Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Sondage : de quelles astuces usez-vous en tant que développeur pour vous prémunir de la fatigue mentale et physique ?
Partagez vos expériences

Le , par Patrick Ruiz

102PARTAGES

25  0 
Quelles sont vos astuces pour éviter la fatigue mentale et physique ?
Vous venez de lancer votre startup et le sentiment de contrôle absolu vous pousse à travailler plus longtemps que prévu… Vous travaillez pour une entreprise qui est sur un projet qui vous passionne et vous ne savez plus vous séparer de votre clavier à temps pour ne pas subir de contrecoup… Vous n’arrivez plus à gérer les différentes pressions sur le lieu de service et à faire face aux exigences de votre employeur… Dans un cas comme dans l’autre, s’il arrive que vous vous retrouviez devant la machine à faire défiler l’écran de votre EDI de haut en bas sans que plus aucune ligne de code ne paraisse à l’écran, c’est un signe de fatigue. Dans les cas très prononcés, on parle de l’épuisement professionnel qui se manifeste par un désinvestissement de l'activité professionnelle, un sentiment d'échec et d'incompétence en situation de travail.

En effet, dans le domaine des technologies de l’information, la pression est quasi permanente lorsqu’il s’agit d’achever les projets dans des délais serrés, de respecter le cahier des charges du client, d’intégrer de nouvelles exigences non définies au départ, ce, tout en respectant les contraintes d’avant-projet. Ainsi, du fait de ces différentes pressions, de nombreux travailleurs de la filière perdent au fil des années le goût pour le travail, car ils n’arrivent plus à suivre le rythme. En effet, la programmation informatique sollicite beaucoup le cerveau ; d’où les cas de fatigue mentale. Ceci c’est sans compter les cas où les travailleurs de la filière ont l’impression que leur travail n’est pas gratifiant, ce qui peut constituer une cause supplémentaire de fatigue mentale. Le phénomène a concerné 57,16 % des participants d’une enquête menée par Blind (une application de revue anonyme des conditions de travail et de messagerie instantanée utilisée par les employés de nombreuses entreprises technologiques telles que Microsoft) au courant de l’année 2018.


Quelles astuces pour s’en prémunir ?

  • Savoir faire respecter l’échange d’une capacité de travail contre une rémunération, ce, pour respecter la nature même du contrat de travail, ce qui devrait permettre de ne pas aller au-delà de ses limites ;
  • éviter la culture du surmenage dont certains se vantent : même s’il est vrai que la durée légale de travail journalier s’élève à 7 heures dans certains pays et 8 heures maximum dans d’autres, il est également démontré qu’après 4 heures de travail, la productivité décroît fortement. À long terme, cela devient insoutenable pour le développeur qui doit fournir des efforts de réflexion au quotidien ;
  • apprendre à s’adapter : cela passe par un choix judicieux des tâches à effectuer et permet de travailler moins longtemps ;
  • s’appuyer sur la technique Pomodoro : elle consiste à déterminer le temps imparti pour effectuer un travail et à faire des pauses régulières après une durée définie. Par exemple, pour 25 minutes de travail, il est recommandé d’avoir 5 minutes de pauses. Cela permet d’évacuer le stress tout en restant concentré sur l’objectif à atteindre et le temps réservé pour le travail ;
  • s’adonner à la procrastination de temps en temps : la manœuvre permet de se déconnecter des difficultés liées aux tâches à effectuer sur le lieu de service. Ça peut passer par la lecture d’un livre ou d’un article qui n’a rien à voir avec son travail ;
  • prendre part à des rencontres : cela permet de s’extirper de la solitude que peut entraîner l’exercice dans la filière de la programmation informatique et de bénéficier des retours d’autres travailleurs de la filière ;
  • s’équiper en conséquence : se munir d’un ordinateur aux caractéristiques suffisantes pour optimiser en temps sur des phases de travail comme les longues compilations par exemple. Entrer en possession d’un casque pour se couper du bruit extérieur dans le cas d’environnements de travail perturbés. Disposer d’un fauteuil confortable, d’une table et de moniteurs bien positionnés ;
  • dompter ses outils de travail : maîtriser les raccourcis de ses outils – EDI, éditeur de texte, lignes de commande du système d’exploitation. Automatiser les tâches banales ou rébarbatives. Cela permet d’avancer bien plus rapidement en cas de pépin et d’éloigner la fatigue mentale ;
  • accorder du temps à d’autres activités que la programmation : prendre part à des manifestations culturelles, sportives, à la pêche, à la photographie, etc. Procéder ainsi peut permettre au développeur de capter des lumières sur des aspects d’un travail sur lequel il bute depuis belle lurette ;
  • penser à se réorienter : les horizons sont divers – administration système, architecture des systèmes d’information, etc. Les explorer peut permettre de se découvrir de nouvelles passions ;
  • exécuter les tâches quotidiennes connues comme pouvant vous procurer une sensation de bien-être : par exemple, achever les activités de tests de code, d’écriture de commentaires, d’amélioration des noms de variables dégagera des endorphines qui aideront à se maintenir sur le créneau de travail ;
  • rester actif : nul besoin de se lancer dans un programme de gymnastique qui ne sera pas suivi sur le long terme. Il suffit de changer quelques habitudes : prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur ; se rendre au travail en vélo plutôt qu’en voiture si la distance le permet ; être inventif en matière d’intégration d’activités sportives à sa routine quotidienne.


Et vous ?

Avez-vous déjà vécu cette situation ? Quel pouvait, selon vous, en être la cause ?
Comment cela se manifeste-t-il dans votre cas ?
Comment pouvez-vous expliquer une telle présence du burn-out dans les milieux technologiques ?
Que pensez-vous des solutions proposées ? Y en a-t-il que vous ne trouvez pas pertinentes ? En avez-vous d'autres ?
Pensez-vous plus ou moins vivre cette situation aujourd’hui ? Si non, comment avez-vous fait pour vous en éloigner ?

Voir aussi :

Trolldi : 12 signes qui indiquent que vous devriez quitter votre emploi, partagez votre avis
La bulle technologique de la Silicon Valley est plus grande qu'elle ne l'était en 2000, mais sa fin approche selon des analystes
La Silicon Valley premier eldorado des informaticiens nbsp][/nbsp]? Issus du Canada ou de la France, ils n'auraient d'yeux que pour les States
Dix géants de la Silicon Valley regroupés autour du RGS réaffirment leur opposition à la loi anti-chiffrement, et s'accordent sur six principes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de lubinfo
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 24/02/2020 à 8:36
Ne pas passer ses journées sur developpez.com à répondre à des sondages.
27  0 
Avatar de L33tige
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 24/02/2020 à 9:50
La drogue.
16  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 24/02/2020 à 9:33
Citation Envoyé par Chuck 3.50 Voir le message
"Eviter la culture du surmenage dont certains se vantent"

j'essaye de faire cela, de pas faire une seconde supplémentaires, mais c'est pas très bien vu mais je me sens bien comme ça
Je pense qu'il faut savoir accepter de travailler plus quand il y'a un réel besoin. Par contre ça doit être ponctuel. De la même facon ca devrait être accepté de travailler moins quand il y'a une baisse d'activité.

Ce qui est toxique c'est les mecs (ou les femmes d'ailleurs) qui ont pas de vie en dehors de leur boulot et qui essai de compenser en faisant culpabiliser les autres qui ont des horaires normales , qui ont une familles , des activités, etc ...
9  0 
Avatar de leulapin
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 24/02/2020 à 17:58
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Personnellement, moi ce qui me dérange, c'est ceux qui veulent le beurre et l'argent du beurre et qui vont s'en plaindre.

Qui ne veulent pas travailler en dehors de leur heures de travail, mais qui derrière veulent tous les bénéfices de ceux qui le font… sourtout dans des contextes où on le fait pour soi-même et non son employeur, e.g. en thèse, lors des études.

D'autant plus quand par là même ils vont tenter de nier ou de minimiser les efforts effectués par les autres, les accusant d'être favorisés.
90% des gens qui tiennent ce langage ratent leur vie de ce que j'en vois. Ce qu'on inflige aux collègues, on l'inflige aux proches qui pour les mêmes raisons se plaignent et isolent le narcissique. Le pouvoir est un exercice solitaire.

La norme dans un système libéral comme le notre c'est de respecter les contrats. Dans les pays nordiques où les gens finissent "à l'heure" on ne note pas spécialement de catastrophe économique et il y a bien moins de dégâts humains. Les informaticiens moches célibataires obèses diabétiques à lunettes et polytoxico à 50 ans c'était pas juste le lot de nos collègues des années 90. On n'est ni plus intelligents ni meilleurs gestionnaires et on atterrira tout autant dans les anxiolytiques le sucre et les somnifères pour exactement les mêmes raisons...
10  2 
Avatar de super_navide
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 24/02/2020 à 8:45
Moi je mange bio , je fais de la course a pied , de la musique je compose ça me change les idées et voici mes compos https://soundcloud.com/banisard-evidad
Pas d'alcool et pas de sucre , et beaucoup de sexe aussi
8  1 
Avatar de CS FS
Membre averti https://www.developpez.com
Le 24/02/2020 à 9:43
Citation Envoyé par Sodium Voir le message
S'exposer au soleil ? Faut ptèt pas abuser non plus
La vitamine D c'est important, je ne pense pas que l'idée ce soit forcément d'aller se dorer la pilule sur une plage.
7  0 
Avatar de Neckara
Inactif https://www.developpez.com
Le 24/02/2020 à 9:21
Citation Envoyé par Sodium Voir le message
Avoir une bonne hygiène de vie.
Gros +1.

Manger des fruits et légumes, s'exposer au soleil, avoir des horaires de sommeils réguliers, ranger son appartement, c'est incroyable l'effet que ça fait.

Sinon j'ajouterais le fait d'être flexible, que ce soit en terme d'horaires de travail, mais aussi de tâches.
Cela peut faire du bien d'allouer un peu de temps à faire ce qu'on a envie, et qui peut derrière nous faire gagner du temps.
6  0 
Avatar de Sodium
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/02/2020 à 18:47
Faudra ptèt se rendre compte un jour que travailler 40h par semaine c'est déjà énorme, des études ont d'ailleurs montré que l'on était beaucoup plus efficaces en travaillant moins et pas mal d'entreprises sont en train d'essayer des aménagements comme la semaine de quatre jours. Après si ton trip c'est de te ruiner la santé pour te faire bien voir du patron et gagner de l'argent dont tu ne pourras profiter, chacun son truc hein
7  1 
Avatar de Sodium
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/02/2020 à 21:20
Heureusement qu'il reste des chevaliers de l'ultralibéralisme comme toi, sinon on serait obligés de garder nos acquis sociaux, quel dommage
8  2 
Avatar de Sodium
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/02/2020 à 6:23
On en a déjà discuté des heures, pas la peine de refaire un débat. Dans "Le capital au XXIe siècle" de Thomas Piketty, la compilation des données en économie montre très clairement qu'une majorité de riches proviennent de familles riches et que leur richesse provient beaucoup plus de leurs capitaux (richesse acquise apportant un revenu toute seule) que du travail.

Il est parfaitement ridicule de dire que l'on veut taxer les riches afin qu'il paye pour les autres. Une bonne partie du revenu des pauvre part en impôts. En quoi est-il normal que les riches ne participent pas au moins à un degré équivalent ?
6  0