Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

COVID-19 : près de 30 % des licenciements proviennent d'entreprises IT cotées en bourse, 85 % de ces entreprises ne sont pas rentables,
Selon un rapport

Le , par Bill Fassinou

84PARTAGES

6  1 
Layoffs.fyi, un site qui suit de tous les licenciements de startups technologiques depuis que le coronavirus a été déclaré pandémie, publie ce jour que 477 startups ont licencié près de 61 357 employés depuis le 11 mars. Layoffs.fyi note que près de 30 % des licenciements proviennent d'entreprises de technologie cotées en bourse, 85 % de ces entreprises ne sont pas rentables. Cela inclut des noms familiers tels que Uber, Lyft, Casper, Eventbrite, etc.

Les effets directs ou non du COVID-19 sur l’économie sont incontestablement profonds et considérables, et cela a sans doute impacté sévèrement la sécurité de l’emploi dans presque tous les domaines. C’est non seulement une question de financement, et l’on peut même dire que plusieurs pays ont déjà pris des mesures économiques accordant des crédits spécifiques aux entreprises pour leur permettre de faire face à cette crise. Il s’avère que le facteur « humain », avec sa forte vulnérabilité au virus de cette épidémie, constitue l’élément principal qui bouleverse le monde des affaires actuellement ; autrement dit, l’emploi est durement affecté par cette crise.


En ce qui concerne les licenciements provenant d'entreprises technologiques, les 85 % qui ne sont pas rentables sont toutefois des entreprises cotées en bourse. Elles sont peut-être peu stables financièrement pour faire face à la crise économique due au covid-19. C'est peut-être aussi dû à l'automatisation des entreprises qui s'est accélérée à cause des mesures de distanciation sociales. En mars dernier, un sondage du cabinet anglais Ernst & Young (EY) laisse filtrer des détails sur les dispositions en cours au niveau des entreprises et sur les prévisions post-pandémie. L’enquête qui a mobilisé 2600 responsables d’entreprises de 46 pays a mis en lumière le fait que 36 % accélèrent leurs investissements dans la filière de l’automatisation. En d’autres termes, alors que la pandémie continue de sévir, l’automatisation prend pied de façon plus importante au sein de ces dernières.

Le marché du travail américain donne certainement des idées sur ce qui se passe partout dans les pays développés et émergents. Tout d’abord, le Bureau américain des statistiques sur le travail (Bureau of Labor Statistics ou BLS) plane sur les répercussions du COVID-19 en mars 2020 à propos de la sécurité de l’emploi aux États-Unis. Le confinement à cause de l’épidémie est en quelque sorte responsable de la fermeture (temporaire ou non) de toute entreprise dont les activités sont désormais qualifiées de « non essentielles », ce qui a fait bondir le taux de chômage à 4,5 % pour le mois de mars, comparé à 3,5 % enregistré le mois précédent et qui est déjà considéré comme des chiffres records sur une période de plusieurs années.

Si le Département américain du travail avait annoncé 3,3 millions de demandes d’assurances chômage déposées à la mi-mars, ce nombre a doublé en seulement deux semaines (ce nombre n’était que de 280 000 durant la deuxième semaine du mois). Les résultats du sondage de Ernst & Young (EY) montrent que 41 % des répondants envisagent de repenser leur stratégie pour aller vers l’automatisation. Grosso modo, les chiffres permettent de se faire une image de ce que pourrait être l’après-pandémie.

Certains groupes technologiques expérimentent déjà des points de vente au détail qui ne nécessiteront pas de caissiers. Amazon, qui s'est étendu à la vente de produits alimentaires, a un supermarché à Seattle sans caissier. Ce dernier s'appuie plutôt sur une technologie dédiée couplée à des capteurs pour suivre ce que les clients retirent des rayons et générer des factures. McDonald's pour sa part est en train de passer à des kiosques de commande automatique dans ses restaurants, supprimant ainsi la nécessité pour les clients de parler aux employés au comptoir. En fait, pour le cas des USA, l’automatisation est destinée à remplacer plus de 30 millions de travailleurs : cuisiniers, serveurs, employés du secteur de la restauration, chauffeurs de camion sur de courtes distances, etc.

Sources : Layoffs.fyi, billet de blog

Et vous ?

Que pensez-vous de ces licenciements des entreprises IT ?

Voir aussi

L'emploi en secteur informatique sera-t-il épargné en pleine crise du coronavirus ? Analyse des tendances sur le marché du travail

Les patrons accélèrent l'automatisation au moment où le Covid-19 maintient les travailleurs à domicile : plus du tiers relèvent leurs investissements dans la filière pour préparer l'après pandémie

Le coronavirus provoque la plus grande contraction du marché du smartphone au 2T20 qui tombe en dessous des 300 millions de dispositifs, une première depuis 2014

Essential met la clé sous la porte : en difficulté depuis l'échec du lancement de son premier smartphone, la startup ne parvenait pas à lancer son second projet, le smartphone GEM

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 02/06/2020 à 9:31
Très clairement les mois à venir vont être très difficiles pour la plus part des entreprises qui gagnent de l'argent.
Alors celle qui ne vivent que sur les levées fond sans générer aucun bénéf vont sacrément souffrir voir disparaître c'est certains. Ne risque de rester que celle qui on vraiment un fort potentiel de bénef.
2  0 
Avatar de tanaka59
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 03/06/2020 à 17:35
Bonjour,

Que pensez-vous de ces licenciements des entreprises IT ?
La pause généré par le virus a fait prendre conscience aux entreprises qu'elles pouvaient se concentrer sur 1 ou des projets d'automatisation massive. Vu que beaucoup de chose ont été arrété, il a été possible de mettre le paquet sur des systèmes de robot et d'automate pour gérer les projets IT.

Puis faire sauter des prestas inutiles et des projets d'embauches ...

Les licenciements ici c'est surtout des ruptures conventionnels et des non remplacements , histoire de couper des têtes . Moins de cadres, donc moins de manager et moins d'exécutants ... C'est toujours des €€€ d'économisés.
1  0 
Avatar de gerard093
Membre actif https://www.developpez.com
Le 06/06/2020 à 9:45
Dans le principe, des licenciements importants dans les start-up américaines sont prévisibles :
- les sociétés clientes retardent leurs projets
- les circuits d'approvisionnement ont été perturbés
- la hausse du chômage dans l'ensemble des secteurs va réduire l'épargne investie au profit de l'épargne de précaution. Les investisseurs de type business-angels se font donc plus exigeants faute de fonds
- les start-up sont pauvres en trésorerie

Plus globalement, on disait dans les années 70_80 que les crises économiques sont l'occasion pour les grands groupes de redéployer leurs stratégies d'investissement. En effet, la crise amène une dévalorisation des capitaux favorable aux restructurations. En la matière, le perfectionnement des robots et l'automatisation des tâches vont engendrer une diminution de la demande de main d'oeuvre, dans la mesure ou des automates peuvent s'y substituer.

Voici le paradoxe de notre futur : une diminution progressive de la demande de bras liée au perfectionnement robotique, et une démographie mondiale non maîtrisée alliée à des difficultés environnementales. Au niveau américain le pays est encore vaste et riche en ressources naturelles - on y manque encore de bras et on cherche à remplacer l'immigration mexicaine par des robots. En europe les ressources naturelles sont plus rares. On peut donc penser à une croissance de l'électronique low-cost en assistance à des tâches de surveillance, en particulier sur la circulation des personnes et des marchandises. Mais en Europe, les entreprises préfèrent souvent la délocalisation à la robotique.
0  0