Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les travailleurs plus âgés en IT sont laissés pour compte malgré la pénurie de talents en technologie
Selon un rapport

Le , par Bill Fassinou

119PARTAGES

21  0 
Les travailleurs dans le domaine de la technologie doivent-ils prévoir un plan B une fois la trentaine passée ? C’est une question qui ne date pas d’aujourd’hui et de nombreuses études ont tenté d’apporter des réponses, ainsi que des approches de solution à la discrimination fondée sur l’âge qui existe dans le secteur de la tech. Selon un nouveau rapport publié par le Wall Street Journal (WSJ) pour le compte de l’organisme à but non lucratif CompTIA, les travailleurs plus âgés dans la technologie continuent d’être discriminés malgré la pénurie de talents observée dans le secteur.

De nouveaux chiffres rapportés par CompTIA indiquent qu’aux USA, les employeurs dans le domaine de la technologie continuent d’ignorer les travailleurs IT plus âgés alors même que les offres d’emploi ne cessent de croître. Le rapport indique également que malgré la disponibilité de cette main-d’œuvre, les employeurs IT s’accordent pour dire que recruter des talents en technologie est un défi. La main-d'œuvre en IT aux USA est jeune. Les travailleurs âgés de 22 à 44 ans représentent 61 % du secteur, et seulement 49 % de la population active dans l'ensemble des professions.

Selon CompTIA, les travailleurs âgés de 45 ans et plus représentent 38 % de tous les employés en IT dans les entreprises américaines, alors que le chiffre comparable pour toutes les professions est de 44 %. Selon Tim Herbert, vice-président principal de CompTIA pour la recherche et les renseignements commerciaux, l'écart le plus important se produit chez les travailleurs âgés de 35 et 44 ans. Ils sont 29 % de la main-d'œuvre en IT, mais seulement 21 % de l'ensemble de la main-d'œuvre nationale. Une situation dont se plaignent plusieurs travailleurs âgés en IT.


D’après Michael Solomon, cofondateur et associé directeur de 10x Ascend, une société de conseil pour les demandeurs d'emploi dans le domaine des technologies de l'information, l’un des problèmes à l'origine de cette discrimination est que certains travailleurs plus âgés qui sont trop à l'aise avec leurs compétences risquent de prendre du retard, surtout à l'ère de l'intelligence artificielle. « Ce sont probablement ceux qui ont l'impression d'être négligés par les jeunes développeurs », a déclaré Solomon.

Il a ajouté une seconde cause à ce déséquilibre observé dans l’attribution des emplois IT. Michael Solomon a ajouté qu’un autre problème est celui des coûts. Il a dit qu'à l’instant où de nombreux travailleurs de la technologie entrent dans la cinquantaine et la soixantaine, ils ont souvent des programmes de rémunération de haut niveau. Alors, « si une entreprise peut trouver quelqu'un avec un niveau de compétence similaire qui est au début de sa carrière, c’est souvent le cas », c'est mieux pour elle, dit-il. De même, des tendances similaires ont déjà été enregistrées en 2016 et en 2017 dans le pays.

Une étude menée en 2017 par Visier Inc, une plateforme d'analyse en cloud pour les professionnels des ressources humaines, a révélé que les chercheurs d'emploi IT âgés de 34 à 51 ans représentaient 41 % des talents disponibles en technologie d'entreprise, mais 27 % des nouvelles recrues. Les personnes de 20 à 33 ans au moment où l'étude a été menée étaient près de 50 % plus susceptibles de décrocher un emploi IT que leurs homologues plus âgés. L'étude était fondée sur une analyse de 330 000 employés de 43 grandes entreprises américaines.

« De plus en plus de gestionnaires d'embauche associent l'innovation technologique à la jeunesse », a déclaré Martha Heller, directrice générale de la société de recrutement technologique Heller Search Associates. Elle a ajouté que « les préjugés liés à l'âge sont très présents dans le recrutement technologique ». Cela dit, ce n’est pas seulement aux États-Unis que cette discrimination s’observe. Selon les conclusions du rapport 2019 de The Workforce View in Europe, la discrimination au travail touche 30 % des 10 585 personnes salariées sur le continent.

D’après ce rapport, les plaintes sur la discrimination sont les plus nombreuses au Royaume-Uni, où plus d’un tiers (38 %) des participants déclarent en avoir été la cible, contre seulement un cinquième (18 %) des salariés aux Pays-Bas. Si l’on entre dans les détails, la discrimination liée à l’âge est celle qui prévaut en France (12 %). Plusieurs intervenants ont souligné qu’on peut facilement se sentir vieux avant même d'atteindre la quarantaine, surtout quand on se retrouve dans une entreprise où les ¾ des nouveaux développeurs embauchés viennent de sortir de l’école.

L’Asie est représentée au travers de ce qui se passe en la matière en Chine. Bien que la législation chinoise interdise la discrimination basée sur le genre ou d'autres critères, il est tout à fait légal pour les employeurs de fixer des critères de recrutement basés sur l’âge. Les employeurs du domaine de la Tech. recrutent en priorité les personnes de moins de 30 ans. La pression sur les « seniors » existe dans toutes les industries chinoises, mais elle est particulièrement remarquable dans le domaine de la technologie où on fait face à une frénésie d'embaucher de jeunes talents.

D'un autre côté, selon les données fédérales analysées par CompTIA, les offres d'emploi en technologie d'entreprise des employeurs américains ont augmenté de 32 % au cours du premier semestre de l'année par rapport à l'année précédente. Pendant une période de trois mois terminée le 31 octobre, les employeurs américains ont déclaré environ 918 000 emplois en IT non comblés. Plus de 80 % des 2 800 employeurs américains interrogés cette année par la société de recrutement Robert Half International Inc. ont déclaré que le recrutement de talents en technologie était l'un de leurs plus grands défis commerciaux.

Les postes les plus difficiles à pourvoir comprenaient des analystes en intelligence d'affaires, des ingénieurs de systèmes de cloud computing, des scientifiques des données et des architectes de cloud computing. « Dans un marché aussi serré, les gestionnaires d'embauche ne peuvent se permettre d'ignorer un bassin de talents potentiels », a déclaré John Reed, vice-président directeur chez Robert Half, ajoutant que de nombreuses entreprises recyclent leurs équipes IT pour combler les lacunes internes en matière de compétences.

« En ciblant les jeunes travailleurs, les employeurs risquent de perdre les avantages qu'il y a à mettre sur pied une équipe technologique ayant divers niveaux d'expérience pour s'attaquer à toute une gamme de problèmes technologiques, comme le maintien en fonction des systèmes IT plus anciens pendant que les entreprises passent à de nouveaux outils. Une équipe technologique multigénérationnelle se révèle souvent utile, car des niveaux d'expérience variés ne font qu'augmenter leur capacité à résoudre des problèmes et à innover », a ajouté Reed.

Source : Rapport de l'étude

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de la discrimination basée sur l'âge dans le milieu IT pro ?

Voir aussi

Programmation : les travailleurs doivent-ils disposer d'un plan B avant leurs 40 ans ? Ce, pour éviter la discrimination basée sur l'âge ?

A trente ans, on est déjà trop vieux pour prétendre à certains postes IT en Chine, les recruteurs préférant les profils plus jeunes

Google règle pour 11 millions de dollars un procès pour discrimination à l'égard des demandeurs d'emploi plus âgés

Un rapport avance que les travailleurs au Royaume-Uni sont mécontents dans leur profession à partir de 35 ans. Qu'en est-il des développeurs ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/11/2019 à 10:30
Le "jeunisme" ça existe dans tous les domaines, pas uniquement dans l'IT.

Aujourd'hui, une des raisons principales du jeunisme dans les entreprises, c'est le coût, encore et toujours. Les patrons préfèrent payer des jeunes, moins chers, à qui on fera des promesses (qu'ils goberont plus facilement) et qu'on remplacera quand on en aura plus besoin, ou qu'ils deviendront plus gourmands.

A une époque, il y avait ce qu'on appelait, la culture d'entreprise. Le fait que l'on capitalisait sur le savoir faire, et pour cela, on fidélisait les employés. Aujourd'hui, la seule culture qui reste est celle du profit. Le profit comme seul et unique but.

Le plus marrant (enfin absurde), c'est que l'on oblige les gens à travailler de plus en plus longtemps, en repoussant encore et toujours l'âge de départ à la retraite, mais qu'aucune entreprise ne souhaite garder ou embaucher une personne de plus de 45 ans. Paradoxe du néo libéralisme ?
47  0 
Avatar de BugFactory
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 26/11/2019 à 11:16
En France on ne reconnait pas la valeur de l'expérience dans un profil technique. Quand on prend de l'age on est censé se tourner vers la gestion et l'encadrement. Ce n'est pas spécifique à l'IT. Il y a eu le même phénomène dans la métallurgie. On n'est même plus capable de fabriquer ce qui est essentiellement une marmite géante pour l'EPR.

Par contraste, aux Etats Unis bon développeur peut très bien être mieux payé que son supérieur, parce qu'un bon développeur est plus rare qu'un bon manager. Résultat : les GAFA sont tous américains.

C'est un problème culturel : on a une vision pyramidale de la société où il faut s'élever dans la pyramide. Tout à fait inadapté. Nous aurons toujours un train de retard en matière de technologie tant que nous nous accrocherons à cette conception. Autrement dit, nous aurons toujours un train de retard en matière de technologie.

Il nous est impossible, à nous autre ingénieurs et techniciens de toute sorte, de résoudre ce problème. Il ne nous reste qu'à l'exploiter. Scénario classique : un client tente de développer un système à l'économie, et se retrouve avec une dette technique de la taille d'une montagne. C'est seulement après qu'il est trop tard que le client se résoud à engager quelqu'un d’expérimenté. Le quelqu'un leur explique leurs problèmes et comment les résoudre, et le client refuse d'investir. On ne va quand même pas investir deux semaines de travail pour doubler la productivité pour les six mois à venir! Résultat : aucun changement, c'est donc bien que ça ne servait à rien d'engager quelqu'un d'expérimenté. Comment l'exploite-t-on? Avec son sytème pourri, les coûts de TMA sont doublés ou plus. Coûts qui sont dépensés... sur nous! Extrêmement frustrant. Mais aussi très drôle. Et rentable. Cynique? J'ai essayé d'expliquer exactement ça à mon dernier client (mais formulé autrement) et je me suis fait allumer. On est quatre à travailler sur ce projet où deux devraient suffir, et là on va devoir engager un cinquième parce qu'on prend trop de retard.
28  1 
Avatar de phil995511
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 26/11/2019 à 13:49
Dans mon pays (la suisse), à partir de 50-55 ans on commence à coûter très cher en matière de prévoyance professionnelle, du coup si on a le malheur de perdre son job à cet âge, on est dans le caca. J'ai deux connaissances qui se sont retrouvés dans cette situation et qui n'ont jamais retrouvé de job jusqu'à l'age de la retraite (65 ans).

Vive la solidarité et la précarisation de la politique sociale, de nos jours les riches sont toujours plus riches et la masse salariale (97 % de la population) toujours plus pauvre. Cherchez l'erreur... ce sont ces 3 % de gens qui suggèrent à nos "démocraties" la voie à suivre ;(
19  0 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/11/2019 à 11:19
Cela s’appelle un "marronnier" chez les journaleux: Quand il y a aucune news intéressante pour faire la une de son canard, on ressort les sujets "bateaux".

1. Oui, les entreprises ne veulent pas engager les "vieux" dans le IT comme dans toutes les autres domaines d'activité

2. Oui, c'est uniquement pour un problème de coût; tous les autres arguments ne sont que de la poudre aux yeux

3. Et oui, oui, les gouvernements veulent faire travailler les gens plus longtemps et l'économie considère un collaborateur comme "vieux" à partir de 35 ans!

Ben voilà tout est dit, non? On peut passer à la conclusion que personne ne veut faire? Le système va se casser la gueule!

Cela a d'ailleurs déjà commencé: Le gilets jaunes en France, les révoltes populaires au Chili, au Liban, à Hong Kong, etc...
18  1 
Avatar de kbadache
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 26/11/2019 à 10:53
Citation Envoyé par Jon Shannow Voir le message
...
Le plus marrant (enfin absurde), c'est que l'on oblige les gens à travailler de plus en plus longtemps, en repoussant encore et toujours l'âge de départ à la retraite, mais qu'aucune entreprise ne souhaite garder ou embaucher une personne de plus de 45 ans. Paradoxe du néo libéralisme ?
Le problème vient surtout du fait que ceux qui décident qu'il faut repousser l'âge de la retraite sont complètement déconnecté de la réalité.
15  0 
Avatar de Escapetiger
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 28/11/2019 à 19:31
Citation Envoyé par BugFactory Voir le message
(.../...)C'est un problème culturel : on a une vision pyramidale de la société où il faut s'élever dans la pyramide. Tout à fait inadapté. Nous aurons toujours un train de retard en matière de technologie tant que nous nous accrocherons à cette conception. Autrement dit, nous aurons toujours un train de retard en matière de technologie.(.../...)
Citation Envoyé par el_slapper Voir le message
Toute ton intervention est à saluer, mais je crois que ça c'est le point central. Les boites cherchent la rentabilité, mais les gens dedans recherchent leur intérêt personnel. Et leur intérêt personnel, c'est de grimper dans la hiérarchie. Ce qui est plus facile avec des hordes de jeunots qui arrivent qu'avec une bande de grognards comme chez nous.
(.../...)
Le management, c'est la science du contrôle, pas de la rentabilité.
Oui à tous les deux, le management à la française. Tenez, un article publié le 05/03/1998 !

«
Art d'exécution ou science de l'abscons, le management se prête bien aux fables. Celle-ci circule en ce moment sur Internet.

" Une firme japonaise et une société française décident de faire une course d'aviron. Les deux équipes s'entraînent dur. Les Japonais gagnent avec plus de 1 kilomètre d'avance. Les Français sont très affectés. Leur management se réunit pour chercher la cause de l'échec. Une équipe d'audit constituée de senior managers est désignée. Après enquête, ils concluent que l'équipe japonaise est constituée de huit rameurs pour un barreur, alors que l'équipe française a huit barreurs pour un rameur.

A la lecture de l'audit, le management décide de louer les services de consultants. Après avoir perçu d'énormes honoraires, ils rendent leur avis : l'équipe française doit avoir plus de rameurs et moins de barreurs. La structure de l'équipe française est donc réorganisée. Mais, comme personne ne veut devenir rameur, il est décidé de créer quatre postes de barreurs superviseurs, trois de barreurs superintendants et un de barreur superintendant assistant manager.

Les Français mettent aussi en oeuvre un système de stimulation pour encourager le seul rameur de l'équipe à travailler plus. Baptisé "La qualité et le zéro défaut", il repose sur des réunions, des dîners et une prime sur objectif pour le rameur. La course a lieu, et, cette fois, les Japonais gagnent avec 2 kilomètres d'avance. Humiliée, la direction française licencie le rameur, stoppe la mise en chantier d'un nouvel aviron, vend le bateau et annule tout investissement. Puis elle récompense les barreurs managers de leurs efforts en leur donnant le prix de la Performance. Enfin, elle distribue l'argent économisé par ces mesures de restriction à tous les directeurs seniors. "

Tout cela ne vous rappelle pas quelque chose ? »

Source: La fable du rameur et des barreurs - L'Expansion - L'Express
15  0 
Avatar de grunk
Modérateur https://www.developpez.com
Le 26/11/2019 à 15:12
Citation Envoyé par BugFactory Voir le message
Ce n'est qu'un anecdote mais je me souviens du cas d'un ingénieur qui ne pouvait pas être recruté parce qu'il avait fait une école d'électronique, pas d'informatique. Les écoles d'informatiques n'existaient pas quand il a fait ses études. La technologie concernée était une qu'il avait personnellement contribué à créer.
Un recruteur qui regarde le cursus scolaire d'une personne avec plus de 5 ans d'expérience faut qu'il change de métier ... Sur une personne qui arrive sur le marché du travail je veux bien , mais dès que tu as un peu d'expérience pro les diplôme ca vaut plus rien du tout d'un point de vue coméptences

Citation Envoyé par BugFactory Voir le message
Pas d’accord avec toi, Grunk. Aujourd'hui, on recherche désespérément des petits jeunes qui font du Cobol...
Oui , enfin tu admettras que le cobol c'est quand même pas vraiment l'avenir. C'est majoritairement du legacy en bancaire/finance. Donc peut être qu'un jeune qui n'a fait que du cobol va trouver du boulot , mais il réduit quand même drôlement les opportunités par rapport à quelqu'un qui à maintenu un niveau avec le top 5 des langages/technos actuelles.
12  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 26/11/2019 à 16:31
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
D'un côté il y a une personne de 50 ans se retrouve sans emploi, elle est contrainte de rechercher un nouveau job.
De l'autre il y a un jeune qui vient d'avoir son Master et qui recherche son premier emploi.
Et arrive une blonde à forte poitrine...
12  0 
Avatar de BugFactory
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 26/11/2019 à 10:24
Ce n'est qu'un anecdote mais je me souviens du cas d'un ingénieur qui ne pouvait pas être recruté parce qu'il avait fait une école d'électronique, pas d'informatique. Les écoles d'informatiques n'existaient pas quand il a fait ses études. La technologie concernée était une qu'il avait personnellement contribué à créer.

Pas d’accord avec toi, Grunk. Aujourd'hui, on recherche désespérément des petits jeunes qui font du Cobol...
11  0 
Avatar de VBurel
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 29/11/2019 à 8:31
Citation Envoyé par Kulvar Voir le message
Moi ce qui me choque c'est que les profils junior dont les CV passent auprès de notre service de recrutement ont une niveau tellement mauvais pour l'écrasante majorité, je ne comprend pas comment les entreprises arrivent à produire le moindre truc fonctionnel.
Ils en embauchent une centaine, ils les mettent dans un open space avec une ambiance de salle de marché, et dans le lot, y'en a 5 qui garantissent la production, mais ils sont banalisés, ils émergent comme des bulles à la surface d’un océan… et disparaissent pour laisser la place à d’autres. Ainsi l’on dilue les compétences et savoir faire dans une masse d’esclaves interchangeables.

Alors qu’on pourrait faire mieux avec 10 développeurs expérimentés dans de vrais bureaux. Mais la vérité, c’est que l’entreprise ne sait pas gérer les gens créatifs, compétents ou/et expérimentés. Et de manière générale, l'entreprise n'a plus rien à offrir à ces profiles là, ni de sens, ni de fun, ni d'argent...
11  0