Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Elon Musk recrute pour Tesla et signe dans un style qui lui est particulier :
« Je me fiche de savoir si tu es même parvenu à obtenir ton diplôme d'études secondaires »

Le , par Patrick Ruiz

877PARTAGES

18  0 
Elon Musk tient une grosse part de sa communication sur Twitter. C’est à un point où le PDG du réseau social l’a élu comme son twitteur préféré il y a peu. Fidèle à sa démarche, il vient d’y passer une annonce : Tesla recrute pour sa division intelligence artificielle lancée sur l’Autopilot.


En 2015, Elon Musk et d'autres personnalités de l'industrie de la technologie ont créé OpenAI et l'ont déplacé dans des bureaux au nord de la Silicon Valley à San Francisco. Ils ont recruté plusieurs chercheurs ayant travaillé chez Google et Facebook, deux des entreprises qui mènent une poussée industrielle dans le domaine de l'intelligence artificielle. En plus des salaires et des primes à la signature, les géants de l'Internet rémunèrent généralement les employés avec des options d'achat d'actions considérables. OpenAI a dépensé environ 11 millions de dollars dans sa première année, avec plus de 7 millions de dollars consacrés aux salaires et autres avantages sociaux. C’est ainsi que des chercheurs de renom ont pu entrer en possession de rémunérations annuelles variant entre 300 000 dollars et 2 millions de dollars l’an. Grosso modo, la manœuvre laissait penser que la filière intelligence artificielle est réservée à des tiers ayant fait de longues études universitaires, des personnes nanties de doctorats. Seulement, Elon Musk a complété son annonce à sa manière : « Un doctorat n'est absolument pas nécessaire. Tout ce qui compte, c'est une compréhension approfondie de l'intelligence artificielle et la capacité à mettre en œuvre les réseaux de neurones d'une manière réellement utile (c'est ce dernier point où l'on observe qu'il y a des difficultés). Pour le reste, je me fiche de savoir si vous êtes même parvenu à obtenir votre diplôme d'études secondaires. »


En fait, la sortie de Musk est, en termes de contenu, une redite d’un entretien accordé au magazine automobile hebdomadaire allemand Auto Bild.

« Si quelqu'un est diplômé d'une grande université, cela peut être une indication qu'il sera capable de grandes choses, mais ce n'est pas nécessairement le cas. Si vous regardez, par exemple, des gens comme Bill Gates, Larry Ellison ou Steve Jobs, ils n'ont pas obtenu leur diplôme universitaire, mais si vous aviez la possibilité de les embaucher, ça aurait bien sûr été une bonne idée », avait-il souligné avant d’ajouter que ce qu’il recherche en premier chez des candidats à des postes ce sont des preuves d’aptitudes exceptionnelles.


Ainsi, en droite ligne avec ce positionnement, les candidats aux postes ouverts chez Tesla subiront une batterie de tests en programmation.


De façon traditionnelle, l'accès à un emploi qualifié en général, et dans le domaine IT en particulier, est conditionné à l'obtention d'un diplôme universitaire ou d'études supérieures, parce que les universités et grandes écoles ont pendant longtemps eu le monopole de la formation. Mais ces dernières années, la formation s'est diversifiée avec de nouveaux acteurs qui prétendent permettre aux gens de se doter de compétences pertinentes sans avoir besoin de passer par les formations diplômantes conventionnelles. Ce qui amène souvent à se poser la question de savoir s'il ne viendra pas un jour où avoir un diplôme d'études supérieures ne sera pas une condition nécessaire dans le recrutement IT. En tout cas, certaines entreprises disent ne plus exiger de diplômes quand elles recrutent. C'est par exemple le cas de Google, Apple et IBM, comme l'a révélé Glassdoor. Cette décision serait liée à un effort visant à améliorer la diversité et à faciliter l'embauche de personnes qui passent par des boot camps ou qui poursuivent des études supérieures non traditionnelles.

En 2017, Joanna Daly, vice-présidente d'IBM chargée des talents a déclaré à CNBC qu'environ 15 % des employés américains de son entreprise n'avaient pas de diplôme de niveau Bac+4. Elle a expliqué qu'au lieu de regarder exclusivement des candidats qui entraient à l'université, IBM se penche désormais sur les candidats ayant une expérience pratique via un boot camp de programmation ou par d'autres voies. Alors qu’on entamait l’année 2019, Virginia (Ginni) Rometty, la PDG du groupe IBM est allée dans le même sens. S'exprimant lors du Forum économique mondial en Suisse, la patronne d'IBM a soutenu qu'il est important que les sociétés de technologie s’emploient à recruter des personnes possédant des compétences précieuses, et pas seulement des diplômés d’université.

Source : Twitter

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Que devrait rechercher un recruteur en premier ? La compétence ou le diplôme ? Quelle est votre expérience à ce sujet dans la francophonie ?
Quelle est votre expérience avec des tiers qui n’ont pas de diplômes en informatique, mais qui exercent dans la filière ?
Combien d’entreprises avez-vous vu recruter des personnes sans diplômes autour de vous ?

Voir aussi :

Y a-t-il une corrélation entre diplôme et succès en tant que développeur de logiciels ? Un acteur de la sphère donne son avis
La démocratisation du codage et des formations IT, quel est le but ? Remédier à une pénurie sur le marché de l'emploi ou baisser les salaires ?
La Grande École du Numérique : 14 millions d'euros de subvention en 2017, mais seulement 23 % de CDI à la sortie, initiative utile ou inutile ?
Tim Cook, le CEO d'Apple, pense que pour les écoliers apprendre à coder devrait être plus important qu'apprendre l'anglais, partagez-vous cet avis ?
Des écoles numériques veulent former une nouvelle génération de codeurs « made in Africa », les écoles françaises sont les pionniers de l'aventure
Que pensez-vous des formations intensives en programmation ? Sont-elles plus efficaces que les formations classiques en informatique ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de robertledoux
Membre actif https://www.developpez.com
Le 04/02/2020 à 9:11
Citation Envoyé par xXxNeWgEnErAtIoN Voir le message
C'est sûr que dans le domaine de l'ia les connaissances requises pour y travailler doivent être assez maigres, pour rappel ils arrivent à nous pondre des ia qui confondent des gens avec des singes, je pose ça comme ça, ça montre juste à quel point ils ne comprennent pas ce qu'ils font.

Un peu comme les développeurs Javascript qui foutent ton pc en l'air à chaque fois que tu te connectes sur internet et que tu navigues sur le web.

J'ai bien peur que comme avec le Javascript, coder comme une mouche sans pattes devienne une norme dans ce domaine.
Je ne partage pas cet avis, j'ai rencontré pas mal de très bon développeur qui n'avais pas une formation BAC+5 ou un fort bagage mathématique. Juste la passion et la capacité à apprendre ou à appréhender les outils mathématique / logiciel sans formation. C'est typiquement français de réduire les compétences à un simple bout de papier. Et c'est dommage. A contrario, j'ai aussi rencontré des personnes sorties de grande école, qui ne savaient pas aligner correctement 2 lignes de code.
33  1 
Avatar de plegat
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 04/02/2020 à 13:17
Citation Envoyé par xXxNeWgEnErAtIoN Voir le message
pour rappel ils arrivent à nous pondre des ia qui confondent des gens avec des singes
Oui, enfin, faut dire aussi que vu le comportement de certains, la différence n'est pas si flagrante que ça... (désolé pour les singes...)
15  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/02/2020 à 9:26
Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
Que devrait rechercher un recruteur en premier ? La compétence ou le diplôme ? Quelle est votre expérience à ce sujet dans la francophonie ?
Le recruteur devrait clairement rechercher la compétence en priorité, malheureusement en France on accorde beaucoup trop d'importance au diplôme. Alors qu'un diplôme ça ne veut strictement rien dire, j'ai vu des gens plutôt nul avoir des BAC+5. Par contre c'est vrai qu'il est difficile de tester les compétences de quelqu'un, alors qu'avec un diplôme tu vois un peu près ce qu'il est supposé savoir faire.
Le drame c'est que dans certaines entreprises des gens très doué sans diplôme, bossent beaucoup mieux que les autres mais sont beaucoup moins payé et là c'est dégueulasse, pourquoi un p'tit con sans expérience qui sort de Master devrait gagner plus qu'un gars qui maîtrise ?
Quand t'es bon dans ton job tu mérites de te faire augmenter, si il y avait le plein emploi tu pourras changer d'entreprise et gagner plus.

Aux USA il y a le rêve américain, un gars peut commencer en étant janitor, monter les échelons et finir CEO.
Un peu dans cet esprit la : Sidney Weinberg.

Citation Envoyé par Patrick Ruiz Voir le message
S'exprimant lors du Forum économique mondial en Suisse, la patronne d'IBM a soutenu qu'il est important que les sociétés de technologie s’emploient à recruter des personnes possédant des compétences précieuses, et pas seulement des diplômés d’université.
Il y a des gens très doué qui n'ont pas de diplôme ce serait dommage de passer à côté.
Malheureusement en France on ne leur donne trop rarement leur chance. (ou alors ils se font exploiter et sous payer)
13  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 04/02/2020 à 9:38
ça déplace la difficulté de recrutement : faire un test qui soit pertinent. Mais ça essaye quand même de se débarrasser d'un marqueur de performances particulièrement inefficace : le diplôme.

(perso, la doctrine Jeff Atwood me plait beaucoup : tu payes le candidat à faire une semaine de consulting pour toi, et tu juges le résultat - mais ça pose deux problèmes, le premier, c'est que le coût est prohibitif, le deuxième, c'est que les candidats déjà en poste sont exclus d'office)
12  0 
Avatar de clorr
Membre actif https://www.developpez.com
Le 04/02/2020 à 12:54
A mon sens, il y a 3 paramètres bien distincts à prendre en compte :
  • Le diplôme/qualification
  • La compétence
  • Le potentiel


Le diplôme a été longtemps vu comme représentant une compétence et, en général, c'est à peu près vrai pour ce qui concerne la connaissance d'un langage.

Si les entreprises ont recruté longtemps sur la base du diplôme, c'est parce qu'elles faisaient confiance aux écoles et aux diplômes, mais c'est de moins en moins vrai. Les tests techniques sont là pour renforcer l'idée de l'entreprise sur la vraie maitrise d'un langage, les diplômes ne servant plus que pour l'écrémage de premier niveau.

A ce niveau, il y a souvent une erreur que font beaucoup d'entreprises : elles mesurent la connaissance d'un langage, mais oublient qu'un bon candidat est qqn qui comprend le contexte dans lequel il évolue, apporte des idées, a une vision, est capable de travailler avec les autres...

Quand Elon Musk (mais il n'est pas le seul) fait fi des diplômes, c'est parce qu'il a compris que toute la valeur d'un candidat réside en fait dans son potentiel. Un employé qui a la bonne idée, qui apporte un éclairage nouveau sur un problème, qui apporte une énergie et une cohésion à une équipe est une personne qui n'a pas de prix.

Dans des domaines pointus comme l'IA et particulièrement la conduite autonome, celui qui apportera LA bonne idée, LA bonne approche du problème fera toute la différence. C'est d'ailleurs sur ce créneau que la plupart des startup axées recherche sont basées aujourd'hui.

Maintenant toutes les entreprises ne recherchent pas ça, et préfèrent des critères plus classiques, et ce n'est pas à rejeter.

En tout cas, je souhaite à tous ceux qui ont du potentiel, de pouvoir le réaliser au maximum, quel que soit leur diplôme !
9  0 
Avatar de yukihira
Membre averti https://www.developpez.com
Le 04/02/2020 à 19:36
Citation Envoyé par stephweb Voir le message

Et la France avec sa mentalité de diplôme, en 2020, elle en est à combien de startups numériques créées ayant réussis au niveau international ? Par contre aux USA c'est une autre histoire...
Questions startups numériques créées aux US, un certain nombre non négligeable de celles qui réussissent et qui attirent les dévs ont été à majorité fondées par des entrepreneurs fortement éduqués ou qui ont arrêté leurs études dans des bonnes universités pour pouvoir commencer leurs business assez tôt. On est loin d'une armée d'autodidactes lambdas qui arriveraient facilement à lever des fonds suffisants pour fonder des startups à tout va. Pour avoir un financement, il faut montrer qu'on a les capacités de remplir ses promesses, et à défaut d'une capacité intellectuelle démontrable ou une expérience hautement valorisable, un diplôme dans le supérieur reste un bon moyen (à tort ou à raison).
Contrairement à certaines croyances populaires, la majorité de ceux qui ont fondé des startups et qui ont réussi aux US est composée de fondateurs diplômés des plus grandes écoles américaines ou étrangères. (plus de 90% selon certaines sources: https://www.kauffman.org/what-we-do/...n-entrepreneur).

Citation Envoyé par stephweb Voir le message

Et quand on voit des milliardaires Américains (Elon Musk par exemple) refuser d'inscrire leurs enfants dans des établissements scolaires, il y a de quoi se poser des questions.
Mais heureusement qu'en France qu'en seulement quelques années les mentalités ont plutôt changées dans le bon sens, il suffit de voir sur indeed qu'il y a de moins en moins de diplômes requis sur leurs annonces.
Justement, ils sont des milliardaires et ils peuvent se le permettre. A moins d'être milliardaire ou millionnaire, les études restent une arme très importante pour faire face aux aléas de la vie professionnelle et des affaires. Pour la petite anecdote, Elon Musk est fortement éduqué des écoles les plus réputées aux US tant en ingénierie (Stanford) qu'en commerce/business (Wharton).

Ceci dit, je suis le premier à être désolé pour toute cette sacralisation des diplômes. Je n'arrive plus à compter le nombre de fois où le travail a été mal fait par quelqu'un qui a fait des "hautes études" par manque notable de compétences techniques réelles. Mais pour mettre toutes les chances de son côté, mieux vaut avoir ce que le monde professionnel attende. Dans presque tous les pays, avoir un diplôme supérieur est toujours mieux valorisé que sans (pour l'expatriation/immigration, les affaires, la formation...).
8  0 
Avatar de clorr
Membre actif https://www.developpez.com
Le 04/02/2020 à 21:57
Citation Envoyé par stephweb Voir le message
Après, pour ceux qui ont en marre de cette sacralisation des diplômes, ils peuvent passer Freelance ou ouvrir leur boite. Là au moins il n'y a pas de triche, celui qui est bon et qui sait satisfaire ses clients, sera blindé de taf. Alors que celui qui se prend et qui se vend pour meilleur que ce qu'il est réellement, se fera vitre griller par ses clients.
Et quand on sait qu'un Freelance en France peux se vendre facile entre 400 € voir + de 600 € jour HT, les CDI et ce "monde du travail" fait pas rêver, loin de là.
Ce n'est pas parce qu'un dev est bon qu'il peut être (bon) freelance. Il faut du relationnel, une capacité à se vendre et un minimum de gestion pour faire du freelancing. Parfois même, les bons freelance sont des dev moyen, mais ils se positionnent sur un créneau porteur ou vendent du tout fait. Et ils peuvent vivre très bien en faisant juste un boulot correct.
8  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 05/02/2020 à 9:54
Des personnes autodidactes et/ou sans diplômes qui sont réellement fortes et ont du potentielle d'évolution ça existe mais ça cours quand même pas les rues.
Beaucoup se pensent être fort après avoir suivi 3 tuto et fait un projet , et puis quand tu creuses un peu , il n'ya pas grand chose derrière.

Malheureusement, la barrière du diplôme est un bon filtre naturel pour éviter de perdre son temps avec ce genre de candidat. On à aussi des mauvais avec des diplômes et on rate surement des perles à cause de ca , mais souvent il faut quand même faire une première sélection.
8  0 
Avatar de MarieKisSlaJoue
Membre expert https://www.developpez.com
Le 06/02/2020 à 10:58
Citation Envoyé par CaptainDangeax Voir le message
Un diplôme c'est quoi ? C'est un examen qui valide qu'une personne a suivi un cursus et a réussi des examens, ou a fait une validation de ses acquis devant un juri. Donc, dire qu'un diplômé est un crétin, que faut-il critiquer ? Le cursus du diplôme lui même qui n'a pas su détecter que le candidat est un crétin ? Le candidat qui malgré son crétinisme, a su suivre le cursus et réussir les examens ? L'inadéquation entre le diplôme demandé et les besoins réels du poste ?
On a cité l'exemple de William Gates III (dit Bill) qui n'est pas allé au bout de son cursus universitaire. Il faut aussi prendre en compte qu'il est entré à Stanford et ça ne se fait pas comme ça, et que papa Gates en avait les moyens, parce que les universités américaines c'est pas gratuit.
Tout ça pour dire que le recruteur qui se fie au diplôme comme on fait en France, il ne fait que déléguer au système éducatif l'évaluation de son candidat.
Tout ça pour dire qu'Elon Musk, avec son tweet, fait du bruit pour élargir son panel de candidats, et éventuellement espérer trouver parmi les moins diplômés quelques talents importants comme il en existe peu, voire très peu. Combien de Stallman, de Torvalds, de Fabrice Bellard, de Ken Thompson ? Les génies ne sont pas si nombreux.
Il faut en effet prendre le Tweet dans son contexte, c'est au Etat-Unis, la population plus importante qu'en France (donc le vivier de gens qui peuvent etre bon plus gros) et ou les cout de l'education sont bcp plus eleve. Donc on peut comprendre qu'un futur gars tres bon, n'est pas de diplome. Alors en France les etude om bien sur aussi un cout ( car il faut vivre) mais bien plus bas, la France est bcp moins grande que les Etat Unis donc potentiellement bcp d'edudiant n'on pas a quitter papa/maman pour etudier.

Donc en France quelqu'un qui n'a pas de diplome (pas forcement de master, mais meme une licence ou un BTS) on va bcp plus rapidement se poser la question de pourquoi il n'a pas de diplome. Et sa peut tres vite traduire un manque clair de competence ou de motivation. Un tweet comme ca est donc bcp moins logique dans notre systeme a nous.
8  0 
Avatar de yukihira
Membre averti https://www.developpez.com
Le 04/02/2020 à 12:11
A moins d'être exceptionnellement fort techniquement (prouvé par une expérience extraordinaire, création de produits rares, publication dans des revues de premier ordre...), un moins bien diplômé sera toujours généralement moins considéré que son homologue plus diplômé pendant un process de recrutement.
Il n'est pas rare qu'un diplôme élevé soit marqué comme fortement conseillé (ou requis) dans les postes à haute valeur ajoutée (dév senior, architecte, team lead...), même dans les entreprises sus-citées (Apple, Google...), même aux US.
En même temps, 17% me semble un pourcentage relativement faible pour tenter de s'aventurer dans le monde professionnel IT sans un diplôme supérieur.
Le reste est de la médiatisation pure et simple.
6  0