'isolement des amis (28 %). Selon le rapport, alors que les frontières entre le monde personnel et le monde du travail s'estompent de plus en plus en raison du télétravail, 35 % (29 % en France) des gens travaillent plus de 40 heures de plus chaque mois et 25 % des gens se sentent épuisés par le surmenage. Cela dit, si le télétravail peut parfois s’avérer inadapté ou comporter certains inconvénients, de plus en plus de gens veulent continuer ainsi, même après le passage du Covid-19.

Selon le rapport, malgré les inconvénients perçus du travail à distance, 62 % (64 % en France) des personnes interrogées trouvent le télétravail plus attrayant aujourd'hui qu'avant la pandémie, affirmant qu'elles ont à présent plus de temps à consacrer à leur famille (51 %), à leur sommeil (31 %) et à leur travail (30 %).

Les employés veulent de l'aide et se tournent vers la technologie plutôt que vers les personnes

La pandémie du Covid-19 a eu un fort impact sur la santé des travailleurs et dans cette atmosphère, 68 % des personnes interrogées par Oracle et son partenaire ont déclaré préférer les robots aux personnes pour les aider à résoudre leur problème de stress. Cela signifie qu'elles attendent davantage de la technologie que des outils de collaboration. Seuls 18 % des personnes préfèrent les humains aux robots pour améliorer leur santé mentale, car elles pensent que les robots offrent une zone sans jugement (34 %) et un moyen impartial de partager les problèmes (30 %).

Environ 29 % d’entre eux disent aussi que les robots offrent des réponses rapides aux questions de santé. Par ailleurs, 68 % (60 % en France) des personnes préfèrent parler à un robot plutôt qu'à leur manager du stress et de l'anxiété au travail et 80 % des personnes sont ouvertes à l'idée d'avoir un robot comme thérapeute ou conseiller. De même, environ 75 % des gens interrogés ont déclaré que l'IA a contribué à améliorer leur santé mentale au travail. L’un des avantages relevés est la fourniture des informations nécessaires pour faire leur travail plus efficacement (31 %).

D’autres ont cité l’automatisation des tâches et la réduction de la charge de travail pour prévenir l'épuisement professionnel (27 %), et la réduction du stress en aidant à hiérarchiser les tâches (27 %). L'IA a également aidé la majorité (51 %) des travailleurs à raccourcir leur semaine de travail et leur a permis de prendre des vacances plus longues (51 %). Plus de la moitié des personnes interrogées ont déclaré que la technologie de l'IA augmente la productivité des employés (63 %), améliore la satisfaction au travail (54 %) et le bien-être général (52 %).

« Le fait que les personnes comptent sur la technologie 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 les rend à l'aise pour se tourner vers les robots afin d'obtenir des réponses à leurs questions quand elles le souhaitent », a déclaré Dan Schawbel. « Vous n'appellerez pas un thérapeute à 3 heures du matin, mais si votre santé mentale vous empêche de dormir, vous pouvez taper une question à un robot thérapeute ou à un chatbot et obtenir une réponse. Et c'est impartial. C'est essentiel, car il y a toujours un stigmate associé à la santé mentale, et un robot ne va pas juger quelqu'un », a-t-il poursuivi.

Les problèmes de santé mentale au travail ne disparaissent pas et ne peuvent pas être ignorés

Selon le rapport d’étude, les employés du monde entier attendent de leur organisation qu'elle leur apporte davantage de soutien en matière de santé mentale. « Si cette aide n'est pas fournie, elle aura un impact profond sur la productivité mondiale ainsi que sur la vie personnelle et professionnelle de la main-d'œuvre mondiale », avertissent les auteurs de l’étude. Environ 76 % des gens pensent que leur entreprise devrait faire plus pour protéger la santé mentale de leur personnel et environ 51 % ont déclaré que leur organisation a mis en place un service de santé mentale ou un soutien en matière de santé mentale à la suite du Covid-19.


Par ailleurs, 83 % de la population active mondiale souhaiterait que leur entreprise fournisse des technologies pour soutenir leur santé mentale, notamment un accès en libre-service aux ressources de santé (36 %), des services de conseil à la demande (35 %), des outils de surveillance proactive de la santé (35 %), un accès à des applications de bien-être ou de méditation (35 %) et des chatbots pour répondre aux questions relatives à la santé (28 %).

Source : Oracle

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Le télétravail est-il nécessairement une bonne chose pour le travailleur de la filière informatique ? Quels sont vos retours d'expérience à ce propos ?

Le télétravail est passé de 27 % pendant le confinement à 15 % après le déconfinement malgré la persistance du covid-19, selon un sondage de YouGov

Comment rester efficace en mode télétravail en cette période trouble de Covid-19 en tant que développeur ? Quelles sont vos astuces ?

La plupart des travailleurs sont satisfaits de la prestation de leur département informatique en télétravail, selon un rapport de NinjaRMM

Des millions de personnes en télétravail forcé dans le monde, une étude montre les réussites, mais aussi les difficultés

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Etre_Libre
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 14/10/2020 à 20:54
Euh si ils préfèrent parler à un robot plutôt qu'à un manager, il n'y aurait pas un souci de manager tout simplement ?
11  0 
Avatar de esperanto
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 15/10/2020 à 13:49
Aujourd'hui l'entretien avec un manager est précédé du remplissage d'un formulaire de plus en plus normalisé (même si on a du mal à répondre aux questions). D'ici à ce qu'il devienne plus facile de préparer l'entretien avec un robot qu'avec le manager, on n'est plus très loin.
Et puis le robot, il ne vous oppose pas des arguments hiérarchiques ou irrationnels.
3  0 
Avatar de tepaze
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 15/10/2020 à 8:15
Je crois que les managers peuvent ce remettre franchement en question. Ceux qui en ont l'habitude n'y verront aucun problème, les autres ça leur permettrait de monter en compétence.
Un petit coaching ? J'ai une bonne adresse.
1  0